RESCAPÉE DE LA SCIENTOLOGIE


jenna

A l’âge de sept ans, Jenna Miscavige, signe un contrat d’un milliard d’années avec la Sea Org, l’organisation paramilitaire qui dirige la scientologie. Bien entendu, elle ne comprend pas ce qu’elle signe. Pour elle, un milliard d’années, ça ne veut pas dire grand-chose, juste que c’est sans doute pour longtemps. Si elle signe, c’est pour faire comme papa et maman, qui ont connu la Sea Org depuis qu’ils étaient adolescents. Ils l’ont quittée une première fois en 1979 pour finalement revenir en 1985, alors que Jenna n’a pas encore deux ans. Papa et maman, ce sont Ronnie Miscavige, frère de David, et Elisabeth Blythe Miscavige, surnommée « Bitty ».

Au début, Jenna habite à Los Angeles avec ses parents et Justin, son demi-frère, qui a sept ans de plus qu’elle. Jusqu’à l’âge de quatre ans, Jenna voit ses parents, cadres supérieurs de la Sea Org, une heure par jour à l’heure du dîner.

Puis, l’heure familiale quotidienne est supprimée et tous les enfants sont transférés au Ranch, à une quarantaine de kilomètres de la base internationale, dans le désert californien, et à deux heures de route de Los Angeles où travaillent les parents de Jenna. La fillette ne voit plus ses parents qu’une fois par semaine, le dimanche matin. Le samedi soir, ils prennent la voiture pour aller à la base internationale et leurs enfants les y rejoignent. Les parents repartent le dimanche midi et les enfants regagnent le Ranch.

Ils expliquent à Jenna que s’ils la voient aussi peu, c’est parce qu’ils ont un travail qui est plus important que tout : sauver le monde.

Quand Jenna arrive au Ranch, vaste propriété de 200 hectares, elle découvre un endroit vétuste. Il se compose de plusieurs bâtiments délabrés qui ont tous besoin d’être rénovés. Tout est plus ou moins à l’abandon et embroussaillé. Il y a aussi une petite piscine en piteux état avec des rongeurs morts qui flottent sur l’eau.

Les années suivantes, ce sont les gamins qui retapent entièrement la propriété et les bâtiments. Ils sont encadrés par quelques adultes, tous membres de la Sea Org. On fait venir des artisans non scientologues pour l’électricité ou la plomberie, mais le gros du travail est fait par les enfants, comme charrier de grosses pierres pour construire des murs et dégager et brûler les débris. Ils partagent leur temps entre l’école (située sur place), les corvées ménagères et les travaux de construction. En été, ils bossent dans une chaleur infernale. Lorsque les gamins se plaignent ou font mal le boulot, ils sont punis et envoyés dans une unité de travaux manuels encore plus durs. On consigne également les mauvaises actions et les mauvaises pensées dans des dossiers d’éthique.

A l’école on leur enseigne la lecture, l’écriture, l’arithmétique, l’histoire et la géographie, mais aussi certains principes de LRH qu’ils apprennent façon « école chinoise », en répétant en chœur, mot pour mot, tel ou tel texte du fondateur. De temps en temps, on les met à l’électromètre pour vérifier qu’ils ont bien tout compris et clarifié tous leurs mots.

A sept ans, après avoir signé son contrat d’un milliard d’années, Jenna acquiert le statut de « cadet ». Elle est désormais officiellement membre de la Sea Org. On la nomme officier de liaison médicale. Son job consiste à donner aux autres enfants leur dose quotidienne de vitamines et de minéraux, à mettre en quarantaine les mômes qui tombent malades, à leur prodiguer des assists, bref, à veiller sur la santé de tout ce petit monde.

Les adultes de la Sea Org qui viennent parfois au ranch semblent trouver tout à fait normal que les gamins travaillent comme des bagnards. Ben oui, ce ne sont pas des enfants, mais des thétans (êtres spirituels) dans des petits corps. Le travail physique est là pour les endurcir car il faut des thétans forts pour sauver la planète. Le monde extérieur, le monde des wogs (non-scientologues) est dur et impitoyable, aussi est-il indispensable de se protéger contre lui. D’ailleurs la communication avec les wogs n’est pas du tout encouragée car ils pourraient s’étonner que des enfants effectuent des travaux forcés. Autrement dit, on est là pour sauver les gens mais on ne doit surtout pas communiquer avec eux.

La mère de Jenna est envoyée en mission un peu partout pour diriger et superviser divers méga projets. Jenna ne la voit plus du tout. Elle ne voit plus que son père le dimanche matin.

Bon, nous n’allons pas vous raconter tout le bouquin. Vous pouvez vous le procurer pour moins de 20 Euros. Il est truffé d’infos toutes plus intéressantes les unes que les autres. Il se dévore comme un polar.

Jenna n’a jamais reçu d’audition durant les 19 ans qu’elle a passés à la Sea Org. Par contre elle a reçu des centaines d’heures de sec checks (confessions forcées) et ce, dès un très jeune âge.

C’est qu’on ne plaisante pas avec l’éthique dans la Sea Org. Au moindre faux pas, bing, en éthique. Si on n’est pas content, bing, en éthique. Quelqu’un qui râle ou dont les statistiques baissent a FORCÉMENT quelque chose à se reprocher. Il a fauté, il a eu des pensées pas cools, il a commis de grosses transgressions. Son salut passe par la confession.

Jenna a été tellement sec-checkée (confessée) qu’à la fin elle inventait des transgressions pour que l’aiguille de l’électromètre flotte.

Et même quand l’aiguille flotte à la fin d’une confession, ce n’est pas suffisant. Le « coupable » a forcément refoulé d’autres transgressions qu’il ne veut pas révéler. Alors on remet ça.

Par exemple, lorsque les parents de Jenna quittent la Sea Org en 2000 (ils sont écœurés  – la mère de Jenna a vu David Miscavige, son beau-frère, frapper un subalterne et Ronnie a constaté que son frère était cinglé), personne n’en informe leur fille. En revanche, on la soumet à des semaines de confessions forcées pour voir si elle savait que ses parents voulaient partir. On est en pleine parano. Ce n’est qu’après plusieurs mois qu’on lui apprend finalement qu’ils sont partis.

Plus tard, quand Jenna rencontre son futur mari, Dallas Hill, qui a trois ans de plus qu’elle, on empêche leur mariage et on les soumet tous les deux à d’interminables confessions. Exemple de question posée à Dallas : « Qui t’a donné l’idée d’épouser Jenna ? »

Pour pouvoir épouser Dallas, Jenna devra menacer de se jeter du cinquième étage d’un bâtiment. Là, la Sea Org finit par céder. La nièce de Miscavige qui se défenestre, ça fait désordre. C’est pas bon pour l’image de l’église. Le mariage est autorisé.

Finalement, quand Dallas et Jenna quittent la Sea Org en 2005, on tente de faire pression sur les parents de Dallas pour qu’ils rompent les liens avec leur fils et leur belle-fille désormais excommuniés. On va jusqu’à leur dire que Dallas est un sale type qui n’a épousé Jenna que pour prendre la place de Miscavige. On nage en plein délire !

Dégoûtés, les parents de Dallas, des gros donateurs, refusent de rompre les liens et sont excommuniés à leur tour.

Mais qui tirait les ficelles et donnait les ordres dans l’ombre ? Oncle David.

Une fois sortie de la Sea Org, Jenna apprend pourquoi il y avait toute cette parano au sujet du départ de ses parents en 2000. David Miscavige avait avoué à son frère, en 1995, qu’il avait lui-même supervisé l’audition de Lisa McPherson dans les jours qui ont précédé sa mort. Oncle David était terrorisé à l’idée que son frère ait pu le répéter à quelqu’un.

Le livre de Jenna est un réquisitoire implacable contre la Sea Org.

La Sea Org est une machine à broyer. C’est devenu une abomination dont il faut se débarrasser au plus vite.

Ce sont les scientologues qui financent cette abomination. Alors que de pauvres bougres dociles et implantés se font constamment piétiner par leurs supérieurs fascistes pour « sauver l’humanité », le scientologue lambda ferme les yeux et se fait tranquillement servir son capuccino à la cafeteria de Flag ou du Freewinds. Il s’en fout royalement de ce qu’il se passe dans la Sea Org puisqu’il est sur les niveaux d’OT. Il est bien au-dessus de ça.

Mais gare au retour de bâton, mesdames et messieurs les scientologues bon teint et propres sur vous. Ces gamins exploités et ces membres du personnel opprimés appartiennent à la génération de « l’âge d’or de la tech ». Ce sont des clones de Miscavige. La technologie pour laquelle vous vous saignez aux quatre veines est totalement pourrie et vous en subirez les conséquences d’une façon ou d’une autre.

Beaucoup de scientologues acceptent sans sourciller qu’un gars ou une fille bosse 15 heures par jour pour 30 ou 40 dollars par semaine – sans aucun jour de congé, sans aucun contact avec l’extérieur, sans aucune possibilité d’exprimer son libre-arbitre.

Ces scientologues-là ne méritent qu’une chose : notre mépris.

_____________________________________________________

Addendum : La déclaration des droits de l’enfant (1959)

86 réflexions au sujet de « RESCAPÉE DE LA SCIENTOLOGIE »

  1. Merci pour ce compte-rendu, encore un livre à lire.

    C’est vrai que la problématique d’enfants de 2éme ou + générationde Scientologues est particulière, et présente une situation différente de celle d’adultes consentants, même si ceux-ci hypothèquent leur vie aussi pour des raisons dont ils ne sont pas toujours conscients.

    Ce qui m’interpelle c’est le mot de la fin: pourquoi du mépris? Puis d’abord comment on fait pour avoir cette attitude bas de gamme? N’est-ce pas ce que ceux là-bas ont, un peu ou beaucoup, pour ceux qui sont dehors?

    Pourquoi pas la compréhension?

    1. Peut-être me suis-je mal fait comprendre.

      Le scientologue qui arrive à Flag ou au Freewinds ou dans une AO avec ses intensives et ses accomos (des dizaines, voire des centaines de millers d’Euros de services) et qui se fait servir par les esclaves de la Sea Org qui bossent comme des malades pour lui, le scientologue bourré de tunes, lequel IGNORE ou FERME LES YEUX sur les conditions de vie des mecs qui lui délivrent les services, ce scientologue-là est méprisable. Ou aveugle.

      Il obtient sa « liberté spirituelle » sur le dos des « petites gens ».

      C’est comme Nike qui se fait du blé en exploitant des travailleurs (souvent des enfants) du tiers-monde.

      Alors, oui, c’est peut-être une attitude bas de gamme, mais je la revendique.

      1. Mais oui, mais non… 😉 je crois que j’ai compris.

        Ma réflexion était peut-être due au fait que je trouve que j’observe quantité d’émotions lourdes et somme toute pas très nobles même selon des critères tout à fait communs et hors-Sciento, concernant justement la Sciento ou ses membres. C’est un peu un trop plein, pour le dire ainsi.

        Maintenant – j’ai remarqué que pas mal de ces personnes qui ont quitté l’église avaient le comportement que vous décrivez lorsqu’ils étaient en train de faire ces services, tout en étant comme hypnotisés par l’ambiance du groupe. Ces mêmes personnes critiquent d’autres qui sont « dedans » et qui se rendent « coupables » de mêmes actes que eux-mêmes commettaient quand ils étaient « dedans ». Et ils en arriveraient à se mépriser eux-mêmes de ce fait.

        Je trouve cela inutile, une bonne réparation bien ciblée en séance fait tomber le voile et la personne retrouve son intégrité – et sa liberté spirituelle, car je doute fort qu’elle puisse l’atteindre dans les conditions que vous décrivez ci-dessus peu importe le niveau.

        C’est tout à fait différent en ce qui concerne les enfants, ce n’est pas le rôle d’adultes de les précipiter dans des expériences rudes tout en leur volant leur enfance. C’est comme vous dites concernant Nike, mais bon… La Sciento est pour l’instant figée dans les années 50/60, voire dans l’époque où l’esclavage était monnaie courante et ne tient pas compte de l’exploitation des êtres humains dénoncée de nos jours.

        1. D’accord avec vous. Et cela nous amène à la question à deux balles : comment avons-nous pu être aussi aveugles pendant toutes ces années ? Mais c’est un autre débat qui sera bientôt abordé dans le blog.

          Pour l’instant, débattons plutôt de l’incroyable histoire de Jenna et de ce qu’elle a vécu au sein de la Sea Org.

        2. Tout à fait d’accord Pierrot. « Qu’est-ce que la grandeur » semble s’appliquer, n’est-ce pas ? Nous avons tous été aveugles quand nous étions « dedans » , n’est-ce pas ? 🙂
          Honnêtement (mais je suis belge, une fois), le niveau de ton pour traiter la chose ne me semble pas approprié. Oui, nous nous sommes faits exploités, mais ce que nous avons apporté en auditant n’avait de toute façon pas de prix ! Je pense que nous devrions aborder ces expériences de manière moins dualiste. Le Bouddhisme et les premiers écrits de scientologie sont très intéressants à ce propos. On en reparlera…

          1. Je suis tout à fait d’accord avec toi Li Po et toi Pierrot. Je trouve aussi que le niveau de ton n’est pas approprié et que nous pourrions dire les choses d’une autre façon. Merci de voir aussi le bon côté des choses, car il y en a. Je suis aussi d’accord sur le fait qu’il faille dénoncer des choses. Mais d’une autre façon.

        3. « une bonne réparation bien ciblée en séance fait tomber le voile et la personne retrouve son intégrité – et sa liberté spirituelle »

          Bien d’accord avc vous, Pierrot, le souci c’est que cette charge émotionnelle que se trimballent les scientologues qui sont sortis n’a pas pu être effacée dans l’église par une séance ou simplement une bonne indication. Certains sont allés en HCO, ils ont communiqué leur désaccord et le nom qui y était lié (souvent celui de Miscavige) et on les a regardés avec des yeux de chouette effrayée. Le fait est qu’il y a des originations (chose personnelle que l’on communique) qui ne sont pas acceptées surtout si ces originations comportent des noms. Je l’ai vécu et en HCO et en séance. Donc évidémment, ces gens quittent l’église en emportant leur « charge » avec eux et ça fiche un sacré ressentiment. Vous avez été intègre et on vous a dit que vous aviez tort. N’est-ce pas là une belle invalidation de vos perceptions ? Il est donc important que les auditeurs indépendants se mobilisent et se fassent connaitre pour aider ceux qui n’ont pas pu communiquer librement sur les lignes standard de l’église .

          1. Eh oui, vous avez bien décrit ce qui se passe. Ajoutons à cela le fait que les services sont faits par dessus de out-ruds mutuels (des charges, tensions, rudimentaires partagées par les membres d’un groupe) et de ce fait laissent des zones qui ne sont jamais inspectées. Mais aussi des indications à tout bout de champ qui sont peut-être correctes pour le groupe dans le contexte du moment mais incorrectes pour l’individu. Que la programmation de l’individu est axée sur la production du groupe aux dépens parfois de l’intérêt de l’individu, quand audition il y a, car quand il s’agit de staffs n’en parlons pas. J’en passe, mais cela fait déjà un joli cocktail qui contribue au not-isness (négation de ce qui est, là, devant le bout de son nez, ou parfois de l’endroit même où l’être est, lol) et la personne emporte tout cela avec elle quand elle quitte le groupe ou en est éjectée.

            Un gâchis, d’autant plus inutile que cela ne nécessiterait que 10 ou 20 heures pour nettoyer toute la charge et l’individu mais aussi le groupe ne s’en porteraient que mieux.

            (Soupir….. ;-))

          2. Tout à fait d’accord FoolOT. C’est ce que j’ai fait en partant de l’église et ça fait du bien. Il existe un blog où tu peux trouver les noms des auditeurs à l’extérieur. Il existe aussi la Ron’s org Suisse qui est très bien. Désolée, je ne connais pas le nom du blog car je connaissais déjà un auditeur indépendant. Mais si tu ne trouves pas, je peux me renseigner. JO

      2. Beaucoup de scientologues qui arrivent à Flag sont financièrement exsangues. Ils ont tout donné pour arriver là. Ils sont aveugles, bien sûr, concernant beaucoup de choses, mais il est inutile de créer une dichotomie entre staff et public. Le problème, selon moi, n’est pas là. Je sais ce dont je parle : moi et ma femme, nous totalisons plus de 45 ans de staff…

  2. Beaucoup de scientologues ont un malentendu enorme sur les dynamiques.
    Ils « ont  » une troisieme dynamique, au lieu d etre la troisieme dynamique.
    Ils montent leur pont de facon un peu egoiste en not-isant d enormes out point,en essayant de sauvegarder egoistement leur soi disant eternite. Mais cela ne marche pas. On ne peut avoir sa propre liberte servie par des esclaves.
    Tellement introvertis sur la premiere dynamique, les conditions des staff, entre autres choses ne les concernent pas!
    Enorme erreur, ils sont la troisieme dynamique et quand un staff est rendu au rang d esclave,ils sont eux, en tant que troisieme dynamique , rendus au rang d esclave !
    Le maitre mot de la sciento est le mot responsabilite, le fait d’assumer qu’on est le point CAUSE pour tous les efforts et CONTRE EFFORTS sur TOUTES les dynamiques ! Eh oui, on ne peut devenir OT en etant fixe sur sa premiere dynamique ! C est pouquoi on ne s’en sortira pas seul, mais au contraire en assumant qu on est les dynamiques, et non pas qu on a des dynamiques.
    J’espere avoir ete clair!
    En tout cas, merci voltaire 2003, d’avoir abordé la responsabilite sur toutes les dynamiques!
    A +

    1. « On ne peut avoir sa propre liberte servie par des esclaves. »

      Voilà qui est joliment dit et vrai ! Surtout quand cette liberté est apportée par des auditeurs qui, manquant de sommeil, somnolent parfois derrière leur emeter. Mais le signaler reviendrait à condamner ce pauvre auditeur à un séjour en éthique.

      Comment faire ???????

    1. Pour moi, dénoncer des abus sur un ton bienveillant serait… une mésémotion !!!! (une émotion non adaptée à la situation), donc je peux comprendre Voltaire.

      Ceci étant, je comprends aussi votre sentiment car c’est vrai qu’on peut aborder la situation avec grandeur d’âme mais hélas cela ne résoud rien dans la mesure où nous ne pouvons pas remettre l’éthique de l’église en place. Nombreux sont ceux qui ont tenté de le faire et se sont cassés les dents.

      Et… c’est rageant !!!!

      1. Correct ! Ceci dit, il y a d’autres tons sur l’échelle que mépris et bienveillance. Je suis simplement en train de penser aux scientologues « bon teint » qui font dans le dénialisme tout en se posant quand même (secrètement) quelques questions. Il est bien évident que le but n’est pas de mettre l’éthique de l’église en place, mais ces gens-là, eux, peuvent être aidés. Je sais, pour avoir aidé certains à ouvrir les yeux, qu’il faut souvent y aller avec beaucoup de diplomatie. Le simple énoncé des faits est déjà en lui-même suffisamment brutal.

        1. Encore une fois tout à fait d’accord avec toi, Li Po. Je pense aussi que dire les choses qui SONT de façon calme tout en étant clair et crédible (c’est-à-dire des choses vérifiables) c’est déjà ENORME pour les personnes qui sont encore dans ce groupe (ou les personnes qui connaissent peu). Et le dire de façon trop dure, rend les choses moins crédibles et inconfrontables (qu’on ne peut regarder en face facilement).

    2. Chers Li Po, Pierrot.

      J’ai lu vos commentaires.

      Vous orientez le débat loin du sujet.

      Vous suggèrerez la grandeur, vous parlez du ton donné à l’article à tel point que je me suis demandée si tout cela n’est pas une façon de nous faire oublier un court instant qu’il se passe des trucs pas très cool quand même !

      C’est très interressant de voir comment vous vous y prenez.

      Préférer le beau bébé, d’accord, mais ça m’amène à vous poser cette question :

      Le faites-vous exprès ou est-ce vraiment votre opinion alors qu’il s’agit de vos dynamiques ?!!

      Je salue au passage les commentaires d’ Apas et de FoolOT.

      On ne peut pas se défiler et excuser avec des mots du genre « La grandeur « .

      C’est trop facile.

      1. Cher Wavelenght,
        La communication via un forum n’est pas toujours une chose évidente. Quand je parle de bébé, je parle de la tech. Quand je parle de « grandeur », je parle « arc » ou « aider », « humilité », ou d’autres concepts similaires que vous trouverez dans beaucoup de philosophie. Un truc simple, sans chichi.

        Je suis parfaitement d’accord avec les commentaires d’ Apas et de FoolOT. Nous parlons la même langue. Il y a juste une chose qu’il ne faut pas oublier : sur internet et sur ce site, il y a de tout. Des non-scientologues (il faut soigner notre « jargon ») et surtout des scientologues à différents stades de décompression par rapport à l’église officielle. Mes commentaires étaient principalement dirigés dans ce sens. Et j’insiste bien dans un des commentaires sur les abominations créées par Miscavige.

        Je suis scientologue depuis 1975. J’ai dirigé l’ org de Bruxelles, je suis entrainé en tech et admin, j’ai quitté l’église en supportant le « fair game ». Le « mépris » et la condescendance pour les idées « autres », merci j’ai donné, donné et donné. Je suis probablement un des seuls à publier ici avec un lien vers son vrai nom. S’il vous plait, ne soyez pas plus saint que le pape Miscavige !

        Selon moi, le véritable intérêt de ce genre de site, comme aux Etats-unis ceux de Rathbun ou Scientology-cult etc. , c’est d’aider les scientologues dans leurs différents stades de « décompression ». Ce que nous pourrions appeler « auditer un engramme de groupe ».

        Bref, je ne pense pas orienter le débat loin du sujet. Nous avons tous un gros paquet dans les bras. Qu’est-ce qu’on en fait ?

        1. Vous tenez un propos très sensé.

          Et vous avez raison, soignons le jargon. Arrêtons de parler « chinois ».

          Je pense que Wavelength voulais juste dire que le sujet de l’article est le livre de Jenna et qu’on partait un peu dans tous les sens.

          C’est vrai que, jusqu’ici, on en n’a pas parlé beaucoup, de son bouquin.

          1. Oui, le bouquin… encore un à lire, comme beaucoup d’autres qui m’ont aidés à sortir de l’aveuglement. Pour ceux qui parlent anglais, The truth rundown(http://www.tampabay.com/specials/2009/reports/project/part1.shtml ) reste une des meilleurs dénonciations de ce qui se passe au sommet de la scientologie.
            Le pire dans tout cela reste l’exploitation des enfants. J’ai connu plusieurs cas d’enfants de 14/16 ans engagés à l’arrachée par des Sea Orgs et éjectés quelques mois plus tard, complètement perdus et se demandant dans quel galère ils étaient. Dérive classique de beaucoup de religions, et même de mouvements politiques (je vous conseille vivement la lecture des dissidents du communisme stalinien).

        2. « Selon moi, le véritable intérêt de ce genre de site, comme aux Etats-unis ceux de Rathbun ou Scientology-cult etc. , c’est d’aider les scientologues dans leurs différents stades de « décompression ». Ce que nous pourrions appeler « auditer un engramme de groupe ».

          Tout à fait d’accord Li Po.
          Et le plus haut degré possible d’affinité, réalité, communication et donc compréhension aidera.

        3. Bonsoir,
          Je suis tout à fait d’accord avec Li Po. Il y a certainement un « public » très diversifié sur ce site et, de plus, quel est le but et que faisons nous « du paquet » ???? J’aime beaucoup tes communications, Li Po.

      2. Eh bah, Wavelengh, je crois simplement qu’il y a des auditeurs qui s’expriment sur ce site et un auditeur n’est pas un guerrier par nature.
        Le hors sujet vient peut être du fait que les gens , comme moi, n’ont pas lu le livre ?

        1. Hello Boddi woogie, Es-tu sûr qu’un auditeur qui s’attaque à ce qui peut rendre la vie insupportable, voire pire à quelqu’un n’est pas un guerrier. Je pense qu’il a beaucoup de courage et de qualités qui font de lui un combattant « de l’ombre » ai-je envie de dire. Quelqu’un qui va avoir beaucoup d’impact en douceur mais avec beaucoup d’efficacité. Certains ont dit au début de ces commentaires que la force n’était pas la solution. Je le pense aussi mais ce n’est pas pour ça qu’on laisse tomber. Il y a aussi la force des idées, la persévérance dans l’application de cette technologie et le fait de continuer à monter le Pont et le faire monter à d’autres. C’est aussi une façon de « se battre », car quelle est la vraie bataille ?

  3. Ayant lu le livre, je comprends aisément la révolte de Jenna, qui a été nourrie de vérifications de sécurité dès son plus jeune âge.

    La petite enfance, l’enfance, l’adolescence y sont décrites à chacune des tranches d’âge avec le point de vue de Jenna au moment où elle vit les faits qu’elle nous raconte.

    Un enfant est comme un livre vierge sur lequel s’impriment un certain nombre d’événements, bons ou mauvais, qui forgeront son type de raisonnement, et de comportement.

    Jenna n’échappe pas à la règle. Elle est le produit d’une éducation imposée. Une éducation imposée peut avoir deux conséquences : soit elle asservit totalement, soit elle suscite la révolte. Chez Jenna, elle a fini par susciter la révolte.

    Le fait qu’elle est la nièce de tonton Miscavige, No 1 de l’église de Scientologie, ne lui a pas simplifié la vie.

    Mais elle s’est rebellée dès qu’elle en a eu la possibilité physique et mentale.

    Elle n’est évidemment pas la seule ex-Sea Org à s’être rebellée.

    De par son nom, elle est devenue la porte-parole auprès des médias de tous les kids qui se sont rebellés et qui se rebellent encore contre ce système.

    Elle témoigne que les règles de vie, déjà très dures au départ, n’ont fait que se durcir d’années en années sous l’égide de son oncle.

    Dans le livre, il est aussi question de la hiérarchie de la Sea Org et du cloisonnement dans lequel la Sea Org évolue. C’est instructif et passionnant.

    En fait, la Sea Org se compose de castes qui ne se mélangent que très peu entre elles (RTC, CMO, Int. CLO, etc), sauf pour les grands événements internationaux. De plus, aux Etats-Unis, le contact entre la Sea Org et le monde extérieur est extrêmement réglementé.

    Combien y a-t-il de scientologues dans notre beau pays qui ont une connaissance approfondie du monde hiérarchisé de la Sea Org et des pressions et des humiliations subies par les subalternes ?

    Seuls les ex-Sea Org le savent, mais ils ont tous signé un papier comme quoi ils n’en parleront jamais – souvent en présence d’un avocat de l’église.

    Je ne pense pas que tous les anciens membres de la Sea Org qui s’expriment ouvertement racontent des mensonges. Leurs témoignages se recoupent.

    Je ne crois pas que l’église de scientologie dise la vérité quand elle afirme que tout va bien dans la Sea Org.

    Ce livre ouvre trois débats :

    1) Le traitement et l’embrigadement d’enfants dès leur plus jeune âge.

    2) La Sea Org en tant qu’organisme qui dirige la scientologie.

    3) La raison d’être de la Sea Org. Pourquoi LRH l’a-t-il créée ?

    Lisez-le !

        1. Ouais, c’est un putain de bouquin. Que ceux qui ne veulent pas le lire restent bien au chaud au fond de leur coquille et continuent de regarder The Voice. Au moins, ils ne seront pas dérangés dans leur petit confort bourgeois middle class PTS.

          Ah merde, ça y est, j’ai encore envie de vomir…

        2. J’ai donc acheté le livre et l’ai lu ce wek-end. Il est épais mais on est happé. Mon ordi personnel analysait tout du long les mésaventures de Jenna et disait « oui, c’est vrai » et « oui, j’ai vu ».

          Le fait est que quand on ne fait pas de vague à Flag (ou ailleurs) tout va bien, dès qu’on sort, ne serait-ce qu’un orteil du moule, la foumillière entre en ébullition !

          Le chaos que suscite le simple désir pour une jeune femme d’embrasser son amoureux est stupéfiant. A bien y regarder, il y a dans la sea-org une sorte de puérilité paranoïaque. On y fait sans cesse des montagnes de rien et les sea-org brassent un vent considérable et lèvent des tsunami autour des événements les plus anodins de la vie, comme le flirt entre deux adolescents.

          Cette doctrine me rappelle celle, très rigoureuse, des Jésuites qui professent trois vœux : pauvreté, chasteté et obéissance à leur supérieurs. Est-ce que le contrat de 1 millard d’années de la sea-org stipule clairement que la personne entre en fait dans un couvent coupé du monde extérieur ? Je ne pense pas, sinon il y aurait bien moins de gens qui signeraient.

          Quant au régime « sans parents » et discipline militaire imposé aux enfants, c’est abject. Indigne d’un mouvement qui dit défendre les droits de l’homme. J’ai franchement honte et savoir que les « wogs » (les non-scientologues) sont taxés de « tas de viande » me hérisse le poil ! Quel mépris de l’être humain que l’on est censé sauver.

      1. Bien c’est aussi mon sentiment pour tout ce qui concerne
        la situation générale.
        Ça bouge, il y a de fortes chances que ça ne s’arrêtera pas, le monde bouge lui aussi sur les réseaux sociaux.
        Ce qui doit être dénoncé le sera.

    1. Merci.

      « En fait, la Sea Org se compose de castes qui ne se mélangent que très peu entre elles (RTC, CMO, Int. CLO, etc), sauf pour les grands événements internationaux »

      Diviser pour régner, n’est-ce pas?

        1. Je n’ai pas encore lu le livre de Jenna, j’ai juste suivi son arrivée sur le forum de ESMB à l’époque, et parfois je lisais ce qui était posté sur son site ex-scientology kids. Les récits du vécu de ces enfants avait de quoi révolter et amener des larmes aux yeux. Pour l’instant je lis Going Clear de Lawrence Wright, livre fascinant au narratif très bien maitrisé avec un humour sous-jacent que j’aime bien.

          Je m’intéresse très peu à la politique, mais je me dis que le plus facile pour un dirigeant serait d’avoir le contrôle d’une organisation, ou de n’importe quelle entité, en déléguant au maximum tout en favorisant les communications ouvertes entre toutes le divisions, départements, public ainsi qu’avec le monde extérieur. Ainsi il n’y aurait pas de donnés omises qui empêcheraient une analyse de situations de façon à remédier à tout écart d’une scène idéale idéales pour le groupe mais aussi pour chaque individu, public etc.

          Pour autant qu’un dirigeant souffre d’insécurité, ou est là pour d’autres motifs que ceux avoués, etc. , et se mette à diriger en utilisant de la force il aura plus facile de diviser plutôt que d’avoir affaire à une organisation intègre. L. Wright décrit comment Miscavidge dresse les cadres exécutifs les uns contre les autres, d’une manière insidieuse ou avec, disons, une certaine force de frappe. L’incident de chaises musicales au rythme de Bohemian Rhapsody de Queen montre bien comment chacun peut écraser un autre pour sauver sa peau. Il s’agit de cadres ici et gageons donc que ce comportement se répercute aux échelons inférieurs du management.

          C’était un syndrome bien présent dans le Bloc de l’Est à l’époque. Toute l’idée de rapports de connaissance, ces KR ou Knowledge Reports, est utilisée pour renforcer une telle dictature. Qu’il soit écrit selon « c’est pas moi, c’est lui » pour sauver sa peau, ou pour bien se faire voir là-haut, il peut avoir pour résultat que quelqu’un se retrouve dans le RPF, pour des raisons politiques en définitive = encore une séparation, division, avec davantage de pouvoir pour la dictature.

          Le procedé de déconnection est du même genre. Une famille ou un sous-groupe est divisé, les individus isolés, et voilà. En fait les lignes de communication horizontales (d’une entité à une autre au même niveau de la hiérarchie) sont détruites ou altérées, et la ligne de communication verticale, du haut management vers un membre de groupe isolé, est renforcée.

          Quand on est staff ou public on peut être stupéfait devant les nouvelles mondiales de toutes ces orgs qui prospèrent et ont des stats mirobolantes, toutes sauf celle dans laquelle on se trouve. Puis on va dans une AO on discute avec des staffs ou public d’autres orgs, à demi-mot, pas de quoi faire un rapport, et on s’aperçoit que la situation là-bas est similaire, mais différente de ce qui est rapporté dans les promos.

          Etc.

          Finalement tout cela crée des communications refoulées et conflits. Et la loi de la Tierce Partie, inconnue, non-détectée, mais laquelle crée ces divisions entre des individus ou entités est tout à fait d’application. Lorsque des gens ne sont plus sous emprise de cette 3ce partie leurs communications explosent sur le net, comme si un barrage se rompait.

          Je ne sais pas si cela correspond à ce qui est décrit dans le livre de Jenna, mais voilà l’idée de ce que j’ai considéré en lisant tes lignes.

          1. Merci d’avoir développé, Pierrot. Excellente analyse.

            Le livre de Jenna m’a appris beaucoup de choses que j’ignorais.

            Un public ne voit pas plus loin que le bout de la course room et des salles d’audition.

            Au départ, la Sea Org était pour moi avant tout constituée de religieux en uniformes dans l’esprit star trek.

  4. Bravo Voltaire, il faut s’énerver mon cher !
    Le grand message des scientologue qui ferment les yeux, c’est « pas d’entheta ». Il y a des choses qui ne vont pas mais il ne faut pas en parler publiquement. Se taire pudiquement.
    Vous, mon cher Eric, talentueux porte-parole (c’est vrai qu’il a du talent ce garçon, il cloue bien le bec aux journalistes), comment pouvez-vous tolérer cela ?
    Vois croyez vraiment que cette chère nièce ment ? Ainsi que son papa, sa maman, son grand-père (le papa de David a mis les voiles), son mari, les parents de son mari, et tous ces ex sea orgs souvent de TRÈS haut niveau. Ils ont tous été acheté par big pharma ? Vous y croyez ? Ou vous essayez d’y croire…
    Est-ce que les expériences de Jenna Miscavige sont une application d’une donnée de scientologie ?
    Ça ne vous a pas effleuré que Miscavige puisse être un taré ? Non, vous ne vous êtes pas dit : et si c’était vrai.
    Monsieur Grossmann qui combattiez l’inhumanité des psy, vous pensez que les traitement décrits par Jenna Miscavige sont humains ? Comment pouvez-vous ne pas vous révolter contre ça ?
    Vous savez ce que vous êtes : des cocos.
    Oui, vous ressemblez à des communistes staliniens, vous êtes de vrais sosies de militants terrorisés et obéissants.
    Comme eux, vous parlez la langue de bois, vous essayez de refouler toute critique et votre bon sens.
    Vous êtes à l’intérieur de votre bulle à laisser votre philosophie être détruite par ce dictateur totalitaire.

    1. Eh ben dites, Marie-Antoinette, vous n’y allez pas avec le dos de votre royale tête coupée ! 🙂

      Peut être se disent-ils que sans leur David Caca 40*, l’église serait foutue ? L’église catholique va bien changer de leader, elle ! Personne n’est irremplaçable quand il s’agit de gérer (pas de créer une technologie bien sûr).

      (*) Le fond de commerce de Miscavige c’est la tech de Ron qu’il vend sous toutes les formes.

  5. Il y a un concept qui s’appelle le « dénialisme » (voir article en anglais sur le blog de Marty Rathbun), qui consiste à dire que ça n’existe pas. C’est un effort pour nier l’existence de quelque chose. Du not-is, quoi. C’est tout à fait cousin avec le négationnisme.
    Les communistes niaient les bagnes sibériens, les membres de l’église doivent nier la déconnexion, le Trou, etc…
    Tout cela est bien entendu contraire à tout ce que professait Hubbard.
    C’est un effort pour garder sa réalité, ne pas laisser entrer des idées qui feraient qu’on ne pourrait plus continuer. Il faut nier ce qui est là, c’est le dénialisme.

        1. Ce ne sont pas les autres mais la personne elle-même qui n’accepte pas le fait (d’être enceinte, malade, etc).
          Par exemple, une femme enceinte qui ne voulait absolument pas d’enfant et qui refuse complètement le fait d’être tombée enceinte. Si elle se comporte comme si elle n’était pas enceinte, aussi bien dans ses paroles que dans ses actes, c’est ce qu’on appelle « un déni de grossesse ».

  6. Quand on est public, staff ou sea org depuis pas mal de temps, qu’on a fait de gros gains et qu’on s’y est donc bien accroché, c’est très dur de regarder cette réalité en face parce que ça fout en l’air d’énormes données stables sans rien à mettre à la place. C’est horrible à traverser.
    Et puis si on a vraiment envie de devenir clair ou OT, c’est aussi l’espoir qui s’effondre de s’en sortir un jour parce que beaucoup ne savent pas qu’on peut avancer en dehors des églises ou pensent que ce qu’il y a n’est que du squirrel (la technologie altérée).
    Ce qui fait 2 très gros points qui contribuent largement à nier l’évidence ou à mettre de côté les indices de ce qui se passe réellement.
    ça demande beaucoup de courage et un haut niveau de confrontation.
    Difficile par les temps qui courent vu comment les églises introvertissent les staffs et publics avec tous ces sec check, etc. On ne peut pas avoir une grande capacité à confronter en étant introverti.

    1. C’est marrant cette capacité à excuser la connerie humaine. Me semble que Hubbard appelait ça « reasonableness ». Ou comment rationaliser compulsivement.

      C’est à se demander si les hommes ne naissent pas moutons pour finalement finir chèvres.

      Bêêêêêh…

      1. Je n’excuse rien.
        Je suis simplement plus intéressée à comprendre puisque certains/nes (et moi la première pendant un certain temps après avoir quitté l’église) posaient la question de « comment on n’a pu ne pas voir ».
        Mais peut-être que le mot « comprendre », qui est la résultante de l’ARC, ne signifie pas grand chose pour vous et que vous préférez blamer…
        Chacun son chemin, je préfère le mien et vous laisse à votre bénitier.

          1. « Qui aime bien, châtie bien » dit le proverbe. Hélas ! Pas toujours vrai ! L’affinité peut être un vrai piège. Elle nous rend parfois tout mou, sans volonté… On a vu que ça n’allait pas mais il y avait cette affinité ambiante, ces flatteries… Et puis un jour, vous croisez un reg qui ne vous dit pas bonjour alors que la veille il vous flattait pour vous faire ouvrir votre chéquier et là, vous réalisez que La Fontaine ne racontait pas des conneries avec son corbeau et son renard !

          2. Li Po, voici ma réponse :

            Moi, la merde que j’ai eue dans les yeux, c’est un truc tout con : la confiance et la paresse. Je voyais bien qu’il y avait des choses qui déconnaient : les orgs idéales, les OT morts et malades, etc, mais je me disais que ça s’arrangerait un jour, que les choses seraient corrigées – une attitude de gros faignant, quoi.

            C’est en lisant les articles de Freedom en 2010 que j’ai pigé que les choses s’arrangeraient jamais car l’église était dirigée par une confédération de zinzins.

            Franchement, j’ai aucune exucuse car j’avais déjà vu pas mal de trucs qui merdaient depuis des années. Contrairement à pas mal de scientos qui eux aussi avaient observé qu’il y avait des couilles dans la semoule et qui ont envoyé des montagnes de KR chez les grosses huiles du top (mis)management sans recevoir de réponses, moi j’ai rien fait car j’ai toujours vomi la bureaucratie sous toutes ses formes. Les routing forms, les programmes, les admin scales, ça me gonfle. Ecrire des rapports, ça me gonfle. Les règlements, ça me gonfle.

            Y en a qui trouve ça bien. Tant mieux pour eux. Moi ça me casse les bonbons.

            Donc, finalement, me voilà dehors. Bye bye la church des zombies.

            J’ai été comme qui dirait responsable de ma condition et, en n’agissant pas, responsable de la condition actuelle de la church. Comme l’a dit très justement apas, on EST les dynamiques.

            Au début, je me suis mentalement botté le cul. Je pense qu’on passe tous par là. Et puis, un jour, je me suis juste dit que j’avais vécu une expérience finalement très enrichissante, avec ses hauts et ses bas. Point barre.

            Y en a plein qui mettent tout sur le dos de Miscavige. C’est vrai qu’il a bien baisé tout le monde mais on lui a quand même dit amen, faut pas l’oublier. On l’a bien aidé à transformer la sciento en une grosse merde bien puante. Et même si on en est sortis, on en trimballe encore un peu l’odeur. On va avoir du mal à s’en débarrasser.

            Le jour où Miscavige se fera serrer et se retrouvera en taule, y aura un de ses clones qui prendra sa place – faut pas se faire d’illusions.

            Pour moi, tout ça, ça doit être l’occasion de remettre les choses à plat. Va falloir prendre tout ce qui est bon et jeter tout ce qui est nase.

            Et surtout vivre sa vie le moins sérieusement possible. Les scientos avec un balai dans le cul, merci bien, j’ai donné.

    2. Merci Harmonie. C’est comme cela que cela se passe, en effet, et cela n’est pas toujours facile. D’un autre côté, rien de plus exaltant d’être à nouveau maître de ses dynamiques, de ne plus élire un être, un groupe ou quoi que ce soit comme étant maître de notre destinée. Oui, si tu comprends la définition de responsabilité, nous sommes tous seuls, mais tous ensemble, face à notre vie.

      1. « Comment se fait-il qu’on a tous eu de la merde dans les yeux pendant des années ? »

        Moi, j’ai une réponse : ON A RIEN VU PARCE QU’ON ETAIT TOUS PTS !!

        Quand on est hors de l’église, comme vous le soulignez très justement on redevient maître de ses dynamiques. Donc forcément, si on ne l’était pas dans l’église, c’est qu’on était opprimé, donc PTS. C’est pas une honte.

        1. Tout à fait d’accord Tournicotis. J’ai d’ailleurs eu un GAIN ENORME lorsque j’ai pensé que je quittais l’église. Et, par la suite, il suffisait que je pense que je n’y retournerai plus jamais pour avoir un sourire jusqu’aux oreilles. J’ai compris qu’en effet, j’étais PTS et que tous ceux qui en font partie le sont aussi.

  7. Tout ceci revient finalement à l’application du code d’honneur . « Votre intégrité personnelle est plus importante que votre vie immédiate ». Ne pas voir, notiser les out tech, les violations des droits de l’homme, les out Pls et j’en passe, c’est violer son intégrité personnelle pour son avancement personnel. Se laisser manipuler, se laisser devenir des robots des esclaves , c’est par violations de sa propre intégrité, violation de son propre savoir. On l’a tous fait. On a tous un jour ou l’autre « su » ou « vu » que ça n’allait pas, que la tech changeait, que les staffs et les SO souffraient, que l’éthique devenait suppressive etc…Et , on a tous été raisonnable, on s’est tous laissé « manier » pour rentrer dans le rang. Juste pour pouvoir gagner notre éternité, pour avoir le droit au niveau d’après, pour pas avoir de problèmes , pour « avoir l’approbation de la part des autres » (autre point du code d’honneur) on s’est assis sur notre intégrité personnelle. Rien ne sert de se blâmer ou de blâmer l’église, le blâme étant vraiment trop bas sur l’échelle. On l’a fait point; assumons, prenons responsabilité pour notre couardise(ou comme vous voudrez l’appeler) et maintenant creusons la route bien droite et appliquons le code d’honneur, pour de vrai cette fois.

    1. Oui, on a tous été raisonnable. Personnellement, j’ai remonté ma condition et en ai ressenti un soulagement énorme. Je conseille ce bon vieil outil des conditions, il a une grande efficacité pour qui ne peut se faire auditer.

  8. HUBBARD COMMUNICATIONS OFFICE
    Saint Hill Manor, East Grinstead, Sussex
    LETTRE DE RÈGLEMENT DU HCO DU 11 MAI 1970

    Repolycopier

    N° 2 DE LA SÉRIE SUR LES DONNÉES
    LA LOGIQUE
    Cela fait bien trois mille ans que le sujet de la logique a fait l’objet de discussions sans aucune véritable percée majeure d’une grande utilité pour ceux qui travaillent avec les données.
    La LOGIQUE est le sujet qui traite du raisonnement. Au cours des âges, certains ont tenté de la qualifier de science. Mais c’est une étiquette qu’on peut rejeter comme étant fausse et pompeuse.
    S’il existait une telle « science », les hommes seraient capables de penser. Or il n’en est rien.
    Le terme lui-même est rébarbatif à l’extrême. Lisez un texte sur le sujet de la logique et vous deviendrez complètement fou à essayer de le comprendre, et plus encore d’apprendre à penser.
    Malgré tout, la logique ou l’aptitude à raisonner est vitale pour un organisateur ou un administrateur. S’il ne peut pas penser clairement, il n’arrivera pas à tirer les conclusions essentielles pour prendre des décisions correctes.
    Un bon nombre d’organismes, de gouvernements, de sociétés et de groupes tirent avantage de ce manque de logique, et cela depuis fort longtemps. Pendant la majeure partie des deux mille dernières années, le principal éducateur occidental (l’Église) a fonctionné d’après la théorie selon laquelle l’homme devrait être maintenu dans l’ignorance. Une population incapable de penser ou de raisonner peut facilement être manipulée à coup de mensonges ou au nom de causes pitoyables.
    Ainsi, la logique en tant que sujet n’a-t-elle pas reçu beaucoup de soutien, loin s’en faut.
    …/…
    L. RON HUBBARD
    Fondateur

  9. « Jenna n’a jamais reçu d’audition durant les 19 ans qu’elle a passés à la Sea Org. Par contre elle a reçu des centaines d’heures de sec checks (confessions forcées) et ce, dès un très jeune âge. »

    SCANDALEUX !

    La dramatisation de l’éthique est un symptôme de suppression décrit par Lrh lui-même dans le texte « du comportement humain ».

    Il disait aussi que la politique de la punition ou de la sanction entraîne destruction, fuite, abandon, défaite.

    On est en plein dedans ! La destruction de l’église a commencé, des gens fuient, des gens abandonnent. La défaite est proche…

    Miscavige participe activement à son effrondrement car à l’heure qu’il est, il doit multiplier les sec-checks !

  10. Je viens de lire 53 pages du livre de Jenna et me revient subitement en mémoire que des données importantes sur la famille ont été retirées EN MARS 1989 de la lettre de réglement « Ethique, Justice et dynamiques » initialement rédigée en juillet 1980.

    Quinze précieuses lignes où Lrh dit, entre autre, que tout le futur de la race dépend de notre attitude envers le sexe et les enfants. Il ajoute « Quand les enfants ne deviennent plus importants pour la société, cette société a perdu son avenir ».

    On pourrait extrapoler et dire  » quand les enfants deviennent plus importants pour la sea-org, cette sea-org a perdu son avenir ».

    Quand des parents sea-org expliquent à leurs enfants qu’ils ne peuvent pas s’occuper d’eux parce qu’ils doivent sauver le monde, ils sont en train de tirer une balle dans leur 2ème dynamique.

    Lrh dit encore dans le passage qui a été supprimé : « l’out-éthique de deuxième dynamique frappe le coeur de notre survie future ».

    Avec le témoignage de Jenna, la sea-org se prend un retour de flamme à la hauteur de ce qu’elle fait endurer aux enfants en les coupant de l’amour et des repères de leurs parents.

    1. On pourrait extrapoler et dire » quand les enfants ne deviennent plus importants pour la sea-org, cette sea-org a perdu son avenir ».

      Dans l’absolu, il ne devrait pas du tout y avoir d’enfants dans la Sea Org. Les parents qui autorisent leurs enfants à rejoindre la Sea Org avant l’âge légal de la majorité sont des irresponsables.

      1. Je suis d’accord. Je connais des français qui, lors d’un séjour à Flag, y ont laissé leur fille de 13 ans « parce qu’elle s’y sentait chez elle ». Le fait est qu’elle se sentait certainement plus en vacances qu’investie d’une mission ! Bref, elle a signé pour un milliard d’années et… terminé la piscine et les coktails de jus de fruits !!! Au bout de quelques semaines de discipline militaire, elle était tellement malheureuse et paumée que ses parents sont allés la récupérer en urgence. Honte à eux !!!

      2. c’est discutable…
        La spiritualité et une implication forte dans celle ci n’a rien à voir avec l’arbitrage de « l age legal » vous dites ca Mr Voltaire puisque la sea org est comparé ici à un goulag, malheureusement il y a peut etre du vrai, mais cela aurait pu etre différent, avec des gens dévoués et RESPECTE à leur juste valeur, cela aurait debouché sur des meilleurs résultats. le sujet n’est pas enfant ou pas enfant / Clarifier la planete c’est un beau but en soit, et les plus dévoués merite notre respect. Apres qu’ils soient pour certain devenu manipulés, et exploités est un autre sujet qui aurait du etre maniés car c’est effectivement un des out point. Ca ne colle pas avec l’esprit sciento d’amélioration spirituelle. Je pense que ca doit rendre certains d’entre eux totalement depressifs

      1. Hello JO ! Les 15 lignes retirées portent sur le sexe, le comportement à avoir avec les enfants et la promiscuité. Quand on vit à plusieurs familles dans des appartements ou dans des dortoirs, comme l’explique Jenna Miscavige, la promiscuité existe et favorise les flirts et adultères.
        Si orgs avancées = promiscuité, c’est sûr que ce passage ne pouvait pas rester dans la lettre de réglement « Ethique, Justice et dynamiques » !!!
        Le management essaie de supprimer toute la tech qui pourrait se retourner contre lui.
        Dans le livre de Jenna, on découvre à quel point les sentiments amoureux et la sexualité sont réprimés chez les adolescents. Flirt et amourette interdits sous peine de sanction sévère ! La puberté est devenue un péché mortel. Qui aurait cru que les Sea-org se comportent comme les talibans ?

  11. J’imagine les commentaires des membres d’OSA s’ils lisent les commentaires de ce blog : « Oh ces gens qui ont quitté l’église, comme ils sont critiques, comme ils sont bourrés de retenues ! »

    Dans une conférence des PDC (la 61), Ron Hubbard dit :

    « Le niveau le plus bas qu’une personne puisse atteindre sur l’échelle des tons, c’est de ne pas vouloir critiquer, ne pas vouloir être critique. Une personne ne peut rééllement pas aller plus bas…ne pas vouloir être critique parce que la critique conduit directement à l’invalidation. »

    Dans l’esprit d’une personne, critiquer revient à invalider et inavlider c’est vilain et pô bien du tout… et c’est ainsi qu’on ferme les yeux sur les horreurs de ce monde.

    Critiquer, mesdames et messsieurs d’OSA, n’est pas toujours un symptôme de péché, c’est aussi l’expression d’un désaccord virulent et fondé.

  12. Témoignage terrible de la nièce du dictateur. Quand on signe staff ou sea org, on le fait au départ pour un but humanitaire. Si les buts étaient tels comme énoncés au départ, travailler 15 h par jour ne serait pas grand chose. A condition, je le répète que les buts soient vrais. En contrepartie de son temps et de sa vie, un staff ou un sea org devrait se faire auditer, devrait étudier et devrait se faire chouchouter.

    Comme les buts sont faux, le reste ne suit pas. C’est du goulag plus….Donc vaste arnaque.
    Les scientologues publics s’acharnent à gagner du pognon, toujours plus. Crédit bancaire hors limite, problèmes quotidiens style comment honorer les crédits, et comment gagner plus.

    Pourquoi des scientologues après OTIII se font avoir ? Simple : Flag fait du chantage à l’éternité. Encore plus vrai si vous êtes sur Solo Nots. Le deal est : Tu payes ou ton pont s’arrête. Quand vous êtes au milieu de VII, ça fait tout drôle.

    Avez-vous le temps de méditer sur le sort des sea orgs members ? Pas trop justement, car le pré OT est englué dans ses problèmes de tunes et de liberté totale.

    Ajoutez à cela le jeu de massacre de l’out tech sur les OT V et VII, (vrai également pour les niveaux en dessous et le bas du pont aujourd’hui) et vous obtenez un OT bancal. C’est comme les films en noir et blanc, Dédé le bancal, Jo le balafré, Bob le balèze….. Bref, la super trahison est là.

    Arnaque totale. Un Pré OT V ou VII ne sort jamais indemne de cette histoire. Soit il a des problèmes mentaux après, soit des problèmes physiques, ou alors le jackpot : les deux, mon colonel….. Il peut être mûr pour Alzheimer….. Remarquez la but final d’ OT 8 est libéré de l’amnésie de la piste totale, (la mémoire entière) mais l’Alzheimer est libéré tout court, puisqu’il ne se souvient de rien.
    Quel gâchis monumental…

    C’est du Miss…Cave….Ridge…

    Elle est pas mauvaise tiens…

      1. La maladie des OTs est soigneusement cachée pour que le sang contaminé continue à être vendu… Oups pardon, mais qu’est-ce que je raconte ! Pour que le Pont continue à être vendu !!! La maladie n’est plus du tout un symptôme d’oppression dans l’église. Tout ça, c’est la faute aux vilains pesticides et à Fukushima ! Il est impossible d’avoir gain de cause avec des amis à qui l’on a implanté une telle fausse donnée.
        Bientôt on dira que les cancers des Ots sont dûs au cheval qu’il y avait dans les lasagnes ! Et je plaisante à peine.

Laisser un commentaire