Les mécanismes de contrôle de la scientologie

Certains se demandent peut-être pourquoi je ne parle pas davantage des déboires juridiques de l’église aux Etats-Unis, de sa politique de recentralisation à Flag, du fiasco phénoménal des morgues idéales ou du tourbillon de panique dans lequel est actuellement pris David Miscavige, petit dictateur couard et sadique qui règne sur une poignée de fidèles endormis et qui vient de tuer, coup sur coup, plusieurs poules aux oeufs d’or en transformant les lancements de GAT II et de Super Power, ainsi que la fiesta annuelle de l’IAS, en des non-événements floridiens dont on ne connaît toujours pas les dates. Oui, pourquoi n’ai-je pas parlé de tout cela ?

Ma réponse est simple : l’église de scientologie, telle qu’elle existe à l’heure actuelle, est embarquée dans une spirale d’autodestruction inexorable, alors pourquoi tirer sur l’ambulance ?

Non, ce qui me paraît bien plus intéressant, c’est de comprendre comment bon nombre d’entre nous, scientologues et ex-scientologues, avons pu adhérer à une idéologie qui s’apparente à celle de la Corée du Nord. Car, ne nous y trompons pas, la scientologie, quelle que soit la valeur de sa technologie, est un mouvement aussi dangereux et néfaste pour l’humanité que l’ont été le nazisme, le maosime ou le stalinisme.

J’ai largement puisé dans plusieurs interviews récentes de Jefferson Hawkins, ex-responsable du marketing international de la scientologie. Son analyse de la nature de l’éthique scientologique est claire, précise et non dénuée de bon sens. C’est Tony Ortega qui a publié ces interviews.

C’est parti.

Projetons-nous d’abord 63 ans en arrière aux Etats-Unis. Lorsque LRH publie en 1950 La Dianétique – La Science Moderne de la Santé Mentale, le livre est un succès inattendu qui propulse son auteur sur le devant de la scène. Ce qu’il propose dans son livre, c’est une thérapie (l’audition) qui permet de débarrasser l’individu de tous les traumatismes qui lui pourrissent la vie depuis la conception. Le mot clé, ici, est thérapie. Dans son livre, Hubbard promet la lune : un individu « clair » qui ne tombe plus jamais malade et qui baigne dans une joie de vivre permanente – et ce, sans l’aide de médicaments ou de traitements médicaux. Ni une ni deux, les gens commencent à s’auditer entre eux et des groupes d’auditeurs se forment spontanément aux quatre coins du pays.

Aussitôt, le monde de la médecine et de la psychiatrie hurle au charlatanisme, attaque violemment Hubbard dans les médias et tente de récupérer le sujet et de le tuer dans l’oeuf. Hubbard, seul contre tous, sombre peu à peu dans la paranoïa – une paranoïa qui, au fl des années, se traduira par une idéologie de plus en plus extrémiste et isolationniste dans laquelle tout individu qui n’est pas d’accord avec lui ou avec la scientologie doit être considéré comme un ennemi à abattre.

Et c’est ainsi qu’est né le système d’éthique de la scientologie qui est un mécanisme de contrôle vicieux destiné à maintenir les adeptes dans le rang.

Première étape : redéfinir le mot « éthique » et démontrer que l’humanité va mal car elle ne possède pas une « vraie technologie de l’éthique ».

L’éthique est l’ensemble des actions que l’individu applique à soi-même.

Ici, la notion de bien et de mal inhérente à l’éthique a disparu. L’éthique devient une espèce d’action autorégulée – l’individu « met son éthique en place », pour employer le jargon scientologue. Oui, mais comment met-on son éthique en place ? En appliquant la technologie de l’éthique, bien sûr !

Sans une technologie de l’éthique, l’individu est incapable de mettre l’éthique en place sur lui-même et de s’empêcher de commettre des actes anti-survie. Résultat : il entame sa propre destruction. Il ne remontera la pente que s’il utilise la technologie fondamentale de l’éthique et qu’il l’applique à lui-même et aux autres.

Le décor est planté. Toutes les vieilles définitions de l’éthique sont périmées et vaseuses. Par bonheur, la scientologie peut vous enseigner ce qu’est vraiment l’éthique.

Des termes tels que bien et mal, vivant et mort, bon et mauvais ne sont utilisés qu’en conjonction avec des échelles graduées.

Autrement dit, si vous croyez savoir ce qui est bien ou ce qui est mal, vous faites fausse route. Si vous vous demandez si c’est bien ou mal de faire telle ou telle chose, la vraie réponse est : ça dépend.

En effet, l’éthique, c’est l’application de la raison pour le plus grand bien (le plus grand nombre de dynamiques) – mais de façon autodéterminée. Sauf que l’individu ne saurait être autodéterminé et éthique que s’il apprend et connaît la technologie de l’éthique.

La solution optimale à un problème serait toute solution qui serait la plus bénéfique pour le plus grand nombre de dynamiques.

Ce qui ouvre la porte à : La fin justifie les moyens. et à : On ne peut pas faire d’omelettes sans casser des oeufs.

C’est ce genre de raisonnement qui fait que le scientologue lambda va commettre des actes stupides, répréhensibles ou illégaux en prétextant que « c’est pour le plus grand bien ». Ce genre de raisonnement justifie tout : le mensonge, le chantage, la manipulation, la déconnexion.

Cela justifie également qu’on sacrifie ses première et deuxième dynamiques au profit des buts de troisième et quatrième dynamiques de la scientologie. Un scientologue qui serait trop centré sur ses première et deuxième dynamiques serait très mal vu et forcé de réétudier la technologie de l’éthique, voire sanctionné par l’éthique.

En outre, une personne qui ne serait pas à 100% engagée dans des activités de troisième et quatrième dynamiques a probablement des « overts » et des « retenues ». « Overt » est un mot inventé par Hubbard qui signifie : péché, action antisurvie. Et une « retenue » est un overt, un péché, un acte antisurvie dont la personne ne veut pas parler.

En scientologie, les overts et les retenues sont principalement des péchés ou des mauvaises pensées à l’encontre de Hubbard, Miscavige ou du sujet lui-même de la scientologie. Ce sont les seuls overts et retenues qui intéressent l’église.

Tant qu’on ne se sera pas délesté de ses overts et de ses retenues, on ne retirera aucun bienfait de l’audition et on n’appartiendra pas vraiment au groupe – telle est la rengaine que l’église assène à ses paroissiens. Pour confesser ses péchés et ses mauvaises pensées, la personne peut soit les rédiger sur des feuilles de papier qui seront ensuite classées dans son dossier d’éthique, soit les communiquer à un auditeur dans le cadre de confessions (security checks) à l’électromètre. Tout overt ou mauvaise pensée à l’encontre de l’église, de Hubbard ou de dirigeants de l’église sont notés par l’auditeur qui les transmet ensuite à l’officier d’éthique qui les classe dans le dossier d’éthique de la personne. Ces informations pourront être utilisées contre la personne si cela s’avère nécessaire.

Dans la religion catholique, les péchés confessés au prêtre le sont verbalement et demeurent strictement entre le paroissien et son confesseur. En scientologie, les péchés sont soigneusement consignés par écrit et potentiellement utilisables pour faire chanter le paroissien.

Confesser ses péchés peut apporter un grand soulagement. La valeur spirituelle ou thérapeutique de la confession est avérée. C’est ainsi que l’église de scientologie justifie les incessants sec checks qu’elle fait subir à ses paroissiens.

Hubbard, à mesure que sa paranoïa augmentait, a décrété que toute personne qui était en désaccord avec la scientologie ou avec lui avait automatiquement des overts contre l’église et contre lui, ce qui faisait de la personne un ennemi qu’il fallait détruire par tous les moyens. Ce raisonnement simpliste et fallacieux est à la base de tous les gros dérapages et de toutes les dérives qui ont eu lieu au cours des quarante dernières années (création de l’organisation paramilitaire appelée Sea Org, opération Snow White, condamnation de Mary Sue, excommunication de milliers de scientologues en 1983, évasion fiscale de LRH dans les années 70, puis durant les dernières années de sa vie, etc, etc).

Une autre donnée simpliste et fallacieuse du même accabit a été que les scientologues qui « blowaient » (quittaient la scientologie) avaient forcément des overts et des retenues contre l’église.

Si on suit ce raisonnement, quelqu’un qui quitte son job pour aller travailler ailleurs a forcément des overts et des retenues contre sa boîte. Sauf qu’on lui a peut-être offert un travail plus intéressant et mieux rémunéré. Ou bien une femme battue qui quitte son mari a forcément des overts contre lui.

Et les pires pécheurs de tous, ce sont les scientologues qui quittent la scientologie parce qu’ils en ont assez de son régime fasciste et de recevoir vingt coups de fil par jour de l’IAS. Ceux-là, c’est sûr, ce sont des criminels bourrés d’overts et de retenues qu’il faut absolument mettre hors d’état de nuire.

Il reste encore beaucoup de choses à dire sur la « technologie » de l’éthique scientologique mais je m’arrêterai là pour aujourd’hui car il faut absolument que j’aille au plus vite confesser mes derniers péchés.

90 réflexions sur « Les mécanismes de contrôle de la scientologie »

  1. cher voltaire,
    Expliquez moi pourquoi j’ai audité des milliers d’overts et n’en ai jamais transmis un seul à l’éthique . Votre billet manque cruellement de précision. Vous décrivez une dérive totalitaire de l’éthique, qui certes est bien réelle et qui nous a tous fait souffrir, mais votre billet serait bien plus percutant s’il était plus nuancé…

  2. Je pense Voltaire que vous assimilez le groupe au sujet. Je suis vraiment désolée de vous dire que je ne pense pas comme vous.
    L’église de sciento est un groupe totalitaire dirigé par un sociopathe. Mais elle ne porte ni dans sa philosophie ni dans sa technique les germes de cette dérive.
    Le règlements d’éthique dont vous parlez sont un millième de pour cent du sujet. Et ils ont été adoptés comme dans un lycée ou collège on crée un règlement sans que ça ait quoique ce soit à voir avec l’enseignement dispensé.
    Je ne suis pas une scientologue dans le sens où je ne me reconnais pas dans ce groupe ni dans l’exclusive que ça représente. Mais ayant les connaissances que j’ai du sujet, je ne peux pas ne pas protester contre cette identification.
    Non, la scientologie n’a rien à voir avec le nazisme ou le stalinisme. Que Miscavige et quelques autres aient pu faire de bons nazis dans leur façon d’être et de faire : oui.
    Toute pensée totalisante est à la merci du totalitarisme.
    La sciento est tombée dedans. C’est un sujet de réflexion qui ne peut être expédié d’un coup de cuillère.

  3. Et s’ils sont tombés dedans c’est parce qu’ils sont comme n’importe quel être humain moyen, ils ne pensent pas par eux-mêmes. Je vous renvoie aux écrit d’Hannah Arendt sur la Banalité du Mal et les Origines du Totalitarisme. L’indicible est accompli par de braves gens qui font leur devoir stupidement, pour la patrie, leur religion, leur parti.
    Mais ce type de pensée obéissante au dénominateur commun du groupe, le mental réactif, et à l’opposée exacte de la philosophie de la scientologie qui malgré cela a été quand même prise dans les mailles du filet.
    Le monde vit une inégalité cuisante : certains, moins qu’avant il faut quand même le dire, sont archi cons. Ils restent l’écrasante majorité. D’ici a créer un mouvement élitiste anti-con dirigé par des cons, il n’y aurait qu’un pas d’ailleurs !!!
    Mais de dire que les membres de l’église de scientologie sont des cons ne peut être généralisé, mais certainement statistifié.
    Mais que celui qui n’a jamais péché jette la première pierre.

  4. Ce que vous dites, c’est la victoire de Miscavige. Le sujet a été rendu tellement débile qu’on finit par oublier ce qu’il était en premier lieu.
    L’action technique actuelle c’est donner de l’argent pour l’org idéale. Et ils donnent. Il sont débiles, oui.

    1. Ma Toinette,

      Le mal remonte à bien plus loin que les 30 dernières années de règne du nain.

      La tech de l’éthique de LRH est le truc le plus vicelard de la sciento. Quand tu lis un machin comme « la tech et l’admin pourront pas être en place tant que l’éthique est pas en place », la messe est dite.

      Je sais pas si t’as été staff, mais je peux te dire que quand j’ai bossé dans la sea org et au GO dans les années 70, la tech de l’éthique était déjà salement dramatisée. Tu filais pas droit ou tu te plaignais, paf, t’allais en éthique écrire tes overts et retenues. Les mecs en liability devaient se promener avec un bandeau autour du bras, comme les juifs pendant la prériode nazi.

      L’éthique de Hubbard, c’était et c’est toujours « si tu penses pas comme nous, si t’es pas d’accord, si tu penses que LRH se gourre, c’est que t’es un vilain-méchant, ou peut-être même un mec à la solde de l’ennemi. » La parano de la sciento, c’est la parano de son fondateur.

      Et la notion de sacrifice était déjà bien implantée. 80% des staffs de l’époque bossaient 12 heures par jour et se faisaient jamais auditer ou allaient jamais en étude. Ben ouais, tout pour la troisième dynamique. T’as pas mal de textes de LRH où il dit qu’il faut mettre un bon coup maintenant sinon la planète est foutue et que tout est entre les mains d’un petit nombre de types dévoués, etc, etc. Cette mentalité extrémiste qui remonte aux années 60, quand Hubbard a pondu la plupart de ses PL sur l’éthique et le management, Miscavige n’a fait que l’exacerber. Mais il a pas eu besoin de forcer beaucoup : la graine était plantée depuis longtemps.

      Je crois même que dans les PDC, Hubbard parlait déjà de l’éthique en tant que neuvième dynamique – autrement dit, l’éthique serait au-dessus de Dieu. Wow !

      L’éthique sciento est un système répressif et dégradant qui fabrique des zombies. Tu la mets entre les mains de n’importe quel gouvernement sur terre et t’as une dictature.

      Alors, que ça représente 1% ou 72% de ce qu’a écrit Hubbard, là n’est pas la question. C’est les conséquences qu’il faut regarder.

      Et, surtout, c’est un indicateur de l’état d’esprit de son auteur. On peut pas punir les gens parce qu’ils n’adhèrent pas à 100% à une tech spirituelle censée sauver l’humanité. C’est en contradiction totale avec ce que la tech est censée produire.

      La tech de l’éthique scientologique, c’est juste un énorme implant qui a détruit le sujet.

      1. Hostie, Apas… Oui, bien sûr mais le sujet de l’éthique a été grossièrement dramatisé par le groupe. C’est le fait d’appliquer à la lettre, ne pas être « raisonnable ». Une profonde incompréhension de KSW qui était interprété réactivement. C’est « reverse ». Et c’est vrai que c’était déjà entamé avant DM. De toute manière il n’est pas le premier à avoir été un SP fasciste en sciento. Jane Kember était sans doute pire que lui. Une espèce de grande bonne femme, style maman de Norman Bates, affublée d’un petit mari qui avait l’air d’un espion nazi dans un Hitchcock d’avant guerre.
        Elle avait un look à faire partie de SPECTRE et de travailler pour Ernst Stravo Blofeld ou Auric Goldfinger plutôt que pour Ron Hubbard.
        Le cinéma est la cause première de la dérive, ils se sont pris pour des agents secrets au GO, et sachant qu’ils étaient infiltrés par de vrais barbouzes du SMERSH comme les appelait Hubbard (toujours en clin d’oeil à James Bond), on était borderline parano/complot dans la grande tradition Dickienne.
        Moi je dis que la sciento a été bouffée par son environnement sixties/guerre froide.
        Après la grosse relance seventies/hipppy/on plane qui a fait un sacré boom, y a eu les années 80 money, money, money… La mort du vieux et le sujet est parti dans le formol avec cette abomination à tronche de soviétique de Miscavige.
        Les photos où il a les tempes rasées, une tête infâme de facho ! Une vrai gueule d’apparatchik.
        Puis avec ce petit con de Top Gun joufflu, il a crée l’illusion de la sciento/marines/money (illustrée par le salut qu’ils se font dans l’évent de la médaille de valeur).
        Et maintenant on est là où on est…. Pas prêts de « clarifier la planète » (Fallait bien une chute à mon poste, je savais plus trop où je voulais en venir !).

  5. Chère MA,
    Même si je vous suis dans vos raisonnements, il faut bien avouer que hostie8 est loin d’avoir tout faux. La tech d’éthique ne devrait être confiée qu’à des personnes extrêmement bienveillantes et c’est un outil qui devrait être utilisé qu’avec parcimonie et légèreté…ce qui n’a pas toujours été le cas, loin s’en faut…

    1. Mais oui ! Elle est souvent confiée dans le groupe à des personnes qui dramatisent l’éthique (elles ne sont pas clean elles-mêmes mais pensent que ce sont les autres qui ne le sont pas et elles les accusent de ce qu’elles ont fait ou pourraient faire). L’éthique dans les mains de David le Magnifique est devenu une arme de destruction massive.
      Je pense que cet outil aurait du rester un simple procédé d’audition (de confession) et ne pas devenir une technologie de management.

  6. Ethique ou pas éthique, that is the question…
    Perso, il m’est arrivé de me la poser. L’audition faisant « monter de ton », on devient naturellement plus responsable et on n’a pas besoin d’une ligne de conduite imposée. J’ai perdu ma dignité en acceptant de m’endetter à plusieurs reprises pour « le bien du plus grand nombre » (comprendre par là, pour le bien du groupe) et les conséquences ont été effectivement désastreuses. J’étais bien plus éthique avant mon entrée en sciento que pendant ! Un comble.

  7. C’est comme beaucoup de choses dans la vie, et beaucoup de choses en particulier en Scientologie, ça peut être utilisé de façon positive ou pour détruire… tout dépend qui utilise l’outil et quel est son but…

    Ceci dit, je pense que rejeter en bloc l’éthique n’est pas forcément la bonne chose non plus.

    Pour ma part, par expérience personnelle ou observation d’autres personnes, c’est un outil qui peut permettre de débloquer ou faire avancer une zone de sa vie par exemple, si bien compris et bien utilisé évidemment !

    1. En condition « normale », l’éthique doit être modérée. Avez-vous déjà vu une éthique modérée dans le groupe ? Moi jamais. La communication n’est pas libre, l’erreur et le libre arbitre sont menacés de KR en permanence.

      En disant qu’il y avait une personne de bien sur 18, Lrh a lancé la mode de la traque du pécheur et la sanction de ses overts.

      Qui ne s’est jamais pris pour un « bon thetan » et pensé que son voisin était un « DB » (un être dégradé) ? (sachant que votre voisin peut penser la même chose que vous !)

      La scientologie aurait pu avancer avec ses seuls concepts positifs. On peut éloigner et effacer le bank par des procédés de création alors pourquoi toujours regarder vers le passé ? Lrh nous dit qu’une personne dans le présent est névrosée et que si elle regarde toujours vers le passé elle est psychotique. Dans les célèbres PDC, il dit d’ailleurs qu’auditer les incidents du passé est une méthode archaïque pour les psychotiques et qu’on peut venir à bout du bank rien qu’avec des procédés créatifs. Alors pourquoi cette focalisation sur le passé ? Pourquoi ne pas créer le futur tout simplement ?

      La sciento est une philosophie tournée vers le passé (overts commis, engrammes reçus, etc), donc mortellement sérieuse, donc au bout du compte, psychotique.

      1. @Flo75 : Bonjour. Vous nous dites que la scientologie ne devrait être tournée que vers des procédés créatifs sans se préoccuper du passé. Ce serait fantastique, mais malheureusement c ‘est impossible. Seul le passé empêche d’être heureux dans le temps présent, et pour que les procédés créatifs fonctionnent, il faut déblayer le passé. Pas d’autre choix que celui la. Je vous invite à relire la Dianetique ou n’importe quel ouvrage de psychanalyse, ou même les écrits du Bouddha. Tous, unanimement sont d’accord sur un point. Il faut déblayer le passé. Même Bouddha à déblayé le passé pour atteindre un certain Nirvana. Que cela soit plaisant ou non, c’est un fait. Seul les incidents douloureux du passé vous empêchent de vous épanouir.
        Hubbard a cherché aussi à ne pas entrer dans le passé, mais il s’est lui même rendu à l’évidence que ce ne pouvait être possible.

  8. Cher Word Clearer,

    A l’avenir, faites plus court. J’ai été à deux doigts de ne pas publier votre commentaire. Vous voilà prévenu.

    _______________________________________________________________________

    Amis du soir, bonsoir ! Amis du jour, bonjour !

    D’avance, je vous prie de m’excuser pour la longueur de ce commentaire, mais j’éprouve de réelles difficultés à m’exprimer simplement sur des sujets qui, bien que paraissant dépourvus d’ambiguïté, sont si complexes.

    Un peu comme la vie, finalement.

    C’est Albert Einstein qui disait : “Définissez-moi d’abord ce que vous entendez par Dieu et je vous dirai si j’y crois.”

    Le Technical Dictionary of Dianetics and Scientology nous définit ainsi l’éthique :

    ÉTHIQUE … 2. l’éthique consiste, en fait, telle que nous pouvons la définir maintenant en Dianétique, de rationalité vers le plus haut niveau de survie pour l’individu, le futur de la race, le groupe et l’humanité, et les autres dynamiques prises collectivement. L’éthique, c’est la raison. Le plus haut niveau d’éthique consisterait en des concepts de survie avec un minimum de destruction, dans n’importe quelle dynamique [sphère de vie]. (Science de la Survie) 3. l’éthique traite d’un code d’accords entre les gens, en vertu duquel ils se conduiront d’une façon qui apportera la solution optimum à leurs problèmes. (Conférence du 30 août 1950) 4. les règles ou critères gouvernant la conduite des membres d’une profession. (Lettre de règlement du 3 mai 1972) 5. l’éthique est une chose personnelle. Par définition, le mot signifie “l’étude de la nature générale des mœurs et des choix moraux spécifiques que l’individu doit faire dans ses relations avec les autres.” (American Heritage Dictionary) Quand on est éthique ou qu’on a “son éthique en place”, c’est par son propre déterminisme et c’est fait par soi-même. (Bulletin technique du 15 novembre 72 Publication II) 7. ce que l’on s’impose à soi-même, sa conviction en son honneur [sentiment qui pousse à obtenir ou à préserver l’estime des autres et de soi-même] personnel, le bon sens [rationalité, raison], et des solutions optimum sur les huit dynamiques. (Philadelphia Doctorate Course 37)

    Cette définition de l’éthique de Scientologie étant donnée, j’ose vous poser la question : “Croyez-vous en l’éthique ?”

    Hou ! La vilaine question !

    Nous avons pu voir sur ce blog, dans les commentaires d’un récent billet : Le Pont de Scientologie pour les Nuls, que notre ami Voltaire2003 a dû faire entendre sa voix, de façon à ce que certains intervenants mettent un soupçon de courtoisie, de respect d’autrui, dans leur liberté d’expression :

    Le billet d’Emile-Louis a engendré des réactions excessives, aussi bien chez les pro que chez les contre.
    C’est dommage car ce n’est pas très constructif.
    Je souhaiterais que le débat soit un peu plus « civilisé ». Pour un peu, on se croirait à l’Assemblée Nationale.

    J’ai personnellement tenté de l’aider, de façon assez maladroite, il faut le dire, avec un style pesant, agaçant, donneur de leçon, “petit-monsieur-je sais-tout”, assez similaire à celui que j’emploie actuellement.

    😉

    Si l’on regarde les définitions d’éthique ci-dessus, que ce soit la 2, la 3 la 5 et la 7, peut-on dire que l’auteur de ce blog a demandé aux intervenants d’adopter un comportement plus éthique ?

    Certains vont penser que je joue le rôle de l’advocatus diaboli.

    Je les rassure, mes intentions sont tout à fait honorables.
    😈

    Cependant, en tant qu’auditeur de Revue [voir glossaire ci-dessous], je ne peux qu’adhérer à cette citation de la Conférence du 14 octobre 1965 du Saint Hill Special Briefing Course, Un Briefing pour les Auditeurs de Revue :

    Maintenant, ceci est la base de l’éthique. Et il n’y a rien de plus dans l’éthique que… le but fondamental de l’éthique, c’est que l’éthique existe pour aider la Tech. Si jamais vous voyez l’éthique en train d’être utilisée et qu’elle dégrade la Tech, alors c’est que l’éthique est utilisée de façon suppressive [oppressive].

    Mais rien de ce qui précède ne saurait donner raison, valider, justifier de quelque façon que ce soit toute indication/item incorrect donné/suggéré/évalué/assigné par un responsable d’éthique ou toute autre personne jouant ce rôle.

    Qu’il s’agisse de :

    Condition d’éthique incorrecte/fausse

    Exemple : une personne est indécise dans un domaine où elle a du mal à réfléchir, ce qui aboutit à un problème insoluble. Elle pourrait avoir besoin de Clarification de mots, d’Extraction de fausses données ou même d’audition sur le sujet.

    Le responsable de l’éthique lui assigne ou lui demande de remonter une Condition de Doute.

    ________________

    Condition d’éthique injuste

    Exemple : un scientologue vétéran, Clair ou OT, est un membre fondateur, responsable de nombreuses actions de soutien au groupe, généreux donateur, qu’il s’agisse de donations pour son audition, ses cours ou ceux de sa famille, ou pour des campagnes sociales diverses. Ajoutez à cela que cette personne, bien qu’elle n’a pas été bien formée/entraînée sur ses cours mal supervisés ou dépourvus de clarification de mots, malgré qu’elle n’a pas bien été auditée ou programmée sur ses grades ou niveaux d’OT, et n’en a donc pas obtenu les gains promis tant attendus… en dépit de tout cela disais-je, par loyauté, courage, dévouement pour un idéal, en un mot par la démonstration de qualités qui en d’autres circonstances lui aurait valu le qualificatif de héros… continue envers et contre tout de faire d’autres donations, d’amener de nouvelles personnes en renfort dans le groupe, et fait toujours ce qu’elle peut pour soutenir l’idéal commun d’un monde meilleur.

    Et voilà qu’un responsable de l’éthique – parce que le comportement occasionnel de cette personne ne souscrit pas entièrement à certains critères de survie optimum dans une sphère tout à fait mineure, lequel comportement affecte davantage sa survie personnelle plutôt que celle du groupe – lui demande d’appliquer une condition de Danger, ou même de “Non-Responsabilité” !

    Et cerise sur le gâteau empoisonné, cette fichue condition n’existe pas, car c’est une grossière erreur de traduction de la Condition de Risque [Liability, en anglais] !

    Si bien que cette action d’éthique va se transformer en usine à indications/items incorrects, et fortement contribuer à endommager son cas [ensemble des charges mentales] et sa santé (voir Numéro 78 de la Série du Superviseur des Cas).

    ________________

    Condition d’éthique assignée/appliquée à une zone ou un sujet incorrect

    Exemple : une personne a des difficultés dans son travail, elle s’en sort difficilement. Une observation rapide de ses statistiques montre un déclin persistant de son chiffre d’affaires sur une longue durée.

    Une étude approfondie de sa situation professionnelle par un technicien compétent aurait révélé que tout a commencé un beau jour où son moral avait chuté et où elle ressentait du désintérêt pour son travail.

    Une étude encore plus précise, aidée par des séances d’audition, aurait aussi montré que ce désintérêt remontait à une période antérieure durant laquelle il lui avait été assigné une condition d’éthique incorrecte sur le plan personnel (1re Dynamique).

    Malgré tout, le responsable d’éthique va juste lui demander de remonter Non-Existence ou Danger sur sa zone de travail (3e Dynamique).

    La personne, affublée de cette indication incorrecte MULTIPLE, qui pourrait contenir une bonne douzaine d’items incorrects sous-jacents, va voir son travail continuer de dégringoler, ou pire, sans compter qu’elle tombe malade 3 jours après l’interview.

    Ce sur quoi, le responsable de l’éthique, ou le superviseur des cas qui entend dire qu’elle ne va pas bien, va la rappeler pour un autre interview d’éthique ou même DofP (interview du Director of Processing), durant lequel il lui sera indiqué une Condition PTS !!! (voir glossaire).

    ________________

    condition d’éthique assignée/appliquée sur une situation de vie dont la source était une condition de cas [charge]

    Je vous laisse trouver les exemples tout seuls. Ceux qui me viennent à l’esprit sont si nombreux que je pourrais facilement rédiger un billet de 500 lignes, rien qu’avec des situations vécues.

    Qu’il s’agisse de conditions d’éthique, de PTS, d’Overts (Actes manifestes ou coups francs), de Retenues (Actes cachés, secrets), j’ai à de nombreuses reprises, en tant Auditeur de Revue, essuyé les plâtres de Département d’éthique.

    ________________

    condition d’éthique assignée/appliquée en présence de mots incompris ou d’erreurs de traduction

    J’ai déjà donné un exemple avec la Condition de Risque. Je vous laisse en imaginer d’autres.

    ________________

    item ou indication PTS relatif à une personne non-suppressive

    Jusqu’à l’apparition du Golden Age, la Technologie de résolution des situations PTS reposait essentiellement sur cette définition d’un suppressif, ou personne oppressive : “un sociopathe”. (Pour faire simple, je ne parle que des situations PTS de type 1)

    GAT 1 [Golden Age of Tech 1] a redéfini ce qu’est un SP, et par-là même une personne PTS, en utilisant la conférence du 14 octobre 1965 du Saint Hill Special Briefing Course, Un Briefing pour les Auditeurs de Revue. Cette altération entrait en conflit avec une majorité des bulletins techniques traitant du sujet tout en omettant une découverte technique essentielle et ULTÉRIEURE, donc prioritaire, mentionnée dans le bulletin technique du 20 OCTOBRE 1976 Publication II, paragraphe sur FAUX PTS : “Comme on l’a remarqué lors de la première étude test, il faut faire attention à la fausse condition PTS, car un manque de formation dans son travail, une ignorance des principes élémentaires de Scientologie pour gérer la vie, de la mauvaise audition passée non corrigée, de même que des intentions malveillantes non résolues, ainsi que de l’éthique personnelle non résolue peuvent être prises à tort pour de la « PTSness » [situation de troubles répétés provoquée par la relation avec un sociopathe] et ne se résoudront pas en tant que PTSness. Ceci devrait être soupçonné quand vos “PTS” commencent à dépasser 20 % du staff ou du public.”

    ________________

    Etc., etc., etc. …

    Le Bulletin 78 de la Série du Superviseur du cas donne les symptômes suivants en présence d’indication/item incorrect [erreur de liste ou outlist] : chute de ton émotionnelle, maladie, longues notes rédigées à l’attention du Superviseur des Cas, violence…

    Il ne précise pas s’il s’agit de violence physique ou verbale.

    Je me rappelle d’une personne brillante et bienveillante qui avait tenu un poste d’officier d’éthique dans une organisation, on ne pouvait plus mettre un pied dans la salle d’attente, tellement il y avait de gens qui écrivaient de lettres succès, discutaient, rigolaient et faisaient la queue pour profiter de l’aide de cette personne.

    J’ai expérimenté/vu/observé à maintes reprises que tout comme la Tech(nologie) d’audition, la technologie d’éthique fonctionne entre les mains de personnes intelligentes qui N’’ONT PAS D’INDICATIONS/ITEMS INCORRECTS RESTIMULÉS SUR LEUR PROPRE CAS.

    Lesquelles indications/items incorrects sont la source des intentions malveillantes (Voir toute la technologie sur Ia Procédure sur l’Introspection, Introspection RD).

    Pratiquement une équation logique :

    Out-tech => Outlists => Intentions malveillantes => Éthique suppressive/out-tech => + d’outlists => + d’intentions malveillantes => de l’éthique + suppressive => + d’Out-tech =>…

    Je crois en l’éthique, mais je ne crois pas en la malveillance.

    Je crois en l’éthique telle qu’elle est expliquée dans la définition 7 ci-dessus : “ce que l’on s’impose à soi-même, sa conviction en son honneur [sentiment qui pousse à obtenir ou à préserver l’estime des autres et de soi-même] personnel, le bon sens [rationalité, raison], et des solutions optimum sur les huit dynamiques.”

    Et j’essaye de l’appliquer, même pour des choses aussi simples que poster un commentaire dans un blog.

    C’est pas toujours facile, il y a des fois où je pourrais me laisser aller à la malveillance, surtout lorsque je suis confronté à des propos qui invalident/dévalorisent méchamment ma réalité, ce qui est vrai pour moi.

    Je ne suis pas un saint ni un maître Zen, et je n’ai pas toujours fait preuve de bienveillance par le passé, loin de là.

    Il fut un temps où je serais intervenu sur ce blog avec un plume de destruction massive.

    Façon sandale de moine Zen sur les limaces…
    (voir article concerné : 28/10/2013 – 19:34)

    Merci à mon audition régulière qui m’aide à être plus éthique.

    ________________

    Glossaire

    REVUE, 1. le Département de Revue fait partie de la Division des Compétences [traduction correcte de Qualifications]. Le but entier du Département de Revue est la réparation et la correction des difficultés d’audition et de formation [training]. La Revue est une extension de mes propres casquettes de “résolution complète des cas” [case cracker] et d’instruction rapide. (Lettre de règlement du 24 avril 65) 2. ce département où l’on corrige la tech standard de façon à ce qu’elle redevienne la Tech standard. (Conférence N°2 du cours Classe VIII)

    QUAL, la Qualifications Division [Division des Compétences] où l’étudiant passe ses examens et où il peut recevoir de l’instruction rapide [cramming] ou une assistance spéciale et où on valide ses terminaisons et certificats, et où ses compétences, telles qu’il les a acquises sur les cours ou en audition sont consignées de façon permanente. (Lettre de règlement du 19 juin 71 Publication III)

    PTS, 1. source potentielle d’ennuis [en anglais Potential Trouble Sources], ce qui signifie une personne en relation avec une personne suppressive/oppressive. Toutes les personnes malades sont PTS. Tous les pcs [préclairs] qui font des montagnes russes (perdent régulièrement leurs gains) sont PTS. Les personnes suppressives sont elles-mêmes PTS d’elle-même. (Lettre de règlement du 20 avril 72)

    1. Tout à fait d’accord avec Voltaire, beaucoup trop long. Résultat : j’ai survolé.

      Petite précision pour plusieurs personnes qui vous ont adressé des commentaires.
      Si je ne me trompe pas, votre pseudo est WORLD clearer, world voulant dire « le monde », et non pas WORD qui veut dire « un mot »… c’est pas le même concept.

  9. J’ai moi aussi je suis devenu pire « éthiquement » parlant pendant la sciento qu’avant la sciento et j’ai beaucoup réfléchi à tout ça. Le texte extraordinaire de Voltaire m’a également fait beaucoup réfléchit. Mais voilà Ron a fait une belle connerie avec moi: il m’a appris à penser par moi même.
    Ce que raconte Voltaire sent le regging fou et interview en tout genre bourrés de tech verbales et d’interprétations pour se donner raison et se justifier. Tout cela m’a fait penser à une référence que j’avais lu sur les justifications scientologues. Ces situations doivent nous pousser à penser aussi à cette donnée qui dit que la philosophie appartient à celui qui l’utilise.Les données citées et les idées développés qui en découlent peuvent provoquer des actions destructives mais peuvent aussi être UTILISEES pour devenir des pensées positives.Personnellement j’ai adoré l’idée que l’éthique est propre à l’individu. Alors,un petit exemple d’application.Imaginons qu’un code moral du groupe soit défini et qu’il serait:ne jamais laisser tomber personne, agir toujours dans l’humanisme. Imaginons que chacun y donne son accord. Alors si un individu y ayant donné son accord transgresserait ce code, commettrait de ce fait un overt. IL faut s’en servir, l’utiliser!
    Dans le monde réel je remarque souvent que chaque individu a une éthique personnelle qui est différente d’un autre. Par exemple une personne sera très exigeante sur le rangement alors que pour une autre ça n’aura aucune importance etc etc.. l y a des millions d’exemples sur toutes les dynamiques.
    La preuve aussi que laisser tomber ses proches pour la 3d est une justification et n’est pas survie: l’existence de ce blog et le trop grand nombre de personnes désabusés donc mauvaise solution sur le plus grand nombre de dynamique et sur le long terme.
    Personnellement la dissociation de l’éthique de la morale m’a rendu infiniment tolérant et a donné une force encore plus grande des textes de Gandhi par exemple que je lisais avant. Depuis que j’ai compris cela, j’ai aimé encore plus les gens et je me sens capable de tout ‘entendre de quiconque se confierait à moi.
    Malgré tout au vue des faits et des résultats je comprends que l’on rejette ces données et c’est même salutaire car cela montre que tu les évaluent.
    Visitez le site du regretté « the pilot » et sa vision sur la réforme de la sciento.

  10. « Aussitôt, le monde de la médecine et de la psychiatrie hurle au charlatanisme, attaque violemment Hubbard dans les médias et tente de récupérer le sujet et de le tuer dans l’oeuf. »

    Lrh aurait dit que la dianétique pouvait aider et soulager l’homme, personne n’aurait crié au charlatanisme. Remettons nous dans le contexte : alors que les hommes s’arrachent les cheveux dans le domaine médical, Lrh annonce au monde qu’il a trouvé une thérapie infaillible qui rend les hommes sains d’esprit et les transforme en surhommes (le CLAIR).

    Evidemment que cela a fait bondir. Aucun toubib à cette époque n’a jamais guéri un fou et Ron (qui n’est pas médecin mais écrivain) dit qu’il peut le faire, et non seulement qu’il peut le faire mais qu’il peut lui donner en plus des aptitudes hors du commun. C’est totalement irréel pour les gens, donc qu’est-ce qu’ils font ? Ils vont se renseigner sur son cursus et découvrent qu’il est écrivain et pas ingénieur en physique nucléaire diplômé comme il a été prétendu.

    Il passe donc, en toute logique, pour un menteur et vendeur de poudre de perlimpimpin et même s’il obtient des résultats, il reste un écrivain de science-fiction qui veut péter plus haut que son derrière. Le mal est fait.

    Lrh veut alors donner tort à ses détracteurs en présentant un Clair à la presse. C’est un fiasco total qui va définitivement asseoir son statut de charlatan.

    N’importe quel observateur peut réaliser que Lrh est sans cesse allé au devant de ses misères mais bon, passons.

    Qui plus est, Lrh dit lui-même que si l’on propose une solution simple à un énorme problème, la personne ne va pas le croire. C’est pourtant ce qu’il a fait et créé ainsi l’hostilité du corps médical qui n’arrivait pas, de son côté, à traiter les psychoses.

    Et puis il a créé l’éthique de scientologie et une dictature a germé…

  11. Promis, juré ! Voltaire2003, je ne ferai plus de commentaires aussi longs.

    C’est quand même un comble ! Je transgresse cette n(éthique)tte que j’ai citée précédemment.

    Kahlo, j’aime bien ce que vous dites :

    Personnellement, j’ai adoré l’idée que l’éthique est propre à l’individu. Alors,un petit exemple d’application. Imaginons qu’un code moral du groupe soit défini et qu’il serait:ne jamais laisser tomber personne, agir toujours dans l’humanisme. Imaginons que chacun y donne son accord. Alors si un individu y ayant donné son accord transgresserait ce code, commettrait de ce fait un overt. Il faut s’en servir, l’utiliser !

    Eh oui, le regretté “the pilot”, qu’ on a retrouvé “suicidé” au fond de sa piscine, les poignets liés par du fil électrique.

    Apparemment, sa vision ne faisait pas l’unanimité.

    Là, j’ai fait court… 😉

  12. Bonjour à tous,
    Le billet de Voltaire appelle plusieurs réflexions.
    – L’auteur nous dit que ce n’est pas la peine de « tirer sur l’ambulance », sous entendant que l’église de scientologie Miscavigiene n’en a pas pour longtemps. Je ne suis pas d’accord avec ça, vu que, Miscavige a l’argent, le pouvoir et encore suffisamment de « bons et loyaux soldats » pour durer encore quelques temps. Il serait nécessaire de participer à la fin réelle de cette pseudo église.
    – L’auteur compare la scientologie avec un régime stalinien. Je ne suis pas d’accord avec ça, car cela continue l’amalgame : LRH = Miscavige = Scientologie.
    – L’auteur nous parle de l’éthique de Scientologie comme d’une non nécessitée et très mal employée. Je vous invite à relire un bulletin de LRH qui s’intitule : Honnêteté et gains de cas. De plus, il faut quand même considérer que le niveau d’éthique de cette planète se situe au fond de l’enfer. Il suffit juste d’observer les comportements de tout un chacun pour s’apercevoir de ce fait. (Quelques exemples pour ceux qui douteraient : Le papa exemplaire qui trompe sa femme depuis des années, le collaborateur exemplaire qui pique dans la caisse, les fausses déclarations à la CAF de pas mal de gens etc…)
    – L’éthique est un sujet mal compris, donc mal employé. Les conditions d’éthiques existent depuis toujours. LRH les a codifiées pour pouvoir s’en servir. Mais c’est comme le reste de la tech. Si l’on ne comprends pas les conditions, on ne comprendra pas l’éthique. L’application d’une condition dans la vie, peut importe le domaine, fonctionne. Vous démarrez une activité, vous êtes en non-existence, vous ne rentrez pas assez de sous, vous êtes en urgence etc… Il suffit d’appliquer la formule pour se sortir de la condition dans laquelle on est.
    – Trop souvent les staffs de HCO dans les orgs ou même à la Sea Org ne comprennent pas les conditions d’éthiques, donc mauvais emploi. Oserai-je un nouveau billet : « Les conditions d’éthiques pour les nuls ? ». Ca me ferait rire, mais peut être pas tout le monde.
    – L’auteur nous dit que les overts et retenues en scientologie ne concernent que Hubbard et Miscavige. Rien n’est plus faux. Dans le grade 2, un sec checks est nécessaire pour sortir les overts de la personne. Je n’ai jamais vu quelqu’un insatisfait de cela.
    – Les secs checks à outrance sur les OTs est une autre affaire. C’est juste une perversion Miscavigiene pour tirer plus de pognon.
    – Hubbard est devenu parano car il avait plus de 80 procès aux fesses dans le monde. Si on ajoute les services secrets très intéressés pour faire main basse sur ces découvertes, on peut aisément comprendre qu’il soit devenu parano. Je doute fort qu’il y ait quelqu’un dans le même contexte qui ne le soit pas devenu.
    – Dernier point : Le blow. Manifestement mon cher Voltaire, vous avez omis le point le plus important. Hubbard définit le blow comme un départ soudain, précipité. Exemple. Vous venez d’embaucher un gars et du jour au lendemain il ne vient plus travailler. Vous le contactez , pas de réponses. le gars a disparu. Souvent il s’est mis en arrêt de travail grâce à un médecin complaisant. Ca c’est un blow. Effectivement le gars à des overts sur des entreprises. J’ai suffisamment employé de gens dans ma vie pour savoir que malheureusement, c’est un fait réel. Trop d’overts fait que la personne va blower une zone. Rien à voir avec un changement de région ou de travail mûrement réfléchi. Ne pas confondre.

  13. Juillet 1954 (la création des aptitudes humaines), parution des axiomes de scientologie.
    Pour ma part si je devais retenir une des facettes de l’éthique que j’utilise pour m’aider je dirais les axiomes.
    Ils sont les fondements d’où découle la tech de scientologie.
    Les grades et même Ned reposent sur eux.
    L’éthique de scientologie a milles facettes. Il y a là de quoi nous rendre tous chèvres parce que les outils vont du laser hyper sophistiqué au mobilier préhistorique le plus rudimentaire (celui-là même qu’utilisent certains membres de la Church).
    Ça risque de faire grincer des dents mais il y a une part de vérité dans chacun de nos commentaires mais il y a aussi des mensonges (j’inclus bien entendu mon commentaire).
    Le jour où la source de ce merdier sera vraiment localisée et où les faits seront vraiment les faits tels qu’ils ont eu lieu, l’as-isness se produira.
    Pour l’instant, c’est l’isness qui prédomine et le nain a de beaux jours devant lui car on le cible alors qu’il n’est qu’un leurre. Pour le protéger, ses avocats, ne l’oublions pas, se réfugient toujours derrière les textes religieux écrits par Ron Hubbard.
    Refuser d’imaginer qu’une partie des écrits de LRH peut être la cause d’effets indésirables est une forme de déni, que l’on parle de l’éthique ou des règlements, car nous passons peut-être à côté d’un as-isness.
    Bien à vous.

    1. Cher Wavelengh,

      Tu dis « Refuser d’imaginer qu’une partie des écrits de LRH peut être la cause d’effets indésirables est une forme de déni, que l’on parle de l’éthique ou des règlements, car nous passons peut-être à côté d’un as-isness. »

      OUI, beaucoup de déni sur ce point chez les scientos et ex scientos.

      Les écrits de Lrh ne sont pas seulement diabolisés par les « méchants » qui veulent détruire cet univers (ça c’est une justif passe-partout), les écrits de Lrh sont aussi combattus pour ce qu’ils apportent d’enturbulation chez l’être humain.

      L’éthique a enturbulé le groupe entier et fait commettre des overts énormes pour le bien du plus grand nombre. On devenait scientologue pour aller mieux et on nous demandait de sacrifier pas moins de 5 ou 6 dynamiques sur 8 pour trouver le confort spirituel que l’on recherchait (!!!). Une aberration qui a été sanctionnée de centaines de procès de par le monde.

      Et tout cela sur la base des écrits de Lrh… Notamment des mesures extrêmes à prendre pour monter son pont, du bref instant d’éternité à ne pas gaspiller et de nos spirales thetales en déclin…

      On ne libère pas un être en lui foutant la trouille. Et la sciento ne fait que nourrir cette trouille…

      Le message général est que si tu montes pas le Pont vite, ben t’es foutu mon pote, poussière tu n’étais pas mais tu redeviendras…

  14. Le blow est aussi, et de façon prioritaire (Bulletin de la Série du Superviseur des Cas N°44, 1971), et dans d’autres références ultérieures (donc, là encore prioritaires) à la Tech(nologie) des Overts et Retenues :

    – un symptôme d’out-int (problème d’intériorisation-extériorisation, charge sur l’espace),

    – un symptôme d’outlist (charge sur des indications incorrectes imposées ou indications correctes non trouvées.)

    Notez que cette technologie est ignorée de 99,9 % du staff d’admin et d’éthique, et même des magistrats [le plus haut niveau de formation en éthique de Scientologie] qui ne sont qu’auditeur Classe IV.

    À chaque fois que j’évoquais ces données à un staff d’admin ou un auditeur qui n’était pas au moins Class V Graduate, sa mâchoire se décrochait et tombait par terre avec un bruit sourd, tandis que ses yeux pédonculés jaillissaient brutalement hors de leurs orbites.

    😯

  15. J’ai lu les divers commentaires et le truc qui me frappe, c’est qu’on en revient toujours à citer LRH comme si c’était l’évangile.

    Cela dit, je peux comprendre. On a passé trente ou quarante ans à « penser » avec les données de Hubbard 24 heures sur 24, 365 jours par an. On s’est auto-implantés d’une certaine façon.

    Le pneu de la bagnole crève et le mec hubbardisé se dit aussi sec : « Je suis PTS. Faut que je trouve le SP dans ma zone. » Ou encore : « Pneu crevé = basse condition due à mes overts. Faut que j’aille en éthique. »

    Autre exemple : Dans les années 70, t’arrivais en retard au cours à SH UK, même de trente secondes, t’allais tout de suite en éthique.

    Ou bien, une nana reçoit une grosse prime et, » hubbardement », elle dit : « C’est parce que j’ai écrit mes O/W, ça a débloqué mes flux. »

    Sa collègue aussi reçoit la même prime, mais elle, elle a pas écrit ses O/W – elle a couché avec le boss. D’une certaine fdaçon, elle aussi a débloqué ses flux.

    Quand Hubbard dit que l’éthique, c’est ce que tu mets en place sur toi-même, ça implique quoi ? Que tu fais ton autocritique en permanence. Que tu te fais tout le temps de l’autolisting, que tu te tortures la tronche pour être sûr que t’as pas un overt qui traîne quelque part. Je connais des scientos qui VIVENT comme ça. Et ce sont des loques (locks ?).

    Est-ce qu’on a vraiment besoin d’avoir toutes ces règles, toutes ces policies pour faire la distinction entre ce qui est bien et pas bien ?

    Regardez les pages et les pages de délits, de crimes et de high crimes énumérés par LRH. C’est hallucinant.

    Franchement, si tout ça branche certains d’entre vous et que vous avez besoin de ça pour gérer votre vie, tant mieux pour vous.

    Y a qu’une chose qui me cause dans les textes sur l’éthique et c’est pas un règlement ou une policy : quand tu merdes, la vie va tôt ou tard te remettre ton éthique en place d’une façon ou une autre.

    Le cours naturel des choses vaut tous les préceptes d’éthique du monde.

    A force de vouloir tout contrôler, on ne contrôle rien. La preuve, la sciento part en couilles. Et c’est pareil pour les gouvernements. Plus ils votent de lois, plus les choses vont mal. Hubbard est tombé dans le même travers.

    Si y avait eu que la tech et pas le reste, la sciento avait peut-être une chance de s’en sortir. Là, c’est râpé.

    1. @hostie8 : Étonnant ! Des que l’on dit du bien de LRH, il y en a un qui se pointe et bien sur, n’est pas d’accord. Mais, bon, c’est comme ça, il y a des gens pour et des gens contre.
      Sinon, moi, voyez vous quand un pneu crève, je me dis il est crevé et je fais réparer. Pourtant, j’ai plus de trente ans de sciento. Je me dis pas que je suis PTS ou je ne sais quoi. Par contre, si je tombe malade, effectivement je me pose des questions, et je me soigne. Faut rester simple.
      L’éthique fonctionne, mais je n’y pense jamais. En fait on sait ce que l’on fait, sans se poser de questions. Vous en rajoutez à dessein.
      La sciento peut s’en sortir, cela dépend de vous, entre autres. C’est vous qui voyez.
      Dernier point : vous dites que vous avez trente ans de sea org, mais personne ne vous a forcé à rester. Faut assumer l’ami. Moi j’assume mes trente ans de sciento, et ma vingtaine d’années de staff.

      1. J’ai jamais dit que j’avais 30 ans de sea org.

        Tu dis que l’éthique fonctionne mais que t’y penses jamais. Tu veux dire quoi, là ?

        Que t’as tellement bien assimilé la tech de l’éthique que tu l’utilises en mode automatique ou que tu t’en sers jamais parce que t’en as pas besoin et que l’éthique c’est quelque chose d’inné ?

        1. @ hostie 8 : Tu n’as pas trente ans de Sea Org ? Etrange, j’avais cru. Mais au moins trente ans de sciento et 20 de staff ou Sea Org ?
          Oui, l’éthique fonctionne of course. Il n’y a pas besoin de se poser la question. Chacun sait exactement au fond de lui même quand il déconne ou pas. Dans la seconde qui suit, tu peux toujours ensevelir un overt sous une demi tonne de justifications, mais cela n’empêche que tu sais quand tu déconnes ou pas.
          La société a inventé des « Palais de Justifs ». Pourquoi avez vous tué la grand mère ? Parce que j’ai eu une enfance malheureuse ou parce que j’avais faim, et comme elle avait du blé…
          Mais au fond de lui même, oui là au fond, le mec qui a fait une connerie sait qu’il l’a faite.
          C’est juste une question de prendre responsabilité pour ses actes ou pas.

    2. Wavelengh a très bien résumé la situation : le déni.

      Tu dis « A force de vouloir tout contrôler, on ne contrôle rien. La preuve, la sciento part en couilles »

      Ouaip ! Mais elle te dira qu’elle part en couilles à cause des psychiatres qui veulent sa peau tout le temps. Très honnêtement, je pense que plus personne n’en a plus rien à foutre de la sciento depuis longtemps. On la poursuit en tant que secte, pas en tant que groupe capable de créér une nouvelle civilisation. A ma connaissance, la sciento n’a pas eu un seul produit (OT) pouvant faire peur aux SP de ce monde. Ils s’en battent bien de la sciento !

      1. T’as 100% raison. Le monde s’en tape de la sciento. Y a plus que les médias qui s’y intéressent. Même Big Pharma, les psys et les toubibs ont laissé tomber : c’est pas quelques milliers de gugusses qui vont plomber leur business. En fait, maintenant, les toubibs et Big Pharma attaquent les médecines naturelles ou alternatives, car là, y a vraiment danger pour leur monopole.

  16. C’est vrai ça ! Toutes ces citations de Tech, ça nous gave…

    Faut arrêter, les zombies, là ! Vous croyez quoi, que c’est encore Halloween ?

    Bon, allez ! Promis, demain, j’arrête la Scientologie.

    Hé ! les filles, on pourrait faire un groupe d’entraide…

    Qu’est-ce que vous diriez d’un nom comme : LES SCIENTOOLIQUES ANONYMES ?!

    Vous imaginez une réunion, tous assis en cercle ?

    “Euh, bonjour, j’m’appelle Dory…”

    “BONJOUR, DORY !!!” (Accueil chaleureux du cercle)

    “Alors, voilà, ça fait 20 ans que je suis une scientoolique, et j’dois dire que ça m’a pourri la vie… j’étais comme qui dirait… euh… implantée… flûte, ’scusez-moi, j’viens encore d’employer un mot d’sciento… décidément… hum !”

    “Bon, c’est dur, mais j’m’accroche, et faut quand même dire que j’en suis à 13 jours, sans avoir cité une seule fois Hubbard… et j’sais pas encore trop comment j’me sens, mais je suppose que ça doit être mieux… enfin, j’espère…”

    “C’est bien… Bravo Dory !” (Applaudissements et murmures approbateurs dans le cercle)

    Allez, tiens, pour changer, je vais citer Wikipédia…

    Aujourd’hui, je viens d’apprendre un nouveau mot : Flaming.

      1. Ouaip ! ch’fais des essais, histoire de varier les plaisirs.

        Bien vu, MA (prononcer Emma), c’est difficile de savoir qui est qui sur Internet. Garçon, fille, hermaphrodite… Qui peut le dire ?

        N’importe qui peut se faire passer pour n’importe qui et n’importe quoi, jouer un rôle, pratiquer la manipulation…

        Ça fait froid dans le dos, quand on y pense.

        Hier soir, je racontais à ma fille les amusantes péripéties sur ce blog, notamment la parodie du dialogue de Finding Nemo

        Si bien qu’elle n’a pu résister à l’envie de compléter la réplique :

        “Je suis un gentil thêtan, pas une machine à invalider. Si je veux arriver à changer cette image, je dois d’abord me changer moi-même. Les scientologues sont nos amis, on n’y touche plus !”

    1. Excellent, ton sketch. Mine de rien, tu créerais vraiement les scientooliques anonymes, les mecs balanceraient un paquet de charges et ça se terminerait par des crises de rire prolongées.

      Mais bien sûr, les puristes te diraient que c’est squirrel et que c’est pas comme ça qu’on répare des cas. Et en plus, ce serait gratuit.

  17. Si vous écoutez la bande « les cinq conditions », c’est la base de l’éthique. Je ne sais pas jusqu’à quel point c’est une vérité ou un outil qui marche, mais ne pas appliquer affluence quand on est en affluence te fout dans une super merde. Et appliquer affluence quand tu es en urgence, ça fait pareil etc….
    Et toutes ces données sur la condition de danger. Mais peut-être faut-il une certaine intelligence pour utiliser ces informations. Ce ne sont pas des absolus mais très certainement des concepts intéressants qui peuvent aider à améliorer une situation.

    Et, l’évolution des données sur l’éthique qui datent des années 60, ce sont les Data Series dans les années 70. Qui permettent d’établir vraiment la nature d’une situation et d’y remédier. Qui d’entre vous a fait le « Data Evaluator Course » ?

    Moi, je l’ai fait, et quand vous avez fait ça, l’aveuglement vous quitte et vous voyez.
    Après le cours, j’ai eu l’impression d’avoir pris 10 points de QI. Et c’est depuis cette époque déjà que j’ai su que quelque chose était pourri dans le royaume de la Church. Oui, grâce aux Data Series. Et ceux qui ont évalué la prise de pouvoir de DM avaient fait les Data Series.

    Pour ceux qui condamnent la « tech verte », lisez les Data Series à commencer par « Anatomy of thought », la prequel de la Data Serie 1. Dans Management Volume 1.

    Vous confondez la « tech verte » avec quelques policies de justice, appliquée aveuglément pour le bénéfice du pouvoir en place et condamnez tout le sujet.

    Et ces donnée sur les « blows » datent des années 60. D’autres données ont été écrites après, comme les 4 raisons pour lesquelles les PCs blowent, dont aucune n’est les overt. (merci Word Clearer de nous l’avoir rappelé)

    Out list – Invalidation du cas ou des gains – pas d’audition – on a dit qu’il atteint quelque chose alors que non.
    On pourrait publier le bulletin sur le site, et l’étudier et voir comment il s’applique avec des gains énormes pour tout le monde.
    Et cet autre bulletin qui dit qu’une des cause du « blow » est l’out int. La dramatisation de partir pour cesser de se sentir piégé.

    L’église de Miscavige s’est focalisée sur quelques données qui permettaient de punir et d’opprimer les gens en les appliquant d’une manière erronée, parce que Miscavige est un suppressif, parfaitement décrit d’ailleurs par la tech de scientologie.

    Il y a une idée fixe nouvelle comme quoi la tech verte est la ruine de l’église. Ce qui ruine l’église, et ruine de n’importe quoi, c’est simplement l’oppression.

    C’est simple, il y a dans l’église un SP qui est en pleine action : David Miscavige. Il y en a peut-être d’autres. Ça c’est le « Who », puis cherchez le « Why ».

    Si demain, l’église faisait une cog et publiait une déclaration de suppressif très circonstanciée de David Miscavige, il y aurait une libération sans précédant. Et d’exposer David Miscavige reste un objectif majeur pour moi.

    Je suis désolée de vous dire que la sciento coule, pas parce qu’on a appliqué la tech de l’éthique mais parce qu’on ne l’a pas appliquée.

    Je vais me faire insulter, me faire traiter de « ma pauvre toinette », j’ai l’habitude, c’est ce qui fait le charme de ce blog, bise à tous !

    1. Ma Toinette,
      (Ici, le qualificatif n’est ni condescendant ni méprisant, mais affectueux).

      Je plussoie.

      Au cours de mes discussions avec bon nombre d’indépendants qui consultent ou consultaient ce blog (beaucoup m’ont dit avoir déserté à cause d’un intervenant qui faisait du Flaming), je n’ai cessé d’entendre des éloges à propos de l’intelligence de tes commentaires.

      Ceux qui cliqueront sur le mot “intelligence” ci-dessus pourront notamment lire ceci : “Le terme est dérivé du latin, intelligentare – « faculté de comprendre ») et dont le préfixe inter (entre), et le radical legere (« choisir, cueillir ») ou ligare (« lier ») suggèrent essentiellement l’aptitude à lier des éléments entre eux.”

      Notez qu’il manque un radical symétrique dans l’étymologie. Les contributeurs ont bien relevé l’aptitude à lier, associer, mais ont oublié l’aptitude à séparer, dissocier.

      Ces deux pôles sont essentiels à l’intelligence. Une personne qui ne pourrait que lier, associer, identifier, sans pouvoir en contrepartie séparer, dissocier, serait non pas intelligente, mais illogique (terme sympa pour la stupidité).

      Exemple : une personne passant pour scientologue applique une version altérée, dégradée, des diverses technologies de Scientologie, Tech, Éthique et Admin, provoquant diverses catastrophes contre lesquelles l’auteur du sujet n’a pourtant cessé de mettre en garde à grand renfort de bulletins, règlements, corrections de bulletins, et recorrections, et reprécisions, et rerèglement, sur tous les tons possibles, du plus sympa au plus énervé.

      Cette personne, après avoir elle-même joyeusement participé à provoquer lesdites catastrophes (tant pour elle-même que pour d’autres) du fait qu’elle est dépourvue de l’ aptitude susnommée, se dit :

      1. j’étais scientologue ;

      2. j’ai appliqué la scientologie, sur moi et sur d’autres ;

      3. il en a résulté des catastrophes, pour moi et/ou pour d’autres ;

      4. j’ai vu autour de moi, d’autres scientologues, pourtant tout aussi intelligents que moi, provoquer des catastrophes encore pires.

      Conclusion : “La scientologie est une catastrophe ! Et cet imbécile de Hubbard est responsable de tout ce gâchis.”

      Lafayette Ronald Hubbard, je… te… HAIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIS ! Scientologie et scientologues, je vous hais de tout coeur… Haine ! Haine ! Haine ! Double haine ! DÉGOÛÛÛÛÛÛÛÛÛÛT TOOOTAAAAAAAL !!!

      Le Grinch de la Scientologie…

      1. Tu écris que beaucoup ont déserté le blog à cause d’un intervenant qui faisait du Flaming.

        Tout ça, c’est la faute à Voltaire qui laisse s’exprimer tout le monde.

        Mon vieux Voltaire, reprends-toi. Ton blog est trop démocratique. Faut que tu fliques (euh, pardon, faut que tu filtres) davantage les commentaires. Ton blog fait fuir des gus.

        C’est marrant, en quittant la church, je pensais en avoir fini avec la pensée unique sciento et voilà qu’elle revient au galop.

        Ah crotte, j’ai encore fait du Flaming.

        1. Chacun est libre de lire ou non ce blog.

          J’ai toujours eu un faible pour la démocratie et la cacophonie de la liberté d’expression. LRH, lui, était en faveur d’une monarchie bienveillante (benign monarchy). Je serais curieux de savoir quel était son point de vue sur la liberté d’expression. Si quelqu’un a une réponse…

          1. HCO BULLETIN OF 15 FEBRUARY 1982 (Released on 20 October 1986)
            FREEDOM OF SPEECH
            You can say what you please but what you say does not have to please. Just be careful not too many people get unpleased.
            L. RON HUBBARD Founder

            Trad : Vous pouvez dire ce que vous voulez mais ce que vous avez à dire n’a pas à plaire. Faites juste attention à ce que trop de gens ne soient pas mécontents.

  18. Ça y est, y a une putain de touche que quand tu la touches y a tout qui se barre. Je vous avais encore sorti un début de commentaire génial parti en fumée…
    Non, j’y arrive pas à réécrire ce que j’avais écrit avec fougue. C’est ça être PTS, elle est bien bonne !!!

    1. Voici un petit tuyau qui vous évitera ce genre d’accident : écrivez votre commentaire dans Word ou autre logiciel de traitement de texte. Quand vous avez fini, allez sur le blog, ouvrez votre commentaire et collez votre texte dedans.

    2. Si ta souris dispose d’ un bouton sur son flanc gauche, si tu tapes accidentellement ce bouton sur le bord de ton clavier, tu perds tout ce que tu avais écrit.

      Sinon tu as écrit : « Je suis désolée de vous dire que la sciento coule, pas parce qu’on a appliqué la tech de l’éthique mais parce qu’on ne l’a pas appliquée. »

      C’est ça le problème, non seulement la tech d’éthique est très mal employée mais elle n’est pas du tout employée pour des évidences d’oppression en interne.

      Celui qui emploie mal la tech d’éthique le fait souvent pour blesser le « faible » et celui qui ne l’emploie pas sur ses supérieurs le fait souvent pour ne pas avoir d’ennuis.

      Partant de ce principe là, aucune tech ne peut marcher…

  19. Cher Voltaire, j’ai lu ce billet avec grande attention.

    Vous dites : « En scientologie, il existe tellement de « vérités » et de « principes avérés » qu’un seul chapitre ne suffirait pas à les énumérer »

    Eh oui et trop de vérités peut tuer la vérité…

    Prenez l’overt. Lrh dit qu’il provient d’un mot mal compris et ailleurs qu’il provient d’un motivateur. Comment on fait le lien ?
    Si je tue un chat c’est que j’ai un mot mal compris sur les chats mais en même temps si je le tue c’est parce qu’un chat m’a griffé en premier lieu. Dois-je comprendre que le chat m’a griffé parce que j’avais des mots incompris sur les chats ou que lui en avait sur les humains ? (lol)
    Il y a quantités de données de sciento qui, prises individuellement, ont un vrai sens mais rapprochées ensemble induisent plus de confusion qu’autre chose.

    ça serait intéressant d’ailleurs de faire deux colonnes et de mettre dans l’une une vérité de Lrh et en face son exact opposé. Quand on tombait sur ce genre d’opposition, les superviseurs de cours nous faisaient comparer les dates. Ce qui était le plus récent était la vérité. Je ne vous raconte pas la gymnastique et la confusion quand on préférait la donnée la plus ancienne ! Le fait est qu’il y a beaucoup trop de données et trop de données tue LA DONNEE.

    Regardez sur ce blog, les gens expriment des données de Lrh qui sont invalidées par d’autres données de Lrh.

    On possède tous des données de Lrh et on s’engueule avec ! C’est quand même incroyable ! J’aimerais bien avoir l’avis de Word Clearer sur ce point !

    Pour revenir à l’objet de l’article, la donnée d’éthique « le plus grand bien pour le plus grand nombre » a fait commettre de très nombreuses erreurs.

    Un overt est un acte qui nous dégrade si on le commet, c’est tout. Utiliser le principe du plus bien pour le plus grand nombre n’a en aucun cas amélioré ma vie et chercher des SP partout non plus !

    Dès l’instant où l’on ne se dégrade pas, on est immunisé contre les SP. Croyez-moi.

    1. @ Tournicotis : Un peu réducteur votre commentaire sur les overts. Dois-je vous rappeler les définitions de l’overt :
      – Un overt ou acte néfaste ne consiste pas simplement à nuire à quelque chose ou à quelqu’un : un acte néfatse c’est un acte commis ou omis, qui fait le moins de bine au plus grand nombre de dynamiques ou le plus de mal au plus grand nombre de dynamiques. HCOPL 1 nov 70 III
      – Acte nuisible commis volontairement dans un effort pour résoudre un problème. SHSBC 44
      – Chose que vous faites et que vous ne voudriez pas que cela vous arrive.
      Bien sur, à la base, la stupidité engendre pour beaucoup la criminalité. Mots mal compris après mots mal compris après mots mal compris = stupidité = QI à 45 = criminalité probable.
      Quand à votre théorie de dire que « dès l’instant où l’on ne se dégrade pas, on est immunisé contre les SPs », je suis désolé de vous dire qu’elle est fausse.
      Pour témoin Luther King, Ganddhi, Malcom X, John Lennon etc… Tous assassinés par des SPs ou des psychopathes.

      1. Bonsoir Emile L-M,

        « Quand à votre théorie de dire que « dès l’instant où l’on ne se dégrade pas, on est immunisé contre les SPs », je suis désolé de vous dire qu’elle est fausse. »

        C’était une théorie de Lrh pourtant : « Si vous connaissez et appliquez la tech, elle vous protégera ». Il donne même des exemples de balle qui ne peut pas atteindre sa cible si le mec est totalement éthique. J’ai rien inventé, juste cité Lrh d’une autre façon.

        « Pour témoin Luther King, Ganddhi, Malcom X, John Lennon etc… Tous assassinés par des SPs ou des psychopathes. »

        Ben ouais, y a de quoi se poser des questions sur ce qui marche dans la tech d’éthique et ce qui ne marche pas ou pourquoi ça marche sur certains et pas sur d’autres. Non ?

        1. @ Tournicotis : Vous faites très fort :
          Vous êtes en train de me dire que :
          – …. »dès l’instant où l’on ne se dégrade pas, on est immunisé contre les SPs… » veut dire la même chose que : … »Si vous connaissez et appliquez la tech, elle vous protégera… »
          Désolé, mais je ne vois là aucunes ressemblances. Que l’on connaisse la tech et qu’elle protège oui, mais que si on ne se dégrade pas on est immunisé, ben non, pas forcément.

          1. Emile-Louis-Marc, le mieux est que vous regardiez les données du cours Ethics Specialist.
            « Il est à noter que l’individu doit avoir fait aux autres dynamiques ce que ces autres dynamiques semblent avoir maintenant le pouvoir de lui faire. Il est donc dans une position où il peut être blessé et il perd le contrôle » LRH
            Si on ne viole pas trop son intégrité, je pense qu’on a de beaux jours devant soi.

            1. @ Tournicotis : Bonne référence, mais vous oubliez un facteur essentiel qui est le Time Track. Donc, le passé peut et va vous apporter des nuisances. Et on devient cause comment sur le passé? En se faisant auditer….

    2. Bonjour Tournicotis,

      Puisque vous aimeriez connaître mon avis sur les points de Tech conflictuels, je me permets de vous répondre : la solution est le Training (formation).

      Il n’y a peu d’oppositions/conflits/contradictions dans l’esprit d’un auditeur BIEN entraîné/formé à partir de Classe V Graduate (doté d’une licence Classe VI).

      À partir de Classe VI, il n’y en a plus.

      À Classe VIII, l’ensemble devient, dans l’esprit de l’auditeur ou du C/S (superviseur de cas) BIEN entraîné/formé, d’une cohérence, d’une précision totale.

      Par contre, j’ai souvent vu les auditeurs Classe IV ou V se taper la tête contre le mur de ces apparentes contradictions.

      De plus, les mots malentendus, ajoutés aux nombreuses fausses données véhiculées entre scientologues, que ce soit par le bouche-à-oreille ou par les erreurs de traductions qui continuent de sévir (voir mes posts antérieurs), contribuent à générer une confusion générale dans l’esprit des scientologues.

      Si vous regardez la définition 1. du mot Scientologie dans le Technical Dictionary, vous y verrez qu’il signifie : “Clarification de mots”.

      Logos étant défini comme MOT OU FORME EXTÉRIEURE PAR LAQUELLE LA PENSÉE INTÉRIEURE EST EXPRIMÉE ET RENDUE CONNUE, et scio, LE SAVOIR.

      Donc : “Le mot/symbole/forme extérieure/objective qui exprime une pensée/subjective, l’ensemble des deux conduisant au Savoir.” Comprendre Knowingness, pas Knowledge, c’est-à-dire le savoir défini en tant que “Niveau de conscience”.

      Ceci est valable pour le Training ET l’Auditing.

      Tous les cas ratés sont dus à des mots mal compris, chez le PC, le préOT, l’auditeur, le C/S, etc., au choix, ou tous ensemble.

      Si je n’avais pas été aussi entraîné, ni effectué une telle quantité de Word Clearing, aujourd’hui, je peux l’affirmer avec une totale certitude, je serais mort.

      Ce n’est pas une métaphore.

      Au lieu de quoi, je n’ai jamais été aussi heureux, épanoui, stable de toute mon existence, et c’est un euphémisme, comparé à ce dont je fais l’expérience actuellement.

      Les discussions que j’ai pu voir sur ce blog, notamment concernant les niveaux d’OT, laissent supposer beaucoup de mots/concepts mal compris.

      Et les nombreux médias, sites, blogs, rédigés comme ils le sont par des cas ratés qui ont eux-mêmes beaucoup de mots mal compris, contribuent à répandre la confusion.

      L’ironie du sort veut que l’ex-General Inspector RTC, Marty Rathbun, n’échappe pas à cette règle.

      Ce n’est pas l’expression d’une attitude hautaine ou supérieure, juste une constatation. De toute façon, je n’ai jamais rencontré de hauts exécutifs qui étaient de bons techniciens ; les exigences statistiques, la pression, le trafic frénétique et les compromissions constamment exigées par la hiérarchie rendent cela impossible.

      Un exec est pratiquement entraîné à composer, jusqu’à ce que cela devienne sa seconde nature.

      Demandez à un Cramming Officer (Responsable de l’instruction rapide) ce qu’il pense du fait de prendre un Exec (cadre) en interview pour corriger ses dernières bouletttes et non-applications de la technologie administrative…

      Avant de faire ça, munissez-vous d’une boîte de kleenex.

      Bonne soirée/journée à tous.

      1. Mec-Qui-Met-La-Planète-Au-Clair,

        Tu dis que Rathbun a des mots mal compris et que dans son blog, il répand la confusion de par son passé de haut exécutif, etc, etc.

        Je veux bien, mais ça pue la généralité, ton truc. Tu pourrais être plus spécifique, donner des exemples, développer ta théorie, tout ça ? Sinon ça reste une affirmation gratuite OSA-esque sans aucune valeur.

        1. Ou « Mec-Qui-Veut-Ramener-Les-Brebis-Egarées-Dans-L’église ? » !!!

          En lisant les commentaires de Word Clearer j’ai eu l’image du joueur de flûte ensorcelleur. Je me suis dit « V’là un petit nouveau qui va ramener les scientologues au bercail » 🙂

      2. Cher World Clearer,
        Je suis 100% d’accord avec chaque mot de votre commentaire, que ce soit sur les certitudes techniques, l’entrainement, ou les énormités que l’on voit sur certains blogs.
        J’aimerais avoir écrit ce commentaire qui résume parfaitement ma façon de penser…

  20. « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire. »
    Voltaire (1694-1778)

    Nous avons tous des données de Lrh qui nous mettent en désaccord les uns avec les autres mais c’est ainsi, c’est la vie.

  21. Merci Word Clearer pour ton ack, on a beau dire mais ça fait toujours plaisir, et surtout ça termine une communication, on se sent compris et on monte de ton. C’est tout simple et c’est ça la sciento. C’est la première marche avant toute chose en sciento : l’aptitude à écouter, à comprendre et à accuser réception. C’est sans doute le tout premier gradient tout en étant l’aptitude ultime.
    Je lisais, pas plus tard qu’hier, un article paru dans The Auditor en mai 1964 : The Workability of Scientology. Vous pouvez le trouver dans le volume rouge dans l’année 64. Il n’est pas traduit à ma connaissance.

    Voici le début de l’article :

    IT’S THE LITTLE THINGS THAT MAKE SCIENTOLOGY WORK, not the big crashing reasons why the preclear’s mind isn’t perfect.

    It isn’t finding what’s wrong with the preclear that really counts, it’s the auditor’s craftsmanlike attention to the little points of auditing that makes for big gains.

    Just one effective, received acknowledgment that makes the preclear know he’s been acknowledged may be worth a dozen processes!

    C’EST LES PETITES CHOSES QUI FONT QUE LA SCIENTOLOGIE MARCHE. Pas les énormes raisons de pourquoi le mental du PC n’est pas parf ait.

    Ce n’est pas de trouver qu’est-ce qui ne va pas avec le PC qui compte vraiment, c’est l’attention experte aux petits point de l’audition qui vont amener les grands gains.

    Un seul accusé de réception bien reçu qui fait que le PC sait qu’il a été accusé réception peut valoir une douzaine de procédés.

    Et la suite de cet article développe sur le sujet. Je pense qu’il faut se recentrer sur ce qu’est la scientologie véritablement. Elle s’est tellement éloignée de sa vrai nature qu’elle est complètement hors valence. Et quand on conclut, à cause de son altération, qu’elle n’est qu’un horrible truc qui ne marche pas et opprime les gens. Et bien, elle est prise dans une dialectique infernale, écrasée dans un étau qui la serre de chaque côté.
    C’est terrible, injuste, et faux.

    La sciento au départ c’est la compréhension. Le fait de pouvoir parler à quelqu’un qui va vous comprendre. Moi j’ai expérimenté cela des deux côtés, et c’est une expérience unique, et c’est simplement ça la scientologie.

    1. Intéressante citation, MA, et je partage votre point de vue

      C’est aussi la définition d’un “professionnel” dans le dictionnaire administratif de Scientologie.

      Je pourrais citer la référence, mais bon, je vais éviter de restimuler de la charge chez ceux qui sont opposés à ce type de commentaires.

      😉

  22. Ce billet parle d’éthique, et par conséquent, il n’est pas surprenant que le sujet de l’éthique même de ce blog y soit évoqué ; à savoir le respect ou l’irrespect de la nétiquette, la courtoisie et le respect des autres, non pas dans le fond, les idées, mais la forme, la façon d’exprimer ces idées.

    Et c’est une excellente opportunité, car nous avons là un exemple concret de l’application d’une éthique (de Scientologie ou non) qui se déroule sous nos yeux.

    Dans ce contexte, est-ce que parler (comme je l’ai fait) de flaming est une atteinte à la liberté d’expression ?

    Est-ce que demander une modération dans la façon de s’exprimer, comme Voltaire2003 l’a fait sur le billet “Le Pont pour les nuls”, est une atteinte à la liberté d’expression ?

    J’ai deux amies qui se sont plaintes d’atteinte à leur liberté d’expression sur ce blog : l’une s’est plainte de censure sur ses commentaires, l’autre m’a dit que son profil avait purement et simplement été supprimé.

    Je ne porterai aucun jugement sur lesdites “censures” et “suppression” de profil, sachant que je n’ai pas lu les commentaires dont elles se sont rendues coupables. Je fais confiance au webmaster de ce blog pour être impartial et démocratique.

    Cependant, est-ce qu’exiger, comme il l’a fait, que je poste des commentaires plus courts est une atteinte à ma liberté d’expression ?

    World Clearer | 2 novembre 2013 at 19:59
    Cher Word Clearer,
    A l’avenir, faites plus court. J’ai été à deux doigts de ne pas publier votre commentaire. Vous voilà prévenu.”

    Un minimum d’éthique constitue-t-il obligatoirement un flicage (avec un “c”) ?

    Vous seriez surpris d’apprendre que suite à cette demande d’appliquer une certaine éthique dans mes commentaires, j’ai appliqué de façon instantanée, “automatique et auto-implantée” diraient certains, une Condition d’urgence.

    De même, lorsque je parlais de Flaming ou de Nétiquette, pour rappeler des règles d’éthique à laquelle souscrivent la majorité des internautes et webmasters (pensée unique d’Internet), lesquels webmasters jouent souvent le rôle de “modérateur” (flic), est-ce que c’était une atteinte à la liberté d’expression ?

    Voltaire2003 prévient sur la page “Pourquoi ce blog ?” qu’il “ne publiera pas les lettres d’insultes ou les propos totalement hors sujet.”.

    Est-ce une atteinte à la liberté d’expression ?

    Ou une application saine et rationnelle de l’éthique (de Scientologie ou non) ?

    Autre exemple concernant l’éthique de communication, si je poste de nombreuses citations de L. Ron Hubbard, un intervenant peut-il objecter de façon injurieuse contre cette façon d’illustrer mes propos sans porter atteinte à ma liberté d’expression ?

    De même, si je suggère poliment que cette intervention hostile constitue du Flaming, suis-je en train d’entraver sa liberté d’expression ?

    Suis-je en train de fliquer (avec un “qu”, cette fois) ce blog, avec ma conception de l’éthique (de Scientologie ou non) ?

    D’ailleurs, j’avais mis un lien sur Wikipédia définissant le Flaming, mais je ne suis pas sûr que tous l’aient consulté pour clarifier ce mot. Il est vrai que les articles encyclopédiques sont parfois complexes.

    Un scientologue considère que ce n’est pas éthique de lire un texte sans clarifier les mots mal compris. Du coup, j’en mets une version simplifiée, plus facile à lire :

    “Le flaming, anglicisme que l’on peut traduire par “propos inflammatoire”, est une pratique consistant à poster des messages délibérément hostiles, insultants, avec l’intention de créer un conflit sur un groupe de discussion, site Web, etc.
    Le flaming n’a jamais pour but d’être constructif, de clarifier une situation ou de convaincre. La motivation du flaming n’est pas de discourir ou raisonner, mais plutôt sociale ou psychologique. Les “flameurs” essayent de s’imposer par la force, l’intimidation, la dissuasion ou la persuasion plutôt que par la discussion.”

    Je ne sais pas vous, mais la courtoisie ne m’empêche pas de m’exprimer librement. Et je ne ressens pas les règles de politesse comme un flicage (avec un “c” – je connais des gens pour qui les règles d’orthographe constituent une atteinte à leur liberté d’expression).

    Quant à la pensée unique actuelle, si vous regardez l’ensemble d’Internet et les médias du monde entier, elle est devenue majoritairement “anti-scientologie”, “anti-Hubbard” et “anti-spiritualité”.

    La pensée unique, comme son nom l’indique, est toujours du côté de la foule majoritaire. Et comme le signalait si justement hostie 8, les scientologues sont une minorité.

    Personnellement, que ce soit dans cette vie-ci ou dans d’autres, dès l’instant qu’une foule se rassemblait pour lapider, réclamer le bûcher ou lyncher, elle m’a toujours trouvé en face…

    Question d’intégrité, d’honneur ou d’éthique, appelez ça comme vous voulez.

    😉

    1. « J’ai deux amies qui se sont plaintes d’atteinte à leur liberté d’expression sur ce blog : l’une s’est plainte de censure sur ses commentaires, l’autre m’a dit que son profil avait purement et simplement été supprimé. »

      Je n’ai jamais supprimé de profil ni censuré aucun commentaire.

    2. Bonjour Word Clearer,
      Je me faisais la réflexion en lisant vos commentaires qu’une personne entraînée comme vous l’êtes ne peut pas abandonner le navire. La responsabilité d’une personne ultra entraînée qui n’a plus de charge (comme vous le précisez dans un commentaire) est de rester dans le groupe pour aider ceux qui sont moins lettrés qu’elle. Si on peut tout comprendre et tout as-iser, pourquoi quitter l’église ? J’ai un mal fou à vous imaginer en apostat ou alors auditeur de revue dans la freezone ?

      1. Cher Voltaire2003,

        Merci beaucoup pour cette clarification.

        J’en conclus donc que ces newbies (débutantes informatiques) se sont emmêlé les crayons (touches de clavier) dans leurs messages.

        Je leur ferai savoir.

        Je réalise aussi que leurs réflexions à ce propos avaient agi comme un 3e parti, car j’avais été choqué par ce que je croyais être une vérité.

        Et cela montre aussi à quel point il faut se méfier des informations de seconde main, par personne interposée, comme sur Internet par exemple. Même de la part de personnes qui se posent comme “témoin de la scène”.

  23. Ce blog tourne à la foire aux citations, on se croirait dans un cours de philo où la bonne note revient à celui qui peut régurgiter le plus de dates et de citations. Est-ce qu’il vous arrive de vivre pour vous même ? Parce que là, amis blogueurs, j’ai l’impression que vous tournez 24h/24 en orbite autour de Ron Hubbard. Je finirai par une citation de mon propre crû : la liberté spirituelle c’est comme les frites Mc Cain, c’est ceux qui en parlent le moins qui en profitent le plus ! 🙂

  24. Bonjour Freewoman…

    “J’ai un mal fou à vous imaginer en apostat ou alors auditeur de revue dans la freezone”

    Oui, moi aussi, j’ai du mal à m’imaginer comme cela. Il m’arrive encore de me pincer pour voir si je ne rêve pas.

    Mais comme vous avez déjà pu le voir sur ce blog, il existe différents groupes d’indépendants, et certains sont restés fidèles aux principes fondamentaux de la Scientologie et à Ron. Quand bien même ils ont été les premiers à partir ou à sonner l’alarme dans les années 80.

    Si j’ai pu choquer certains d’entre vous parce que je suis resté scientologue envers et contre tout, je vous prie de m’en excuser.

    Cela étant, ma conception d’être un scientologue est différente de tout ce que j’ai pu lire sur le sujet. Pour moi, il ne s’agit pas de religion ni de philosophie, même si j’affectionne ces sujets.

    Je suis scientologue comme d’autres sont informaticiens ou musiciens, etc., praticien d’une discipline extrêmement codifiée et technique.

    Assistez un jour à une discussion entre musicos pros ou informaticiens chevronnés : un cauchemar !

    Ces gens sont obsédés par leur sujet de prédilection, ne parlent que de ça, et truffent leurs propos d’un jargon abominable inaccessible au profane. Un phénomène qu’on retrouve dans beaucoup de catégories socioprofessionnelles, fort pénible pour leur entourage, j’en conviens.

    Cela dit, si quelqu’un veut parler d’autre chose que de Scientologie sur ce blog, je me joindrai à lui (ou elle) avec joie. Qu’il s’agisse de cinéma, de bouddhisme zen, de musique ou même de peinture.
    😉

    Bonne journée, Freewoman, mes meilleures pensées vous accompagnent.

  25. « Si j’ai pu choquer certains d’entre vous parce que je suis resté scientologue envers et contre tout, je vous prie de m’en excuser. »

    C’est pas choquant. Apparemment vous faites bon usage de la technologie sans vous attarder sur ses nombreuses contradictions. C’est bien.
    Laissez donc mes pensées vous accompagner aussi… 🙂

  26. Merci Freewoman.
    🙂

    La vie elle-même n’est-elle pas remplie de contradictions ?

    Sachant que la Scientologie s’adresse à la vie en épousant ses formes, n’était-il pas normal qu’elle reflète ces dichotomies qui, par ailleurs, sont présentes dans chaque aspect de cet univers : lumière/obscurité, froid/chaud, mensonge/vérité, guerre/paix, amour/haine…

    Tout comme pour l’histoire des limaces, je pencherais pour la non-dualité, typique du bouddhisme zen : 28/10/2013 – 19:34

    Le bouddhisme est aussi appelé “la Voie du milieu”.

    1. « La vie elle-même n’est-elle pas remplie de contradictions ? »

      bonjour Word Clearer,

      Lrh a fourni des données pour tous les niveaux de tons. C’est flagrant dans les conférences où l’on a le sentiment qu’il dit tout et son contraire. En fait, comme il s’adresse à tous les niveaux de tons en même temps, il dit des choses vraies pour les uns et fausses pour les autres puis des choses fausses pour ceux à qui il avait dit des choses vraies et des choses vraies à ceux à qui il avait dit des choses fausses.

      On devrait pouvoir prendre les données qui nous parlent et laisser de côté celles qui ne nous parlent pas (et surtout ne pas les utiliser !!!) et savoir que les données qui ne nous parlent pas (et qui nous ont blessé en les utilisant) peuvent être une vérité qui a fait du bien à d’autres…

      Ce qui pose vraiment problème c’est de déceler les données qui vont nous faire plus de bien que de mal. Et celles qui ne correspondent pas à votre état d’être peuvent faire très très mal.

      1. Hello Boddi Woogie,

        Il ne faut pas prendre tout ce qu’on lit où étudie pour des indications personnelles. Sinon, c’est sûr que ça peut être terrible.
        C’est une question d’intégrité.

        En étant sorti de l’église, on peut vraiment appliquer : ce qui est vrai, c’est ce qui est vrai pour vous.
        Et là, on peut vraiment profiter des données qui nous intéressent et pour les autres données, si elles sont utiles à d’autres personnes tant mieux mais elles ne doivent pas invalider l’être.

        1. Il ne faut pas prendre tout ce qu’on lit où étudie pour des indications personnelles

          Oui, j’entends bien mais des fois on croit qu’une chose va nous faire du bien et c’est le contraire qui se passe. Prenez le touch assist, il soulage de très nombreuses personnes, moi non, bien au contraire, il me rendrait presque plus malade. Par contre je réagis très bien à d’autres assists. Il ne faut pas se dire que ce qui marche pour quelqu’un marchera pour vous. Nous sommes des êtres uniques. 🙂

            1. Comme quoi, tout ne marche pas uniformément pour tout le monde. Seulement Lrh a vendu un jeu où tout le monde gagne .

              Tombez sur un jeu qui n’est pas à votre niveau de randomité et c’est la bascule assurée.

              Gagner à tous les coups en scientologie implique des perceptions et compétences techniques que beaucoup de Cs et d’auditeurs dans l’église ne possèdent pas.

              On gagne quand on est dupliqué. Et c’est très rare.

              Il y a tellement de personnes mal formées dans l’église que les preclairs perdent plus qu’ils ne sont heureux.
              Ne pas gagner est une chose qu’on peut encore tolérer mais empirer, ça non !

              1. Je n’ai pas dit que le procédé ne marche pas, j’ai dit que ça s’était mal passé parce que ça n’était pas ce procédé-là qui aurait dû être fait.

                Une erreur de programmation n’amène jamais de bons résultats comme tout le monde le sait, ça n’a rien à voir avec l’efficacité du procédé.

                Effectivement, les gens dans l’église sont de plus en plus mal formés et il y reste souvent les moins intelligents à l’heure actuelle, vue les purges successives (SP déclare) ou personnes qui ont quitté les lignes…

    1. C’est vrai, on voudrait en savoir plus sur les uns et les autres, niveau d’entraînement, de cas, etc. mais ceux qui ont encore de bons amis et/ou de la famille dans l’église ne peuvent pas prendre le risque d’être identifiés à cause de cette saloperie de déconnexion.

  27. Bonjour,
    Voici mon ressenti très personnel de l’éthique de scientologie. Veuillez le prendre comme un point de vue et non pas comme une vérité.
    Je n’ai jamais eu la prétention d’en savoir plus que vous tous sur le sujet.

    De mon point de vue donc, un volume theta natif élevé confère une éthique innée dont la personne n’est pas forcément consciente. Elle sait qu’elle est une personne honnête et digne de confiance et elle ne s’est jamais posée la question de savoir pourquoi.

    Un peu comme ma marche, vous n’avez pas besoin d’être toubib pour savoir marcher ou pneumologue pour savoir respirer. Si c’était le cas, vous deviendrez sérieux, à toujours avoir de l’attention sur vos jambes ou vos poumons. La connaissance d’un domaine peut rendre (trop) sérieux dans ce domaine. Je ne sais pas pour vous mais moi je l’ai souvent observé.

    Bon, j’en reviens à moi. Ma vie était donc plutôt pas mal et en ouvrant le bouquin d’éthique de sciento, je découvre des concepts qui me déstabilisent complètement. A t-on besoin de savoir comment fonctionnent les muscles des jambes pour savoir marcher ? J’apprends des choses que j’appliquais sans les connaître et d’un coup, je ne sais plus marcher et j’ai à présent besoin d’un mode d’emploi pour mettre une jambe devant l’autre ! Je m’introvertis dans le sujet et deviens effet alors que j’étais cause.

    Plus possible de savoir ce que devaient faire mes jambes pour marcher. Et plus j’essayais de me situer dans les conditions, plus le contrôle de ma vie m’échappait et plus je me plongeais dans le bouquin pour comprendre ce que j’avais mal compris ou mal fait. Un truc de dingue ! Lrh dit, je ne sais plus où, que si vous dites à une personne de faire ce qu’elle est en train de faire, ça la rend dingue. L’éthique a mis du sérieux chez moi là où il n’y en avait pas.

    L’éthique peut aider celui qui n’a pas de ligne de conduite au départ, je ne le nie pas, mais elle peut aussi mettre l’attention d’une personne là où elle n’avait pas besoin de la mettre. Et là, c’est le début de l’enfer pour un thetan.

    Imaginez bien la scène. Vous marchez très bien, vous découvrez une recette pour marcher encore plus vite, vous l’utilisez et vous tombez dans un labyrinthe sans issue, de surcroît hanté par des SP (souvent fantômes)… C’est aliénant.

    Je ne dis pas que cette tech ne marche pas mais pour certaines personnes, les conditions d’éthique sont plus une pierre à feu qu’un bon briquet.

    Appliquer une tech dont vous n’aviez pas besoin dès le départ peut rendre maboule ! Cela a été mon cas et je le suis encore et cela me fait braire ! Il m’arrive d’en vouloir à Lrh, c’est sûr !

    Le truc c’est qu’il y a, en scientologie, des données pour tous les niveaux de cas et d’éthique. Le problème est que si une personne d’un niveau 5 utilise des données d’un niveau 15, elle va empirer. Et si des personnes du niveau 15 appliquent à leur vie des données du niveau 5, elle vont décliner aussi.

    L’idéal est de trouver les données qui nous correspondent et l’on devrait être libre de trouver ces données et libre de les évaluer pour savoir si elles nous servent ou pas.

    Le seul endroit où cette liberté est respectée est « dans la chaise ». En effet, en audition, l’auditeur n’audite que les questions qui réagissent à l’emeter. Il n’audite que ce qui est réel pour vous et peut vous soulager et vous apporter un bien être.

    Sur le cours, vous étudiez TOUT même ce qui n’est pas vrai pour vous. Et quand ce n’est pas vrai pour vous, vous protestez et ça peut vous attirer des ennuis car on part du principe que Source n’a jamais tort.

    Ce n’est pas une question d’avoir tort ou raison mais une question de données qui sont au-dessus ou au-dessous de votre niveau de cas ou d’éthique.

    Et c’est bien là, tout l’enfer de la scientologie : mettre tous les adeptes dans le même panier et leur imposer des données qu’à l’état naturel, ils possédaient déjà.

    L’église de scientologie n’a jamais été capable de reconnaître les gens capables.

  28. Chère MA,

    Vous me faites penser à Jean Calas, protagoniste du Traité sur la tolérance d’un certain François-Marie Arouet, dit Voltaire…

    “Jean Calas, âgé de soixante-huit ans, exerçait la profession de négociant à Toulouse depuis plus de quarante années, et était reconnu de tous ceux qui ont vécu avec lui pour un bon père. Il était protestant, ainsi que sa femme et tous ses enfants, excepté un qui avait abjuré l’hérésie, et à qui le père faisait une petite pension. Il paraissait si éloigné de cet absurde fanatisme qui rompt tous les liens de la société qu’il approuva la conversion de son fils Louis Calas, et qu’il avait depuis trente ans chez lui une servante zélée catholique, laquelle avait élevé tous ses enfants.”

    “Ainsi donc notre continent entier nous prouve qu’il ne faut annoncer ni exercer l’intolérance.”

    “Que dirons-nous des primitifs, que l’on a nommés quakers par dérision et qui, avec des usages peut-être ridicules, ont été si vertueux et ont enseigné inutilement la paix au reste des hommes ? Ils sont en Pennsylvanie au nombre de cent milles : la discorde, la controverse sont ignorées dans l’heureuse patrie qu’ils se sont faite et le nom seul de leur vie de Philadelphie, qui leur rappelle à tout moment que les hommes sont frères, est l’exemple et la honte des peuples qui ne connaissent pas encore la tolérance.”

    “… Le grand moyen de diminuer le nombre des maniaques, s’il en reste, est d’abandonner cette maladie de l’esprit au régime de la raison qui éclaire lentement, mais infailliblement les hommes. Cette raison est douce, elle est humaine, elle inspire l’indulgence, elle étouffe la discorde, elle affermit la vertu, elle rend aimable l’obéissance aux lois, plus encore que la force ne les maintient. …”

    1. Belle citation, WC, mais tu m’as toujours pas répondu à propos de Rathbun.

      Je te cite à nouveau :

      « Et les nombreux médias, sites, blogs, rédigés comme ils le sont par des cas ratés qui ont eux-mêmes beaucoup de mots mal compris, contribuent à répandre la confusion.

      L’ironie du sort veut que l’ex-General Inspector RTC, Marty Rathbun, n’échappe pas à cette règle.

      Ce n’est pas l’expression d’une attitude hautaine ou supérieure, juste une constatation. De toute façon, je n’ai jamais rencontré de hauts exécutifs qui étaient de bons techniciens… »

      Tu peux développer, stp ? Dis-nous pourquoi tu considères Rathbun comme un cas raté qui a des mots mal compris. Sois précis.

      1. Cher World Clearer,

        Un commentaire de Kilukru sur l’éventualité de réponses en souffrance m’a fait me souvenir qu’une réponse vous était demandée. Je suis moi-même curieux de connaître vos arguments concernant Marty.

  29. Il est certain que les fanatiques de Miscavige nous feraient rouer vif, monter au bûcher avec une certaine tristesse mais sans faillir, car on ne badine avec le plus grand bien pour le plus grand nombre de dynamiques.

    La damnation, privation de l’éternité, en en ayant gaspillé ce bref instant, est bien pire que la perte du corps physique. Si pour notre bien, ils pouvaient nous envoyer en camp de rééducation, ils s’y résoudraient, certains la mort dans l’âme, d’autre avec le sentiment heureux de l’inflexibilité dans la défense de leur religion.
    Oui, ils saluent Ron et COB. Leur coeur se réchauffe d’être tant dans le vrai dans ce monde barbare wog qu’ils sauveront grâce aux actions de l’IAS. Ils sont la force déterminante de progrès qui va sauver cette planète, et ils le savent.
    Oui, même s’ils doivent déconnecter des êtres qu’ils aiment le plus qui ont glissé du côté sombre. Ils font ça car l’agonie de la race humaine est la rançon de l’échec.
    A quelques galaxies d’ici, on attend l’écho de GAT 2, Super Power et Cause Resurgence Rundown. Hip hip hourrah !!!!!
    Et surgissant dans la lumière des projecteurs… voici le leader ecclésiastique doué de la plus grande compassion et de l’amour de l’autre…. COB….
    Pour une fois… silence recueilli dans la salle…. Ils remercient silencieusement Ron de leur avoir donné COB….
    Des larmes de reconnaissance embuent mes yeux….

Laisser un commentaire