L’ennemi

Voici une traduction d’un article que Marty Rathbun a posté hier sur son blog. Il nous a aimablement donné la permission de le publier en français.

* * * * *

L’ennemi

Dans le cadre de mon article intitulé Scientology Regression, j’ai répondu à deux reprises à des commentaires pour dire qu’il n’y a pas d’ennemi ; la maladie, c’est d’en avoir un.

Apparemment, la Scientologie inculque la croyance ferme selon laquelle il existe des gens qui méritent l’étiquette « ennemi » et qu’il faut les réduire à l’impuissance et se débarrasser d’eux ou, dans certains cas, les forcer à  se comporter et à agir de façon acceptable. Je suis sûr que quelqu’un va s’opposer à cette affirmation en citant l’article Qu’est-ce que la grandeur ? publié en 1966 dans un magazine. Auquel cas, quelqu’un d’autre pourrait tout aussi facilement citer la HCO PL La responsabilité des leaders, qui fut publiée en tant que règlement l’année suivante et qui justifie le meurtre de l’ennemi d’un dirigeant puissant à condition qu’il soit perpétré secrètement.

Vous avez même un procédé d’auto-audition en scientologie qui est destiné aux gens dont les actes, selon le verdict des autorités du groupe, leur a valu l’étiquette d’ennemi. La formule de cette condition, la condition d’ennemi, exige de l’individu qu’il change l’essence même de son être – le concept même de son identité – afin de se conformer aux desideratas des puissants qui dirigent le groupe. Ce procédé peut être plutôt déstabilisant et destructeur lorsqu’on considère que « découvrir qui on est » constitue le produit final du pont lui-même de la Scientologie. De plus, pour être à nouveau acceptée par le groupe, la personne doit suivre d’autres étapes, dont l’une consiste à « livrer un coup efficace, malgré le danger que cela comporte pour soi, aux ennemis du groupe dont on a prétendu faire partie. »

Je pense qu’il peut être bénéfique pour quelqu’un qui a adhéré aux croyances de la Scientologie de réfléchir à la notion d’ennemi qui lui a été inculquée, ainsi qu’au fait de coller à des gens l’étiquette « ennemi » et de les traiter comme tel. Réfléchissez à l’effet que cela pourrait avoir sur vos relations avec les autres et votre tranquillité d’esprit. Si vous désirez méditer sur l’attitude à adopter face à quelqu’un qui déclare que vous êtes son ennemi(e), voici un extrait du Tao Te King qui pourrait vous aider. Cet extrait décrit ce qu’est un « grand homme » :

Il conçoit son ennemi comme étant l’ombre que lui-même projette.

Marty Rathbun – 21 mars 2013

80 réflexions sur « L’ennemi »

  1. « La responsabilité des leaders, qui fut publiée en tant que règlement l’année suivante et qui justifie le meurtre de l’ennemi d’un dirigeant puissant à condition qu’il soit perpétré secrètement »

    Fichtre ! Il faut que je lise ça de mes yeux pour le croire !!!!! Où peut-on trouver cette PL ?

    Sinon, il est vrai que cette notion d’ennemi est très dérangeante dans la mesure où elle a créé une vrai parano dans le groupe et l’automatisme d’avoir constamment un ennemi sous le coude (on en arrive très vite à voir des SPs partout !)

    La première fois où j’avais remonté une condition de doute, j’étais abasourdi par le point 3 de la formule :

    3-Décidez sur la base du plus grand bien pour le plus grand nombre de dynamiques si on doit lui nuire, l’aider, l’attaquer ou l’opprimer

    Nuire, attaquer, opprimer ? C’est quoi ce bordel ?

    Je doutais de mon avenir dans une entreprise à l’époque mais je n’avais certainement pas envie de leur faire du mal ! Juste savoir si c’était survie pour moi de démissionner.

    Seulement avec ce point 3, on n’a pas le choix, soit on aide, soit on fait du mal.

    Simplement quitter le groupe n’est curieusement pas indiqué dans la formule.

    L’ethic officer était bien embarrassé…

    Si je découvre, suite à ce billet, que des écrits conseillent vraiment le meurtre, je me coupe à jamais de ce groupe.

    1. PL du 12 février 1967, mon vieux Tournicotis.

      Je me suis souvent demandé si c’était une vraie PL ou le passage humoristique d’une conférence transformé en PL… Et quand bien même ce serait de l’humour, il est très mal venu dans un contexte religieux.

      Lrh était un personnage tout en paradoxes et ça devient vraiment fâcheux d’en prendre de plus en plus conscience…

      1. Pour mettre les choses dans leur contexte, il faut souligner que cette pl a été écrite par Ron « l’écrivain », après sa lecture d’une biographie de Simon Bolivar, révolutionnaire sud-américain. Il s’agit donc d’une histoire assez sanglante et plutôt éloignée de la scientologie. Ron souligne lui-même qu’il a choisi ce thème pour son côté distrayant, aventureux, et non relié aux problèmes courants des orgs. Le problème de cette pl est l’interprétation littérale et fanatique que Miscavige et consorts en on fait. Sinon, c’est un beau morceau de littérature avec des observations passionnantes sur les dangers inhérents au pouvoir.

          1. Faudrait poser la question à LRH, sauf qu’il est plus là pour répondre. Le plus rigolo avec cette PL, c’est que ça cause du changement de pouvoir. Or, LRH, le changement de pouvoir, on attend toujours. Il a jamais appliqué sa propre PL. Je pouffe.

              1. Y a autant de réponses (ou d’absence de réponses) à tes deux question qu’y a de scientos. J’ai une ou deux hypothèses mais je les garde pour moi, sinon y a des bloggers qui vont me déclarer « ennemi » – ce qui la foutrait mal dans une discussion sur le sujet.

                    1. Vous disiez que vous aviez deux hypothèses qui pouvaient déplaire et vous faire passer pour un ennemi. J’ai pensé que peut être vous aviez cessé de croire aux vies passées et futures. Je suis un thetan très curieux dont la curiosité a été attisée. Rien de méchant. 🙂

      2. « Lrh était un personnage tout en paradoxes et ça devient vraiment fâcheux d’en prendre de plus en plus conscience… »

        C’est vrai qu’il y a des textes qui coincent… Il y a ceux qui en subliment le contenu et ceux qui l’appliquent à la lettre. Lrh dit (je retrouverai où) qu’il y a un thetan pour 18 êtres dégradés, cela veut dire que ces textes sensibles deviennent des outils dangereux pour 18 personnes contre une. C’est énorme, j’en conviens et c’était effectivement peut être un risque de les diffuser en tant que PL.

        1. FoolOT, Je réponds à ton commentaire d’avant.

          Je vois pas pourquoi le fait de pas croire aux vies passées ou futures, ou même de pas croire en la sciento, ferait de quelqu’un un ennemi. Si y en a qui pensent ça, ils ont une case de vide.

    2. Je reprends le point 3 de DOUTE sur lequel je vous rejoins. Comme vous, je pense qu’il manque l’option « quitter ».

      3-Décidez sur la base du plus grand bien pour le plus grand nombre de dynamiques si on doit lui nuire, l’aider, l’attaquer ou l’opprimer.

      Si on suit la formule, on ne peut faire que du BIEN ou du MAL.

      Si vous divorcez, vous n’avez pas forcément envie d’aider le mari qui vous a cocufiée ou battue pendant des années.
      Vous reste donc trois possibilités entheta :

      – lui nuire (salir sa réputation, baver des mythos, etc.)
      – l’opprimer (vous conduire momentanément en SP)
      – l’attaquer (engueulades frontales voire pains sur la gueule)

      Pas besoin de regarder l’échelle des tons pour spotter le niveau de ton de chacune de ces actions : de 1.1 à 1.5

      Quelque soit la site, ces trois actions dégradent l’être. Et celui qui les commet et celui qui les subit.

      Est-ce là le credo bienveillant de scientologie ?

      1. J’avoue que cette condition de Doute est délicate.

        Aider dans le cas d’une femme qui a été battue ou trompée signifierait de ne pas divorcer mais d’aider son mari à ne plus la battre ou la tromper. Il faut avoir une auréole de Saint autour de la tête pour cela mais il me semble que Lrh voulait dire cela et cela rejoindrait le texte sur la grandeur.

        Quant à nuire, attaquer, opprimer… C’est clair que ce n’est pas très theta comme maniement à faire pour une personne plutôt haute de ton.

  2. Incroyable, mais vrai !
    Merci voltaire pour cette traduction!
    Dans cet univers a 2 poles, « l’ennemi » , tout comme la restim, n’existent que si l ‘individu continue de les creer………
    Le thetan est fondamentalement bon…….

  3. exact. cet univers étant un univers à 2 pôles, il faut deux terminaux pour qu’un isness existe. S’il n’y a pas 2 terminaux, il n’y a pas d’ennemi. Si , comme dit la citation , on « projette  » quelque chose , il y a alors au moins 2 pôles donc, il y a une réalité de l’ennemi.
    Le vieil homme disait aussi « la monde commence par le TR 0 », ce en quoi je suis tout à fait d’accord. « être là, et ne rien faire d’autre qu’être là » et il n’y a plus ni ennemi, ni victime, ni bourreau, ni même BPC etc..
    Les conditions d’éthiques ne sont pas en elles mêmes mauvaises. elles n’ont pour but que de faire réaliser à une personne qu’elle est un thetan et pas un univers physique. Mais c’est rarement compris encore moins souvent appliqué.
    L’univers physique est un jeu, les conditions d’éthique peuvent être ou ne pas être un jeu. Elles deviennent dangereuses si l’on perd cela de vue, si l’on perd de vue qu’un être crée sa réalité, ses ennemis, ses jeux, et beaucoup d’autres choses encore, elles deviennent suppressives quand on oublie que l’ethique est quelque chose d’absolument personnel, et que plus le thetan monte sur l’echelle et plus l’éthique redevient innée et que le « jeu » des conditions devient secondaire.
    enfin, moi ce que j’en dis…..

  4. Point de vue intéressant.
    Mais j’ajouterai que le « découvrez qui vous êtes », d’après ma compréhension de la formule d’ennemi, n’est pas à prendre au premier degré. En effet, comme le souligne l’auteur, c’est la fin du pont.
    Le sens de cette phrase est à prendre au second degré. En ce sens de « qui on était au moment de », sous entendu, « quelle valence on avait adopté » et qui on est maintenant.
    Si quelqu’un braque une banque, il était qui au moment ? Un braqueur. Donc s’il remonte ennemi, il doit découvrir qui il est maintenant, à savoir « qu’il n’est pas un braqueur de banque ou autres  »
    C’est vrai que remonter des conditions est un sport assez compliqué, surtout avec des seniors (exécutifs d’une église) qui ne comprennent souvent pas ce que sont les conditions. Des seniors qui ont envie de voir par écrit ce que eux pensent. Et là, cela devient galère.
    Les conditions ont été formulés pour qu’une personne prenne conscience qu’elle avait une valence à une certaine époque et que cette valence peut s’évanouir dans le moment présent.
    Enfin, le concept d’ennemi est quand même réel. Tout dépend à qui on a affaire. Ce qu’il faut est mettre hors d’état de nuire un ennemi s’il menace la survie, mais le truc est de ne pas y mettre de la HAINE. C’est là, la clé

    1. Je vois la condition d’ennemi comme ça, mais c’est vrai qu’avec des concepts de ce type, on finit par ne plus voir que le mal…

      Les « je suis restimulé(e) », « c’est un(e) SP », « c’est entheta » « Il(elle) a plein d’overts », « il(elle) est antago », « out-ethique », etc. abondent dans nos comms jusqu’à nous faire exagérer certaines situations.

      Je ne dis pas qu’il faut tendre l’autre joue quand on nous file une baffe mais ce vocabulaire « négatif », c’est vrai, a pris une ampleur considérable dans la communauté.

      1. Avant d’être scientologue, je savais qu’un sournois était un sournois et qu’un connard était un connard. Je n’étais pas restimulée mais « perturbée » ou « bouleversée ». Une situation difficile n’était pas entheta mais « lourdingue » ou « malsaine », etc.
        Et surtout, je vivais sans avoir constamment mon attention rivée sur le MAL. Le cours SP/PTS version âge d’or de la tech m’a fortement impressionnée et a orienté mes antennes vers le bas de l’échelle des tons. Je n’ai eu de cesse à la fin de ce cours de débusquer les SPs de ma vie. Est-ce que cela m’a rendue plus heureuse ? NON. Plus fragile ? OUI.

    2. Cher ELM,

      Merci pour votre commentaire avec lequel je suis d’accord.

      « qui on était au moment de », sous entendu, « quelle valence on avait adopté » et qui on est maintenant. »

      Oui. Pour moi, quand elles sont utilisées intelligemment et de façon libre et personnelle, les conditions (même celle-là) peuvent être très utiles.

      Et quand vous ajoutez : « Enfin, le concept d’ennemi est quand même réel. Tout dépend à qui on a affaire. Ce qu’il faut est mettre hors d’état de nuire un ennemi s’il menace la survie, mais le truc est de ne pas y mettre de la HAINE. C’est là, la clé »

      Eh oui, les SP, ça existe, on en sait quelque chose… donc faut pas se laisser pourrir la vie non plus mais comme vous le dites, la haine n’est pas une solution. Elle ne fait que renforcer la dureté de ce monde et continuer à créer et maintenir des ridges, ce qui ne rend pas la vie meilleure !!

      Bien harmonieusement vôtre !

      1. Chère Harmonie : Je vois que l’on est d’accord. C’est vrai qu’on peut reprocher aux conditions d’éthiques de ne pas être évidentes à dupliquer et à appliquer.
        Par contre, quand on les maitrise bien, c’est une tech géniale.
        Pour les SPs, le problème est de les détecter suffisamment tôt. Ca n’arrive jamais. Pour preuve, l’impunité et la facilité avec laquelle tous les grands psychopathes ont déchaînés les guerres les plus atroces.
        Alors qu’il suffisait d’une balle, et hop terminé. Si on avait fait ça avec Hitler ou Staline, que de millions de morts évités….
        1 seul mort contre des millions. Y’a pas photos….

        1. « Alors qu’il suffisait d’une balle, et hop terminé. »
          Certes !!! Il est certains contextes où le sniper n’est peut-être pas une mauvaise solution. Je vais sûrement en choquer certains en disant cela mais je le pense réellement bien que je n’approuve pas du tout la violence.
          Car, sur la base du plus grand bien pour le plus grand nombre de dynamiques, vaut-il mieux laisser ce genre de personnes détruire des milliers ou millions d’être humains plutôt que de les stopper de façon radicale ???

          C’est vrai qu’un SP n’est pas facile à détecter. Mais à la différence de l’entourage d’Hitler ou Staline, nous on a de bons outils pour ça.
          Encore faut-il bien observer, prendre du recul et avoir assez d’intelligence pour évaluer l’intention cachée sous les actions soit-disant survies. Ne pas se laisser berner par l’apparence et les belles paroles… Ce n’est pas à la portée des moutons ou des robots, c’est sûr.

          Mais ce qui m’a quand même sidéré quand j’ai pris conscience de tout ce merdier et que je suis sortie de l’église, c’est qu’avec toutes les données écrites par LRH là-dessus, des gens très intelligents n’ont pas réussis à se regrouper, se rebeller et faire arrêter ça. Putain, moi il m’aurait touché une fois DM, je lui cassais la gueule !!

          J’ai mieux compris après en lisant beaucoup d’écrits sur ce qui s’est passé, sur le parcours de staffs ou sea-org. C’était tellement insidieux et progressif… et puis pour quelqu’un qui signait sea-org et voulait sauver le monde avec toute cette tech constructive, c’était difficile d’imaginer qu’on en fasse le contraire. Tout de même, quand les violences physiques ont commencées, ça aurait quand même dû en réveiller certains, non ?

          Il y a une chose que j’ai observée également, c’est que les gens vraiment thêta, vraiment bien intentionnés sont plus faciles à introvertir que les autres et à leur faire croire qu’ils ont fait quelque chose de pas bien parce qu’ils n’hésitent pas à se remettre en question et savent très bien qu’ils ne sont pas parfaits. D »où l’importance d’une intégrité béton…..

          1. Emile et Harmonie, je suis sceptique sur la balle….
            L’hôpital psy n’est pas mieux, vous me direz, mais c’est là que certaines personnes ont leur place (n’en déplaise à CCDH). Les psychopathes et sociopathes, il faut bien les isoler quelque part. On pourrait peut être racheter et réhabiliter Fort Boyard ? 🙂

            1. Je comprends ton point de vue mais n’est-ce pas un peu sadique de continuer à les faire vivre en hopital psy en les droguant, leur donnant des électrochocs voire leur triturant le cerveau et, dans ces trois cas, en en faisant plus ou moins devenir des légumes ?

              C’est continuer à faire fonctionner le body sans plus aucune participation à la vie, quel intérêt ?

              Même si ce sont des SP, pour moi ce n’est pas utile de leur infliger ça.

              1. Donc, vous, vous pensez qu’une balle dans la tête, c’est mieux parce que ça fait moins souffrir ? J’ai bien peur que cette solution devienne un sacré problème !

                FoolOt parle d’un isolement à la Fort Boyard ? J’aime bien l’image ! 😉

                De mon côté, j’avais demandé à un type de CCDH où il comptait mettre les malades mentaux dangereux si les hôpitaux psy fermaient. Il m’avait dit « ce n’est pas à CCDH de trouver la solution, nous notre job c’est de cogner sur les psy »

                La gestion des vrais cinglés est un problème insoluble.

                1. Qu’on se comprenne bien : je ne parle pas de tous les cinglés, je disais cela pour les cas extrêmes comme Hitler ou Staline qui ont détruit à très grande échelle et qu’on ne pouvait pas interner puisqu’ils étaient protégés par tout un entourage ne les considérant absolument pas comme fous.

                  1. Il y a un vrai débat autour du sujet des psychopathes et ce, au moment où Taubira s’apprête à annuler les peines de sûreté. La prison et l’hôpital psy détruisent les gens c’est sûr mais qu’en faire ?
                    Miscavige a peut être l’intention de s’acheter une île avec tout le blé qu’il a volé pour se couper du monde et ne plus commettre de crimes ? Je fabule, je sais… 🙂

  5. L’évolution de Marty Rathbun dans le sens de « l’intégration » est intéressante par le souci de sortir la scientologie de son ghetto sectaire, et de ses habitudes.
    La scientologie est un immense sujet qui devrait être remis dans le « flux » des connaissances humaines, pouvant évoluer, être contredit comme n’importe quel sujet tel la psychanalyse par exemple.
    C’est son caractère « d’exception », qui inexorablement lui fait rejoindre le banc des sectes (et je ne parle même pas de David Miscavige qui est un élément ultra aggravant).
    La nature « voie unique », « vérité révélée » crée une exclusive qui empêche la comparaison des données et supprime par définition l’intelligence.
    Et par définition, c’est contradictoire avec les données de scientologie : « ce qui est vrai est vrai pour vous ».
    Le côté autoritaire n’est pas et n’a jamais été de la scientologie. Si vous avez le volume 1 rouge et que vous avez la chance de bien comprendre l’anglais, lisez ce texte : « An essay on management ». Vous verrez un incroyable texte de philosophie politique qui vous explique ce qu’est un groupe et la dérive autoritaire. Ce texte condamne par avance les David Miscavige et les prévoit comme une dérive possible. Il définit aussi avec une extraordinaire clairvoyance la nature même du totalitarisme.
    Hubbard, c’est bien plus que cette expression déviée qu’est devenue l’église de scientologie qui est tombée dans tous les pièges possibles dans lesquels pouvait tomber une jeune philosophie dévouée à libérer l’individu.

    Il ne faut pas confondre un dogme et la « standard tech ».
    La standard tech n’est pas faite d’actions robotiques mais d’idées fondamentales inhérentes à la scientologie.
    En utilisant ces concepts de base vous obtenez des résultats invariables en auditing. Ce n’est pas un idéologie, ce sont des principes de base pour obtenir des résultats.
    Ils ne doivent pas simplement être dupliqués (niveau golden age) mais aussi compris, au point de pouvoir être recréés, réoriginés par le superviseur des cas ou auditeur, qui doit pouvoir faire preuve de jugement, être capable d’évaluer les données entre elles. C’est cela la scientologie. Pour y arriver, il faut étudier le sujet en appliquant la tech de l’étude, et je ne veux pas simplement dire « cherche ton mot » mais l’application de l’évaluation des données, la recherche de la provenance des données (qui a réécrit ceci, et pourquoi ? ») Tout cela est dans les conférences sur l’étude, grossièrement non évaluées dans leur importance par une attitude scolaire propitiatoire de mauvais élèves qui veulent remonter leur condition !
    Ainsi, on apprend au mur, d’une manière indifférencié les « barrières à l’étude » en vrac, jusqu’à ce qu’on puisse les répéter comme des perroquets. C’est grossièrement contradictoire avec le contenu des conférences sur l’étude.
    Ainsi se perd l’étude véritable de la scientologie, et on finit par attribuer à Hubbard la dérive de son propre sujet.
    Mais combien de fois nous a-t-il mis en garde contre ce qui nous arrive ?
    Non, je ne déclare pas Hubbard coupable de l’existence de Miscavige. C’est la vigilance des scientologues qui a été en défaut.
    Observer des données contradictoire à l’esprit même et aux buts du sujet et aux siens propres, et accepter quand même, se conformer.
    Et je retombe sur le sujet « d’ennemi », oui, est-ce que ce n’est pas une condition d’ennemi ?
    Miscavige n’est-il pas un ennemi, n’a-t-il pas réduit la crédibilité de la scientologie à l’état de secte dangereuse et parfois ridicule ? Ne vous a-t-il pas pour la plupart plumé de vos ressources ?
    Cet homme est un ennemi. Faut-il tendre l’autre joue ?
    Le pacifisme a souvent été encouragé par les camps adverses, pour rendre l’ennemi plus « peace ».

    1. Concernant « An essay on management », le texte existe en français.
      Les staffs du CC Paris l’avaient à un moment donné dans un booklet intitulé « La Dianétique de groupe ». Comme on m’en avait parlé, j’ai fait des pieds et des mains pour en avoir un exemplaire et un staff m’a filé le sien.
      C’est assez long (35 pages du booklet) mais c’est effectivement très intéressant.

  6. C’est toujours la même histoire. « Faut pas prendre la formule d’ennemi au premier degré ». Faut pas prendre « Fair Game » au premier degré. Faut pas prendre la PL de Bolivar au premier degré (alors pourquoi c’est une PL ?). Faut lire entre les lignes. Faut prendre ça au trente-quatrième degré.

    Ah bon ?

    Donc, ça sous-entend que le truc est réservé aux trois-quatre gus sur cette planète qui ont compris qu’il fallait lire entre les lignes, qu’il fallait INTERPRÉTER ce qui était écrit. Donc, si j’ai bien pigé, ça s’adresse pas à la « plèbe » mais aux mecs qui sont déjà super « illuminés », super « réveillés », super « sages ».

    Mon cul, ouais.

    Y a pas de deuxième degré. C’est juste des mécanismes de PUNITION qui passent pour de l’éthique. En fait, c’est pas de l’éthique du tout, c’est des procédés de CONTRÔLE. « T’es pas digne d’être dans le groupe et on va t’en faire baver, mon pote. »

    L’éthique, c’est un truc perso que tu t’appliques à toi-même. Ton niveau d’éthique, c’est le tien. Il peut être élevé ou bas. S’il est bas, la VIE se charge de le faire remonter et si tu résistes, la VIE continue de te faire comprendre que t’as intérêt à changer.

    Pour moi, toutes les conditions et formules en dessous de non-existence, c’est du « mind fuck ». C’est éval, inval et bousillage de cas. C’est auto-listing et introversion. C’est une forme de reverse-auditing sans C/Sing. Ça te met la tête dans le cul. Et, surtout, ça te rend DOCILE.

    Et, bien sûr, ça t’inculque la notion d’ennemi, donc de guerre. Ce qui justifie les pires conneries au nom du « bien ».

    Juste comme ça, et si on remplaçait le mot « ennemi » par « adversaire » ou « opposant », comme dans les jeux ? Ça serait pas plus haut de ton comme point de vue ? Après tout, la vie est un jeu, non ?

    1. Cher Hostie 8 : Désolé, mais vous faites fausse route. Ce que vous n’avez pas compris est que les conditions d’éthique existent dans cet univers. Qu’Hubbard les ait codifiés, c’est certain. Mais que vous le vouliez ou non, les conditions existent dans cet univers.
      Prenons un exemple : Un dirigeant de société appliquera plus ou moins la condition d’affluence, et sa société prendra de l’expansion.
      A contrario, un autre dirigeant de société, rachetant l’entreprise x (qui est en affluence au moment de l’achat), fera très certainement la pire des bêtises (que beaucoup font d’ailleurs) à savoir qu’il violera ladite condition, en changeant tout dès son arrivée. Et oui, pour flatter un ego, on change tout. Mais c’est l’anti thèse de ce qu’il faut faire. Ca fait plonger la société.

      Hubbard n’a fait que codifier les conditions. (C’est énorme, car personne ne l’avait fait). C’est vrai que les conditions de trahison et d’ennemi sont assez difficiles à comprendre, mais comment les codifier autrement ?

      1. T’as mal lu, ELM, je parlais des conditions en dessous de non-ex.

        « C’est vrai que les conditions de trahison et d’ennemi sont assez difficiles à comprendre, mais comment les codifier autrement ? »

        Difficile à comprendre ? T’as raison. A tel point que les mecs à qui on a assigné ces conditions sont considérés par le groupe comme des sous-merdes. Ta thèse est indéfendable, EML. Que t’essaies de la défendre, je trouve ça dangereux.

        Et doute et libaility sont pas mal non plus dans le genre suppressif, soit dit en passant. Regarde bien les étapes. On frôle le maoisme.

        1. Une hostie qui passe mal mon cher Hostie 8 ? Un peu de Fernet Branca ? Tu mélanges tout mon ami, tu mélanges des années noires sur le staff, ou comme je l’ai souligné, des seniors et des staffs ne comprennent pas grand chose, tu mélanges tout ça avec la compréhension de la tech, de l’éthique et du reste.
          Ce n’est pas parce que tout un tas de blaireaux n’ont pas compris quelque chose, que cette chose est mauvaise. C’est ce qui se passe sur cette planète de débiles, alors s’il te plaît n’en rajoutes pas. Que tu sois d’accord ou pas, n’est pas le problème. Le problème est la compréhension et c’est là, la clé. Une fois que l’on a compris on peut échanger des points de vues. On peut échanger avant, mais uniquement si cela peut aider à la compréhension, sinon, cela ne sert pas à grand chose.

          1. Un tas de blaireaux ?

            Bonjour l’arrogance. Donc, y a les non-blaireaux et les blaireaux ? L’élite et les autres. On croirait entendre OSA.

            Désolé, mon pote, mais si un mec écrit des choses destinées à la planète, il doit se démerder pour que la majorité de la planète les comprenne sans possibilité de déformation. C’est la moindre des choses. Sinon, il propage l’ambiguité.

            Les conditions en dessous de non-ex existaient bien longtemps avant Miscavige et étaient appliquées telles quelles (je le sais, j’en ai fait). Et c’était nase. C’était destiné à humilier. Franchement, le père Hubbard, il a gravement merdé là.

            Il se serait arrêté à non-ex, c’était tout bon.

            La conséquence, c’est que les scientos, avant et après Miscavige, ont commencé à voir des supressifs partout et on les a considérés comme des cinglés.

            Mais bon, si tu veux continuer à utiliser les basses conditions dans ta vie, libre à toi. Je sais pas si t’auras beaucoup d’adeptes qui te suivront.

            1. Je pense qu’il serait bien que tu fasses nettoyer toutes les mauvaises indications, assignations et autres by-passed charges au lieu de dégueuler partout…

              Et puis, comparé à Ron, t’as fait quoi toi pour l’humanité ????

            2. @ Hostie 8 : Et oui, pas mal de blaireaux peuplent cette terre, des beaufs si tu préfères….C’est la réalité, c’est ce qui fait de cette Terre un enfer.
              La majorité des gens ne comprennent pas grand chose, ça se saurait.
              Cette planète ne tient debout que grâce à une minorité qui se décarcasse, pas avec la majorité des gens, abruti de Télé et du reste.
              Difficile de faire comprendre des choses aux gens, ce n’est pas nouveau.
              Enseignez une tech est encore moins facile.
              Moi même, je n’ai pas tout compris d’un coup. Il a fallu que je creuse le citron pour comprendre certaines choses, mais quand on veut on peut…

              1. Hé oui, que des cons partout. On est cernés. Assez bizarrement, j’ai des tas d’amis pas scientos qui se couperaient en quatre pour aider. Mépriser à ce point la « populace », je trouve ça très moyen. La philosophie du « il y a nous et les autres », ça conduit toujours à la cata.

                1. @ Hostie 8 : Faut pas tout mélanger, j’essaye juste de regarder les choses comme elles sont.
                  Cette planète est peuplée de plusieurs milliards d’individus au QI très moyen. C’est juste un fait, corroboré par de l’observation directe. La stupidité de beaucoup provient d’un état de « cas » assez emmêlé, doublé d’une éducation et ou d’une instruction plus que moyenne. Ajoutons à cela beaucoup de mots mal compris, et nous avons la Terre.
                  Libre à toi de considérer que tout le monde il est beau et gentil, mais désolé ce n’est vraiment pas le cas.
                  Je ne méprise pas les gens, je constate juste que la majorité des gens fait que cette planète ne tourne pas bien rond.
                  La cata comme tu dit est largement promu par le citoyen lambda.
                  Pour en revenir à l’enseignement de la tech, ce n’est peut être pas facile, mais les équations algébriques ou la trigonométrie non plus. Vouloir apprendre nécessite toujours des efforts.

          2. Chaque religion a ses casseroles (dans les écrits). Si ces casseroles deviennnent les outils de prédilection des blaireaux (ou futurs extrémistes), elles deviennent des cadavres à cacher pour les autres.
            Et tout cela amène bien des bouleversements.

    2. Il y a effectivement des choses qui ne devraient pas être là, qui embarrassent les scientologues et qui demandent une grande gymnastique analytique pour les expliquer pour que tout paraisse anodin.

      Ron s’est tiré des balles dans les pieds avec toutes ces PL là. Cette face western de la scientologie ne colle pas avec tout le reste.

    3. Non, y a pas à interpréter les conditions d’éthique. LRH, ce qu’il a écrit, ça n’a jamais été fait pour être interprété sinon ça n’aurait rien de scientifique, en plus t’as pas 2 personnes qui vont interpréter pareil, alors on peut juste partir dans toutes les directions, ça ressemblerait plus à rien. Par contre les réponses sont personnelles.
      Il arrive parfois qu’il y ait de l’humour, ce qui n’est pas la même chose. Et pour revenir sur un ancien article, moi aussi je suis persuadée que la R2-45 est un joke. Pour preuve, avez-vous déjà vu un procédé d’audition de Ron où il ne donne pas clairement les commandements à donner au préclair ? moi jamais.

      Par contre, je trouve qu’effectivement il manque cet aspect de simplement quitter un groupe, un jeu, etc dans la condition de doute. A moi aussi ça m’a déjà posé un problème.

      Pour revenir aux conditions sous non-existence, si elles sont imposées par d’autres, éventuellement mal assignées et qu’ensuite on impose les réponses à la personne, pour sûr on tombe dans l’horreur.

      Mais les conditions, mêmes basses, appliquées librement peuvent être tout à fait géniales. J’ai un jour demandé à ce qu’on m’aide à faire des conditions du passé sur la 1re dynamique, je savais que j’avais quelque chose de coincé sur cette zone-là que je n’arrivais pas à gérer avec les conditions du présent.
      Quelqu’un de bien entraîné en éthique m’a aidée. J’ai vu qu’il fallait démarrer à confusion et j’ai remonté jusqu’à ennemi inclus. Là, sur la condition d’ennemi, j’ai fait un gain énorme, ENORME. J’ai blowé une masse du tonnerre de dieu et même en en reparlant maintenant, c’est toujours un gain bien que j’aie fait ça il y a environ 20 ans….

  7. Ben, je ne vois pas le problème avec les basses conditions, ça ne va pas uniquement quand la condition qu’on s’assigne est fausses.
    C’est vrai par exemple que quand un auditeur faisait un faux rapport dans son admin, c’était dommageable pour le PC et on lui collait une condition de trahison. Tu es quoi, un auditeur ou pas ? Et il disait « je suis un auditeur » et pouvait remonter sa condition.
    Dans un couple, il y en a un qui trompe l’autre. Ce n’est pas une basse condition ?

  8. Responsabilité d’un leader est dans le contexte d’une révolution. Les exemples pris le sont dans ce contexte. Il a mis ça en PL parce qu’il pensait que les gens pouvaient abstraire, différencier.

    Une révolution en Amérique du Sud, ça canarde ! Il dit même que Manuela aurait dû faire la pute (une nuit d’amour avec un colonel ou le général Alcazar… j’ai toujours vu cette PL à travers le filtre de « l’oreille cassée » !).

    Il faut abstraire, c’est pas du deuxième degré, ce n’est juste pas pour les abrutis en quête de mode d’emploi ou de justifier leurs mauvais penchants comme « COB ». Du reste, il a une réputation de plus en plus horrible, même parmi les « on line ». Vous percevez à quel point ? Bientôt une majorité pensera du mal de lui, pourra en parler impunément, et ça sera sa fin.
    Continuons donc à être ennemis de Miscavige, il est le principal bloc sur le chemin de la réforme de la scientologie.

    1. ô combien, oui !
      Lrh a illustré chaque condition de non-existence à transmission de pouvoir par des exemples dans un petit livret (avec K7) « les cinq conditions » mais aucun pour celles qui prêtent le plus à interprétation (liability, ennemi, trahison). C’est vrai que quelques exemples nous auraient bien aidé !

  9. Marty écrit : « Je pense qu’il peut être bénéfique pour quelqu’un qui a adhéré aux croyances de la Scientologie de réfléchir à la notion d’ennemi qui lui a été inculquée, ainsi qu’au fait de coller à des gens l’étiquette « ennemi » et de les traiter comme tel. Réfléchissez à l’effet que cela pourrait avoir sur vos relations avec les autres et votre tranquillité d’esprit. »

    J’ai travaillé des années avec une équipe d’OTs et je n’ai pas vu de tranquilité d’esprit, bien au contraire. Je devais constamment régler des désaccords et la peur de devoir payer une nouvelle intensive de secs checks à leur prochaine visite à Flag, pour ne pas avoir dénoncé les « petits travers » de leurs collègues ou même des « wogs » qui travaillaient pour eux. Nous sommes bien loin d’une saine spiritualité.

    Je pense que toute l’idée est là : d’année en année, j’ai vu grandir cette notion d’ennemis (intérieurs et extérieurs) et une suspicion générale. Comme pour Marie-Antoinette, la lecture de « un essai sur le management » m’a beaucoup éclairé sur la situation de l’église. La création de l’IAS pour « défendre » l’église contre ses ennemis réels ET imaginaires n’a fait que détourner davantage les orgs du véritable but de l’audition. Au moins, avant l’IAS, l’ entheta et la défense de l’église étaient le boulot du GO puis de OSA qui étaient censés écarter cet entheta des lignes de l’org (qu’ils aient fait cela correctement ou non est pour l’instant une autre question). Avec l’IAS et les petits roquets de RTC, une culture fanatique a été crée.

    1. Je rajouterais que Ron lui-même est à la source de cette culture de suspicion et de cette ambiance militaire. La Sea Org est basée sur un modèle militaire et « nous sommes en guerre » contre l’ignorance et une société mest.

      L’audition est une chose géniale et la création d’un génie. Mais je suis d’accord avec Marty quand il nous propose « d’intégrer et de transcender » (ce qui ne veut pas dire altérer et transformer des procédures d’audition qui marchent une fois précisément appliquées). Le Tao et les sources bouddhistes de la scientologie nous offrent une approche très subtile , non dualiste et non violente quand il s’agit de faire face à une quelconque adversité.

      1. Cher Li Po,
        tout à fait d’accord.
        N’oublions pas que LRH a dû, dès le départ, faire face à beaucoup d’attaques, et que le coté discipline/ militaire de l’organisation n’avait , à mon humble avis, qu’un seul but : protéger la tech .
        Et surtout, la sciento s’adresse à des thétans, normalement capables de faire preuve d’intelligence, et de discernement…

      2. @ Li Po : Quand vous dites que vous avez travaillé avec une équipe d’OTs et que vous n’avez pas vu de la tranquillité d’esprit, je voudrais juste attirer votre attention sur le fait que vous avez travaillé avec des pré-Ots, emberlificotés dans leurs propres cas, par de l’out tech…..Ca fait une sacré différence.
        Juste pour rappeler que l’église n’a pas produit de vrais OTs, because la tech est pervertie.

  10. Oui Li Po, très bien vu. Avant le règne de Miscavige, le GO s’occupait de l’enthéta extérieur. Bon, ils ont fait des bêtises (ils étaient infiltrés, mais c’est tout un sujet en soi) mais les bad news étaient laissées à la porte de l’org. Et dans l’org un PC pouvait être intéressé par son cas et non commencer à se taper le cas de l’org, de la scientologie.
    A cette époque, on pouvait être « in session ».
    Je vous rappelle qu’en premier lieu la scientologie n’est pas une idéologie ou une croyance, c’est une pratique spirituelle pour améliorer le individu. On arrive avec ses problèmes et on repart sans, à la conquête du monde.
    Et jusqu’à l’arrivée de Miscavige c’était plutôt comme ça. On augmentait ses aptitudes : plus libéré, plus heureux, et aussi on apprenait à auditer.
    Je me souviens des gains que j’avais dans la vie à l’application du 8C.
    Et le GO protégeait l’org qui n’avait pas à s’occuper de menaces extérieures. Et c’est vrai que l’org était chaleureuse, et qu’on adorait y être.
    En 82/83, l’org est devenu un endroit détestable. Je ne vous refais pas le tableau. Et l’IAS est un truc de « marchand de chaos ». Ils ont balancé toutes les bad news au public pour leur tirer des sous. La suppression en Allemagne et en France étaient une manne pour les vautours de l’IAS dont je vous rappelle que c’est un sacré business puisque tu tires 10%. Tu regges quelques millions de dollars et tu t’en mets des centaines de mille dans les poches. L’idée géniale de Miscavige pour faire rentrer les sous ! Quelques acteurs bidons ont abandonné leur carrière pour faire reg de l’IAS.
    Même OSA faisait la promo des situations difficiles pour tirer du fric.
    Et, à côté, la chasse aux « anti managements » a commencé. Les gens qui auraient pu objecter à ces pratiques contraires à tous les principes de Hubbard.
    la sciento est devenue une activité politique, et le scientologue a eu des ennuis pour ses opinions à l’intérieur, et des ennuis à l’extérieur parce qu’il était scientologue. Le tout exacerbé par l’IAS et qui en a fait son profit !!
    Persécuté de l’intérieur et de l’extérieur, ruiné en plus !!!!
    être en séance avec ça ???
    Et Miscavige n’est pas un ennemi ???? Comment remonter sa condition sans assener un « fatal blow » à ce suppressif ?
    Mike Rinder a créé un blog pour continuer à dénoncer Miscavige et il a raison. Au diable la philosophie.
    What is greatness ? Fuck !!!! ça ne s’applique pas à Miscavige !
    Ce mal blanc qui vit comme un milliardaire au milieu d’une horde d’esclaves et de contribuables !
    Le plus grand gain serait de le voir jeté au bas de son trône et de ramper.
    Que Tom Cruise le désavoue publiquement et tous les lâches PTS qui rampent dans l’église diront « on le savait »…. Ahhh…. Minable obéissant, c’est peut-être une condition qui ne se remonte pas…

    1. Persécuté de l’intérieur et de l’extérieur, ruiné en plus !!!!
      être en séance avec ça ???

      Ah ça oui, persécuté des deux côtés. Le truc qui peut vous flanquer de sales somatiques et des angoisses de ouf !

    2. C’est très bien que Mike Rinder ait créé ce blog, mais pas « au diable la philosophie », on a besoin des 2 aspects.
      Si nous gardons notre attention seulement sur ce qui est mauvais dans la Scientologie, nous risquons bien de continuer à avoir de plus en plus de mauvais.

    3. Concernant Miscavige, j’avais ton point de vue il y a encore pas si longtemps. Je pense maintenant que nous pouvons laisser le gars se torpiller lui-même tout en continuant, via ce blog et d’autres actions, à dévoiler ses mensonges. J’ai toujours apprécié l’approche non-violente d’un Gandhi ou d’un Martin Luther King.

      1. Je suis tout à fait de votre avis. Le dictateur est en train de creuser sa propre tombe et celle de son « église ». Le temps est venu pour nous de nous détacher de tout cela et de poursuivre la route de notre choix, quelle qu’elle soit.

      2. @ Lipo : L’approche non violente, oui bien sur, mais alors bien protégé, car Gandhi et Martin Luther King se sont fait assassiner…..
        Et oui, les bons se font flinguer et les méchants vivent plus vieux….

  11. C’est vrai, ma Toinette. A l’époque du GO, les scientos étaient à peu près peinards. A tel point qu’ils savaient rien ou pas grand chose de ce qui se passait à l’extérieur de la church. Mais moi qui bossais au GO, je peux te dire que le climat de méga parano qui existe aujourd’hui dans les orgs était déjà là et il bouffait lentement les fondations (opération Snow White, par exemple), sauf que les lignes de comm étaient lentes, donc faciles à contrôler car y avait pas internet.

    Alors ouais, Miscavige a transformé la sciento en une grosse bouse insauvable mais avec OSA, il fait que perpétuer le GO qu’il a soit-disant dissout.

    Mais le jour où il se fera gauler, il foutra tout sur le dos de LRH en disant qu’il suivait la voie de son maître. Et les medias se jetteront là-dessus sans essayer de savoir si c’est vrai ou pas. Et tout le monde se mettra à dépiauter les écrits du patron et en extraira uniquement les naseries qu’il a pondues – hors contexte, ça va de soi.

    Ce sera une putain de boucherie.

    Des mecs comme Tony Ortega sont déjà en train de préparer le terrain. Son blog, c’est une exécution en bonne et due forme de LRH. C’est pas Miscavige qu’il vise, c’est Hubbard.

    Notre ennemi, si ennemi il y a, c’est pas tous les glands et les mal intentionnés qui bousillent la sciento, ou encore les psys, les compagnies phramaceutiques, les medias et les banquiers, c’est notre incapacité à intégrer le sujet dans la société en continuant de la considérer comme un organisme inférieur composé de connards dégradés. On a une tech, d’accord, mais on a pas la science infuse. Un peu d’humilité, bordel.

    1. @ Hostie 8 : Décidément mon cher Hostie, vous êtes un peu trop à propitiation avec la race humaine. Avec vous, c’est blanc ou noir.
      Cette planète est peuplée de milliards d’êtres humains qui ont beaucoup soufferts. Cette planète est aussi peuplée de psychopathes très dangereux. C’est un fait. Comme pas mal de monde se fait oppresser par les psychopathes, il en résulte pas mal de stupidité ambiante, beaucoup d’inculture, et peu d’amour. C’est aussi un fait.
      Dire ceci ne veut pas dire que je n’ai pas d’humilité envers les autres, juste je ne me fais aucunes illusions sur mes concitoyens. Moutons d’un jour, moutons toujours. Si demain il y avait une guerre ou une crise, vous seriez étonné de voir le « gentil voisin » vouloir peut être vous tirez une balle, pour un motif assez futile, style vous auriez oublié un jour de lui dire bonjour….
      L’homme est un loup pour l’homme. Il faut juste regarder et confronter le mal. C’est assez dur, mais au moins ça ouvre les yeux.
      Il y a bien sur des gens de bien sur cette planète et heureusement. Il y a aussi des gens intelligents et c’est très bien aussi. Mais ce n’est pas la majorité. Désolé d’insister. Coincé entre la télé, les matchs de foot, les bitures, et la luxure, le lambda moyen mériterait d’évoluer sans problèmes.
      Mais voilà, la majorité est de plus en plus coincé dans les portables, les écrans et les jeux vidéos. On nous imbibe d’émissions niaiseuses comme la Star Ac, ou Plus belle la vie. « Magnifique ».
      On a la chance d’avoir une tech qui peut sortir tout le monde de l’ornière et c’est ça l’important. Le problème réside aujourd’hui pour qu’elle perdure, et c’est loin d’être gagné, car l’autre abruti à tout corrompu.
      C’est ce combat qu’il faut mener.

      1. Pour une fois je suis d’accord avec les gros mots de Hostie. J’aime ce qu’il dit sur l’humilité. Mais, putain (comme il aime dire), pourquoi diaboliser, pourquoi insister sur le mal et l’ignorance que nous voyons. Confronter, c’est aussi regarder en face « en étant à l’aise ». Une attitude trop militante est une attitude rebutante, bordel ! (LOL)

      2. Tu écris : « Si demain il y avait une guerre ou une crise, vous seriez étonné de voir le « gentil voisin » vouloir peut être vous tirez une balle, pour un motif assez futile, style vous auriez oublié un jour de lui dire bonjour…. »
        N’est-ce pas le même genre d’attitude que nous trouvons dans le groupe de scientologues, longuement audités, et pas toujours de manière squirrel ?

        « Moutons un jour, moutons toujours » ? C’est triste, ça. Connais-tu l’HCOB « Reconnaître que l’être est dans le vrai » ? Ça vaut la lecture 🙂

        1. @ Li Po : Je ne suis pas plus militant qu’un autre, mais je sais aussi que c’est un univers de force et de pression. On ne se fait entendre que si on met de la pression. C’est un fait. Une manif avec deux pelés, ne va pas attirer l’attention. Une manif avec 300 000 personnes commence à faire du bruit.
          Si cette planète était cool comme vous le laissez le supposer ainsi qu’Hostie8, alors expliquez moi pourquoi pas mal de gens en torturent d’autres, font la guerre, tuent sans vergogne, etc….
          Le prix de la liberté est une vigilance constante et le désir de riposter. C’est de LRH, pas de moi, et malheureusement c’est vrai. Ce qui ne veut pas dire que je ne pense qu’à la guerre, mais il faut rester lucide. Ce n’est pas une planète de bisounours.
          Ca lui va bien à Marty de ne pas envisager cela sous l’angle du « combat », mais je n’y crois pas une seule seconde. D’ailleurs, lui-même combat depuis un bon moment, non ?
          Si vous pensez que la suppression peut s’éteindre toute seule, vous vous fourrez le doigt dans l’oeil, car si cela fonctionnait comme ça, il y aurait eu bien moins de morts sur cette planète et bien moins de gens dans la panade…

          1. Marty, face au harcèlement auquel l’a soumis le dictateur pendant des années, a trouvé une réponse : déménager dans un endroit tranquille (« safe place ») difficile d’accès aux sbires de Miscavige, dans lequel il peut écrire et auditer en paix. Comme Li Po et moi le disions précédemment, le dictateur et l’église sont en mode « autodestruction ». Le compte à rebours a commencé depuis belle lurette et s’accélère un peu plus chaque jour. Alors, oui, nous continuerons de dénoncer les crimes de l’église de Miscavige, mais notre priorité est de nous épanouir et de prospérer.

          2. Cher Emile Louis, ai-je dit que la planète était cool ? Que nenni, que nenni ! Ça patauge dans une belle confusion. Mais tant qu’à être standard, relis un peu les axiomes de Dianétique :
            « Axiome 30 : la justesse est le calcul correct de l’effort.
            Axiome 31 : l’erreur est toujours un calcul incorrect de l’effort. »
            Ou les axiomes de scientologie :
            « Axiome 54 : une TOLÉRANCE DE LA CONFUSION (ps : c’est moi qui en rajoute 🙂 et une donnée stable sur laquelle on s’est mis d’accord doivent toutes deux être présentes pour avoir une réaction saine dans les huit dynamiques. Cela définit la santé d’esprit. » Un bijou à méditer, ce petit dernier…

            En bref, la non-violence peut ou ne peut pas être babacool, gentillette, « Theetie-wheetie » et autres adjectifs. La force peut être nécessaire, sans aucun doute, mais il y a bien plus qu’une différence sémantique entre force et violence.

Laisser un commentaire