Le futur de la civilisation : Courir en rond autour d’un poteau

Le dernier rundown à la mode, sorti en même temps que Super Power et GAT 2 en novembre dernier, est le Running Program, ou Cause Resurgence Rundown. Un étage entier du building de Super Power lui est consacré.

Il s’agit tout simplement de courir dix à douze heures par jour autour d’un poteau.

Cela vous coûtera 2500 dollars (plus le séjour et les frais médicaux).

Ce rundown était utilisé par Miscavige pour torturer les gens. Mike Rinder raconte que le Dictateur l’avait forcé, lui et  de nombreux cadres supérieurs de WDC et de CMO, à courir des jours et des jours, en uniforme, autour d’un poteau au QG de la scientologie en Californie sous un soleil cuisant. David Mayo aussi, avant d’être excommunié, avait passé des jours à courir autour d’un poteau – ce qui avait provoqué chez lui un début de scorbut et lui avait fait perdre ses dents. Le but du Dictateur était de remettre ses victimes « dans le temps présent afin qu’ils arrêtent de dramatiser leur nature SP ».

La pub pour ce riundown annonce que ce rundown repose « sur des recherches portant sur une partie de la piste de temps ». Ah bon ?

Pourquoi payer $2500 dollars pour courir ? Eh bien, parce que courir, c’est très, très technique, très, très pointu et que ça demande un C/Sing minutieux ! Si, si.

Bien évidemment, cela vous reviendrait beaucoup moins cher de vous inscrire dans un club de gym ou même de faire votre jogging dans un parc, et ce serait sans doute moins épuisant et moins dangereux pour votre santé.

Les premières lettres de succès concernant ce rundown sont totalement surréalistes. On se dit presque que ce n’est pas la peine de faire le Pont, tellement ce rundown est « puissant ».

Jugez plutôt.

Ce rundown, c’était de la bombe ! (…) J’ai perdu des tas de ridges et d’engrammes. Je suis devenu un thétan puissant. J’ai commencé à être cause sur ma vie. Je suis capable de contrôler ma vie. Je suis capable de contrôler toutes mes dynamiques. Je suis capable maintenant de parler avec les gens et de VOIR leur niveau de ton. Il me vient tout le temps des idées et des pensées. (…)

Mes yeux ont changé de couleur. Tout en moi a changé. J’AGIS et je suis dans le temps présent. Je me fixe des objectifs pour le futur. Et c’est magique. (…)

Je me souviens aussi de mes vies passées maintenant. (…) J’étais extérieur la plupart du temps durant la journée. Je voyais notre planète de tout là-haut. Et là, en ce moment, je ne suis pas dans mon corps. (…) Je contrôle l’univers MEST, il est totalement sous mon contrôle. (…)

J’ai commencé à voir et à comprendre quand quelqu’un est un SP ou quand il y a une troisième partie. Je suis capable de voir les gens tels qu’ils sont. (…)

J’ai 14 ans ! En tant que préclair, je suis capable de travailler avec mon bank et je ne suis plus sous son contrôle car il s’agit du mental réactif. Je dis au bank d’arrêter et il s’arrête ! (…)

Ce rundown a été stupéfiant (…)  Merci au registrar, à ma mère, au superviseur des cas (…)  et à LRH pour nous avoir donné cette technologie. – R.A., Russie

Tout ça, après avoir couru en rond autour d’un poteau ! C’est effectivement magique, comme il dit. Cela dit, le petit sacripan a oublié de remercier COB, ce qui est un motif d’excommunication. Voici le texte orginal anglais (cliquez sur l’image) :

Et, pour ne pas être en reste, voici la lettre de succès du premier scientologue francophone à avoir terminé ce programme. Cliquez sur l’image.

Peut-être que dans les prochaines lettres de succès, des scientologues nous annonceront qu’ils ont rencontré Dieu.

Histoire d’égayer votre week-end, voici une autre lettre de succès, hallucinante, de Bernard Dimanche concernant le building de Super Power. Cliquez sur l’image et préparez vos mouchoirs !

Et, pour finir, voici des nouvelles du contingent franco-helvète à Flag. Regardez comme ils sont heureux de recommencer le pont à zéro.

18 réflexions sur « Le futur de la civilisation : Courir en rond autour d’un poteau »

  1. Le délire mystico-KSW de Nanard contient des fautes d’orthographe – ça la fout mal pour un mec qui fait du rattrapage scolaire.

    Moi, hier, j’ai couru autour d’un arbre et j’ai fait fuir tous les écureuils, et du coup, j’ai sauvé la tech. Qui dit mieux ?

    1. Qui dit mieux ? MOI !!!!!
      Bon, permettez que je casse direct la baraque de ce rundown :

      Découverte par John Hughes et Hans Kosterlitz en 1975, l’ENDOMORPHINE est une hormone appelée couramment hormone du BONHEUR. On la qualifie « d’opioïde » car elle a une action similaire à celle de l’opium ou de la morphine.

      Les endorphines sont libérées par le cerveau, et plus précisément par l’hypothalamus et l’hypophyse dans les situations de stress, qu’il soit psychologique ou physique, mais de façon plus significative pendant et après la pratique du SPORT et notamment de la COURSE A PIED.

      Cette morphine endogène (produite par l’organisme) possède une structure moléculaire proche de celle des opiacées. Une fois sécrétée, elle se disperse dans le système nerveux central, les tissus de l’organisme et le sang et produit des effets bénéfiques CONTRE angoisse, anxiété et dépression. L’endorphine est L’HORMONE DU BONHEUR pour le COUREUR A PIED.

      La libération d’endorphines provoque PLAISIR et EUPHORIE sans risque de dépendance physique.

      Les sports d’ENDURANCE sont les plus endorphinogènes. Le jogging, le vélo, la natation, les balades en raquettes ou en ski de fond, les sports en salle, type cardio training (rameur, tapis de course) ; mais aussi l’aérobic, les activités à efforts fractionnés, l’athlétisme, le football, le rugby, le basket ou le handball.

      Il ne suffit pas de courir pour goûter aux endorphines: il faut MAINTENIR l’effort pendant une demi heure gardant un rythme dit confortable en endurance.

      Les effets de la sécrétion d’endorphines :

      EUPHORIQUE

      Beaucoup de sportifs qualifient l’endorphine de DROGUE NATURELLE. Lorsqu’on a éprouvé les sensations procurées par la production d’endorphine, on ne peut plus s’en passer et on veut la ressentir encore et encore. De nombreux pratiquants de la musculation affirment qu’après un effort très important, ils ressentent une véritable EXTASE, proche de l’orgasme . Le bien-être est instantané et on en exige de nouveau. Certains sportifs seraient donc de véritables toxicomanes. Cet état particulier est décrit par les sportifs comme un moment d’euphorie, de SPIRITUALITE, de PUISSANCE, de grâce, de déplacement sans effort, de VISION MOMENTANEE DE LA PERFECTION, de FLOTTEMENT dans l’irréel. Les coureurs de fond parlent d’extase. Cet état persiste après l’arrêt.

      ANXIOLYTIQUE

      L’effet anxiolytique renommé de la morphine s’applique également aux endorphines.

      L’effet anxiolytique persiste pendant deux à six heures.

      ANTALGIQUE
      L’endorphine possède des effets antalgiques semblable à la morphine qui est largement utilisée en médecine pour lutter contre la douleur. Elles agissent identiquement en se fixant sur des récepteurs spécifiques qui arrête la transmission des signaux douloureux. Cela entraîne par ailleurs un phénomène de dépendance. Que ce soit dans le cadre d’un effort physique, d’un accident, d’une blessure, cette hormone aide à faire face à la douleur sans toutefois l’occulter totalement.

      (les scientologues pensent ainsi qu’ils ont effacé des ridges, locks et engrammes pendant leur course)

      ANTI-FATIGUE
      Pour permettre à l’organisme de s’adapter à cette situation de stress inhérent à l’activité physique intense, les endorphines modérent les fonctions cardiaque et respiratoire. Autrement dit, elles limitent l’essoufflement à l’effort et l’épuisement.

      DEPENDANCE

      Les sportifs réguliers se définissent souvent comme des accros au sport. Lorsque je suis contraint d’arrêter l’entraînement, après une blessure, je suis mal dans ma peau, raconte Denis R.. J’ai tendance à perdre confiance en moi. J’ai l’impression d’être une autre personne. Dans ce cas là, pour apaiser cette sensation de manque, je trouve des substituts: le vélo d’appartement ou la musculation en salle. Ce même malaise est décrit par Corine D.: Depuis l’âge de 20 ans, je m’entraîne une heure par jour. Quand je cours, je me sens heureuse, apaisée, libérée de tous mes soucis. C’est une drogue. Lorsque j’arrête, comme c’est le cas actuellement, j’ai des douleurs inexpliquées dans tout le corps. Je suis anxieuse, de mauvaise humeur et je n’arrive pas à contrôler ces excès d’irritabilité. C’est dur pour mon couple. Je dois courir, ça me démange. Je ne peux pas m’en passer.

      La question qui se pose est évidemment de savoir si les endorphines créent un effet de dépendance physique identique à celui de la morphine.
      Sur ce point, les spécialistes se montrent rassurants: les endorphines sont rapidement détruites par les enzymes de l’organisme. Il s’agit d’une dépendance psychologique. Les sportifs sont très attachés aux sentiments de bien-être et de plaisir procurés par leur activité. Ils entretiennent avec elle une relation affective très forte qu’ils peuvent difficilement interrompre.

      Concernant l’hormone DOPAMINE :

      Une grande quantité de dopamine produit une augmentation du DESIR DE CONSTRUIRE POUR LE FUTUR, c’est un neurotransmetteur qui nous pousse à avancer. La dopamine est l’hormone de l’action. Un fort niveau de dopamine encourage à être très actif.

      Un patient à qui l’on avait injecté de fortes doses de dopamine comme traitement expérimental à son apathie est devenu hyperactif. Il faisait tellement de choses qu’il en devenait nerveux. Il a écrit une biographie en seulement 2 à 3 semaines. Il se sentait tout puissant. Son niveau de désir était tel qu’il considérait les personnes moins déterminées que lui comme inexistantes. La dopamine l’a mené à la paranoïa.

      La nature nous a doté de la possibilité d’éprouver du plaisir dans le but de conservation de l’espèce. Le plaisir sexuel aide à contribuer à la survie. Sans endorphine, pas de plaisir et sans plaisir, pas envie de se reproduire, donc pas envie de survivre.

      —————

      Bref, les gains spirituels obtenus dans les séances de course de SUPER POWER peuvent s’expliquer par une libération d’endorphine dans le corps après des exercices du corps et de la pensée. Et l’autodétermination à la sécrétion de dopamine.
      La théorie du « je cours en rond autour d’un poteau, j’extériorise et me sens tout puissant » s’explique donc très facilement.

      Vous pouvez retrouver ces infos en tapant le nom de ces deux hormones du bonheur dans google.

      Comment j’ai bien cassé la baraque, moi ! 🙂

      Hormonalement vôtre,
      Foolot

        1. T’as vu un peu ! ? lol ! J’espère que des churchistes passeront sur ton blog et liront ce commentaire ! Mais ils seront bien capables de dire que toutes ces infos ont été inventées par les vilains SP de toubibs pour enfoncer la sciento ! 😉

      1. WOW ! Cette claque que tu nous balances, Foolot !!! MERCI !!

        Maintenant, cette histoire d’hormones donne matière à réflexion. Si le rundown du poteau a été inventé par LRH et qu’il a été inventé avant la découverte de l’endomorphine en 1975, cela démontre que, ce qui a été pris pour un pur phénomène de spiritualité, était juste une réaction du métabolisme.

        Maintenant, au risque d’en choquer quelques uns, on peut se demander si le fait de fouiller son esprit à la recherche d’incidents n’active pas non plus un type d’hormone encore inconnue ? Qui sait ?

        Je ne suis pas matérialiste mais il se peut qu’un jour la science arrive à expliquer certains miracles de l’audition, voire même l’âme.

        Rappelez-vous le film « Phénomène » dans lequel jouait Travolta. L’histoire d’un garagiste doué brusquement de pouvoirs découvre d’incroyables pouvoirs télékinétiques. En fait, ses pouvoirs étaient dûs à une tumeur au cerveau.

        Personnellement, j’ai des amis scientologues qui sont morts depuis longtemps et qui, s’ils se sont réincarnés, sont adultes. Je voudrais que l’un d’entre eux se présente à moi et dise : « Hé vieille branche, me voilà ! Tu te souviens le jour où on avait fait la tournée des bars au lieu d’aller sur le cours ? »

        Et là, mes amis, j’oublierai instantanément cette histoire très troublante d’hormones.

  2. Tout à fait FoolOT,
    De plus, de très nombreux sportifs ( Ayrton Senna, Nicolas Mahut lors de son match marathon à Wimbledon contre John Isner, Marion Bartoli lors de sa victoire à Wimbledon, etc, etc…) témoignent , tous dans des mots différents, du phénomène d’extériorisation qui te donne un contrôle parfait sur le corps, la dissipation de la fatigue et autres bienfaits…
    Je pense que ce « procédé » fait extérioriser, mais que la présence de bank et les pressions de la vie vont très vite les ré-intérioriser dans le corps, donc en plus des dangers évidents pour la santé ce process est parfaitement inutile .

  3. Pas de bol pour l’Endomorphine, je ne pratique que le hamac…
    Quand à la lettre de Bernard Dimanche, c’est l’effet de l’Extasy…
    Ce procédé (si on peut l’appeler comme ça) fait extérioriser très certainement. Les gros efforts font extérioriser. Les chutes aussi. Faite un saut à l’élastique au dessus d’une gorge profonde et vous serez extérieur. Le problème est l’intériorisation juste après.
    De plus, ce procédé ne s’adressera qu’aux gens qui sont aptes à courir. Donc, les vieux seront bannis de ce rundown. Ségrégation. Y compris ceux qui auront certaines malformations physiques. Ségrégation encore.
    Très cher pour ce que c’est. D’autres auditions vous font extérioriser sans s’essouffler. C’est bien mieux.

  4. A la lecture du billet, j’ai tout de suite pensé aux techniques d’hypnose. Ce cycle répétitif (courir autour du même poteau) créé une sorte de transe durant laquelle le mec s’auto-suggestionne tout seul.
    Et puis il y a le commentaire de Fooloti sur l’hormone du bonheur et là, WOUF ! ça donne du recul ! Hypnose + hormones, le cocktail est costaud ! C’est pour ça que le mec se sent aussi puissant mais quand il va revenir dans sa caboche, il risque d’avoir les angoisses insoutenables de ce que l’on appelle en sciento « out-in » (entré et sortir du corps).

    1. Le moment est mal choisi pour dire cela mais il est vrai que Lrh dit quelque part que les religieux qui font un mouvement d’avant en arrière devant le mur des lamentations entrent dans une sorte de transe hypnotique. J’imagine que courir autour d’un poteau plonge dans cette transe.

Laisser un commentaire