La réédition de « Bare-Faced Messiah »

Hier, nous étions le 13 mars, jour de l’anniversaire de LRH, qui aurait eu 103 ans cette année. Cet anniversaire a été marqué par la réédition du livre de l’auteur anglais Russell Miller « Bare-Faced Messiah – the True Story Of L. Ron Hubbard ».

Lorsque le livre parut en 1987, l’église de scientologie poursuivit l’auteur en justice pour « violation de copyright », l’accusant d’avoir utilisé des écrits de l’église sans autorisation. L’objectif était bien entendu de faire interdire le livre. Le contenu lui-même du livre, les faits biographiques minutieusement documentés ne furent jamais remis en cause par l’église. L’angle d’attaque concernait uniquement les « violations de copyright ». Il ne s’agissait donc pas d’un procès en diffamation. Finalement, l’église obtint gain de cause aux Etats-Unis, et le livre y fut interdit.

Mais partout ailleurs dans le monde, l’église fut déboutée et le livre parut dans de nombreux pays, dont la France. Plon publia le livre en 1993 sous le titre « Le gourou démasqué ». Il est épuisé depuis belle lurette mais on en trouve encore des exemplaires d’occasion sur divers sites, dont celui d’Amazon France. On le trouve également en ligne au format pdf.

Dans la nouvelle édition de son livre, Russell Miller fait état du harcèlement et des attaques dont il a été victime. L’église de scientologie a même tenté de le faire accuser de meurtres non élucidés. Dans une interview donnée hier à Tony Ortega, Miller revient sur toutes les attaques auxquelles il a été soumis. C’est terrifiant.

Dans son blog, Marty Rathbun apporte quelques informations supplémentaires sur cette campagne de harcèlement et fait son mea culpa. Il dit, entre autres choses, qu’il avait éreinté le livre il y a quelque temps mais qu’en fait il ne l’avait jamais lu. Tout ce qu’il avait lu, c’était les « D.A. Packs » d’OSA à l’époque où il s’occupait de l’affaire. Mike Rinder, dans l’un des commentaires, avoue exactement la même chose.  A noter également que Karen de la Carriere apporte elle aussi, dans l’un des commentaires, quelques précisions troublantes sur cette affaire. A la fin de son article, Rathbun dit a Miller qu’il est sincèrement désolé d’avoir contribué à faire de sa vie un enfer.

Pour comprendre et disséquer le sujet de la scientologie, il est impératif de bien connaître son fondateur car les deux sont indissociables.

Ayant lu le livre, je puis affirmer qu’il s’agit d’un ouvrage très bien documenté. A vous de vous faire votre propre opinion.

66 réflexions sur « La réédition de « Bare-Faced Messiah » »

  1. D.A. Packs ? comprend pas … ça non plus « A noter également que Karen de la Carriere apporte elle aussi, dans l’un des commentaires, quelques précisions troublantes sur cette affaire.  » Merci de préciser

    1. D.A. Packs = Dead Agent Packs. « Packs » ici se traduirait par « dossiers » ou « chemises ».

      « D.A. Packs » se réfère à l’expression « Dead Agent Caper », littéralement « Le stratagème de l’agent mort ».

      « Dead Agent Caper » est défini dans le dictionnaire administratif comme suit : « Obtenir les preuves documentées que ce qui a été dit n’était que des mensonges. » (Ordres du Jour du 22 juin 1970) Et aussi : « Le stratagème de l’agent mort était utilisé pour réfuter les mensonges. Il s’agissait de fournir des contre-documents là où on faisait circuler des mensonges. Le mensonge « Ils étaient… » est contré par des documents qui montrent « qu’ils n’étaient PAS… » Résultat : la source du mensonge et toute autre déclaration de cette source sont alors rejetées. » (HCOPL du 11 Mai 1971 III)

      En gros, lorsque Marty dit qu’il n’avait lu que les D.A. Packs au lieu d’avoir lu le livre, cela signifie qu’il avait uniquement pris connaissance des documents compilés par OSA pour discréditer le livre de Miller sans jamais l’avoir lu.

      Lorsque Debbie Cook a publié sa lettre, OSA a immédiatement sorti un D.A. Pack pour tenter de discréditer Debbie et « prouver » qu’elle mentait. Tout ceux qui ont lu ce D.A. Pack ont immédiatement vu que ce n’était qu’un ramassis de citations de LRH prises hors contexte qui ne réfutaient absolument RIEN. Debbie était puérilement présentée comme une « apostate défroquée rongée par l’amertume. »

      Un D.A. pack ne peut pas être efficace s’il est utilisé pour réfuter la vérité. Bien au contraire, il se retourne généralement contre celui qui l’a publié.

      Quant au commentaire de Karen, le voici, non traduit (je n’ai pas le temps) :

      In style only Radical Official Scientology can do, an *anonymous* phone call was placed to Scotland Yard stating Russell Miller was an Axe murderer.
      An embarrassed Scotland yard did interview Miller only to find out it was the Cult wasting Scotland Yard time and resources.
      Nevertheless, in vengeance and with full blown Intentions to DESTROY the *ENEMY*, this happened next ~~
      In 1990, nearly three years after the book’s first publication, a defector from the Church of Scientology provided the Sunday Times with internal documents detailing the smear campaign against Miller.[2] These records listed several private investigators who had been hired to keep Miller under surveillance and feed false information about him to neighbours and the police. A Scientology executive had flown from Los Angeles to a flat in London where he and a private detective co-ordinated the campaign. Rubbish from the publisher’s offices was regularly emptied into the flat’s bathtub to be picked through. According to the informant, the investigators used contacts with the British police to try to implicate him in unsolved crimes: “People were brought in from abroad posing as journalists to arrange interviews with Scotland Yard where they would drop innuendoes about Miller. Other investigators were used to smear his name with colleagues, friends and neighbours. They worked hard on the line that he was an undercover British intelligence man.” A Church spokesman dismissed these allegations, saying, “anyone giving you this sort of information must be crazy or on drugs.
      http://en.wikipedia.org/wiki/Bare-faced_Messiah

  2. C’est vrai que je n’ai jamais lu ce bouquin. J’ai lu par contre le D/A (explications par Voltaire ci dessus) de l’église sur Miller. Un seul son de cloche donc. Une fois j’ai feuilleté le bouquin de Miller. L’extrait était bizarre ou il était question de « Hubbard mangeant du steack, alors que ses invités à table n’en mangeaient pas ». C’était à Saint Hill Manor. J’ai trouvé ça incohérent. Miller avait très certainement inventé cette histoire. Le doute en moi s’était installé sur la véracité des propos de Miller.
    Pour le reste il faudrait que le lise le bouquin en entier. Peut être un jour

    1. Ben ouais, c’est tout le problème des DA packs. On y prend un extrait du bouquin qui peut sembler incohérent (LRH mange du steak et pas les autres), et ça y est, on a lu tout le bouquin puique tout le reste doit être du même accabit. Pas la peine de creuser ou de regarder plus loin. Ouf ! Merci OSA d’avoir rétabli la vérité ! Mon aiguille flotte. Je vais pouvoir continuer, en toute sérénité à not-iser et à allumer des cierges pour le Grand Homme. Amen.

  3. Coucou me revoilou !
    Cet article m’interpelle, je vais causer un brin. J’ai lu ce livre + quelques autres sur L. Ron Hubbard. Je me disais « Hum, c’est bien possible qu’il ait été comme ça, c’est bien possible ». Mais à dire vrai, ce sont « les admissions » qui m’ont aidé à faire des recoupements et à bien cerner (à mon niveau) la personnalité de LRH.
    Pour rassembler des gens autour de sa technologie, fallait il que l’Eglise fasse de lui un tel objet marketing ? Et pourquoi a t-il accepté ?
    Le faux PR qui a été fait autour de sa vie soit-disant d’exception a rattrapé la scientologie qui se meurt, aujourd’hui de tous ces mensonges accumulés que les archives officielles ont démasqué. Pour moi, L. Ron Hubbard était un homme très fragile. Cela n’enlève rien à son sens de l’observation et à ses facultés de déduction. Il a vu des choses et mis au point des procédés qui marchent, oui. Il en a mis au point certains qui mériteraient d’être cliniquement plus examinés, oui aussi.

    1. « Pour moi, L. Ron Hubbard était un homme très fragile »

      Rien que sur la photo de la couverture, il a l’air triste. Je pense, et cet avis n’appartient qu’à moi, que LRH n’était pas un homme heureux. On me répondra qu’il était blagueur et avait beaucoup d’humour. Oui, mais les plus grands humoristes sont des gens tristes. Heureux et blagueurs sous les feux de la rampe et affreusement malheureux dans le quotidien…

      1. Comment peut-il être heureux! Il en avait sûrement lourd sur la conscience après avoir manipulé tant de gens. Bref, je lui souhaite de brûler lentement en Enfers, jusqu’à ce que Miscavige (sa groupie #1) libère ses 40000 esclaves.
        …et espérons que le Diable puisse étancher sa soif de sodomie sur LRH. A m’en!

    2. « Pour rassembler des gens autour de sa technologie, fallait il que l’Eglise fasse de lui un tel objet marketing ? Et pourquoi a t-il accepté ? »

      Je me pose aussi cette question. Il parle de tout cela dans les PDCs. Il dit effectivement qu’accepter de devenir célèbre c’est se condamner à devenir effet. Et si on regarde bien la scène, plus il a été aimé et adulé, plus il a dégringolé la pente.

      C’est peut être de cette douloureuse expérience qu’est né le « N’ayez jamais besoin de louange et d’approbation » ?

      Il y a tellement de TA autour de LRH que des fois, je me demande s’il ne veut pas au fond qu’on sache qui il était vraiment pour qu’il y ait un gros As-is général qui ferait qu’on lui lâche la grappe. 🙂

  4. J’ai lu ce bouquin après le choc Debbie Cook. Mon affinité pour LRH n’avait pas été dégradée. Elle s’est dégradée avec la découverte des mensonges sur son passé familial, militaires et universitaires. Et surtout cette vidéo où, droit dans les yeux du journaliste, il dit qu’il n’a jamais eu de 2ème compagne (alors qu’il a eu une fille avec elle). Je ne comprends pas pourquoi il a raconté tout ce foin sur sa vie sachant pertinemment que la tech « du coupable qui laisse des indices pour se faire prendre pour qu’on lui remette son éthque en place vu qu’il est un être fondamement bon », s’appliquait aussi à lui et qu’il serait tôt ou tard démasqué. C’est incompréhensible.

    1. Blasphème ! Tu parles du mec qui a écrit le Chemin du Bonheur ! Tu devras copier cent fois KSW de la main gauche, faire 2500 pompes et écrire tous tes overts et toutes tes retenues que t’as commis durant les 3 milliards dernières années. Et donner 200 000 Euros à l’IAS. Et financer toutes seule l’org idéale de Trifouilly les Oies. Vilaine, va !

  5. Pour moi, ce bouquin permet de lever le mensonge qu’on nous a jeté à la face quand on a mis les pieds en sciento. Hubbard était un manipulateur né, un mytho compulsif, un grand maniaco-dépressif devant l’Eternel, un égomaniaque de première, un big, big parano et un lâche. On est vraiment loin de l’image d’Epinal que la church a essayé de nous faire avaler. Il n’empêche que, par moments, Hubbard a eu des traits de génie. Le problème, c’est qu’il a détruit plus de vies qu’il en a sauvées.

    Moi, perso, si j’avais lu ce bouquin avant de connaître la sciento, j’y aurais jamais foutu les pieds.

    Reste plus qu’à prendre ce qu’il y a de bien dans ce que Hubbard a laissé, mais franchement, le coeur y est plus. Le simple fait d’être associé à lui, d’une façon ou d’une autre, c’est limite la honte. Si y en a que ça dérange pas, tant mieux pour eux. Ils me diront probablement que je donne dans le A=A=A. M’en fous, j’suis pas à une éval’ près.

    Le Nain est exactement comme Hubbard mais en plus roublard. Il a « réinventé » et ré-interprêté tous les écrits de son ex-patron. Lui, ce qui l’intéresse, c’est uniquement le blé et le pouvoir. Le Nain est un vrai facho, comme Hitler ou Mussolini. Lui aussi, faudra lui consacrer un bouquin entier un jour.

    1. Le problème, c’est qu’il a détruit plus de vies qu’il en a sauvées.

      Ce serait intéressant de pouvoir mettre toutes ces vies dans une balance, celles sauvées et celles détruites pour voir de quel côté ça penche…

  6. On a été formatté « Lrh dieu vivant » et les vérités qui ressortent peuvent créer des ARCX monstrueux. On s’est senti trahi, dupé et cela est dur à avaler.
    Il a certainement été pensé, dans les années 50, que la main tendue pour sauver une personne devait obligatoirement être celle d’un héros bardé de médailles et de diplômes.
    Que la personne en détresse préférerait tomber dans le vide plutôt que d’attraper la main d’un mec fantaisiste, fragile, voire un peu barré.

    On a confiance en Spiderman, pas en Peter Parker…

    Le Ron Hubbard qui nous a été présenté est une entière création. Un héros pour rassurer. Le pire c’est qu’il le savait. Il le dit dans les PDCs, il disait que devenir célèbre c’était se condamner à devenir effet, à devenir un objet. En acceptant de porter la scientologie en héros, il se condamnait à devenir un objet et les objets finissent mal, en général. Ce qui a été le cas.

    Il faut vraiment que vous écoutiez ou lisiez les PDCs. Le vrai LRH est dedans.

    1. « On a confiance en Spiderman, pas en Peter Parker… »

      Oui, tout comme on a plus confiance en un médecin qui a fait 7 ans d’études qu’un rebouteux qui a un don…

      Pour être crédible aux yeux des gens, il s’est (ou on lui a) inventé un cursus d’ingénieur. Bon. Ok. Très bien.

      Certains ex scientos ont beaucoup de charge là-dessus et d’autres acceptent qu’il y ait eu ces mensonges parce qu’il a tant fait de percées à côté.
      D’autres pensent certainement que ces mensonges étaient utiles pour attirer des adeptes et lancer le mouvement…

      Comme le dit Georges Braque en haut de ce blog : « La vérité existe. On n’invente que le mensonge. »

      Et la vérité, douce ou aveuglante, elle finit tôt ou tard à pointer son nez.

      Certains doivent la confronter et d’autres ont « leur aiguille qui se met à flotter » tant cette vérité enfin révélée valide les perceptions qu’ils avaient. A savoir, c’est quand même pas normal tout ce TA sur LRH et la sciento depuis 6 décennies.

      Est-ce que l’on aurait adhéré au mouvement si on nous avait dit que Lrh était seulement écrivain ou psychologue visionnaire ? Pas sûr.

      Moralité, dans cet univers faut-il mentir pour être crû ?

  7. C’est marrant que tu parles de ça, parce qu’après la guerre, Hubbard, en pleine déprime, a demandé à l’armée à recevoir un traitement psychiatrique.

    Plus tard, en 1951, Sarah Northrup, la deuxième femme de Hubbard (dont il a toujours nié l’existence) a tenté de le faire enfermer pour cruauté mentale et physique. La procédure de divorce a fait les choux gras de la presse. Quand le divorce a été prononcé, Hubbard a renié la fille qu’il avait eue avec Northrup. Un père de famille modèle.

  8. J’ai lu à partir du lien fourni dans l’article de Voltaire. C’est un peu fastidieux. Y a des moments où j’ai survolé.. Qu’est-ce qui nous garantit que tous ces détails sont véridiques ? Peut-être une « contre fiction » à celle de l’église. Bon, son grand père était sans doute pas richissime, et il a pas été élevé au far west… Mais le nombre de gens qui racontent des bobards sur leur vie, c’est ahurissant. Aussi bien des obscures que des gens connus… Bobards, bobards… Y a souvent des gens qui mentent pour raconter n’importe quoi, c’est dingue. Moi ça m’étonne toujours le nombre de mythos qui racontent des fictions concernant leur vie, leurs succès, leurs connexions (ils connaissent des gens célèbres soi-disant)…
    Même moi j’étais comme ça quand j’étais ado, j’inventais des trucs qui faisaient bien.
    Donc les bobards ça ne prouve rien.
    Après l’église en fait un crédo, comme « la vie des saints » (ou celle de Kim Jong ou du camarade Staline)
    Bon, ce qu’on retient c’est que Ron avait de l’imagination, ça c’est sûr.
    Moi, quand j’ai connu les sciento, j’ai lu Dianétique Evolution d’une Science qui est en fait l’article de départ écrit dans Astounding et publié par Campbell. Et ça m’a éclatée, vraiment ça m’a libéré de la charge, c’était plein de chose qui m’indiquait… Les engrams, les valences etc… concept nouveaux et je m’étais tapée déjà Freud, Jung et Lacan dans tous les sens, prétendant en étudiante snob que ça m’intéressait.
    Peut-être que j’étais bête, et que ces augustes auteurs me passaient au-dessus de la tête, et qu’il fallait un simplificateur poulaire comme Hubbard pour atteindre mon bas QI ?
    En tout cas j’ai aimé Hubbard pour ce qu’il a écrit, et pas pour sa tête. Je l’ai trouvé vieux et moche sur les photos et j’aime pas les gros. J’en avais rien à cirer de tout le baratin autour de sa vie, qu’il soit marié etc…. Pour moi, même s’il avait été pédé, c’était pareil sinon mieux.
    L’idéologie bien pensante américaine, je la voyais et elle me révulsais déjà, et les scientologues dans leur grande majorité, je les trouvais moches et plouquesques. Je suis une snobasse, désolée…
    Si je suis restée c’est parce que ce que ce type écrivait me parlait. Et que l’appliquant j’ai vu que les gains étaient possibles. Le cycle comm et le code de l’auditeur c’est pas des bobards, ce sont des outils essentiels.
    Non, c’est pas le décorum, ni l’emballage qui m’ont fait rester, ça m’aurait fait plutôt fuir.
    Et le bouquin de Miller j’en ai autant à foutre que les bobards de Sherman, soi-disant biographe de Hubbard.

  9. Que l’église ait attaqué Miller pour ce pensum est ridicule. Ils auraient pu tout simplement laisser pisser. Mais pour les ricains, la vie des gens est importante, ils se conforment à des codes… nous en France on est moins comme ça.
    L’église est la reine du « glutz PR » (promouvoir le point de vue de votre attaquant). Et Miscavige n’en parlons même pas, comme il a attaqué Debbie Cook en justice, mais quel demeuré ! Et les « squirrels buster »…. si j’étais churchiste, je demanderais sa démission à cause de sa bêtise et de son incompétence.
    Ces gens sont idiots…. Le malheur de Hubbard, c’était tous les crétins qui l’entouraient…. C’est pour ça qu’il s’énervait et écrivait des policies d’éthique dont on aurait pu se passer !

    1. Que l’église ait attaqué Miller pour ce pensum est ridicule. Ils auraient pu tout simplement laisser pisser.

      Oui et l’église aurait continué à prospérer. Tout comme Lrh aurait dû s’abstenir de créer cette condition de jeu idiote avec la presse et le corps médical avec cette présentation du premier Clair au monde entier. Quelle erreur d’analyse !

      En voulant l’approbation et la reconnaissance, il est devenu effet.

  10. J’ai visité St Hill Manor. La déco était d’un goût exquis, rien de bidon, de faux, de pompeux. Chaque chose, déco, meuble était terriblement authentique, et pas « riche » mais vrai. Ça m’a frappée. Il se peut que Hubbard n’ait pas fait cette déco, qu’elle ait déjà été là. Mais les vrais gens de mauvais goût, font des travaux repeignent, achètent des meubles « cossus ». Voir la déco vomitive de Flag et des orgs idéales. Les scientologues sont des ploucs, ce qui est normal, les ploucs étant la race dominante sur terre.
    Moi je suis une snobasse puante et moche avec le temps. Mais Hubbard n’était pas un plouc. Les ploucs sont de mauvais goût, ils mentent pour des raisons PR. Pour un type issu du middle class, middle west et autres red necks, il avait beaucoup de culture et du goût. Et un sacré sens de l’humour. J’aime l’entendre dans certaines bandes. Dans « démo of an assist » il est hyper drôle, il a un sens du deuxième degré.
    Bref, je ne pense pas qu’il s’abaisserait à mentir sur lui réellement. Il a peut-être embelli et ceux qui faisaient son PR ont choppé ça au vol, et l’ont encore embelli. A destination justement des middle class.
    L’erreur de la sciento c’est la volonté de vulgarisation en pensant que tout le monde est bouché et middle class.
    Ils auraient dû laisser faire la sélection naturelle.
    Ils font des orgs idéales pour un public imaginaire qui n’existe pas.
    Hubbard n’était pas un « fake ».

    1. « Ils font des orgs idéales pour un public imaginaire qui n’existe pas. »

      Micavige essaie de créer des illusions comme LRH le faisait mais il n’a pas son don ! Il ne lui arrive pas à l’ongle du petit orteil.

      « Hubbard n’était pas un « fake ».

      C’était un illusionniste.
      A partir de là, l’illusionniste est-il un menteur ? Oui pour certains, ce qui est vrai, l’illusion n’étant pas la vérité.
      Et non pour d’autres, ce qui est vrai aussi. L’illusion étant vraiment une illusion.

      Tout dépend du point de vue avec lequel on évalue les données. 🙂

    2. Saint-Hill Manor était presque parfait. Il manquait les chiens, les chevaux et la chasse à l’automne. Ca n’a rien à voir avec le très mauvais gout des estrades des events de Miscavige. Et la France qui traitaité Sarko de bling-bling … Le mauvais gout c’est ce qu’ils appellent upstat. Mais pour le vrai sujet, le livre de Miller m’a surpris parce que je ne m’attendait pas à une documentation d’une telle qualité. Osa int ne peut pas DA Miller. Il vont sortir des mensonges à vomir sur lui dans Freedom. Dans l’héritage de LRH il y a à prendre et a laisser. J’aime l’attitude de Mike, Karen et Marty là dessus. Ma religion préférée est le paganisme grec. Enfin une religion ou les Dieux ressemblent aux êtres humains. Pas un seul Dieu terrible et vengeur, mais Aphrodite, Athena, Diana, Apollon et Baccus !!!

  11. Ce que vous ne voyez pas ou ne voulez pas voir, au choix, est :
    – Hubbard ne s’est pas déifié. C’est l’église et Miscavige qui en ont fait un Dieu.
    – L’hagiographie de Hubbard a été faite par des scientologues à la solde de Miscavige.
    – Le grand problème est, et, reste la déification que l’on met sur une personne. Ca marche bien d’ailleurs, puisque les gens continuent à voter pour d’autres en espérant que le prochain élu sera le Messie. Ca rate à tous les coups.
    Hubbard à ses travers tout comme Miller à les siens, tout comme n’importe qui en à.
    Léonard de Vinci était un génie au caractère exécrable. Personne n’est parfait.
    Hubbard à trouvé des procédés qui fonctionnent. Le reste n’est que conjectures. Quand aux PDCs vantés par Fool OT, c’est vrai que c’est génial, mais il faut monter un peu le pont pour en saisir l’essentiel.
    Ce même pont que pas mal d’entre vous semble critiquer.

    1. Ben si, Hubbard s’est déifié dès le départ. Déjà, dans les mini biographies de ses bouquins, ceux des années 60 et 70, y avait tout le baratin sur « boy-scout à 4 ans », « pote avec les Pieds Noirs », « a voyagé ado en Asie et rencontré des grands sages et des bandits de grand chemin mongols », « était aveugle et estropié après la guerre et s’est guéri tout seul », etc, etc. C’était bien avant le Nain. Et jamais Hubbard a publié un truc où il disait que l’histoire de sa vie était bidon. Il aurait pu mais il l’a pas fait.

      Après ça, quand le Nain est arrivé, il s’est dit : « Bon, puisque papy, il a passé sa vie à mentir sur lui-même, on va perpétuer la tradition et vas-y, Dan Sherman, ponds-nous d’autres trucs du même accabit, faut pas décevoir les scientos sinon ils vont arrêter de raquer. »

      Mais là où Hubbard s’est définitivement auto-déifié et a jeté les bases de la scientio talibane ou moudjahiste, c’est avec KSW 1. « Tu m’obéis les yeux fermés ou tu dégages. »

      Quant aux PDC, Hubbard est le premier à dire par-ci par-là qu’il roule tout le monde dans la farine mais il enrobe ça d’un discours mystico-cosmico-psychédélique (il carburait à quoi ?) et ça devient la résolution du mystère de l’univers et de la vie. C’est confus, incompréhensible et abracadabrant, mais la trentaine de gus qui assistaient aux PDC semblent gober tout le merdier en se convaincant qu’ils ont devant eux un type qui vient de les conduire à la lumière.

      60 ans plus tard, t’en a encore qui parlent des PDC comme si c’était le Nouveau Testament. Désolé, les gars, mais c’est juste un tissu d’inepties sans queue ni tête et c’est basé sur zéro recherches ou preuves.

      Le seul truc bien dans les PDC, c’est que ça te permet une fois pour toute de comprendre le personnage Hubbard et sa vraie motivation : enfumer le plus de gens possible et devenir un grand maître à penser qui veut se faire un nom dans les bouquins d’histoire, comme il l’écrivait à la fin des années 40 dans les Admissions.

  12. Que dire…
    La confiance est une notion vraiment très personnelle. Quelqu’un se fait soigner, en éprouve du soulagement, quitte le cabinet du kiné et apprend par une tierce personne que le kiné n’a pas fait d’étude et n’a aucun diplôme.

    1) Vous vous sentez trahi et irrité même si ce « kiné » vous a fait du bien.
    2) Vous ne regardez que le soulagement qu’il vous a apporté et n’avez que faire qu’il soit plombier de formation ou kiné.

    La plupart des ex scientologues, je le vois ici, ont eu un arc formidable pour Lrh, lui ont fait entièrement confiance et l’ont défendu bec et ongles quand on le traitait de charlatan et d’un coup, leur donnée stable est ébranlée par les vérités qui fusent de partout avec scan de documents officiels à l’appui.

    De fait, moi je peux avoir et comprendre tous les points de vue exprimés ici. Sans amertume aucune. Bon dimanche à tous.

    1. « 1) Vous vous sentez trahi et irrité même si ce « kiné » vous a fait du bien. »

      LOL ! Ben oui !
      Primo, soulagement ou pas, il y a eu abus de confiance,
      Deuxio, vous avez sûrement payé le prix d’un vrai kiné,
      Tertio vous vous dites qu’il aurait pu aussi vous niquer le dos !

      « 2) Vous ne regardez que le soulagement qu’il vous a apporté et n’avez que faire qu’il soit plombier de formation ou kiné. »

      Mais à ce moment là, toutes les dérives sont possibles. Vous allez chez le coiffeur qui est pâtissier de formation, chez le pâtissier qui est électricien de formation..
      Tant qu’il y a de bons produits, ça va mais à la moindre boulette, c’est l’avalanche d’emmerdements. Dans cette société, mieux vaut être vraiment celui que l’on dit que l’on est.
      La vie se charge toujours de rétablir la vérité. Ou plutôt : la vérité se charge toujours de recadrer le menteur. 😉

  13. Je pense que tous les ex scientos mécontents sont surtout en colère après eux-mêmes. Laissez-moi vous expliquer mon point de vue.

    ARC veut dire affinité, réalité et communication et COMPREHENSION. En éprouvant une très forte ARC pour Lrh, les scientologues lui ont donné leur entière confiance et donc, compréhension. Quand on apprend qu’une personne, pour X raisons, nous a menti que se passe t-il ? Il se passe qu’on réalise qu’on a mal compris la personne, qu’on l’a mal cernée. Bref, qu’on n’a pas eu les bonnes perceptions au moment où on aurait dû les avoir.

    A partir de là, est-ce la faute de la personne qui a menti ou la nôtre de n’avoir pas compris qu’elle mentait ?

    Beau débat pour un 16 mars, non ? 🙂

    1. Oui… mais non…
      Un être qui donne sa confiance est furax quand il sait qu’il s’est fait entourlouper. Quand on donne sa confiance, on enquête pas sur la personne à qui on fait confiance. On la croit. On n’est pas sur la défensive. Alors moi, quand ça m’arrive je ne suis pas en colère contre moi mais contre la personne qui m’a dupé, quand bien même elle m’aurait remis une vertèbre en place car elle aurait tout aussi bien pu me bousiller le dos !
      Alors pour Lrh, oui, quelque part, quand j’y pense, ça me fait chier… parce que j’ai eu des gains mais je n’ai pas toujours eu les produits promis.

    2. « A partir de là, est-ce la faute de la personne qui a menti ou la nôtre de n’avoir pas compris qu’elle mentait ? »

      Dès l’instant où l’on fait confiance à quelqu’un, on n’est pas en mode scanner. Si on se met en mode scanner tout le temps, on devient parano.
      Mieux vaut donc se faire niquer de temps à autre que de devenir type 3.
      Ne crois-tu pas ?

  14. D’accord avec toi foolOT.

    Moi je crois que l’on traverse les épreuves que la vie nous soumet. Pour moi ça a à voir avec le karma.Pouvoir atteindre et se retirer de l’église de scientologie est une expérience très enrichissante , pas financièrement bien sûr… Faire parti d’une « secte », c’est courageux par rapport à la monsieur tout le monde. Sortir de l’église de scientologie exige aussi des qualités certaines.

    Ce qui ne s’en sont pas sorti n’étais pas à la hauteur de ce monde de fous. Paix à leurs âmes. La vie est sans pitié, surtout à l’état naturel. Si on s’est fait avoir c’est qu’on était trop mou.

    Moi je suis né avec la sciento. Mais parents ont eu deux missions dans le sud de la France. Je rentre pas dans les détails mais je vous laisse imaginer les péripéties quand vos parents sont au moins aussi impliqués que des sea org, voir plus, que leurs seul revenues dépendent de la mission, en France avec la « suppression ». L’ambiance à la maison était…aléatoire dirons nous. J’ai commençais à comprendre réellement les choses récemment. C’est vraiment pas simple à démêler tout ce bordel.

    J’admet ma vie comme la vie que je dois avoir. J’ai ce que je mérite, en bien comme en mal L’église de sciento est un labyrinthite, c’est comme ça que je la perçoit. En sorte les méritants. Ce qui ne me tue pas me rend plus fort.

    Et en même temps y a plein de bonne chose dans les travaux de Ron! Je garde ce que j’ai envie de garder, et je me torche le c… avec le reste! Na!

  15. Alors là, je ne suis pas déçue, pourquoi ? J’en ai jamais rien eu à secouer de la biographie de Hubbard. Je n’ai jamais cru qu’il était frère de sang de Black Feet ou membre de l’Explorer Club. Ce mec écrivait des pulps : SF, western, polars… c’était dans ses gènes de raconter du baratin.
    Les gogols de l’église prenaient tout ça pour argent content. Vous avez déjà bien regardé la tronche de certains scientologues ? Ils ont un look de militant trotskyste. Ces gens ont besoin de croire en quelque chose. Regardez la propagande communiste, même côté sirupeux et « haut de ton ». Etonnez-vous qu’ils se soient emparés de ce tissus de conneries qui idéalisait Ron.
    Ce sont des middle class qui sont tenaillés par un besoin de reconnaissance sociale. Ils ont souvent un ego surdimensionné. Ils pensent qu’en sortant ce genre de conneries et en ayant de beaux locaux « la société » les reconnaît.
    Mais quelle société ? La société middle classe bien pensante des années 50 sans doute. Ils sont retardés. Regardez la Mark 8 socialiste à 5000 euros, une usine à gaz avec un look de four à micro onde. Et c’est en location à ce prix, et les crétins acceptent.
    Ces gens sont des bidons d’entre les bidons, des abrutis d’entre les abrutis.
    Aucun d’entre eux n’a jamais dû comprendre un traître mot des Data Series par exemple.
    Et les Data Series, c’est pas pour les gogols. Ils lisent et ils ont le cerveau qui péte. Ils sont beaucoup trop cons.
    Je m’arrête dans mon « natter », certains d’entre vous vont finir par se sentir visés aussi par ma hargne.

    1. Ce mec écrivait des pulps : SF, western, polars… c’était dans ses gènes de raconter du baratin.

      Sûr qu’il en a raconté ! A le lire ou l’entendre, il a fait tous les métiers ! En fait, il lisait juste beaucoup dans quantités de domaines et avait une mémoire phénoménale. Mais bon, là où ça coince pour moi c’est qu’une personne qui met au point un électromètre pour soulager la conscience des traumatismes et OW raconte de son côté du baratin. C’est radicalement antinomique pour moi. Une telle personne doit être exemplaire comme il nous demandait d’ailleurs de l’être. Et lui, ne l’était pas. Je sais que le cordonnier est toujours le plus mal chaussé mais merde, quoi, ça fait chier.

  16. A foolOT : aux 2 mon capitaine ! on peut se manquer une retenue, de même on peut se foutre ARCX avec soi-même ; bref 50/50 pour la responsabilité . Comme un bon vieux anar : soyons maître de soi-même laissons les autres faire leur vie mais qu’ils ne nous fasses par ch…. (sauf si on n’est constipé) foutons le feu à quelque idoles qui nous esclavagisent et en passant qui nous miscavigent … et dieu pour tous . Y a un hic dans mon raisonnement mais je sais lequel , mais c’est ma réponse !

  17. Voilà mon point de vue, vous en ferez de la pâté pour chats si vous voulez.

    Lrh a tenté de nous apprendre à créer des illusions, des rêves parce que les rêves sont le charbon du futur et que sans rêve, notre futur se réduit à une peau de chagrin. L’intention était légère, charitable et louable.

    Si nous n’avions pas l’obligation de nous nourrir, de nous mettre à l’abri, de nous chauffer et de payer des loyers et des impôts, nous pourrions passer notre vie à créer des illusions, comme les gosses dans un bac à sable , et ce serait bien agréable mais c’est une utopie dans cet univers où l’on ne peut pas rester enfant toute sa vie, sic !

    Lrh créait une multitude d’illusions, policier dans une conférence, endocrinologue dans une autre, ingénieur en physique nucléaire dans une autre, etc. Il jonglait avec quantités d’illusions et c’était réjouissant. Mais sa vraie profession, celle qui peut être authentifiée, c’est écrivain et le propre d’un écrivain c’est de créer de multiples illusions qui seront perçues par d’autres comme étant vraies. Lorsque vous lisez un livre qui vous fait peur ou qui vous fait pleurer, vous croyez à l’illusion proposée. Vous êtes « dedans ». Pour moi, le pont est une sorte d’illusion thérapeutique. Tout comme un roman, il y a ceux qui rentrent dedans et ceux qui n’y rentrent pas.
    Lrh était un magicien de l’âme. Les gens adoraient le voir sur scène. Il les délivrait pendant quelques heures du poids de leurs soucis. Ils les embarquait dans un autre univers, un univers merveilleux. Lrh faisait simplement de la « magie conceptuelle » et nous étions tous conquis, tous sous le charme des illusions qu’il sortait, non pas d’un chapeau, mais de sa bouche.

    Son tort, pour moi, est d’avoir dit, après un moment, que les illusions étaient vraies. Tant qu’il laissait les scientologues croire ou non aux illusions tout allait plutôt bien. Son fameux « si ce ne n’est pas vrai pour vous, ce n’est pas vrai » était appliqué et ça roulait.

    Et puis le magicien a voulu prouver que ses illusions étaient vraies (parce que des résultats étaient vraiment obtenus sur des gens) et il est entré dans une condition de jeu solide avec le corps médical. Il a chuté de ton et a commencé à mettre de la force.

    Un peu comme si Dani Lary (célèbre illusionniste) disait à son public « Si ! Je lui ai vraiment transpercé le corps de sabres » ou « Oui, je l’ai fait disparaître ! » et c’est là, selon moi, que la bât a commencé à blesser : en voulant codifier l’illusion dans le Mest plutôt que de la laisser libre dans l’univers theta.

    En d’autres termes, en décidant d’imposer des illusions comme une vérité scientifique. Les gens s’amusaient, avaient des key-out, créaient à leur tour des illusions sur les autres, qu’était-il besoin de devenir sérieux à ce point ?

    Ne pouvait-il laisser tomber cette condition de jeu avec les psy ? Tenez, prenez pour exemple ces clowns qui ont de remarquables résultats en hôpital sur les enfants malades qu’ils viennent distraire. Est-ce qu’ils se mettent brusquement à imposer leur numéro comme thérapie médicale ? Non, ils la laissent libre. Ils n’interfèrent pas avec le corps hospitalier. Ils délivrent simplement une illusion qui enlève du stress aux enfants, qui leur redonne de l’espace.
    Lrh, lui, s’est mis dans une condition de jeu jusqu’au cou. Il aurait continué son bonhomme de chemin sans rien dire, on l’aurait pris pour un huluberlu innoffensif mais il aurait aidé un bon paquet de gens de façon tout à fait tranquille.
    L’erreur de base a été de présenter un clair à la presse devant 2000 personnes, voire 5000, je ne sais plus.

    En mettant l’attention à ce point sur lui, il a déclaré la condition de jeu (guerre) ouverte avec le corps médical. Cette condition est vraiment partie de son initiative.
    Phil Spicker qui connaissait bien Lrh raconte combien il a changé au fil des années. Lrh a baissé de ton et, fatalement, sa technologie aussi. On l’a vu avec l’apparition de certaines policies qui divisent les gens sur ce blog.

    Il voulait que l’on sache créer des illusions et de l’espace pour nous protéger de l’univers Mest et il avait réussi ! Il avait réussi ! Son tort, que je ne m’expliquerai jamais, est d’avoir voulu prouver que les illusions étaient réelles… Et qui dit réalité, dit… mest…

    Pour revenir au livre de Miller, je changerai le titre en « Descente aux enfers d’un magicien »

    1. Eh bien, je reprendrais bien un peu de ronron, s’il vous plaît ! 🙂
      J’ai l’impression de radoter mais le pourquoi et comment des illusions sont traités en long, large et travers dans les PDCs. Qu’importe l’illusion pourvu qu’elle fasse du bien.
      Concernant la condition de jeu, Lrh dit que dans tout jeu il faut un adversaire chez qui marquer des buts et que lui il a pris les psys.

  18. Pour moi, l’erreur majeure de LRH, est la création de la Sea Org…La scn devrait être une aventure individuelle et non de groupe, car + le groupe est grand, + tu as une grosse quantité de bank en commun !
    Donc oui à l’individu et aux petits groupes!!!!

      1. Je ne sais pas, je ne connais pas assez l’histoire de la scn et de lrh, mais ce qui est certain, c’est qu’en 82/83 , miscavige a trouvé beaucoup de petits nazillons à l’intérieur de la sea org pour l’aider à prendre le pouvoir et commencer le règne de la terreur. Tous ceux qui étaient sciento à l’époque s’en souviennent, presque tous les staffs européens se sont retrouvés sur le DPF, le « RPF » des orgs class5 . C’est à cette époque que les mission holders ont été déclarés/ou comme rosenberg ont vendu leur âme au diable. Si tout n’était pas parfait avant, c’est à partir de cette date que tout a vraiment empiré .

    1. Plus le groupe est grand moins la comm avec chacun des membres est possible et donc fatalement plus les charges, inval, éval et problèmes s’accumulent. On pourrait dire que la « non possibilité de bien communiquer » est le terreau du bank. On ne communique vraiment bien et librement qu’en petits pots et les fleurs y sont aussi belles 🙂

  19. Plutôt pas mal comme point de vue. Je suis assez d’accord. A partir du moment où on place l’univers physique comme senior à son propre univers, on est foutu. D’ailleurs LRH l’a dit lui même dans le congrès sur les univers. Donc, je suis assez d’accord.

  20. Lorsqu’on étudie les matériaux de Scientologie, on peut dire avec une quasi-certitude que:
    1) Hubbard était expert en Hypnotisme (voir la Dianétique)
    2) Il voulait attirer les gens en Scientologie (tech FSM …)
    3) Il voulait les empêcher de partir (éthique, FDS, …)

    Dès lors il a eu recours à des techniques hypnotiques pour atteindre ses objectifs, notamment:
    – La technique d’hypnose par confusion
    – La technique de transfert

    Je n’ai pas le temps de traduire, mais voici les références en anglais:
    http://tonyortega.org/2013/10/17/starting-today-jefferson-hawkins-helps-us-get-our-scientology-ethics-in/
    http://www.lermanet.com/exit/antivirus.htm

    De plus une simple recherche Internet permet de trouver d’abondantes références, avec les mots clés:
    Confusion hypnotique
    Transfert hypnotique

    En lisant ces textes, j’ai réalisé que j’avais été hypnotisé, implanté, et cette prise de conscience est libératoire, jubilatoire!

    Cette prise de conscience est indispensable pour se libérer de l’implant.

    1. Oui en tout, Curiosus.
      Il faut du temps pour briser le sort et retrouver sa personnalité de base et son autodéterminisme. J’espère que tous y arriveront. La lecture des admissions m’a bien aidé à m’extirper de la confusion hypnotique dont tu parles.

  21. Curiosus, je respecte votre réalité, mais je ne me suis pas sentie hypnotisée par Hubbard à aucun moment. En fait, dans ses écrits il s’y oppose. Et ce n’était pas non plus dans son état d’esprit de garder les gens contre leur grès. En témoigne, issu des PDC, les deux droits fondamentaux d’un être : le droit à sa santé d’esprit, et le droit de quitter un jeu.
    Je pourrais vous citer grand nombre de références où Hubbard dit que c’est dégradant d’empêcher quelqu’un des partir de là où il est, soit de le forcer à quitter un endroit où il veut rester.
    Je ne crois pas qu’il avait un double langage. Je crois que la diabolisation de Hubbard, tout comme sa sacralisation, ne rendent pas compte de sa réalité.

    1. Ben ouais, Ma Toinette, Hubbard, pour continuer d’avoir des adeptes hypnotisés, va bien sûr leur dire que c’est pas bien d’hypnotiser les gens. Pas con, le mec. Tu crées des dichotomies (le bien, le mal, les gentils, les méchants, etc) et après tu transformes ça en rundowns d’audition, et par ici la monnaie ! Très, très fort.

    2. L’admiration est une sorte d’hypnose. On pourrait dire, par exemple, que les groupies des rock stars sont sous hypnose. Elles ne voient plus que par leur chanteur et n’envisagent plus la vie sans lui dans leur espace. Elles en sont imbibées.
      L’hypnose n’est pas mauvaise si on garde un minimum d’espace personnel, si on n’abandonne pas ses propres repères. Dès qu’on le perd, pour adopter tout ceux d’un hypnotiseur (ou d’une personne qu’on admire à mort), on devient le gui sur la branche. Effet.
      L’étude linéaire des fondements, par exemple, créé une hypnose.

  22. Bonjour Marie Antoinette,

    Effectivement il souffle un vent de liberté dans les PDC. Mais pour chacune des citations « libérales » des PDC, on peut trouver une citation des années 60/70 qui dit le contraire. Double langage !

    Par exemple Hubbard dit dans les PDC qu’il refuse absolument la confidentialité des connaissances, et que le meilleur moyen de le pousser à connaître quelque chose est de lui dire que c’est confidentiel. Or il a complètement retourné sa veste avec la confidentialité des niveaux d’OT !

    La liberté de partir? Que non! Celui ou celle qui part doit déconnecter de ses amis et membres de sa famille lorsqu’ils sont scientologues. Internet résonne des cris de douleur des familles brisées. Par exemple Sara Goldberg, OT8, forcée de choisir entre son fils (non scientologue) et sa fille (scientologue).

    Quand à l’hypnotisme, une de ses caractéristiques est que la personne hypnotisée tombe sous le contrôle de l’hypnotiseur. J’étais tombé à ce niveau là: rundowns imposés, prix imposés, pas le droit de parler de mon cas ni de la tech, pas le droit de parler aux journalistes, aux psychiatres, aux squirrels, pas le droit de m’auditer moi-même, pas le droit de critiquer Hubbard, pas le droit de poser des questions aux OTs, pas le droit de fréquenter des personnes critiques de la scientologie, obligation de penser ce que pense Hubbard, sinon l’enfer se déchaîne, donner tous mes revenus à l’église, etc. Collé aux rails !

    La technique d’hypnose par confusion consiste à créer une confusion, par exemple dire que tous les psys sont des SP, puis à planter une donnée stable: Hubbard est le seul à vraiment connaître le mental. C’est le principe des revues Advance! : dénigrer systématiquement les autres spiritualités (confusion), puis dire que la scientologie est la seule à avoir toutes les réponses (donnée stable). Tous les gens de la classe moyenne sont des wogs miteux (confusion), les scientologues sont l’élite (donné stable), etc.

    L’hypnose par transfert consiste à implanter la personnalité de l’hypnotiseur dans celle de son patient. Le devoir absolu d’un superviseur est de faire en sorte que l’étudiant pense comme Hubbard. Toute déviation est traquée jusqu’à élimination. C’est donc un transfert de la personnalité et des idées de Hubbard sur celle des scientologues. J’en étais arrivé à avoir Hubbard comme seule donnée stable. Les psys, Einstein et le Christ ne lui arrivaient pas à la cheville.

    Marie Antoinette, peut-être avez-vous su préserver votre liberté de penser et d’agir, mais ce n’était pas mon cas, pas lorsque j’étais scientologue.

    1. « La technique d’hypnose par confusion consiste à créer une confusion, par exemple dire que tous les psys sont des SP, puis à planter une donnée stable: Hubbard est le seul à vraiment connaître le mental. »

      Cette technique de la confusion est utilisée par les regs mais aussi dans les gardes à vue. C’est ainsi que des suspects avouent des crimes qu’ils n’ont pas commis puis se rétractent quand les particules de la confusion sont retombées.

    2. Effectivement il souffle un vent de liberté dans les PDC. Mais pour chacune des citations « libérales » des PDC, on peut trouver une citation des années 60/70 qui dit le contraire. Double langage !

      Mais oui, et forcément, on est obligé de se poser la question : pourquoi tant de contradictions ? Les pro scn disent que c’est à cause de la recherche et de l’évolution de la tech. Cet argument se démonte par le sérieux de la tech des années 60, 70. L’évolution aurait dû aller vers la simplicité alors qu’elle est entrée dans le domaine de la force et le contrôle de l’adepte.
      Nous nous trouvons donc, avec l’édition de tous les matériaux de sciento, avec une foule de données contraires qui créent plus de charge et de confusion chez l’individu que sa libération.

    3. Curiosus, oui je comprends ce que vous dites. En fait, en principe l’audition est fait sous le code de l’auditeur, avec ne pas évaluer, ne pas invalider, ce qui est un absolu, car un regard, un signe de tête, une idée préconçue du praticien peut être perçue par le patient et modifier sa réalité.
      Mais si vous parlez de ce qui vous importe à quelqu’un dont l’écoute est bienveillant, totalement disponible et qu’il n’y aucune évaluation ou invalidation, il y a des chances pour que vous vous sentiez mieux, et que des considérations négatives s’effacent. Vous explorez votre propre univers sans que quelqu’un surimpose une réalité. C’est ce que doit être l’audition.
      Mais, quelle que soit la thérapie, audition, psychologie, psychanalyse ou autre, il n’existe pas de technique dans lequel le monde du praticien ne déteint pas sur le patient. D’où l’annulateur en Dianétique par exemple.
      Au bout d’un moment, un certain nombre de données stables se rassemblent pour ordonner la confusion.
      En fait, quand quelqu’un change c’est toujours ce qui se produit, mais quand la donnée stable et imposée, induite, suggérée, il est effectivement comme une suggestion positive sur le sujet. Ce phénomène arrive partout, dans tous les groupes. Et l’activité de thérapie devrait s’en méfier. Et incroyablement, ceci a été théoriquement bien défini dans beaucoup d’écrits de Hubbard, et malgré ses warnings, il semblerait que sa pratique n’ait pas échappé à ce phénomène.
      Il faut savoir extraire le bon grain de l’ivraie. Mais je comprends qu’à l’arrivée vous ressentiez votre expérience plus négative que positive.

  23. Dans la Dianétique, Hubbard précise que le risque est grand que l’auditeur hypnotise le préclair.

    Pour parer à ce risque, il demande aux auditeurs de dianétique d’installer un annulateur, qui permet d’annuler les suggestions positives qui se sont produites au cours de la séance. Il précise même que l’annulateur est VITAL, car le plus souvent le préclair est hypnotisé pendant la séance.

    Mais où donc est passé l’annulateur en Scientologie, en Dianétique du Nouvel Age?

    L’annulateur a disparu. Pourtant selon Hubbard, les séances ont des effets hypnotiques.

    Les séances de scientologie et NED seraient-elles moins hypnotisantes que celles de dianétique?

    Hubbard aurait-il délibérément fait sauter une protection indispensable?

    Je ne suis pas un spécialiste, mais il serait intéressant de creuser le sujet.

    1. Mon point de vue là-dessus est que l’hypnose se déclenche à cause d’un flux unique. Une personne parle, parle, parle et une transe s’installe du fait de ce flux unique. Ce qui peut être le cas en book 1.
      En audition sciento, sur les grades par exemple, les accusés de réception réguliers de l’auditeur empêchent cette transe. L’échange avec l’auditeur peut empêcher cet état hypnotique. Par contre, si le cycle de comm n’est pas en place, la transe peut se mettre en place.
      Pour ma part, j’ai noté que l’étude intensive des fondements induit facilement cet état. Le sup vient vous demander de l’aide et ça vous met ARCX. Pas parce que vous n’avez pas envie d’aider mais parce qu’il casse abruptement la transe dans laquelle vous êtes. Cet état de bien être dans lequel vous baignez : ni conscient, ni inconscient. Le même état que vous ressentez en lisant un roman passionnant (les meilleurs auteurs sont ceux qui mettent sous hypnose)
      On est donc parfois sous hypnose sans le savoir… Elle est dangereuse quand elle est utilisée pour manipuler et escroquer comme le fait l’église de scientologie.

Laisser un commentaire