Déconnexion = Discrimination

Voici un billet très intéressant sur la déconnexion signé Marie-Antoinette. Partagez-vous son point de vue ?

* * * * *

Il me semble utile de revenir sur la déconnexion en Scientologie qui a causé bon nombre de familles désunies, d’amitiés brisées, d’associations détruites.

Voici ce qu’en dit un site de relation publique de l’Eglise de Scientologie :

http://www.la-scientologie.fr/deconnexion/

Si un individu qui tente d’améliorer sa vie par la Scientologie se heurte à l’opposition acharnée d’une personne de son entourage, sa progression spirituelle est freinée.

Dans la majorité des cas, l’antagonisme naît de fausses informations sur la Scientologie, et rétablir la vérité met fin à cette situation. En dernier recours, lorsque toutes les tentatives pour régler la situation ont échoué, le scientologue peut décider de se séparer de cette personne jusqu’à ce que l’antagonisme prenne fin.

Une personne qui se sépare ne fait qu’exercer son droit de communiquer ou de ne pas communiquer avec une personne précise. C’est l’un des droits les plus fondamentaux de l’homme. Les membres des autres religions s’en servent depuis le début des temps lorsqu’ils se heurtent à ceux qui s’opposent systématiquement à la pratique de leur religion. Les Témoins de Jéhovah et les Amish pratiquent la ségrégation (une forme de déconnexion) et ce droit leur a été reconnu par de nombreux tribunaux aux Etats-Unis. Certaines congrégations juives orthodoxes pratiquent une forme extrême de déconnexion en mimant l’enterrement des membres apostats. La déconnexion de la Scientologie n’est ni nouvelle ni étrangère à l’histoire des religions.

Pour compléter ce qui est dit là, j’ajouterais l’excommunication catholique mais qui est cependant une pratique qui est tombée en désuétude mais qui fut par le passé une arme utilisée par le clergé catholique pour vaincre la dissidence. Tout à fait à la manière actuelle de l’Eglise de Scientologie.

Cette idée de déconnexion est introduite vers 1965. C’est un principe technique au départ. Si vous êtes connecté avec quelqu’un qui a des intentions contraires aux vôtres et qui perpétuellement vous opprime, pour récupérer votre liberté, vous pouvez déconnecter de cette personne.
Par exemple vous tenez à faire quelque chose et une personne de votre entourage veut vous décourager, vous invalide etc… Au bout d’un moment vous ne voulez plus le voir et vous le fuiez. Quoi de plus naturel ?

C’est à partir de là qu’est forgé le concept de « personne suppressive ». C’est le genre de pisse-froid qui veut vous empêcher de vous éclater comme vous voulez.
En 1965 la sciento est un truc moderne, et les anti sont de vieux réacs. Souvent le jeune scientologue (de l’époque des Beatles) est en révolte. Le baby boomer en pleine explosion. Les parents, profs etc… sont des vieux cons encore en noir et blanc avec chapeau, manteau, gros croquenots, chaussettes pendouillantes et haleine de chiotte. Coincés de partout, réfractaires à toute idée un peu nouvelle. La fameuse « middle class » (les « pigs » chez les hippies).
Ainsi naît le « suppressif ». A hostilité cachée (ou ouverte) sur l’échelle de ton, il fait perdre ses gains au pauvre préclair qui commence à faire des montagnes russes, du fait des invalidations du suppressif.  Et comme l’activité principale du suppressif est de stopper, on détermine qu’il est coincé sur la piste de temps essayant d’arrêter un incident qui est en train de le submerger. Plutôt intéressante comme idée.

Puis, la déclaration de suppressif devient plus politique, et touche plus ceux qui deviennent personna non grata par rapport à Hubbard ou certains dirigeants de l’église. Ça devient, d’après les policies, obligatoire de déconnecter de telles personnes. La déconnexion est née. Elle devient vite très impopulaire, générant beaucoup de problèmes. En 1968, dans son « code de réforme » Hubbard annule la déconnexion.

Et cette pratique disparaît de la scientologie qui vit dans les années 70 de très belles années de réelle expansion. Pour ceux qui sont arrivés dans les années 70, la notion de déconnexion n’a aucun sens. Elle est obsolète, passée, inconnue. Par contre, certains même se plaignent de n’avoir pas eu le droit de déconnecter de gens qu’ils ne pouvaient plus supporter. On les incitait à « manier », « mettre de l’ARC ». Il est vrai que des situations ultra tendues pouvaient se désactiver en cessant de créer de l’antagonisme, et en mettant de l’ARC. On est dans la résolution standard des situations PTS et ça marche bien. Le fait d’accorder l’être est l’élément principal.

En 1982, on expérimente une sorte de coup d’état. Hubbard n’est plus au poste de commandement. Une nouvelle structure appelé RTC (Religious Technology Center) coiffe l’église. Cette nouvelle structure est dirigée par le jeune David Miscavige (20 ans à l’époque), Pat Broeker et une nouvelles junte (qui sera par la suite décimée par Miscavige…)  Guillaume Lesèvre, Ray Mithoff, Vicky Aznaran, Marc Yager et Heber Jentzsch … s’emparent du pouvoir et virent les scientologues historiques qui étaient aux commandes : David Mayo classe XII, senior CS international, Marie Sue Hubbard femme de Ron et patronne du Gardian Office, Bill Robertson classe VIII, capitaine de la Sea Org qui avait ouvert la plupart des organisations avancées (en particulier Copenhague). Et de nombreux autres sont virés de la Sea Org, sans compter la destruction du réseau des missions qui sont ignoblement rackettées et mises sous coupe franche.

Mayo et Robertson crient au scandale, à la prise de pouvoir par des fascistes et créent des structures indépendantes de l’église pour délivrer la sciento : le Advanced Ability Center et la Ron’s Org.

Miscavige voit ses clients fondre comme neige au soleil. Les « rebelles » se passent le mot. RTC doit stopper l’hémorragie.
Dans de telles situations, il y a toujours le bâton et la carotte.
La carotte : fin 1982, une nouvelle charte de gradation est publiée promettant des niveaux d’OT de VIII à XV, que bien sûr ne possède pas la dissidence. Ni l’église apparemment. 32 ans plus tard, personne n’a jamais vu ces fameux niveaux d’OT. Miscavige n’a fait qu’inventer des prérequis inatteignables (toutes les orgs ST Hill size, toutes les orgs idéales) pour être sûr de ne jamais avoir à délivrer ces niveaux qui n’existent sans doute pas.

Ces niveaux étant la carotte, voyons le bâton, et venons-en à notre propos. On fait des déclarations SP à tour de bras. Et pour empêcher la contagion de la dissidence, il faut réinstaurer la déconnexion. Si les gens peuvent communiquer, c’est la fin. La scientologie s’est transformée en dictature totalitaire.
Le 10 septembre 1983 sort le HCOB « PTS ness and Disconnection ». Si vous avez fait le cours SP PTS et que vous ayez conservé votre pack, vous avez ce texte à portée de la main. Tout d’abord, il est question du droit de communiquer et de ne pas communiquer. Avec beaucoup de malignité, l’auteur du texte établit une relation avec des fondements, mais on sent qu’il a une idée derrière la tête. C’est au niveau des exemples que son intention se dévoile quand il glisse subrepticement l’idée que l’on doit déconnecter d’un groupe ou d’un individu déclaré suppressif par HCO. En fait, le seul but du texte est de faire digérer ce passage. Relisez le bulletin, vous verrez c’est enrobé dans quelques lieux communs pour faire avaler la pilule comme une loi fondamentale.

Je reproduis le passage et vous verrez qu’il n’est plus question de liberté de communiquer ou de ne pas communiquer mais bel et bien l’ordre explicite de déconnecter, avec lettre de déconnexion vérifiée par « l’officier d’éthique ».

« Un préclair est connecté à une personne ou un groupe qui a été déclaré suppressif par HCO dans un ordre d’éthique publié. Il doit déconnecter et, s’il veut en informer le SP, il peut écrire une lettre de déconnexion. Une telle lettre est très directe. Elle informerait de la déconnexion ainsi que de la raison. Elle ne serait pas émotionnelle ou accusative, ça ne servirait qu’à créer plus d’antagonisme. La lettre serait inspectée par l’officier d’éthique avant qu’elle soit envoyée, et des copies seraient gardées dans les dossiers d’éthique et de préclair de la personne. Aucune tentative ne serait faite pour communiquer avec le SP pour « clarifier les choses » ou essayer de l’amender. Amender le SP se trouve strictement entre les mains de HCO. Le PTS simplement déconnecte. »

Avant ce passage, le début du bulletin est plein de belles paroles sur le droit de communiquer ou de ne pas communiquer, pour finalement imposer la règle que je viens de citer. Ce genre de tactique 1,1 ne ressemble pas à Hubbard. Et d’après le témoignage suivant, il semblerait que ça ne soit pas Hubbard qui ait écrit « PTS ness and Disconnection », mais un certain Vaughn Young, qui a travaillé pour l’église qui déclare devant une court qu’il a agi sur l’ordre de David Miscavige et a écrit lui-même le texte :http://www.forum.exscn.net/showthread.php?19203-%93Earlier-disconnection-as-a-condition-was-cancelled-quot

Rien ne prouve que Vaughn Young ait dit la vérité, mais rien ne prouve non plus qu’il ait menti. Seule la production d’un document écrit de la main de LRH et rigoureusement authentifié pourrait lever le doute.

En tout cas, écrite ou non par Hubbard : « PTS ness and Disconnection » est une policy officielle de l’église. Ainsi qui pourrait dire, à l’instar de Tommy Davis, que la déconnexion n’existe pas ?

De la même manière, le petit texte de relation publique, cité au début, développe l’idée que la déconnexion est liée à l’histoire des religions .

Mais que citent-ils pour prouver la légitimité religieuse de la déconnexion ? Des groupes auxquels personnes en France ne voudrait être identifié, connus pour être rétrogrades (pardon si j’ai l’air de nourrir des préjugés). Ils citent des religions aux pratiques sectaires, l’extrémité de leur sectarisme étant des règles de ségrégation, c’est à dire d’atteinte aux droits de l’homme ! Celui qui a écrit cela a desservi sa cause. Mais peut-être n’était-ce qu’un avocat conservateur américain qui ne pensait qu’en terme de jurisprudence.

En 2009, une nouvelle crise de dissidence éclate. Les premiers rebelles sont Marty Rathbun (ex n°2 de RTC, co-acteur avec David Miscavige de la reconnaissance en 1993 par l’IRS)  et Mike Rinder (ex patron d’OSA int). Tous deux ont cotoyé David Miscavige d’extrêmement près, et ils témoignent du « hole » (le “trou”, la prison dans laquelle sont enfermés les “execs” en disgrâce), des accès de violence verbale et physique de leur patron, et de la façon dont il a pris le contrôle absolu et total de l’église. Nombre de Scientologues qui ont vécu des expériences similaires leur emboîtent le pas. Célébrités et Scientologues de haut nom rejoignent la dissidence. On ne fait plus de déclaration suppressive, en tout cas on ne les envoie plus au « coupable » pour éviter des poursuites en diffamation (ce n’est plus les policies de Hubbard qui sont appliquées mais les recommandations des avocats). Par contre la déconnexion marche à plein régime.

Et pour ceux qui l’ont expérimenté, elle emporte des membres de leur famille qui ne leur parleront plus jamais. Un mécanisme subtil étant que les gens qui pratiquent la déconnexion et qui ne peuvent ni avouer, ni s’avouer qu’ils appliquent simplement la policy, finissent par rechercher dans le caractère de celui ou celle dont ils ont déconnecté, des défauts prouvant qu’il était vraiment suppressif et qu’ils ne s’en étaient pas rendu compte. Pour que leur décision de déconnecter puisse apparaître comme auto-déterminée.

La règle sur la déconnexion est complètement en contradiction avec l’esprit fondamental de la Scientologie et  contrevient aux lois en vigueur sur la discrimination religieuse.

En effet, la déclaration de personne suppressive et la déconnexion est un exemple d’ostracisme parfait. L’apostat peut ainsi être privé de ses amis, de son travail et de sa famille.

Imaginez ce que dirait l’Eglise de Scientologie si des gens déconnectaient des scientologues, les privaient de leur famille et de tout soutient par un règlement édicté par le gouvernement en lutte contre les « sectes ». Obligeant les familles à abandonner leurs membres scientologues. L’église de Scientologie et ses membres porteraient plainte pour discrimination religieuse, et feraient remonter ça jusqu’aux instances européennes. Ils se plaignent déjà de subir des procès en sorcellerie (ce qui est quelquefois vrai). Mais aucun cas de discrimination organisée et élevée au rang de règlement n’a été signalé en France, en tout cas pas à ma connaissance. Et la France est le pays du monde dans lequel la Scientologie est le plus attaquée.

Ce qui veut dire que la discrimination organisée, et réglementée par l’Eglise de Scientologie dans sa forme actuelle, est sans commune mesure avec  celle qu’elle subit.

Il n’y aucun exemple notable en France de quelqu’un qui sur l’ordre de l’état (oui, une instance officielle comme l’église autrement ça ne se compare pas) aurait été privé de sa famille, de son travail ou de ses amis parce qu’il était scientologue.

Par contre, on pourrait citer des dizaines d’exemples de familles déchirées, d’amitiés détruites, d’associations rompues, relatées avec la pratique de la déclaration de personne suppressive et de la déconnexion.

72 réflexions sur « Déconnexion = Discrimination »

  1. Effectivement, la déconnexion est une forme de racisme anti-wog, et probablement illégale au regard de la loi.

    Ceci dit, en dehors de la déconnexion explicite décrite par Marie-Antoinette, il existe également une forme de déconnexion implicite.

    Dès mes débuts en scientologie, j’ai été poussé à me détacher de ma famille, car elle faisait partie de la classe moyenne et ne pouvait que freiner ma progression spirituelle.

    La famille était également très critiquée, les familles étant considérée comme de mauvais groupes.

    Ensuite les horaires des cours étaient très astreignants: 15 heures par semaine au minimum, ceci pendant plusieurs années, ce qui avait pour conséquence de distendre les liens avec la famille et les amis, car il ne restait plus assez de temps pour maintenir des relations sociales.

    Enfin il se passait toutes sortes de choses impossibles à communiquer à la famille, par exemple le fait que j’avais vidé tous mes comptes d’épargne et autres et que j’avais tout donné à la scientologie, que l’on me conseillait de ne pas payer mes impôts ni mes charges sociales parce que c’était la chose theta à faire, etc.

    Tous ces éléments contribuaient à créer une déconnexion implicite mais effective, même si elle n’était pas formalisée par HCO.

  2. C’est un bel article Marie-Antoinette, maintenant on peut se poser la question suivante : si la scientologie était restée à l’état de science moderne de l’esprit, voire de simple philosophie, y aurait-il eu lieu de mettre en place la déconnexion en 1965 ? Je ne pense pas.
    La philosophie propose des points de vue sur lesquels méditer, la religion impose des dogmes. La sciento est tombée dans le travers de toutes les religions qui se prennent toutes pour la voie de sortie.

    1. Oui, c’est simple. Si tu es en connexion avec quelqu’un qui t’opprime, qui te dévalorise, peut-être te frappe… Tu te fais auditer, tu pleures. On t’audite, on enlève la charge. Mais, ton suppresseur est toujours là. Le lendemain, tu reviens, au même point. Ça peut faire ça avec un lieu dans lequel tu ne te sens pas bien.
      Tu essaies de « manier » la personne en trouvant comment tu la provoques, bref ta responsabilité dans le conflit. Tu refais la déco de l’appart… Mais ça ne va toujours pas. Tu pars en week end, et tu te rends compte que loin de ce lieu ou de cette personne, tu vas beaucoup mieux. Tu prends tes dispositions pour déconnecter.
      C’est un point très simple. Pour aider qq un à ne pas faire des montagnes russes, la tech c’est de trouver le suppressif et de « manier ou déconnecter ».
      Le malheur c’est que c’est devenu un outil administratif puis politique.

      1. « Le malheur c’est que c’est devenu un outil administratif puis politique »

        Tout à fait d’accord !
        C’est ainsi que HCO a donné raison à des scientologues sur des Sps qui n’en étaient pas. Leur Sp était parfois une personne qui leur avait manqué une retenue ! C’est ainsi que tout le truc a été vérolé de mensonges.

  3. Bien vu Curiosus. Pourtant, il faut faire une distinction entre la sciento avant et après 1982. Avant, tu es effectivement très pris en allant au cours etc… Mais c’était comme n’importe quel apprentissage. On apprenait à auditer et on recevait de l’audition, tout cela coûtait des sommes modiques et réclamait du boulot. Au fond, on vivait quelque chose de similaire aux élèves d’une école de psychothérapie comme l’Ecole Freudienne. Après tout, l’audition selon Hubbard est sans doute plus thérapeutique que la psychanalyse selon Lacan.
    Ce n’est qu’après la prise de pouvoir par RTC qu’ils ont commencé à faire des prix hallucinants pour les services, faire des levées de fond pour l’IAS (qui n’existait pas avant 1984), et là, oui, on ne pouvait plus dire au commun des « wogs » et à notre famille combien de fric on leur donnait.
    Là, c’est devenu une secte, ça a glissé lentement mais sûrement. Et, oui, on a commencé quelque part à être déconnecté comme tu le dis d’une manière subtile de nos familles et amis.
    Dans les années 70 je racontais à tout le monde que je faisais de la sciento, c’était juste une pratique thérapeutique comme il en a fleuri beaucoup à cette époque. La sciento, c’était auditer et rien d’autre, ou se faire auditer. J’ai connu des gens qui sont arrivés en sciento qui étaient vraiment nazes. Malheureux, anorexiques, alcooliques, j’en passe… Ils n’étaient pas là pour clarifier une planète, mais ils avaient besoin d’aide. Et cet aide, ils l’ont eu. Ils étaient audités, audités et je les ai vu soudain revivre. L’audition est une psychothérapie qui marche quand elle est appliquée avec la volonté d’aider le préclair, ou le patient.
    Il y avait déjà quelques attaques, mais les résultats, le contentement des clients, les écartaient.
    A cette époque, mes amis « wogs » ne trouvaient pas que je faisais partie d’une secte, j’avais juste une pratique spirituelle.
    Dans les années 80, la sciento a commencé à avoir une telle impopularité avec tous les « wise business », et un tas de cycles merdiques avec clients fâchés qui finissaient par attaquer ! On avait honte d’être scientologue, et dans les années 90, avec les descentes de flic, on a fini par avoir peur d’être scientologue. Et les groupes comme l’ADFI servaient de croquemitaine. Pauvres scientologues, coincés entre les antisectes (déchaînés, méchants) et les fachos de Miscavige. La tenaille, oui une tenaille. Le scientologue aurait pu avoir la palme de l’opprimé !
    Et beaucoup avait le fisc au cul parce qu’ils ne payaient pas leurs impôts ou charges. On a été ratissé de chaque sous. On ne pouvait plus payer les frais de la vie, se constituer un patrimoine. On se transformait en paria, oui en paria. Et ceux qui n’étaient pas trop « avec le programme », étaient ostracisés. Le CC était devenu un univers hiérarchisé, une mini société humaine avec privilège ou pas. C’était odieux… Je les vomis. (et là pour remplir, ils prêtent le théâtre à tout un tas de jeunes, qui souvent sont défoncés, pour donner l’illusion qu’il y a du monde. Aucun d’entre eux ne deviendra jamais scientologue, c’est même ça le deal. Ils ne doivent pas parler de sciento !)

    Si je pense à l’org vers la fin des années 70, il y avait de l’audition en grande quantité et des étudiants sur l’académie. Et c’est tout. On faisait de la sciento parce qu’on avait une « ruine », un mal être, une demande de psychothérapie qui ne semblait pas rencontrer de réponse ni dans la psychologie, ni la psychiatrie ou psychanalyse… La dianétique où la scientologie donnait un grand espoir. Le sujet de la tech de sciento est tout à fait passionnant.
    Puis après 1982, subtilement (comme par le passé dans d’autres religions ou pratique spirituelle), ça a glissé. Le fait d’être audité avait une conséquence sur la vie quotidienne. Vous pouviez aller à Flag, vous faire rater, être mécontent. Au lieu d’être réparé vous arrivez en éthique, ordre d’éthique, possible déconnexion, la merde.
    Sachant que les scientologues sont proches de devenir une race à force de se marier entre eux pour échapper à des connexions wogs qui ne seraient pas « au même niveau sur le pont », ils sont tous connectés familialement. Quand il y en a un qui va plus dans la même direction, il se retrouve exclu. Seul dans « le wog ». Plus personne ! En Amérique ça doit être pire. Quand je dis ça, j’ai vraiment les boules. Alors qu’on vient pour s’améliorer, se sentir bien, on peut tout perdre, tout ce qu’on a construit, tout.
    La double déconnexion, d’abord on déconnecte « du Wog » pour ne pas être PTS. Il disent « le wog » comme s’ils parlaient d’une quantité, quel mépris ridicule !
    Et après, on les déconnecte parce qu’ils ouvrent les yeux et se rendent compte avec horreur des abus, et ils reviennent « dans le wog »..
    Pour dire avec toi Curiosus que cette affaire de déconnexion se décline bien sur différents niveaux, et est un scandale abominable.
    Et le plus drôle, c’est qu’une fois que tu es SP et que tu es toujours quelqu’un qui pratique la tech, ils te jettent comme la pire des merdes (le plus grand crime étant de dire du mal de Miscavige et de continuer à faire de la sciento « dehors »). Ils font amis amis avec un tas de wogs qui s’ils savaient qu’ilsétaient scientologues se foutraient de leur gueule.
    Et ils sont fiers de déconnecter des SPs comme nous, c’est devenu central chez le scientologue « moderne », déconnexion et levée de fond !
    Ceux qui ne sont pas encore scientologues sont des innocents tout frais, ceux pour lesquels ils font « orgs idéales ». Enfin, les vrais publics ! Pas ces vieux scientologues vintages qui ont la mémoire des évènements. Quand des gens ont des retenues, ils aimeraient que ceux qui les manquent s’éteignent.
    S’il vous plaît, témoignez des cas de déconnexion, ou de situations aberrantes du même genre.

  4. Ces commentaires le permettent de me rendre compte de manière plus forte encore à quel point j’aime la tech. Déjà l’année dernière, j’ai enfin trouvé mon identité: SCIENTOLOGUE. Mais scientologie avec ma vue bien personnelle que j’ai sur ce qu’elle doit être et comment elle doit être. Il faut toujours la remettre en cause, la mettre à l’épreuve pour qu’enfin on ne garde d’elle que ce qu’il y a de meilleurs pour nous et les autres sans quoi elle serait une matière d’étude morte. En résumé, je ne suis pas Scientologue, je suis scientologie.

  5. Ton billet est très intéressant Marie A.
    Perso, j’ai toujours eu horreur de ce mot « déconnexion » qui fait prise électrique qu’on arrache du mur. Dans le langage normal, on dit « j’ai coupé les ponts », « j’ai pris du recul », « j’ai mis mes distances ».
    Cette séparation pour se préserver du mal est une chose bien naturelle. Ce qui ne l’est pas en revanche, c’est d’en faire un règlement écrit qui entraînera tout un tas d’injustices et de débordements. Des personnes bourrées de retenues voient habituellement des Sps partout et ce genre de règlement leur donne raison de couper les ponts avec les personnes contre qui elles ont des overts.
    Par exemple, des scientologues ont coupé les ponts avec des gens à qui ils devaient de l’argent par exemple. C’était très commode. Leur créancier était SP.
    La déconnexion est un règlement qui n’aurait jamais dû être écrit tant il a été détourné. Il n’y a d’ailleurs pas besoin de règlement pour prendre conscience qu’on doit prendre de la distance avec un connard. Qu’on ait la force de le faire ou pas.
    Pareil pour les caractéristiques SP qui ont été utilisées à tort et à travers.
    En ce moment, dans le domaine de la psychologie, c’est la mode des « pervers narcissiques » (big connard !). J’ai déjà plusieurs amis non scientologues qui en ont ciblé plusieurs dans leur entourage proche.

    Les gens sont faibles. Donnez-leur une recette pour trouver leurs bourreaux, ils sautent dessus et en voient partout, ça leur fait du bien.

    En vérité, le problème n’est pas le connard, c’est notre manque de courage et de confrontation quand on en rencontre un.

    1. Oui Fool OT, c’est le problème de l’étiquetage (beau jeu de mot ?), c’est ceux qui devraient être étiquetés qui étiquettent les autres ! Et ça tourne en rond !
      Des vrais, il y en a très peu, et il peut toujours y avoir qq chose de bien en lui. Ou qq chose de mauvais dans un « bon ».

  6. Il est très bien ce billet. Comme quoi, il faut appliquer encore et encore la maxime suivante de Ron Hubbard :
    « Le prix de la liberté : Une vigilance de tout instant et une volonté constante de riposter. Il n’y a pas d’autre prix.  »
    Et c’est vrai dans tous les domaines de la vie sur cette planète et très certainement dans les autres univers. Savoir reconnaître à temps un nuisible et l’écraser.

    1. « Savoir reconnaître à temps un nuisible et l’écraser. »

      Je vous rappelle que pour la scientologie, nous sommes des Sps nuisibles à écraser…

      C’est pourquoi toutes ces maximes guerrières font plus de mal que de bien…

      1. @ LaureM : vous dites « …pour la scientologie, nous sommes des SPs nuisibles à écraser… » Rectification : Pour l’église de scientologie de David Miscavige, nous, les opposants sommes des nuisibles.
        Si cette maxime guerrière comme vous dites était appliquée, cette planète se porterait mieux. Même si cela vous choque, il est évident que si un Hitler avait été éliminé avant la guerre ou un Pol Pot, les générations d’avant n’auraient pas souffert d’atrocités sans nom. « La bagatelle  » de 50 millions de morts n’aurait pas eu lieu. Alors oui, un nuisible peut être écrasé.
        De plus l’élimination n’est pas obligatoire au sens physique, cela peut être une élimination de contacts avec d’autres gens de la société.

    2. Je ne saisis pas très bien le sel de votre réponse, Emile Louis-Marc… Elle me donne presque des frissons dans le dos.

      De toute évidence, vous, vous ne déconnectez pas, vous écrasez vos ennemis. Peut-on savoir comment, concrètement, vous procédez ? 😉

      1. @ Tournicotis : La réponse est au dessus. C’est la même qu’à LaureM. Nous ne sommes pas dans un monde de Bisounours. Si c’est ce que vous pensez, s’il vous plaît, ouvrez les yeux et observez. Guerres, famines, meurtres, corruptions, esclavages, etc…Oui, un nuisible responsable de 50 millions de morts comme Hitler aurait du être écrasé avant.
        Pour le reste, oui la déconnection peut être utile dans certains cas. Si vous avez une connexion avec un taré, vaut mieux déconnecter. C’est plus survie, mais bon, c’est vous qui voyez

          1. @Tournicotis : C’est la le probleme, humanistes intelligents ou humanistes cons…Telle est la question. Le grand probleme sur cette planète est la confrontation du mal, et de pouvoir/vouloir le contrecarrer. La confrontation du mal sur cette planète est très basse, et çela laisse le champs libre aux nuisibles. Il suffit de regarder l’histoire de cette planète et de ses habitants.

  7. Bien, bien, bien…
    Maintenant, je rejoins notre « femme libre ». Imposer un réglement pour sauver un individu peut il vraiment sauver cet individu ? On a vu que non et ce réglement a été annulé mais il a laissé un germe nocif.
    La scientologie, en tant que philosophie, aurait probablement progressé.
    En tant que religion, elle a exacerbé la dichotomie « bien/mal » comme tant d’autres avant elle.

    On peut déconnecter de quelqu’un qui a raison, savez-vous cela ? On ne confronte pas une vérité (négliger sa famille par exemple) et on déconnecte pour ne pas avoir tort alors qu’on est en tort.

    Ces abus ont créé une abominable souffrance.

    1. « En tant que religion, elle a exacerbé la dichotomie « bien/mal » comme tant d’autres avant elle. »

      Oui, dichotomique est le mot que je cherchais. La scientologie ne souffre pas ce qu’elle considère être mal et l’écrase. Et elle a écrasé de nombreux innocents.

  8. Ben oui Kilukru, les gens déconnectent parce qu’ils se sentent mal et qu’ils n’ont pas pris responsabilité dans une relation et ou qu’ils ont fait qq chose et ont besoin de se donner raison. C’est la base de l’audition des overts. Mais ça a été détourné par des fachos égarés dans l’église pour contrôler, culpabiliser, et rentrer de la tune. Non, la sciento véritable c’est le contraire exact de la dichotomie bien/mal.
    C’est la « infinite value logic » en opposition avec « 2 value logics ». La plupart des scientologues ont l’habitude d’obéir. Ils sont obéissants, ils suivent. Ce ne sont pas des scientologues au vrai sens du terme. La définition a été détournée.

  9. La déconnexion n’est pas une exclusivité de la Scientologie. J’ai souvent vu des reportages montrant des familles brisées par des sectes autres que la scientologie.

    Beaucoup de sectes pratiquent la déconnexion, c’est même l’un des critères proposés par la Mivilude pour reconnaître une secte:

     » Des critères élaborés sur la base du travail accompli par plusieurs commissions d’enquêtes parlementaires ont permis d’établir un faisceau d’indices facilitant la caractérisation d’un risque de dérive sectaire :

    – la déstabilisation mentale
    – le caractère exorbitant des exigences financières
    – la rupture avec l’environnement d’origine
    – l’existence d’atteintes à l’intégrité physique
    – l’embrigadement des enfants
    – le discours antisocial
    – les troubles à l’ordre public
    – l’importance des démêlés judiciaires
    – l’éventuel détournement des circuits économiques traditionnels
    – les tentatives d’infiltration des pouvoirs publics.  »

    http://www.derives-sectes.gouv.fr/quest-ce-quune-dérive-sectaire/comment-la-détecter

    1. Oui Curiosus. Les Témoins de Jéhovah, les Amishs, les Mormons, jadis les Catholiques avec l’excommunication.
      La sciento a été formatée pour être une religion manichéiste, ce qu’elle n’est absolument pas dans son essence, le contraire en fait. Et religion avec s

      1. sa connotation négative pour des gens libres ne lui va pas. Hubbard n’est pas coupable de cette déformation, je le dis. Il suffit de lire ce qu’il a écrit. Des millions de mots. L’histoire de la déconnexion tient en une phrase malheureuse… et il l’a annulée en 1968.
        Le bulletin de 83 qui la réinstaure n’est pas de lui. La sciento est ruinée en tant que sujet parce qu’elle a été infiltrée. Les scientologues ne sont pas assez intelligents pour l’observer. On vit dans un monde de crétins, où la vérité est enfouie et tout le monde suit. A tous les niveaux. La sciento a certainement échoué à les rendre moins cons. Excusez mon écoeurement.

        1. sa connotation négative pour des gens libres ne lui va pas. Hubbard n’est pas coupable de cette déformation, je le dis

          Mais voyons bien sûr que si, Marie-Antoinette ! Dès le moment où il a dit que la scientologie n’était plus seulement une science du mental mais une religion et qu’il a ciblé les ennemis de l’esprit (les ennemis du thetan), il a mis en lumière le mal et a créé une croisade contre le mal avec des maximes comme celle citée par ELM. Il a encouragé la destruction des SPs sauf, et c’est là où je te rejoins, les gens sont bien trop cons pour déterminer qui est vraiment un SP. Et c’est ainsi que des braves gens ont été excommuniés parce qu’ils étaient en désaccord avec Ron ou avec la politique de l’église.

          1. Bon, je ne parle pas des pratiques de l’église. Je parle des écrits de Hubbard qui n’ont rien à voir avec un manichéisme. Mais bon, vous avez décidé que Hubbard était une sorte de gourou prophétique (comme les abrutis dans l’église).
            Quelle tristesse de voir un sujet comme la sciento caricaturé par des extrémistes stupides des deux côtés

            1. Hello, Marie-Antoinette,
              Je lis ta réponse à Tournicotis et me permets d’intervenir.

              Me concernant, j’ai vécu des situations difficiles avec des membres de l’église mais ce qui me chiffonne le plus, ce sont ces petites actions sadiques (racked exposed, jeter des gens par dessus bord, etc) et certaines petites phrases sarcastiques de Lrh distillées au fil des fondements et des congrès qui m’ont donné à penser qu’il n’était pas stable sur l’échelle des tons et que c’était quand même inquiétant.

              Lrh disait lui-même qu’une personne se juge à un seul acte dont l’effet est disproportionné par rapport à sa cause.

              Jeter des auditeurs par dessus bord pour une erreur d’audition fait, à mon sens, partie de ces actes.

              De fait, je lui ai retiré ma confiance et me sens beaucoup plus serein par rapport au sujet.

              1. Oui Fool OT, jeter les gens par dessus bord est cruel et stupide. En complète opposition avec sa philosophie. Mais juger Hubbard avec ses propres données est étrange. Ça serait comme le déclarer SP, alors qu’on nie ses données.
                Mais ce qui importe ce sont les idées, la philosophie, la tech, pas les débordements.
                Tu raisonnes avec la philosophie de Hubbard. Freud était-il plus net que Hubbard ? Non, un débordement ne caractérise pas un homme.
                On discute, on discute mais les robots d’ OSA eux ne discutent pas. Tout est vu à travers l’entonnoir sectaire. Les gens qui gardent leur intérêt pour Hubbard et ne sont pas dans la secte vont bientôt se compter sur les doigts de la main. Victoire totale pour Miscavige en attendant que les antisectes les ferment et que le sujet de la sciento soit complètement rejeté de la société. Ce qui est ce qui va finir par arriver, j’en ai peur.(c’est odieux quand je dis ça j’ai l’impression que ceux qui sont partis me prennent pour une sectiste attardée qui regrette l’église de scientologie, et que les robots de la secte ricanent)
                Les kool aid drinkers de la secte se croient invincible alors qu’ils ne sont bientôt plus rien qu’un empire immobilier aux frais des croyants. Il faut arrêter de s’en prendre à Hubbard et cibler Miscavige.

                1. « Mais juger Hubbard avec ses propres données est étrange. Ça serait comme le déclarer SP, alors qu’on nie ses données. »

                  Je dis que si on l’évalue par rapport aux données qu’il a fournies sur le comportement humain et si ces données sur le comportement humain sont vraies, alors il est quelqu’un à qui on ne peut pas faire 100% confiance.

                  Du reste, comment aurait-il réagi lui s’il avait appris qu’un CS de Paris jetait ses auditeurs dans la Seine chaque fois qu’un Pc arrivait red tag chez l’examinateur ? N’aurait-il pas bondi et expulsé ce CS ?

                  La faute revient entièrement à tous ces collaborateurs qui avaient la trouille de s’opposer à ses débordements et la trouille de le recadrer.

                  Je t’invite à lire ou relire son « Diagnostic et redressement des groupes » de 1951. c’est très instructif. Il parle des administrateurs de groupe. Il dit :

                  « …donc nous pourrions voir qu’il s’est montré cruel envers les membres d’un groupe mais a voilé la cruauté sous couvert de « nécéssité » (…) on pourrait le situer à 1.1 sur l’échelle des tons. On pourrait voir immédiatement que l’organisation se dirigerait vers la mort et échouerait. En réalité, les mesures mêmes qu’il pourra postuler avec tant de conviction pour répondre aux urgences amèneront l’échec et le désastre. »

                  N’est-ce pas parlant ? David Miscavige est certainement à 1.1 d’un point de vue chronique mais Lrh faisait sporadiquement des bonds vers le bas de l’échelle et ça, ma belle, pour un leader ce n’est pas bon pour le moral des troupes. Pas bon du tout.

                  Ces derniers mois j’avais sympathisé avec un type charismatique, fondateur d’une assoc humaniste. Grande intelligence, beau combat, belle plume, vraiment j’avais de l’affinité et de l’admiration pour lui. Et puis un jour je surprends chez lui un acte en totale contradiction avec sa ligne humaniste. Première douche froide mais je l’excuse. Quelques 3 mois plus tard j’apprends que tout le passé que ce mec m’a raconté sur lui est bidon et qu’il se comporte comme un tyran avec les gens qu’il se vante copieusement d’aider et qu’il les invalide en permanence. Deuxième douche, glacée cette fois. Je n’ai pas déconnecté mais coupé l’affinité. Je peux parler à ce mec mais rien de ce qu’il pourra dire ne me touchera. Couper l’affinité rend hermétique aux attaques et aux déceptions.

                  Rien ne vaut la déconnexion mentale, c’est bien plus efficace et on ne peut rien vous reprocher. Vous continuez à voir les gens, à leur parler mais tout ce qu’ils vous disent de malveillant n’a plus aucun impact sur vous car l’affinité n’est plus là.

                  Lrh a fait ou dit des choses qui me dérangent, oui. Ce que j’ai découvert sur le blog de Voltaire n’a fait que déterrer tout ce que j’avais refoulé au fil des années et qui, inconsciemment, me dérangeait…

                  Comme cette petite phrase incroyable découverte en recherchant la donnée sur le redressement des groupes :

                  « Mais en 1930, quand je suis retourné à l’école… Je n’ai jamais été au lycée, je suis entré directement dans une école d’ingénieurs, je les ai complètement roulés »
                  Lrh 13/08/1951
                  « Le but de l’évaluation humaine »

                  Connais-tu des gens qui sont passés directement du collège à une école d’ingénieurs ? Non mais sérieux ?

                  1. Oui, c’est sûr que foutre les gens à l’eau était un supplice pratiqué dans la marine anglaise si un matelot ne faisait pas son boulot. Les pirates aussi faisaient ça… Hubbard s’est fait un trip maritime. Il sauvait la planète, alors il fallait de la discipline !
                    Il était persécuté par SMERSH (les méchants dans James Bond) ! il le raconte avec humour d’ailleurs, il les appellaient SMERSH pour rigoler.
                    Il avait sans doute un peu perdu de vue le comportement civilisé.
                    Si tu lis un bouquin de SF qu’il a écrit qui s’appelle « Retour à demain ». Le héro est la capitaine d’un astronef qui fait le « long passage ». A travers la galaxie. Et ils vont plus vite que la lumière, ce qui détraque le temps. Après quelques mois de voyage, il s’est passé plusieurs années, et l’équipage a perdu tous les gens qu’ils connaissaient. Et les conditions sont très dures à bord du vaisseau.
                    Hubbard avait un trip avec ça. C’est vrai que qq un aurait dû lui dire d’y aller un plus mollo.
                    Mais Miscavige est une vraie personnalité autoritaire, telle que Hubbard l’a décrit dans « Essay on Management ».
                    Hubbard avait de mauvais penchants mais il n’est pas, pour moi, condamnable comme Miscavige.

                    1. Hubbard s’est fait un trip maritime. Il sauvait la planète, alors il fallait de la discipline !

                      Punir ça créer de la peur et de la hargne et ça fait faire des conneries. Il le savait et pourtant il le faisait. Dingue !

                  2. « Connais-tu des gens qui sont passés directement du collège à une école d’ingénieurs ? Non mais sérieux ? »

                    N’oublions pas non plus la donnée comme quoi il était , en plus d’être ingénieur, docteur endocrinologue…

                    1. « N’oublions pas non plus la donnée comme quoi il était , en plus d’être ingénieur, docteur endocrinologue… »

                      C’est fou, non ? Policier aussi, si ma mémoire est bonne. Bon, ceci dit, on peut être flic sans diplôme 🙂

                  3. « Mais en 1930, quand je suis retourné à l’école… Je n’ai jamais été au lycée, je suis entré directement dans une école d’ingénieurs, je les ai complètement roulés »

                    Le problème c’est qu’on ne peut pas éternellement rouler les gens, on finit tôt ou tard par se faire démasquer, ce qui a été le cas. Il se peut que Lrh croyait vraiment tout ce qu’il racontait. Et là, bon sang, cela donne le frisson…

                    1. @ FW

                      « Surtout ne vous mentez pas à vous-même. Celui qui se ment à lui-même et écoute son propre mensonge va jusqu’à ne plus distinguer la vérité ni en lui ni autour de lui; il perd donc le respect de soi et des autres. Ne respectant personne il cesse d’aimer, et pour s’occuper et se distraire, en l’absence d’amour, il s’adonne aux passions et aux grossières jouissances; il va jusqu’à la bestialité dans ses vices, et tout cela provient du mensonge continuel à soi-même et aux autres. »
                      ‎Dostoïevski‬

                  4. « Connais-tu des gens qui sont passés directement du collège à une école d’ingénieurs ? Non mais sérieux ? »

                    Mon dieu que de salades servies pour susciter l’admiration et le respect des adeptes, c’est fou…Mais en même temps, Hubbard disait que si quelqu’un vous sort plein de bobards, il vous domine… Il appliquait juste la donnée (lol)

                    A tous ceux qui soutiennent encore Hubbard, comment réagiriez-vous si vous appreniez par un tiers que votre médecin généraliste n’est pas du tout toubib mais écrivain ? Même s’il vous a bien soigné quelques fois, n’éprouveriez-vous pas un certain ressentiment ? Ne vous sentiriez-vous pas un trahi ?

                2. « Oui Fool OT, jeter les gens par dessus bord est cruel et stupide. En complète opposition avec sa philosophie »

                  Il a dit qu’il n’y avait que 2 types de personnes : les chapeaux blancs (animés de bonnes intentions) et les chapeaux noirs (animés d’intentions malveillantes).
                  Pas de chapeau gris.

                  Comme tout un chacun, il m’arrive de tempêter mais jamais ô grand jamais je n’irais jusqu’à jeter une personne du haut d’un pont pour la punir d’une erreur. Je porte un chapeau blanc et le chapeau blanc est incapable de traumatiser à ce point des gens de bonne volonté.

                  1. C’est pour ça que les chapeaux blancs sont souvent obligés de faire appel à des chapeaux noirs pour les défendre…
                    Et les chapeaux noirs font des conneries et au bout du compte empoisonnent les chapeaux blancs. Non ?

          2. La religion est un implant pour Lrh alors pourquoi il est allé le restimuler en créant lui aussi une religion ?
            Pour échapper à la fiscalité ? résultat de cette money motivation : l’église de scientologie a de l’argent jusqu’aux amygdales et toutes les dramatisations des religions.
            Gâchis total.

  10. La scientologie est définitivement manichéenne et c’est Hubbard qui a mis cela en place, pardonnez-moi, Marie-Antoinette, de vous le dire ou redire.

    Pour lui, il y a les bons et les mauvais. Les chapeaux blancs et les chapeaux noirs. Autrement dit, les « au dessus de 2.0 » et les « en dessous de 2.0 ». Les analytiques et les réactifs.

    Et tout le monde se sent au dessus de 2.0… Ce sentiment d’être au-dessus des autres fait que l’on déconnecte à tour de bras.

  11. Merci pour cet article bien documenté, Marie-Antoinette.
    J’ai bien envie de dire : « tout ce qui est permis par la loi prend vie »

    Prenons l’exemple du divorce qui est la déconnexion la plus connue en ce bas monde. Donner aux gens le droit de divorcer a fait prospérer le divorce.

    Lisez plutôt :

    « Depuis les années 1972 et jusqu’en 2005, le nombre de divorces n’a cessé de croître en France.
    De 44 738 divorces en 1972, le nombre de divorces a atteint son plus haut niveau, en 2005, avec 152.020 divorces en France.

    La hausse exceptionnelle de divorces de 2005 (+ 15,3 % par rapport à 2004) est due à la mise en oeuvre de la nouvelle procédure de divorces en janvier 2005. »

    Le même schéma s’est produit en scientologie à partir des années 1965. Donner aux scientologues le droit de déconnecter a fait prospérer la déconnexion. Pas le discernement, la déconnexion…

    On déconnecte bien souvent, et c’est malheureux, pour des problèmes de communication qui auraient pu être résolus sans cette facilité de la déconnexion mise à la disposition des gens (idem pour les divorces).

    A l’instar du divorce qui est, dans certains cas, une possibilité juridique de non confrontation, la déconnexion, en scientologie est, dans certains cas aussi, une possibilité de non confrontation d’une personne.

    Nombreux sont les divorces demandés par la personne fautive… Nombreuses sont les déconnexions initiées par le scientologue fautif…

    Tout le problème de l’humain, de tous temps, a été de déclarer la guerre, pas de confronter…

  12. En lisant ce blog et certains autres blogs, je découvre que la tendance est d’incriminer Hubbard. On ne retient de lui que ses écrits minoritaires, ses actions (mauvaises) exceptionnelles. Sur le blog de Mike Rinder, qq un l’accuse même d’avoir été un « sexual abuser », parce qu’il a demandé la photo en uniforme d’une jeune sea org. Il aurait eu une aventure avec Yvonne Jentsch, j’en passe et des meilleurs ! Quant à la tech, rien absolument rien. Tout est à charge, aucune reconnaissance de ce qu’il a fait de bien. Nous aurions tous été des abrutis complets, aveugles et bêtes, embarqués dans une chimère. L’arnaque totale !
    Concernant le fric, sous Miscavige, oui… Mais pas sous Hubbard avant 1982.
    Je vais vous dire qq chose qui va vous faire bondir.
    Je ne pense pas que la sciento dans l’independant field puisse aller bien loin. L’absence de groupe, d’organigramme, fait que l’espace est trop restreint. Il n’y a pas de jeu. Pas de salle de cours, pas d’avancée significative.
    Et il y a l’église avec ces milliers de m2 inutilisés.
    Et là, je m’adresse à ceux d’OSA qui lisent ce blog, je vous en prie, ne laissez pas l’église s’écrouler. Plus aucun nouveau public en vue. Il y a plus de « SP » déclarés que de nouveaux.
    Une seule chose à faire : démettre Miscavige de ses fonctions.
    Vous n’avez donc pas vu que quand Ron a passé ses fonctions, il les a passé à un board ? Et pas à un « leader ecclésiastique ». Miscavige a écarté tout ce qui fut le board, il n’y a plus que lui. Il ne rend de comptes à personne. Politiquement, la scientologie est une dictature.
    Après tous les témoignages de ses staffs abusés par lui, dans n’importe quelle entreprise, on aurait convoqué une assemblée pour examiner la véracité ou non des accusations portées contre lui. Et, si elles s’étaient avérées vraie, sa démission aurait été exigée. Et si c’était faux, ceux qui l’accusaient auraient été attaqués en diffamation. Où sont les attaques en diffamation contre Marty Rathbun, Mike Rinder et tous les autres, où sont-elles ? Non, « COB » a trop peur d’être exposé en public, ce serait sa fin.
    Seule réponse : traiter ceux qui se plaignent d’apostat. Forcer la déconnexion, avec les conséquences inhumaines que l’on sait.
    Ça fait trente ans que Miscavige est le chef, sans avoir été jamais élu par personne.
    Vous connaissez une entreprise, un pays, quoi que ce soit de civilisé, où le dirigeant se maintient pendant 30 ans et ad vita eternam, sans ne jamais être élu, sans que jamais sa direction soit questionnée ?
    Il y avait la monarchie absolue, et la dictature fasciste. Mais qui au monde veut de tels systèmes politiques rétrogrades ?
    Oui, il faut réformer l’église pour lui permettre de survivre et de servir correctement. C’est un travail énorme, il faut le faire, sinon la sciento ne sera plus que l’affaire de qq petits groupes éparses.

    1. Ouaip !
      je n’étais pas venue depuis un moment et en survolant tous les commentaires, il est parfaitement clair que Lrh n’a pas (plus) la cote.
      Si tu regardes bien, beaucoup l’ont considéré comme un père spirituel et un père spirituel est autant aimé qu’un père tout court. Quand un père commet des impairs, des violences ou raconte des cracs, cela fait habituellement honte à ses enfants qui lui en veulent, finissent par ne plus pouvoir l’excuser et perdent foi en lui. Un père biologique ou spirituel est un repère. C’est comme ça. On ne peut pas en vouloir aux gens d’être déçus par un homme qui demandait l’exemplarité à ses adeptes et qui, de son côté, n’était pas l’étudiant surdoué et chercheur génial qu’il prétendait être. Un peu comme nos politiques en ce moment ! Plus on exige des autres, moins habituellement on fait soi-même. C’est un des travers humains les plus connus.

      1. @Freewoman

        Un père, des impairs, un repère …
        Que de pères!
        Je m’y perds.

        Il est vrai que choisir un guide spirituel, puis s’apercevoir qu’il n’est pas à la hauteur, crée une souffrance qui ressemble à celle de la perte d’un père.

        A ce sujet le bouddhisme conseille de bien réfléchir avant de choisir un maître. Il doit posséder dix qualités afin d’être un maître authentique, et le postulant disciple va donc mener une enquête, évaluer, regarder s’il possède bien les dix qualités, ou du moins la plupart d’entre elles, avant de le choisir comme maître.

          1. Les maîtres bouddhistes mettent en garde contre les faux maîtres. Certains sont motivés par un désir de pouvoir sur les autres, d’autres surestiment leurs capacités, etc.

            Aussi depuis fort longtemps les candidats disciples sont invités à évaluer les qualités des maîtres en s’appuyant sur un ensemble de 10 critères.

            Ces dix critères ont été énoncés par Maitreya, le bouddha du futur, qui réside actuellement dans un autre monde appelé Tusita, qui les a transmis au maître indien Asanga au 3ème siècle :

            « Fiez-vous à un maître spirituel
            Discipliné,
            Pacifié
            Complètement pacifié,
            Qui détient plus de connaissances que vous,
            Qui est persévérant,
            Versé dans les écritures,
            Qui a la réalisation de l’ainsité,
            Qui est habile orateur,
            Qui possède l’amour,
            Et qui a abandonné le découragement »

            Une petite explication de texte donne ceci :

            1) Le maître doit être éthique
            C’est à dire pratiquer la pensée juste, les paroles justes, les actions justes, respecter ses engagements, etc.
            2) Il doit avoir l’esprit pacifié par l’entraînement à la méditation
            3) Il doit avoir l’esprit complètement pacifié par l’entraînement à la sagesse discriminante
            4) Ses connaissances sont supérieures à celles de ses disciples
            5) Il est persévérant
            6) Il est érudit et connaît bien les textes
            7) Il a réalisé l’ainsité, c’est à dire la sagesse qui perçoit la vacuité
            (La réalisation de la vacuité est une étape importante dans le bouddhisme, c’est l’accès à un palier supérieur).
            8) Il est habile à enseigner, il est pédagogue
            9) Il fait preuve d’amour et compassion
            10) Il a abandonné le découragement et la paresse, alors qu’il doit répéter les instructions constamment

            Certains de ces critères sont propres au bouddhisme (par exemple la réalisation de la vacuité), mais d’autres sont applicables à tout type de spiritualité (par exemple l’éthique et la compassion).

            Si j’avais évalué LRH en fonction de ces critères avant de le choisir comme maître, j’aurais eu quelques difficultés car ses défauts sont cachés par l’église. Mais j’aurais pu au minimum découvrir son manque de compassion, d’une par dans ses propres écrits dans lesquels il dénigre la compassion, mais également par le traitement réservé aux staffs, dénué de compassion. Je me serais dit alors : LRH est un faux maître (selon les critères bouddhistes), je ne devrais pas le suivre.

            1. Curiosus, franchement, après l’étude de Hubbard, il avait la plupart des critères que tu cites. Par moment, il piquait des crises, mais ce qui importe c’est ce qu’il a écrit. Je pourrais te citer tellement de textes où son désir d’aider transparaît.
              Mais c’est vrai que la Sea Org est devenue une organisation paramilitaire fascisante et avide d’argent.
              Dans les années 70, l’audition des étudiants était gratuite. L’aide était peu tarifée.
              Je pense aussi que les groupes bouddiques ne sont pas moins hiérarchisés que la sciento ou les Témoins de Jéhovah.
              Tous ces groupes et religions sont plus ou moins des sectes. Dès lors où il y a des niveaux à atteindre et une hiérarchie, la dérive sectaire est possible.
              Il faut se méfier de ceux qui veulent le pouvoir et l’argent sous couvert d’idéaux religieux ou politiques.
              Non, Hubbard ne courait ni après le pouvoir ni l’argent. Il en avait besoin certes, mais ça n’était pas sa motivation, quelles qu’aient pu être ses défauts par ailleurs.

              1. Chère Marie-Antoinette, j’admire votre constance à défendre LRH, mais en ce qui me concerne, lorsque j’étudie les documents disponibles, je ne peux que conclure qu’il ne possède pas les 10 qualités énumérées ci-dessus.

                Par exemple le critère de l’éthique. De nombreuses sources, qui semblent crédibles car appuyées par des documents de justice maintenant dans le domaine public, permettent d’établir les faits suivants :

                – En 1947 Hubbard et Parsons fondèrent l’entreprise « Allied Enterprises ». Mais Hubbard a eu tôt fait de s’envoler avec les économies, la femme et le bateau de Parsons. Ce dernier l’a poursuivi en justice, mais n’a pas récupéré grand-chose. C’est une histoire d’amitié trahie et de vol.
                – En 1979 Marie Sue, la femme de Hubbard, est condamnée à plusieurs années de prison pour avoir espionné le gouvernement américain, alors que Hubbard était le vrai responsable. Il a laissé sa femme aller en prison à sa place, et a refusé de la revoir malgré ses supplications. De nouveau une trahison.
                – Il y a quelques semaines, j’ai posté ici une liste des personnes qui ont développé des aspects importants de la scientologie, tels que des procédés ou la tech d’étude. Hubbard a tout repris à son nom, puis souvent persécutait ceux dont il avait plagié le travail. De nouveau des vols et des trahisons.
                – Très fréquemment Hubbard s’est efforcé de détruire ceux qui l’ont le plus aidé, par exemple ses femmes, le docteur Winter, John Mac Masters, David Mayo, etc.
                – Lorsque Hubbard est mort, sa fortune s’élevait à plusieurs centaines de millions de dollars, alors que les staffs de l’église ont à peine de quoi manger. N’est-ce pas le comportement d’un esclavagiste ?
                – Il a promis les niveaux d’OT, alors qu’il savait pertinemment qu’il avait échoué.
                – Etc.

                En résumé, l’éthique personnelle de Hubbard n’était pas à la hauteur de celle que devrait avoir un grand maître spirituel.

                1. Tu dis : « – Très fréquemment Hubbard s’est efforcé de détruire ceux qui l’ont le plus aidé »
                  Oui, c’est bien triste et decevant. Maintenant reconnaissons que cela donne de la crédibilité à sa théorie sur les retenues manquées, à savoir, que l’on tend toujours à rabaisser ou détruire celui contre qui on a commis des OW.

    2. « Je ne pense pas que la sciento dans l’independant field puisse aller bien loin. L’absence de groupe, d’organigramme, fait que l’espace est trop restreint. Il n’y a pas de jeu. Pas de salle de cours, pas d’avancée significative. »

      Je pense comme toi. Et je pense surtout que les données seront bientôt dépassées par tout ce que la neuroscience découvre. Par exemple, on a mis en évidence que la répétition d’une même question incite à la fabrication de faux souvenirs. Intéressant non ?

      1. Ils arrivent en effet à démontrer des trucs incroyables notamment la portée des mots dans une question. La force d’un mot déclenche aussitôt l’imagination.
        Ex : on montre une vidéo d’un accident de voiture à plusieurs personnes. Quelques jours après, on pose des questions différentes à ces personnes.

        – A quelle vitesse les voitures se sont-elles touchées ? donne des réponses dénuées de détails. « Touchées » ne titille pas la mémoire ni l’imagination.

        – A quelle vitesse les voitures se sont-elles percutées ? donne des réponses fournies en détails. Les gens inventent même des choses qui ne sont pas dans la vidéo qu’ils ont vue quelques jours plus tôt.

        C’est vraiment passionnant.

        1. Le fait est que les mots forts nourrissent plus l’imagination que les autres. ENORME sollicite plus l’imagination que gros. IMPLANT que suggestion. ECRABOUILLE plus que blessé. etc. Maintenant si tous ces mock-ups rendaient plus capables de façon stable, why not mais ce n’est pas le cas. Pourquoi ? Parce que dans notre société il est impossible de faire des mock-ups joyeux et insouciants tout le temps. Il y a le quotidien qui empêche d’être des bisounours à plein temps. 😉
          J’ai discuté avec un scientologue bisounours récemment. Ce n’est pas un crime de dire à quel point la vie est formidable mais quel décalage avec notre sordide réalité. La vie n’est belle que pour celui qui ne veut vivre que dans sa petite bulle de gains alors que le monde brûle autour de lui. Je l’ai trouvé assez minable, pardonnez-moi et me suis dit qu’un milliard de gens comme lui ne changeraient rien à l’état de notre monde.

    3. « En lisant ce blog et certains autres blogs, je découvre que la tendance est d’incriminer Hubbard. On ne retient de lui que ses écrits minoritaires, ses actions (mauvaises) exceptionnelles. »

      C’est vrai qu’il a présenté des concepts très intéressants comme « avoir tort, avoir raison », le phénomène de la retenue manquée, celui du du mauvais item indiqué, l’échelle des tons, etc.

      Ces concepts ont créé une formidable respect pour lui, une véritable admiration.
      Maintenant tout est une question de résultats. La sciento marcherait du feu de dieu, avec beaucoup plus de gens conquis que de gens déçus, on passerait outre les travers de Lrh. Il resterait une donnée stable.
      Mais cela ne se passe pas comme cela. Les vagues sont molles et n’ont pas assez de force pour emporter les déchets (défauts) qui flottent à la surface de l’eau… C’est ainsi qu’on les remarque plus qu’on ne voit la mer…

      Tout est question de quantité.

    4. « En lisant ce blog et certains autres blogs, je découvre que la tendance est d’incriminer Hubbard. On ne retient de lui que ses écrits minoritaires, ses actions (mauvaises) exceptionnelles »

      Quand on se permet de critiquer les psys (des criminels), les religions (des implants), les toubibs (des incompétents), les gouvernements (des suppressifs), etc on se doit d’être tout le contraire des gens ou groupes que l’on accable. Bref, on se doit d’être exemplaire et meilleur qu’eux et si on ne l’est pas, on ferme son clapet. En s’attaquant aux autres sans être capable de montrer lui-même patte blanche, Lrh a perdu une très grande crédibilité. « Faites ce que je dis mais ne dites pas ce que je fais… » 😉

  13. Fool OT, les déchets qui couvrent la mer, nauséabonds, infects, immondes, sont les déjections de « COB ». Il a sali, dégueulassé la sciento, terni pour toujours sa réputation. Transformée en autre chose que sa vraie nature. Même si Hubbard par moment a déconné, il avait tendance à redresser la barre. Quand il a sorti son code de réforme en 1968, il l’avait précédé d’une enquête auprès des scientologues et avait annulé tout ce qui n’allait pas et l’expliquait dans le Ron Journal 68 (mis à l’index par Miscavige). Il disait que la sciento n’allait pas prendre le chemin du totalitarisme comme l’avait fait en son temps la chrétienté. Il avait annulé la déconnexion et les sec checks.
    Jusqu’en 82 la sciento a pris de l’expansion. Miscavige et RTC ont été une force destructrice majeur. Il a annulé le code de réforme, a produit un faux bulletin soi-disant écrit par LRH pour réintroduire la déconnexion, a remis en place « with a vengeance », la pratique des sec checks de type soi-disant éthique, mais surtout politique, qui n’étaient plus protégés par le code de l’auditeur. D’où une myriade de gens mécontents.
    Voilà, les scories qui flottent à la surface de l’océan scientologue. Tant que ce petit fasciste sera en place, la sciento n’aura aucune chance.

  14. A l’intention de ceux et celles qui s’intéressent au phénomène d’extériorisation, la dernière émission de « Sagesses Bouddhistes » a présenté la technique du « Yoga du rêve », qui mène à l’extériorisation.

    Lorsqu’on maîtrise cette technique, le corps de rêve peut se détacher du corps physique et visiter toutes sortes de lieux, sur cette planète ou ailleurs.

    Cette émission peut être revue jusqu’à samedi prochain sur Pluzz:
    http://pluzz.francetv.fr/videos/sagesses_bouddhistes_,124566510.html

    Le Dalaï Lama a fait une blague un jour à ce sujet, en disant que c’était une technique d’espionnage parfaite.
    (Livre Dormir, rêver, mourir
    http://www.amazon.fr/Dormir-rêver-mourir-conscience-dalaï-lama/dp/2841110990)

  15. Je suis en admiration devant le travail de Tony Ortega, qui depuis des années construit une sorte d’encyclopédie journalistique de la scientologie, d’une grande qualité et qui s’avère être une ressource précieuse pour comprendre le sujet et même pour s’en libérer.

    C’est une sorte de justicier. Déjà avant de s’intéresser à la scientologie, il dénonçait divers abus et le manque de morale au sein de l’administration. Il s’est ensuite intéressé à la scientologie, dans laquelle les injustices sont si nombreuses qu’il en est venu à écrire un billet quotidien.

    C’est un vrai journaliste d’investigation, en ce sens qu’il vérifie toujours et cite ses sources. Il est très critique des journaux qui propagent ou inventent des rumeurs sans les vérifier. De ce fait son site inspire confiance, car il est toujours possible de remonter aux sources.

    Même s’il est critique des fondements de la scientologie, il sait reconnaître les qualités des scientologues, qu’il considère comme des êtres de valeur qui se sont égarés. A tel point qu’il publie de merveilleux éloges funèbres des grandes figures de la scientologie. Souvent maltraités et humiliés par l’église, parfois effacés des livres, des photos et des films, ces personnages qui ont construit la scientologie meurent sans avoir droit à aucune forme d’hommage.

    Mais dans ces occasions Tony Ortega publie de brèves mais émouvantes biographies mettant en valeur toutes leurs qualités. Par exemple les billets relatifs à Lyman Spurlock ou Annie Broeker :
    http://tonyortega.org/2014/09/08/lyman-spurlock-1945-2014-imprisoned-and-abused-a-loyal-scientology-executive-to-the-end/
    http://www.villagevoice.com/news/death-of-a-scientologist-why-annie-broeker-famous-in-the-church-had-to-die-in-secret-6666642

    Ces récits sont empreints du désir de comprendre et font preuve d’une grande humanité.

    C’est pourquoi je lis les billets de Tony Ortega, empreints de plus d’amour que de haine, qui m’aident à répondre à bien des questions et à mieux me libérer du piège dans lequel j’étais tombé.

  16. Ils ne devraient plus tourner en rond étant totalement libérés…
    Le sont-ils vraiment ?
    Sinon j’ai discuté avec un scn pratiquant qui est revenu vers moi pour prendre de mes nouvelles sauf que bien entendu la discussion est revenue rapidement sur la sciento car ils ne peuvent pas rester longtemps sans aborder le sujet. Bref, je lui explique que je vais très bien et que la scientologie ne manque pas à ma vie, que je n’y pense à vrai dire que quand on m’en parle. Il me dit que Ron Hubbard a écrit un truc sur le sujet des gens qui ne sont plus intéressés par le sujet, qu’en fait, je cite : « le désintérêt pour la sciento fait partie du piège de cet univers » et il part dans un discours qui donne tort à ma nouvelle vie. Autrement dit, il est impossible de vivre sans pratiquer la scientologie et que si on y arrive c’est un piège pour empêcher la personne d’être libre. « mais je me sens libre !  » que je lui dis. Nannn, je crois l’être mais je ne le suis pas. J’ai mis rapidement fin à notre discussion tant il essayait d’amoindrir la nouvelle qualité de ma nouvelle vie. Il est reparti, malheureux, convaincu que j’étais dans un piège alors que je voyais des grilles autour de lui…

      1. Alors moi c’est marrant. Avant, tellement imprégné du jargon, j’avais du mal à trouver des correspondances en français. Par exemple, je disais « il est ARCX » ou « il a été invalidé » et je ne savais pas comment le formuler en français. Maintenant c’est l’inverse, je ne sais plus comment on dit certaines choses dans le jargon sciento…

  17. Oui, that is the end…. Tout le monde s’en fout de la sciento. Même ceux qui sont contre sont fatigués de l’attaquer. Et dedans, y a plus que quelques « regs » pour tondre les derniers moutons, tirer du blé pour l’IAS et l’org idéale qui magiquement fera venir un âge d’or. Avec un afflux de vrais publiques et les vrais « célèbres » et pas les trous du cul pourris jusqu’à la moelle qui ont tout vu, tout entendu. De toute manière, c’est la déconnexion et qq fois, ils déconnectent parce qu’ils clamsent… Franchement la stat des déconnectés est en affluence, et peut-être le blé dans la poche de COB.
    Le reste, y a plus rien, la sciento tout le monde s’en tape…

    1. Ha ha! Va dire ça à mes parents, à ma belle mère ; aux gosses des scientos à Paris qui sont nés dans cette merde et qui n’ont jamais connu la Vie. Les fucking derniers moutons tu dis :,( Ils osent pas aller sur internet ces cons là… Mes parents je leur ai parler de Debbie Cook pour faire soft et « standart ». Rien à faire. Rien putain. Ils sont grand-parents mais ça c’est secondaire. Y a que le Pont vers l’enculade totale qui compte.

    2. Oui, elle ne buzze plus du tout (sauf par ses scandales) et bientôt COB lui-même n’aura plus d’idées pour retenir ses adeptes. Cela m’étonnerait que dans 10 ans, ils veuillent encore recommencer leur « Pont » à zéro quoique… ?

  18. Vous avez vu l’état du monde les OTs ? Bon eh bien arrêtez avec vos lettres de succès à l’eau de rose, sortez de vos corps, non plus pour vous « balader » béatement dans l’univers ou pour vous « imprégner » joyeusement du monde mais pour AGIR contre les tyrans et terroristes de ce monde.

  19. Oui, le mythe OT a vécu. Il s’est lentement écroulé, avec la perte de l’auto-déterminisme des OTs.
    Tout n’est devenu que symboles et status. Les quelques « scientologues » restants (oui, ils méritent des guillemets), cajolent leur église comme un patrimoine. Au lieu d’avoir des biens, ils ont des status, « patron avec mérite », « humaniste » etc…. Mais la pratique de la tech, maintenant considérée comme une forme de piété obéissante, a perdu son essence.
    Le mark 8 vendu 5000 dollars, est un objet kitsch, cultuel. Dans le « independant field » un électromètre de la taille d’une clef USB coût 300 dollars. Il transforme votre ordinateur en emeter. Et vous pouvez transférer la séance avec toutes les réactions à votre CS.
    Mais l’église ne cherche pas la pratique, mais le symbole grassement monnayé.
    La sciento en tant que pratique s’efface, elle n’est plus qu’un simulacre dans l’église. Et en dehors de l’église, souvent elle manque d’être organisée en groupe avec des terminaux.
    La sciento était dans sa meilleure forme aux alentours de 1978. Et malgré la présence de COB et de RTC, il a fallu attendre jusqu’après 1995 pour que la tech soit elle-même véritablement atteinte.
    Et les OTs sont devenus de moins en moins OT.
    Rappelez-vous les OTs dans les années 70. Il n’y avait pas qu’Ingo Swann et Hal Puthoff, j’en ai connu beaucoup.
    Aucun n’était formaté, ils pensaient librement et quelquefois accomplissaient des chose étonnantes.
    Ils auraient pu être une force transformatrice du monde. Mais vu l’état de la quatrième dynamique, on sent que les OTs de nos jours n’ont pas la moindre influence.
    Comme dit Miscavige : « the war is over », on l’a perdue…

Laisser un commentaire