Inauguration de la morgue idéale de Dublin

Oyez, oyez ! Dans un pays qui recense officiellement 87 scientologues, Miscavige a inauguré la morgue idéale de Dublin, laquelle a coûté à la secte la bagatelle de 6 millions d’euros.

Apparemment, 250 membres du personnel recrutés un peu partout dans le monde vont former et auditer les quelques scientologues irlandais qui auront les moyens de mettre la main à la poche.

Environ 1000 personne sont venues des quatre coins de l’Europe pour applaudir le petit dictateur, puis ont repris l’avion pour regagner leurs pénates. Les médias irlandais, qui n’étaient pas conviés à la fête,  se demandent pourquoi la secte a dépensé autant d’argent pour quelques dizaines d’adeptes. Nous connaissons la réponse : pour montrer aux scientologues qui n’ont pas encore quitté le navire que la scientologie est en méga expansion et que l’argent soutiré récolté par l’IAS est bien employé.

Vous trouverez quelques articles qui ont couvert ce non-événement ici, iciici et ici.

Miscavige inaugure la morgue idéale d’Atlanta

Et une morgue idéale de plus ! Une !

Miscavige vient d’inaugurer, dans la banlieue d’Atlanta, une énième morgue idéale, la première en trois ans aux Etats-Unis. Devant un public record de 500 personnes, dont la plupart étaient des staffs de Flag qui avaient été acheminés en cars car il n’y a quasiment aucun scientologue dans le sud des Etats-Unis, le petit David, veilli et usé, s’est fendu d’un speech boursouflé de 19 minutes dans lequel il a accumulé les clichés risibles sur le « vieux Sud » et longuement remercié les principaux gogos donateurs qui ont contribué à l’achat d’un bâtiment destiné à prouver aux scientologues que la scientologie connaît une expansion sans précédent.

Un petit malin a réussi à filmer le speech du Grand Chef depuis le balcon d’un immeuble situé en face de l’org, de l’autre côté de la rue. Le son est mauvais à cause des voitures qui passent mais des sous-titres ont été ajoutés pour une meilleure compréhension.

L’inauguration de cette nouvelle morgue illustre parfaitement l’irréversible déclin de la scientologie aux Etats-Unis. 500 personnes ?  C’est lamentable. Il semblerait que même les scientologues les plus convaincus aient compris que le programme des orgs idéales n’est que de la poudre aux yeux. Bien entendu, le site officiel de la scientologie, qui n’est plus à un mensonge près, parle de 1500 personnes . Vous trouverez tous les détails ici.

Et à propos de nouvelle org idéale, jetez un coup d’oeil à celle qui a été inaugurée il y a  quelques mois dans la banlieue de Bâle. C’est sinistre. Mike Rinder y a consacré un billet récemment.

Bâle 2016

Pour ceux qui auraient envie de visionner le speech de Miscavige, le voici. Bon courage !

Papa fait de la résistance

La sortie du livre tant attendu de Ron Miscavige, le paternel de qui-vous-savez, est prévue pour le 3 mai. Intitulé « Ruthless – Scientology, My Son David Miscavige and Me » (Impitoyable – La scientologie, mon fils David Miscavige et moi), cette autobiographie s’annonce explosive. C’est après avoir appris que son rejeton le faisait suivre par des détectives privés depuis qu’il s’était échappé de la Sea Org que Ron Miscavige avait décidé de coucher ses mémoires sur le papier.

Ça va saigner !

Miscavige – Le commencement de la fin ?

Mercredi dernier, le Los Angeles Times a publié un article choc qui a été repris par tous les médias américains :

David Miscavige a engagé deux détectives privés pour surveiller son père  24 heures sur 24.

En 2012le père de David, Ron Miscavige Sr, aujourd’hui âgé de 79 ans, s’évade de la base d’Helmet, le QG de la Sea Org.

Branle-bas de combat. Miscavige a une peur bleue que son père n’aille s’épancher dans les médias et balancer quelques secrets inavouables. Une société floridienne d’investigation, Terry Roffler and Associates, est aussitôt chargée de placer Miscavige Sr  sous surveillance. Roffler engage deux détectives privés, Dwayne S. Powell, 43 ans, et son fils Daniel, 21 ans.

En juillet 2013, Powell et son fils sont en planque devant chez Miscavige Sr. Une femme du quartier trouve leur comprtement suspect et alerte la police. Deux policiers arrivent et demandent aux Powell ce qu’ils font là. Ils répondent qu’ils cherchent une maison à acheter. Les deux flics ne les croient pas et leur demandent d’ouvrir le coffre de leur voiture car il y a déjà eu plusieurs cambriolages dans le quartier. Ils y trouvent deux fusils, quatre revolvers et 2000 cartouches. Ils découvrent également un silencieux fait maison, ce qui est illégal. Ils mettent les Powell en état d’arrestation et les embarquent au poste.

Les Powell avouent. Ils ont été engagés pour surveiller Ron Miscavige Sr. Ils touchent dix mille dollars par semaine pour ce job. Ils ont placé un GPS sous sa voiture, ils  l’ont suivi et photographié partout où il allait, ils ont fouillé ses ordures. Ils ne devaient jamais perdre sa trace, même s’il partait à l’étranger.

Un jour, alors qu’ils ont suivi Miscavige Sr au supermarché, ils le voient se diriger vers sa voiture avec ses courses et brusquement se tenir la poitrine. Ils croient qu’il fait une crise cardiaque et appellent immédiatement leur contact. Doivent-ils prévenir la police ou les urgences ? On les fait brièvement patienter, puis soudain, c’est David Miscavige en personne qui leur répond : « Si l’heure est venue pour Ron de mourir, laissez-le mourir et n’intervenez surtout pas. » Il raccroche.

Finalement, les deux zigotos se rendent compte que Ron n’était pas en train de faire une crise cardiaque mais qu’il fouillait ses poches intérieures pour trouver son téléphone mobile.

Bien entendu, la scientologie a démenti que les Powell travaillaient pour Miscavige, ce qui, techniquement, est vrai puisqu’ils avaient été engagés par Roffler. Quand la scientologie engage des détectives privés, c’est toujours par l’intermédiaire de cabinets d’avocats ou de firmes spécialisées dans les investigations.

Mais cette fois-ci, Miscavige aura beau dire que les Powell ont menti, tout cela figure dans un rapport de police officiel.

Après la tempête médiatique soulevée par la diffusion du film « Going Clear », Miscavige est de nouveau sous le feu des projecteurs. Il va être très intéressant de voir comment Ronnie va réagir maintenant que les intentions patricides de son rejeton ont fait la une des journaux.

* * * * * *

En bonus, voici une vidéo hilarante diffusée, peu après la sortie du film « Going Clear », dans le cadre de l’émission Saturday Night Live qui va fêter ses 40 ans en octobre prochain. Il s’agit d’une parodie de la vidéo « We Stand Tall » que la scientologie avait pondue en 1990.

Voici le texte de la vidéo :

“In 1990, the Church of Neurotology made the following music video.
It has been updated based on new information about the church.”

ALWAYS BELIEVE

Reach out your hand and follow me
I have the code, the code to the key
The key to the secret, the secret of space
It’s Neurotology

Religion and science intertwined
Aliens live inside of our minds
A billion-year contract we have signed
It all makes sense to me

We’ll always believe this,
We are invested, invested till death
We’re in this forever,
Never to leave it until our last breath

We are here
Our path is clear
We are finally free with Neurotology

The gorgeous religion, old and true
Started in 1982
Our founder brings us endless life
‘cause he can never die

Our brain machines can fix our minds
Our brain machines can save mankind
Each brain machine costs twenty grand
And that is fair and fine

We, we are the children,
The children of Meepthorp, the science is there
We, we are a family, joined by the knowledge
The knowledge we share

We are light! We are life!
We are proud to be
Neurotology

Ooh we, ooh we, we believe
Ooh we, ooh we, we believe
Ooh we, ooh we, we believe
Ooh we, ooh we, we believe
Ooh we, ooh we, we believe…

We, we are the future
We’re like a rocket into the sea…
We used to be starfish
Enslaved by the seagulls
But now we are free

We are home
We are one
We will always be
Neurotology!

Miscavige et la scientologie sont K.O. debout

6 mars 2015 : Canal + a acquis les droits de « Going Clear ». Pas de date de diffusion pour l’instant.

_______________________________________

23 février 2015 : Un article paru au Canada résume bien la situation décrite dans ce billet. Cliquez ici.

A la fin de sa projection au Festival de Sundance, dimanche dernier, le film d’Alex Gibney consacré à la scientologie, « Going Clear », a reçu une standing ovation, événement rarissime pour un documentaire.

En publiant des pleines pages de pub attaquant le film (sans même l’avoir vu) dans plusieurs grands quotidiens américains, dont le New York Times, la scientologie avait créé le buzz. Les festivaliers s’étaient précipités en masse pour voir le film et la salle de projection était pleine à craquer. Des centaines de festivaliers ont dû rester dehors dans le froid, faute de places, et se rabattre sur la seconde projection du film le jour suivant. A la sortie de la projection, Alex Gibney a remercié la scientologie d’avoir dépensé 250 000 dollars pour promouvoir son documentaire.

Mike Rinder et Tony Ortega, ainsi que plusieurs ex-scientologues apparaissant dans le film, étaient présents à la projection et ont été enthousiasmés par le travail de recherche et d’investigation de Gibney, par son sens de la narration et par sa capacité à capter l’émotion chez les individus venus témoigner devant sa caméra.

Gibney reprend la plupart des révélations publiées dans le livre de Lawrence Wright (et dans ce blog depuis deux ans) donc pour ceux qui ont lu le livre ou suivi ce blog, il n’y a pas énormément de news fraîches à se mettre sous la dent. Par contre, les futurs spectateurs « wogs » qui ne connaissent pas la scientologie vont enfin découvrir ce qu’est cette église : une organisation criminelle, totalitaire et paranoïaque dirigée par un tyran cruel et sans scrupules dont le but est d’asservir ses ouailles et de leur soutirer un maximum d’argent. Avec ce film, la scientologie est définitivement discréditée.

Gibney a cependant réussi à dénicher quelques infos, images et séquences inédites :

– Des séquences jamais diffusées montrant la Sea Org sur l’Apollo, ou bien Miscavige au travail dans son bureau en compagnie de Marty Rathbun, ou encore des extraits inédits du discours triomphal de Miscavige en 1993 lorsqu’il a annoncé : « La guerre est terminée ».

– Un scoop de Marty Rathbun qui raconte, lorsqu’il auditait Tom Cruise que celui-ci, pendant une séance, avait dit plus ou moins pour plaisanter qu’il aimerait bien mettre Nicole Kidman sur écoute pour savoir avec qui elle parlait. Rathbun avait ensuite fidèlement rapporté les propos de Cruise à Miscavige qui lui avait aussitôt ordonné de mettre Kidman sur écoute. Pour rappel, Miscavige détestait Kidman car son père était psychologue (donc, un « ennemi ») et qu’il estimait qu’elle éloignait Cruise de la scientologie. Miscavige avait aussi tenté de convaincre les enfants adoptifs de Cruise et Kidman que leur mère était suppressive afin qu’ils coupent les ponts avec elle. Cette révélation de Marty Rathbun a immédiatement fait le tour du monde et a été reprise par des centaines de médias. Bien sûr, ce n’est pas la séquence la plus importante du film, mais au moins elle a le mérite de lui faire une énorme publicité.

– Vous connaissez sans doute le documentaire consacré à L.Ron Hubbard à bord de l’Appolo et diffusé en 1968 par la chaîne britannique Granada (devenue ITV). Eh bien, Gibney a retrouvé le réalisateur de ce documentaire qui lui a fourni une conversation « off-the record » (hors caméra) qu’il avait eue avec LRH et dans laquelle ce dernier admet que les mauvais traitements existent en scientologie. (Pour ceux qui l’ignorent, sur l’Apollo, on jetait les « cas d’éthique » par-dessus bord, quel que soit leur âge ou leur état physique, puis une fois qu’ils avaient bien « mariné », on les repêchait.)

– De nouvelles révélations accablantes tirées des témoignages écrits de Sara Northrup, la deuxième femme de Hubbard, montrent ce dernier sous un jour peu reluisant. Pour rappel, dans le documentaire diffusé par la chaîne de TV britannique « Granada » (l’ancêtre d’ITV) en 1968, Hubbard niait avoir épousé Northrup. Dans les années 80, il renia Alexis Hubbard, la fille qu’il avait eue avec elle.

Comme on pouvait s’y attendre, le film de Gibney n’est pas qu’un réquisitoire contre les crimes de l’église et de Miscavige, il fait aussi la lumière sur la véritable personnalité et les mensonges de LRH. Il va devenir de plus en plus difficile pour la scientologie de faire passer Hubbard pour un humaniste.

Enfin, le film illustre de façon détaillée le mythe de Xenu (les matériaux d’OT III)  qui, de toute façon, était devenu un secret de polichinelle puisque de nombreux sites internet y sont consacrés.

Bien entendu, la scientologie a immédiatement réagi en envoyant à tous les médias un communiqué de presse qui dépeint le film comme un tissu de mensonges et dans lequel elle se plaint de ne pas avoir été contactée par le réalisateur et par HBO pendant le tournage du film afin qu’elle puisse rétablir la vérité. Sauf qu’à la fin du film, Gibney remarque que l’église n’a jamais répondu aux multiples demandes d’interview adressées à Miscavige et aux cadres supérieurs de la scientologie.

Dans son communiqué de presse, la scientologie renvoie les médias à un lien, celui de Freedom Magazine, afin de leur faire bénéficier des « vraies infos ». Je suis allé y jeter un coup d’œil et l’article consacré au film n’est qu’un ramassis de bile haineuse et diffamatoire. Gibney, HBO et tous ceux qui ont participé au documentaire y sont traînés dans la boue selon le vieil adage scientologue : en cas d’attaque, ripostez et détruisez l’ennemi. Sauf que là, plus personne ne croit en la propagande surannée de l’église avec ses 11 000 églises et missions et ses 10 millions de scientologues.

Soit dit en passant, s’il y a vraiment des millions de scientologues dans le monde, comment se fait-il qu’on n’ait pas vu au moins quelques centaines d’entre eux manifester devant la salle où le film était projeté ? Comment se fait-il qu’aucun porte-parole de l’église n’ait fait le tour des télés pour dénoncer le film ?

Le fait est que Miscavige est mort de trouille et n’ose pas vraiment contre-attaquer. Sa seule défense aujourd’hui, c’est de crier : « Menteurs ! »

Car il sait que toutes les accusations portées dans le film sont vraies : le « Trou », les violences physiques, les tortures, le personnel Sea Org exploité, sous-payé et maltraité, le chantage exercé contre l’IRS (le fisc américain) pour obtenir le statut de religion et l’exemption fiscale, le fiasco des orgs idéales et de GAT 1 & 2 ou encore l’utilisation frauduleuse de l’argent de l’IAS pour payer les hordes d’avocats chargés de lui éviter la prison. Oui, il est fort à parier que Miscavige soit en train de souiller son caleçon en soie à 500 dollars.

Gibney s’adresse directement à Tom Cruise et John Travolta. Il dit qu’ils ne pouvaient pas ne pas être au courant des exactions de l’église et de Miscavige. Il les met au défi d’exprimer publiquement leur désaccord et de se désolidariser d’une organisation qui n’hésite pas à fouler aux pieds les droits de l’homme et à obliger ses adeptes à rompre les liens avec tous ceux qui sont considérés comme des « ennemis » de la scientologie.

Tom et John, un défi vous a été lancé. Le relèverez-vous ? Le monde entier vous regarde.

Voici quelques liens. Cliquez ici, ici, ici et ici.

________________________________________

2 février 2015. Un de nos bloggers a envoyé cette photo publiée dans un vieil « Advance ».

3 février 2015 : La scientologie continue de creuser sa tombe ici.

Le suicide médiatique de la scientologie

Dans mon précédent billet, je vous parlais de la sortie du documentaire d’Alex Gibney intitulé Going Clear: Scientology and the Prison of Belief, produit par la chaîne de télévision américaine HBO et basé sur le livre éponyme de Lawrence Wright paru il y a deux ans.

Je me demandais quand l’église de scientologie et Miscavige allaient réagir.

Eh bien ça y est, c’est fait. A dix jours de la première mondiale du film au festival de Sundance, la scientologie a publié une pleine page (payante) dans le New York Times pour attaquer et dénoncer violemment le film sans même l’avoir vu ! C’est ce qu’on appelle se tirer une balle dans le pied. Vous trouverez tous les détails de ce suicide médiatique ici, ici, ici et ici.

HBO et Gibney doivent se frotter les mains. Cette publicité gratuite pour leur film va éveiller la curiosité de bon nombre de « wogs » qui, au départ, ne seraient sans doute jamais allés voir le film.

On peut s’attendre à ce que cette page de « pub » paraisse dans d’autres quotidiens et hebdomadaires, ce qui augmentera un peu plus le nombre de spectateurs potentiels.

La bêtise de l’église et de son chef ecclésiastique semble ne pas avoir de limites. Et c’est tant mieux car nous avons tellement peu d’occasions de rire ces derniers temps.

Je sens que 2015 va être un grand cru pour la scientologie et son petit pape. Ah, karma quand tu nous tiens…

Bonus : L’affiche du film.