Leah Remini – Scientology and the Aftermath – Saison 2 – Episode 13

Cet épisode, consacré au fondateur de la scientologie, est intitulé La vie et les mensonges de L. Ron Hubbard. Le titre parle de lui-même. Le plus difficile à affronter pour les ex-scientologues qui ont rejeté la secte est la découverte que L. Ron Hubbard a menti éhontément sur son passé et qu’il s’est fait passer pour ce qu’il n’était pas. Cet épisode est sans doute le plus « dur » de la série pour les anciens adeptes qui continuent de considérer Hubbard comme un grand homme et un génie.

 

Leah Remini – Scientology and the Aftermath – Saison 2 – Episode 12

Cet épisode est consacré à des groupes « indépendants » de la secte tels que Narconon dont l’objectif est de recruter de nouveaux adeptes  même si la secte s’en défend en affirmant que ces groupes n’ont rien à voir avec la scientologie.

 

Leah Remini – Scientology and the Aftermath – Saison 2 – Episode 4

Deuxième saison de la série de Leah Remini qui vient d’être récompensée par la Television Crtics Association et nominée aux Emmy Awards. L’épisode 4, intitulé The Bridge To Total Freedom est consacré au « Pont de la Liberté Totale » et aux niveaux d’OT, de 3 jusqu’à 8. Cet épisode, plus « léger » que les précédents, a pour objectif de faire économiser des centaines de milliers d’euros (ou de dollars) aux personnes qui seraient tentées par la coûteuse ascension du Pont de la scientologie en faisant valoir que la scientologie n’a jamais produit le moindre OT et que les promesses d’obtention de super pouvoirs et d’aptitudes spirituelles sans précédents n’ont jamais été tenues. Cet épisode est en anglais.

 

Chimères

Un correspondant m’a envoyé cette pub de SEL (Scientologie Espace Librairie) en me faisant remarquer que les scientologues « vivent vraiment dans une bulle mégalo ».

Bien dit.

Les orgs, idéales ou non, et les missions sont vides et ont du mal à joindre les deux bouts, les procès contre la scientologie et ses satellites tels que Narconon s’accumulent et coûtent des dizaines de millions de dollars, le nombre de clairs et d’OT que la secte produit chaque semaine est au plus bas, Super Power est un bide (à peine un millier de personnes l’ont terminé depuis son lancement il y a près d’un an), GAT 2 est un fiasco (les auditeurs en ont marre de tout devoir réétudier et la plupart ont jeté l’éponge), mais à part ça, tout va bien – à tel point que SEL nous assène une citation de LRH qui n’a absolument rien à voir avec la réalité et qui est évidemment destinée aux quelques adeptes lobotomisés qui n’ont pas encore quitté le navire.

Le réveil sera vraiment dur pour eux lorsque la bulle dans laquelle ils se sont enfermés éclatera.

Quand l’Histoire se répète…

Miscavige n’a rien inventé. Pour soutirer de l’argent à ses ouailles en échange de leur salut éternel, le successeur autoproclamé de LRH s’est inspiré d’illustres prédecesseurs tels que le Pape Alexandre VI, Rodrigo Borgia.

David St Lawrence a posté sur son site un montage d’extraits des épisodes 6 et 8 de la série « Les Borgia », avec Jeremy Irons dans le rôle du pape. Le parallèle entre Miscavige et Rodrigo Borgia est saisissant.

A la fin de la vidéo, Alexandre VI va même jusqu’à créer un compte secret indépendant auquel lui seul et le trésorier du Vatican ont accès.

La « SO #1 Line » – Encore un mythe qui fait pschitt…

Mike Rinder vient de publier un article sur la « SO #1 Line ».

« S0 #1 » est l’abbréviation de « Standing Order #1 », littéralement : « Ordre Permanent n°1 ». La « SO #1 Line » était la ligne de communication directe à LRH. N’importe qui pouvait écrire à LRH et celui-ci répondait personnellement à chaque lettre – du moins c’est ce qu’il affirmait.

Mike Rinder, qui a travaillé dans la Sea Org de 1973 à 2007, vient de rétablir la vérité : LRH n’a jamais répondu aux lettres qui lui étaient personnellement envoyées par les scientologues. En fait, c’est la  » SO #1 Unit » qui s’en chargeait. Elle rédigeait les réponses et signait à la place de LRH.

Si vous avez encore en votre possession une lettre de LRH, ce n’est pas lui qui l’a dictée et signée.

LRH recevait un abondant courrier. S’il avait dû répondre à chaque lettre qui lui était adressée, il n’aurait pas eu le temps de faire autre chose.

De plus, à partir de 1980, LRH s’est isolé du monde pour échapper à la justice américaine et il va de soi qu’on n’allait pas faire suivre du courrier dans les lieux secrets où il vivait en reclus.

Que LRH ne puisse pas répondre aux milliers de lettres qu’il recevait chaque année est tout à fait compréhensible. Mais qu’il ait entretenu la légende selon laquelle il répondait personnellement à chaque lettre l’est beaucoup moins. Pourquoi ce mensonge ?

Ci-dessous, vous trouverez le scan d’une « lettre de LRH » reçue par un ex-scientologue et datée du 22 janvier 1986, c’est-à-dire deux jours avant sa mort alors qu’il agonisait. (Cliquez dessus pour l’agrandir.)

La paranoïa des scientologues français intégristes

Je devais publier un long billet sur la Sea Org mais l’actualité en a voulu autrement.

Sur le site de Tony Ortega, Jonny Jacobsen rapporte que, suite à leur condamnation pour escroquerie en bande organisée (entérinée par la Cour de Cassation), les scientologues français font feu de tout bois en prévision des procès auxquels ils vont devoir faire face dans un futur proche. Un article du Nouvel Obs (qui m’avait échappé) relate les démarches pour le moins surréalistes entreprises par Eric Roux et consorts. Le voici (cliquez dessus pour l’agrandir) :

Pourquoi tout ça ? Parce que chez les scientologues radicaux, la croyance (hélas largement prônée par LRH) selon laquelle la psychiatrie, la médecine, Big Pharma, les médias et les gouvernements veulent tous détruire la scientologie pour l’empêcher de sauver le monde, est profondément et fermement ancrée pour ne pas dire implantée. C’est les scientologues contre les « wogs ». La scientologie, c’est le bien et tout le reste, c’est le mal ou, du moins, l’inexorable « contagion de l’aberration », source de toutes les attaques dont sont victimes les scientologues, modèles de vertu et de rationalité.

Vous croyez que j’exagère ? Eh bien, essayez d’aborder le sujet avec les purs et durs et ils vous ressortiront la théorie du complot planétaire contre la scientologie en moins de temps qu’il n’en faut à un socialiste pour augmenter les impôts.

Le principal problème, c’est qu’il y a une incapacité chronique à observer et à raisonner chez le scientologue intégriste. Dans son église, tout va bien dans le meilleur des mondes. Les attaques et les procès contre elle sont le fait de suppressifs malveillants. Jamais il ne se demande POURQUOI ces attaques et ces procès ont lieu. Jamais il ne se pose de questions. Jamais il n’envisage que ces attaques et ces procès sont peut-être dus à des dysfonctionnements criminels et à des pratiques illicites punis par la loi.

Si l’on devait énumérer ici le nombre d’affaires sordides dans lesquelles des scientologues français ont été impliqués au cours des 20 dernières années et qu’OSA France a été obligée d’étouffer pour éviter que la justice ne s’en empare, il y aurait de quoi alimenter ce blog pendant des mois.

En fait, on peut affirmer que si OSA France n’avait pas à de nombreuses reprises fait son travail de « nettoyeur », cela ferait belle lurette que la scientologie n’existerait plus en France.

Eric Roux et ses congénères sont parfaitement conscients qu’un tusnami juridique va s’abattre sur la scientologie française et que ça va faire mal, très mal. Alors, ils essaient d’anticiper comme ils peuvent en criant à la persécution et au complot – leur seule ligne de défense depuis 40 ans.

Cher Révérend Roux, si la scientologie française avait les mains propres et qu’elle était un exemple de probité, de charité, d’altruisme et de compassion, personne ne l’attaquerait. Au contraire, elle serait peut-être même citée en exemple.

La justice française, contrairement à ce que vous essayez de nous faire croire, n’est pas toujours aveugle ou partiale. Il lui arrive (malheureusement pas assez souvent) de faire son travail.

Alain F. Rosenberg et Jean-François Valli vous le confirmeront, eux qui viennent d’être déboutés, tout comme Sabine Jacquart au mois de janvier, alors qu’ils réclamaient des dommages et intérêts à l’UNADFI et à son avocat, Maître Olivier Morice.

Au fait, tous ces cadres de la scientologie française qui ont été condamnés exercent-ils encore ou ont-ils été mis au placard ? Les règlements internes de la secte sont formels : nulle personne condamnée par la justice ou détentrice d’un casier judiciaire ne peut faire partie du personnel d’une organisation ou d’une mission de scientologie.

La scientologie, à l’heure actuelle, n’est plus qu’une organisation criminelle uniquement motivée par l’argent. L’audition et la formation des auditeurs ont été reléguées au second plan par le dictateur Miscavige depuis une vingtaine d’années car elles rapportent dix fois moins que les dons pour l’IAS ou pour les morgues idéales ou que les ventes d’une énième réédition des écrits et des conférences de LRH.

Lorsqu’on en vient à vendre les oeuvres complètes de L. Ron Hubbard à un non-voyant, faut-il s’étonner que la justice condamne ce genre de pratique ?

En tout cas, on ne peut pas dire que l’église de scientologie soit dans le besoin.

Depuis quelques jours, Tony Ortega et Jonathan Swift publient les déclarations d’impôts 2012 des différentes églises et entités de la scientologie.

CSI (Church of Scientology International) a déclaré $846,314,618 (‘valeur comptable).
CST (Church of Spiritual Technology) 2012 a déclaré $447,192,921 (valeur comptable).
FSO (Flag Service Org) a déclaré $209,655,686 (valeur comptable)

Total : $1,503,163,225 (Un peu plus d’un milliard et demi de dollars).

Il serait intéressant de connaître les réserves d’entités telles que l’IAS.

Avec tout cet argent, l’église de scientologie a de quoi financer la formation de dizaines de milliers d’auditeurs, et acheter et rénover une bonne centaine d’orgs idéales.

Alors pourquoi continue-t-elle de saigner ses paroissiens à blanc ?

La grande illusion ?

Cette lettre de succès (cliquez dessus pour l’agrandir) d’une paroissienne de la morgue idéale de Sacramento révèle deux choses : les « OT » confirmés semblent heureux de recommencer le Pont à zéro sans poser de questions et ils avouent, sans même s’en rendre compte, que le Pont ne leur a pas apporté les résultats escomptés. Jugez plutôt :

« Wow ! Quel rundown époustouflant. C’était cool de le refaire en qu’OT VIII. J’ai eu des gains et des cognitions (prises de conscience) qui m’ont vraiment étonnée. J’ai vaincu une vieille maladie que je traînais depuis l’âge de 15 ans. J’ai eu des cognitions sur les drogues, l’alcool et la confrontation. Je me sens en pleine forme et je suis tellement reconnaissante à LRH de nous avoir fait ce cadeau et à RTC d’avoir rétabli la source. (Source = intention et écrits orginels de LRH.) »

Voilà une personne qui a dépensé des centaines de milliers d’Euros pour atteindre OT VIII, qui a fait NED, attesté clair, traversé OT III, NOTs et Solo NOTs et qui a eu « la vérité révélée » sur OT VIII. Et pourtant elle traînait une maladie depuis l’âge de 15 ans !

Est-ce à dire que la scientologie ne fonctionne pas ?

Mieux encore, cette scientologue a également eu des prises de conscience sur la drogue, l’alcool et la confrontation. Mais alors à quoi cela lui a servi de faire les drug rundowns de scientologie, de NED et d’OT IV ? Et à quoi lui a servi le cours de TRs professionnel ?

Que devons-nous penser ? Bien qu’étant OT VIII, cette brave femme avait-elle tendance à caresser la bouteille ou à goûter aux paradis artificiels ?

Et concernant la confrontation, avait-elle du mal à être là, à l’aise, et à confronter les êtres et les choses ? Si tel était le cas, comment a-t-elle fait pour traverser des niveaux « chauds bouillants » tels que OT III, NOTs et Solo NOTs? A-t-elle attesté ces niveaux avec l’illusion d’avoir atteint des états supérieurs ?

Ces questions peuvent paraître cyniques mais elles sont pourtant légitimes. N’importe quel observateur extérieur qui connaît un tant soit peu les promesses faites par la scientologie et son fondateur et qui a étudié les définitions techniques de chaque état est en droit de se demander si tous ces OT ne se bercent pas d’illusions autogénérées, voire implantées.

Il est certain que les OT produits par la secte depuis une trentaine d’années ne diffèrent en rien des « wogs » (non scientologues) qu’ils méprisent tant. Ils tombent malades et continuent d’avoir des maux et des troubles chroniques dont ils ne parviennent pas à se débarrasser malgré des centaines d’heures d’audition. Quand on leur demande pourquoi ils continuent de souffrir de ces maux chroniques, ils trouvent toujours une explication « rationnelle » ou « logique » qui n’est rien d’autre qu’un monumental déni.

Dans l’indépendance, les OT qui cessent d’être opprimés par la secte ont moins tendance à tomber malades mais ce ne sont pas non plus des êtres supérieurs aux aptitudes surhumaines. En général, ce sont juste des personnes relativement équilibrées capables de différencier et d’éprouver de la compassion pour leur prochain. Ils ont réglé quelques-uns des problèmes qui leur gâchaient l’existence, mais ils savent qu’ils n’ont pas atteint le nirvana, loin s’en faut. D’ailleurs, la plupart du temps, ils se fichent pas mal d’être OT 3 ou OT 45, car, pour eux, un état spirituel ne se numérote pas – il se vit et se ressent. C’est quelque chose de personnel et de subjectif.

Peut-être la principale erreur du Pont est d’avoir mis les gens dans des cases avec des résultats censés être les mêmes pour tout le monde – une forme d’absolu qui est vouée à l’échec puisque les absolus sont impossibles à atteindre et que chaque individu est différent et réagira différemment à l’audition.

Après soixante ans d’existence, la scientologie, appliquée correctement ou non, peut-elle tenir sa promesse de fabriquer des êtres capables de contrôler, de façonner et de conquérir la matière, l’énergie, l’espace et le temps ?

Ou doit-elle revoir ses ambitions à la baisse ?

Un bordel idéal

Le blog sud-africain vient de publier un article du Daily News concernant deux orgs idéales au Zimbabwe (ex-Rhodésie).

Il y sept ou huit ans, Miscavige annonçait dans le n°120 du magazine Impact que l’IAS avait acheté deux bâtiments à Harare et à Bulawayo, les deux plus grandes villes du Zimbabwe – bâtiments destinés à devenir des « orgs idéales stratégiques ». Ce pays ne comptant qu’une poignée de scientologues, il n’y avait personne pour financer un tel projet, raison pour laquelle Miscavige, comme il l’a fait en Nouvelle-Zélande, avait puisé dans le trésor de guerre de l’IAS pour acheter les deux bâtiments et montrer à son fan club qu’il oeuvrait pour l’expansion de la scientologie.

Bien entendu, comme c’est le cas pour beaucoup d’orgs idéales, les bâtiments de Harare et de Bulawayo sont restés à l’abandon, faute d’argent pour les rénover.

Et voilà que le Daily News, journal zimbwabéen, publie un article qui raconte que l’org de Balawayo est squattée depuis sept ans par des poivrots, des SDF, des jeunes au chômage et des prostitué(e)s qui utilisent les lieux comme maison de passe.

L’org idéale de Bulawayo est devenu un lupanar idéal !

Malgré les tentatives de l’administrateur de l’org, un certain Chipere, de faire évacuer les lieux avec l’aide la police, les squatters, à peine chassés, revenaient s’installer. En dépit de plusieurs ultimatums, les occupants refusent toujours de s’en aller. Apparemment, la police traite cette affaire plutôt mollement et le porte-parole de la police locale affirme même ne pas être au courant mais qu’il va initier une enquête.

Chipere a fait savoir au Daily News qu’il se sentait impuissant et qu’il ne voyait pas comment régler cette affaire.

Chipere devrait être fou de joie. Voici enfin une org idéale qui accueille des personnes qui ont besoin d’aide. A moins qu’il ne s’agisse de pauvres hères qui, après avoir terminé GAT II, ont sombré dans l’alcoolisme et le stupre.

Chipere pourrait mettre les prostituées sur le cours de ministre volontaire et elles dispenseraient alors des « touch assists » et autres procédés de deuxième dynamique qui pourraient soulager de nombreux publics.

Le fait que les squatters réintègrent les lieux dès qu’ils en sont chassés démontre qu’ils sont heureux des services reçus et qu’ils en veulent davantage. La statistique des « personnes qui re-signent pour de nouveaux services » est un excellent indicateur de l’expansion d’une org.

Peut-être que Miscavige devrait utiliser ce modèle économique pour transformer toutes les orgs idéales à l’abandon en maisons closes. Cela permettrait de les rentabiliser.

Petite devinette : Quelle est la différence entre l’org de Bulawayo et le CC Paris ?

Aucune. Dans les deux, vous vous faites baiser, mais à Bulawayo, ça vous coûte moins cher.