Avortements forcés – suite et fin

La seconde vidéo de Gary Weber vient d’être postée sur YouTube.

Si vous n’avez pas encore pris connaissance de la première vidéo et de l’article qui l’accompagne, cliquez ici.

Dans cette seconde vidéo, Gary explique que, régulièrement, les femmes Sea Org enceintes grimpaient dans deux mini-bus pouvant contenir jusqu’à douze passagers chacun et quittaient Flag pour aller se faire avorter dans diverses clinques de Floride.

Puis, il raconte l’histoire de son couple. Avec sa femme, Sea Org elle aussi, ils ont une petite fille qu’ils voient quand ils peuvent malgré leurs horaires démentiels. La femme de Gary tombe à nouveau enceinte et décide de garder le bébé malgré le règlement de la Sea Org. Elle est envoyée dans le RPF, le goulag de la Sea Org, où les repas se composent uniquement de riz et de fayots, puis dans le RPF du RPF, sorte de super goulag où on lui fait nettoyer des bennes à ordures avec une brosse à dents et où il lui est interdit de parler à qui que ce soit. Gary finit par dire à sa femme qu’ils devraient quitter la Sea Org. Sa femme refuse et dénonce son mari à l’éthique. Gary est envoyé dans le RPF. Il s’enfuit sans sa femme.

Ce n’est pas exactement un happy end, mais il y a rarement des happy ends en scientologie.

Et dire qu’Eric Roux va aller pleurnicher devant la Cour européenne des droits de l’homme…

Monsieur Roux, vous devriez avoir honte !

Les avortements forcés au sein de l’élite « ecclésiastique » de la scientologie

Dans le livre La Dianétique : La science moderne de la santé mentale, L. Ron Hubbard déclare que l’avortement et les tentatives d’avortement entraînent de graves traumatismes psychiques et psychologiques chez la mère et l’enfant à naître.

En 1967, Hubbard fonde une organisation paramilitaire, la Sea Organization (organisation maritime), ou Sea Org, chargée de diriger et d’encadrer les églises et les missions de sicentologie partout dans le monde et de « mettre l’éthique en place sur la planète ». Ses membres signent un contrat d’un milliard d’années et constituent l’élite « ecclésiastique » de la scientologie. Logés et nourris, ils travaillent 80-100 heures par semaine pour un salaire hebdomadaire de 50 dollars.

Au bout de quelques années, un problème majeur se pose : il y a de plus en plus de couples mariés avec des enfants et les crèches de la Sea Org n’arrivent plus à suivre.

En 1982, la Sea Org interdit aux couples mariés d’avoir des enfants. Les femmes enceintes sont alors encouragées à se faire avorter. Les couples mariés qui refusent l’avortement sont débarqués de la Sea Org et choisissent soit de travailler dans une organisation Classe V (non Sea Org), soit de retourner à la vie active avec l’obligation de rembourser tous les services (audition et formation) qu’ils ont reçus gratuitement durant leurs années de labeur dans la Sea Org.

En 2009, lorsque le scandale des avortements forcés est dénoncé dans les médias américains, le règlement change à nouveau : Désormais, les couples mariés qui attendent un enfant sont purement et simplement éjectés de la Sea Org.

Plusieurs femmes, ex-Sea Org, comme Laura DeCrescenzo ou Claire Headley ont relaté comment elles avaient été forcées à avorter. Laura Decrescenszo poursuit actuellement la scientologie en justice pour ce motif.

Dans la vidéo ci-dessous, Gary Weber, ex-Sea Org de 1979 à 1984 et membre du Guardian’s Office (le GO, qui a été démantelé au début des années 80 pour être remplacé par OSA), raconte comment il a supervisé des dizaines d’avortement forcés lorsqu’il travaillait à Flag. En fait, il y avait tellement d’avortements forcés dans la Sea Org qu’il était obligé de dispatcher les femmes dans diverses cliniques d’avortement en Floride car si toutes avaient interrompu leur grossesse dans la même clinique, ça aurait fait jaser.

Gary raconte aussi sa première rencontre avec David Miscavige en 1979, lorsque ce dernier était en poste à CMO. Le nom de Miscavige était encore inconnu de la plupart du personnel à l’époque et Gary ignorait qui il était. Gary entend une femme crier et va voir ce qu’il se passe. Il trouve Miscavige en train de tenir un fer à repasser brûlant devant le visage d’une jeune femme et de menacer de lui écraser le fer à repasser sur la figure. Gary dit au jeune freluquet de poser le fer. S’ensuit une discussion animée durant laquelle Miscavige apostrophe Gary en lui disant : « Est-ce que tu sais qui je suis ? » Gary lui dit « Non, je ne sais pas qui tu es, pose ce fer. » Finalement Miscavige pose le fer et Gary apprend que Dave-La-Petite-Frappe était en rogne contre la jeune femme parce qu’il estimait qu’elle avait mal repassé sa chemise !

Gary raconte également que le GO était chargé d’ouvrir des comptes bancaires à l’étranger, dont le Lichenstein, afin de faire disparaître certaines sommes d’argent. Il ignore le montant de ces sommes mais nous apprend que les signataires de ces comptes étaient Miscavige ainsi que Pat et Anne Broeker. Tout cela, bien sûr, était top secret et on a fait comprendre à Gary qu’il avait intérêt à garder cela pour lui.

Dans la seconde vidéo, à venir bientôt (et que nous publierons dès qu’elle sera en ligne), Gary raconte ses déboires quand sa femme est tombée enceinte une première fois, puis une seconde fois. En attendant, voici la première vidéo.

Vous pouvez également trouver le témoignage complet de Gary Weber en cliquant ici. C’est en anglais, c’est long et détaillé mais c’est très, très intéressant.

Excommunications massives en Afrique du Sud

Un certain nombre de scientologues sud-africains proéminents ont ouvertement exprimé leur désaccord avec la politique répressive du dictateur et les incessantes levées de fonds pour les morgues idéales et l’IAS.

Il existe actuellement deux morgues idéales désespérément vides en Afrique du Sud : Joannesbourg et Pretoria.

Quelques « apostats » sud-africains viennent de lancer un blog qui dénonce les dérives de la scientologie en Afrique du Sud et dans le monde. Nous les félicitons, bien sûr, de cette initiative d’utilité publique.

Pour faire face à ce vent de révolte, le top management de l’église a excommunié une vingtaine de scientologues au CV mpressionnant, dont beaucoup d’OT et d’auditeurs chevronnés. Vous la trouverez un peu plus bas.

Ces excommunications sauvages et arbitraires (ces personnes ont été jugées et condamnées sans qu’aucune action de justice interne n’ait été entreprise à leur encontre) démontrent que 40 ans de bons et loyaux services au sein de l’église, ainsi qu’un nveau d’audition et de formation élevé, sont la garantie qu’un jour ou l’autre, vous serez excommuniés. On n’excommunie plus que les vétérans et les individus qui ont contribué activement à l’expansion de l’église au cours des 30 ou 40 dernières années.

Le dictateur, dans sa grande sagesse, ne veut plus qu’il y ait de scientologues en scientologie – juste une armée de jeunes zombies illettrés qui se prosternent devant lui.

Sept missionnaires de la sea org viennent d’être dépêchés pour reprendre en main l’Afrique du Sud, tellement la situation est tendue là-bas. Et une vingtaine d’excommunications supplémentaires sont déjà dans les tuyaux.

En attendant, voici la liste des « suppressifs » déjà excommuniés.

Gaye Corbett – 42 years in Scn, OT VIII, Cl IV, 3Ls, Data Series Evaluator, Triple Cornerstone Member, Silver Meritorius

Ernest Corbett – 42 years in Scn, OT VIII, 3Ls, Data Series Evaluator, Triple Cornerstone Member, Silver Meritorius

Tracey Henley (nee Corbett) – 40 years in Scn (all her life), OT V, Flag trained CL VI, Patron

Guy Henley – 12 years in Scn, Patron

Lisa Goosen (nee Corbett) – 35 years in Scn (all her life), Patron, Ls

Warwick Goosen – 20 years in Scn, Patron, Ls

Rodney Corbett – 40 years in Scn, OT V, OEC

Karl Kroeger – 35 years in Scn, OT VIII, Ls

Sandy Kroeger – 35 years in Scn, OT VIII, Cl IV

Molly Jelly – 46 years in Scn, Cl VI, OT VIII

Dave Jelly – 46 years in Scn, Cl VI, OT VIII

Craig Howarth – 20 years in Scn, 8 years on Durban Staff

Shirley Wartski – 20 years in Scn, Flag trained CL VI, OT V

Cameron Wannenberg – 15 years in Scn.

Kim Downing – 42 years in Scn, OT VII, Cl IV

Ueli Gostelli – 35+ years in Scn, OT V.

Carol Krieger – +- 20 years in Scn, CL IV, OT V

Wendy Bowman – 45 years in Scn, CL VI, 12 years on staff

Mise à jour du 10 novembre 2013

Gayle et Ernest Corbett, récemment excommuniés, viennent de mettre en ligne leur histoire et confirment ce que je pense depuis un certain temps : l’église de scientologie est une organisation mafieuse.

Toxicité

L’église de scientologie est toxique.

Elle l’est pour les paroissiens et elle l’est pour les ex-scientologues qui ont quitté l’église.

En apparence, l’église de scientologie prône des valeurs universelles telles que la tolérance ou la liberté de penser. Mais la réalité est tout autre. L’église interdit de penser autrement que son fondateur, L. Ron Hubbard. Toute pensée ou opinion qui diverge un tant soit peu des écritures de l’église est considérée comme hérétique.

Hubbard lui-même a planté la graine de l’intolérance en affirmant haut et fort que sa technologie était la seule à pouvoir sauver l’homme et que tous les autres domaines de l’activité humaine faisaient fausse route. Ce point de vue est profondément ancré chez les scientologues et les isole du reste de l’humanité – cette humanité qu’ils sont censés sauver.

« Avoir l’esprit ouvert » en scientologie est une aberration, un crime, car seule la scientologie possède toutes les réponses aux problèmes du monde. Alors à quoi bon regarder ou chercher ailleurs ?

Le scientologue, drapé dans son arrogance, ne regarde pas et ne se remet pas en question. Il sait qu’il a raison et que les autres ont tort. Il ne remet pas non plus en question les innombrables dérives de son église : violations des droits de l’homme, interrogatoires des paroissiens et employés jugés « problématiques », obligation de rompre les liens avec les « hérétiques » et les « ennemis », collectes de fonds abusives pour des causes « humanitaires », dons d’argent exorbitants pour accéder aux « niveaux supérieurs » top secret censés mener à « la liberté totale », publication du contenu des dossiers d’audition (thérapie) des ex-scientologues qui critiquent l’église, achat systématique, à coups de millions de dollars, du silence d’ex-scientologues dont les révélations pourraient nuire à l’église, etc, etc. La liste est longue et non exhaustive.

Lorsque vous parlez de ces dérives avec un scientologue, vous avez droit à trois types de réponses :

1) Ce sont des mensonges. (Déni.)

2) C’est provisoire et ça va s’arranger. (Déni naïf.)

3) La fin justifie les moyens. S’il faut violer les droits de l’homme pour sauver l’humanité, qu’il en soit ainsi. (Fanatisme.)

L’église de scientologie prend l’eau de partout et les brèches sont de plus en plus importantes et de plus en plus nombreuses. OSA et Miscavige n’arrivent plus à les colmater. Ils ont beau clamer que la scientologie ne s’est jamais aussi bien portée et qu’elle ouvre des églises hi-tech partout dans le monde, le fait est que plus personne ne les croit à part la poignée de fidèles irréductibles qui refusent de voir que le bateau est en train de sombrer alors qu’ils ont de l’eau jusqu’aux épaules.

Le scientologue n’a pas le droit de surfer sur internet et de jeter un coup d’œil aux sites « ennemis » ou « négatifs ». S’il le fait, il est convoqué en éthique pour un « réajustement » de sa pensée. Cela peut inclure des dizaines d’heures d’interrogatoires (sec checks, ou confessions) – aux frais du scientologue.

Le scientologue est l’esclave volontaire d’une idéologie qui prône la pensée unique.

D’après Hubbard, un scientologue est quelqu’un qui a appris à penser par lui-même et qui améliore les conditions de vie autour de lui.

Or, qu’observons-nous ?

Le scientologue lambda ne pense pas par lui-même, il régurgite du Hubbard à tout bout de champ.

Le scientologue n’améliore pas (ou très rarement) les conditions de vie autour lui car sa vie, c’est métro, boulot, sciento, dodo. Il n’a souvent même pas le temps de s’occuper de sa famille et de ses enfants et il se débat en permanence avec des problèmes d’argent et d’endettement car il donne tout ce qu’il gagne à l’église, alors comment voulez-vous qu’il améliore les conditions de vie autour de lui ? Il a déjà du mal à vivre correctement lui-même.

Oui, l’église de scientologie est toxique pour les scientologues.

Et elle l’est tout autant, bien que différemment, pour les ex-scientologues.

L’ex-scientologue a visité les sites « ennemis ». Il s’est renseigné. Peu à peu, il a découvert la vérité sur ce qu’est réellement l’église. Il a tenté de prévenir sa famille scientologue, ses amis scientologues, ses associés scientologues.

En vain.

Il a alors quitté l’église, plus ou moins bruyamment, et s’est fait excommunier. Sa famille et ses « amis » scientologues ont ensuite coupé les ponts avec lui. Ça l’a révolté.

Souvent, l’ex-scientologue décide alors de sauver les scientologues des griffes de l’église.

Mais le jeu en vaut-il vraiment la chandelle ?

N’est-il pas temps de passer à autre chose ?

N’est-il pas temps de laisser tout cela derrière soi et de commencer à se bâtir une nouvelle vie ?

A quoi bon vouloir sauver les scientologues ? Leur salut ne viendra pas de vous mais d’eux-mêmes. Toute prise de conscience est personnelle et autodéterminée.

Beaucoup d’ex-scientologues comme votre serviteur sont encore, malgré eux, connectés à l’église car ils y ont de la famille ou des amis. La déconnexion et l’excommunication ont pour effet de créer une situation d’oppression – pour les ex-scientologues comme pour les scientologues. Même lorsqu’on est sorti de l’église, on continue, d’une façon ou d’une autre, d’être opprimé.

Peut-être avez-vous de la famille ou des amis qui sont restés de bons petits paroissiens bien formatés et que cela vous énerve. Faites-vous une raison. Ces gens vous ont rayé de leur vie. Ils ne sont ni vos amis, ni les amis de l’humanité même s’ils prétendent le contraire. Ils ont donné leur accord à un système qui détruit les vies au lieu de les améliorer. Ils sont complices de Miscavige et de ses clones. D’une certaine façon ils SONT Miscavige.

Le jour où certains d’entre eux se réveilleront, accueillez-les à bras ouvert et aidez-les à décompresser et à surmonter le cauchemar qu’ils se sont eux-mêmes infligés.

Le plus difficile quand on coupe les ponts avec la scientologie, c’est de se pardonner à soi-même d’avoir été aveugle et d’avoir soutenu une organisation toxique.

C’est le premier pas vers la désintoxication.

La déconnexion : l’arme meurtrière de l’église de la haine

Voici un commentaire de Fool OT qui méritait d’être publié en tant qu’article à part entière.

Après avoir annulé la déconnexion en 1968, Hubbard l’a réactivée et renforcée en 1983 dans la HCO PL intitulée « PTSness et Déconnexion » :

(…) Refuser de rompre les liens avec une personne suppressive va non seulement empêcher la personne PTS (connectée à une personne suppressive) de retirer des bienfaits de l’audition, mais c’est, également, un acte de solidarité avec la personne suppressive, ce qui est en soi un acte suppressif. (…)

Beaucoup de scientologues indépendants affirment que ce texte n’a pas été écrit par Hubbard, mais sans pouvoir apporter la moindre preuve tangible de ce qu’ils avancent. Quoi qu’il en soit, ce texte existe et porte la signature du fondateur et, en tant que tel, il est utilisé par Miscavige et l’église pour excommunier, ostraciser et détruire familles et amitiés.

Voici le billet de Fool OT.

* * * * *

Je voudrais revenir sur la déconnexion après qu’on m’a fait la réflexion que les « apostats » coupaient eux aussi les ponts avec la sciento, qu’ils employaient donc eux aussi la déconnexion qu’ils dénonçaient avec virulence.

Je précise ici que ce n’est pas la même déconnexion dans la mesure où un apostat continue de communiquer si on s’adresse à lui. Un scientologue pratiquant qui déconnecte, lui ne communique plus du tout.
Il fait le mort. Niveau de ton adopté : mort simulée.

Autrement dit, plus aucune affinité, réalité et communication. Pas très confortable pour un être de maintenir l’ARC tout en bas.

Tout en donnant l’impression de donner le choix, HCO impose subrepticement UN ACTE CONTRE NATURE POUR L’ETRE SPIRITUEL et ça ne peut pas attirer de bons flux, ni à la personne qui accepte de faire le mort, ni au groupe qui impose cet acte contre nature. On en voit d’ailleurs les répercussions avec tous les scandales qui font l’actualité de la scientologie.

Les apostats ne descendent jamais à « mort simulée » sur l’échelle des tons, ils ont bien trop de theta libre pour accepter de descendre aussi bas !

Pratiquant l’anti-spiritualité à outrance, la scientologie ne survit que dans la force, même si elle rassure ses ouailles en disant qu’il y a toujours du chaos quand on met de l’ordre. Ne vous y trompez pas :

LA SCIENTOLOGIE MET DE LA CHARGE LA OU IL Y AVAIT DE L’ARC.

Elle créé un chaos épouvantable, à des années lumières de ses deux principes de base, ARC/KRC, mais elle vous dira, à sa décharge, qu’elle est si efficace et en telle expansion qu’elle rend fou les SPs.

Quand un taux de SPs dépasse allègrement les 2,5%, comme c’est le cas de nos jours en sciento, un groupe devrait se poser la question de savoir si ce n’est pas lui qui est devenu suppressif !

Le fait est que la scientologie, grande adepte de l’évaluation, de l’invalidation de cas et grande adoratrice du Mest et du dieu « Monnaie » déçoit et fait fuir un grand nombre de ses adeptes. Du reste, elle n’est pas en expansion du tout et ses orgs idéales sont désespérément vides.

Le clamer partout dans les events et la presse est un mensonge éhonté. C’est comme dire qu’un chômeur de longue durée est upstat parce qu’il a fait un héritage d’un million.

UNE VRAIE EXPANSION EST LE FRUIT DE LA PRODUCTION PAS DES DONATIONS.

Mais revenons à la notion d’apostat… Un apostat est une personne opposée au régime matéraliste et pharaonique de Miscavige le Magnifique. Lorsqu’elle arrête les services, elle déconnecte du groupe, c’est vrai, mais si un sciento sur les lignes lui écrit, elle répondra.

UN APOSTAT EST CONTRE LE REGIME EN PLACE, PAS CONTRE LES SCIENTOLOGUES.

Même si Miscavige le Magnifique écrivait en personne à cette personne, elle lui répondrait honnêtement pour lui dire ce qu’elle pense de sa politique.

UN APOSTAT QUI A COUPE LES PONTS CONTINUE DE COMMUNIQUER SI ON S’ADRESSE A LUI. LE SCIENTOLOGUE, NON.

La déconnexion est un acte qui va profondément à l’encontre des préceptes de la scientologie. Ce n’est pas du KRC (Connaissance, Responsabilité, Contrôle) mais du MIC total (Mystère, Irresponsabilité, Confusion). On ne peut pas comprendre et contrôler ce à quoi on tourne délibérément et définitivement le dos.

(note de l’auteur : MIC est ma trouvaille, ne cherchez pas dans le dico tech !)

En coupant la comm avec un être cher, l’être cher passe direct de la lumière (connaissance) à l’ombre (mystère). Vous ne pouvez dès lors plus en prendre responsabilité puisque vous avez rejeté connaissance et contrôle à son propos.

Comment la scientologie peut-elle inviter à la déconnexion entre membres d’une même famille sachant que la non communication va fatalement provoquer des ridges ? Ridges dû aux principes de base ARC/KRC non appliqués.

LA SCIENTOLOGIE DE DAVID LE MAGNIFIQUE NE REPOSE PAS SUR LE SOCLE ARC/KRC. ELLE REPOSE SUR LA FORCE, LA CONTRE-EMOTION ET LA CONTRE-PENSEE.

Sa fréquence est devenue lourde et grossière. Il suffit de regarder les décors pompeux et visuellement agressifs des events pour s’en rendre compte.

La scientologie devient tellement matérialiste, tellement lourde et opulente qu’elle se paralyse peu à peu. Elle essaie de progresser en employant la force.

Son but premier était l’ARC, la liberté et la légèreté. En se couvrant de chaînes, elle en a quitté le sentier.

La scientologie en guerre contre Leah Remini



Le 8 juillet dernier, nous apprenions que Leah Remini, star de la télévision américaine et scientologue depuis plus de trente ans, avait quitté l’église de scientologie avec toute sa famille. Leah Remini est surtout connue pour son rôle dans le sitcom Un Gars du Queens (The King of Queens) qui a été diffusé par la chaîne américaine CBS de 1998 à 2007.

La nouvelle du départ de Leah s’est propagée comme une traînée de poudre dans les médias et s’est transformée en cauchemar médiatique pour l’église. On ne parle plus que de ça aujourd’hui dans la presse U.S.et dans les JT et les talk shows des principales chaînes américaines. Sans oublier Internet : vous tapez « Leah Remini » et Google affiche des dizaines et des dizaines de pages, toutes pro-Léah et anti-scientologie et anti-Miscavige.

Tout commence en novembre 2006, au mariage de Tom Cruise et Katie Holmes, en Italie. Quelques célébrités hollywoodiennes et le gotha de la scientologie ont été conviés, dont le chef ecclésiastique de l’église, David Miscavige, ami personnel de Cruise dont il est le témoin. Leah est présente et s’étonne de ne pas voir son amie Michelle (Shelly) Miscavige, l’épouse du dictateur, et demande pourquoi elle n’est pas là. Elle se fait aussitôt remonter les bretelles par Tommy Davis, porte-parole de l’église, qui lui dit qu’elle n’est pas en position, de par son rang et son statut, à poser ce genre de question. Leah est choquée par la violence de la réaction de Davies et commet un autre « impair » :  sa copine Jennifer Lopez a été placée à une table pleine de scientologues et JLo fait savoir à Leah qu’elle préférerait de loin être assise à la table de Leah pour pouvoir papoter avec elle. Du coup, Leah demande à ce que certains invités soient déplacés pour pouvoir être avec JLo. C’est très mal vu et Leah est pointée du doigt comme une fauteuse de trouble.

Elle est rapidement convoquée à Flag où elle reçoit le Rundown de la Vérité – des intensives et des intensives de sec checks destinées à lui extirper ses pensées négatives concernant Miscavige, Hubbard et la scientologie. Cela lui coûtera la bagatelle de 300 000 dollars.

Sa foi dans le management de la scientologie s’en trouve fortement ébranlée. Elle continue, dans les médias, à faire de la publicité pour la scientologie mais le cœur n’y est plus.

Lorsque Paul Haggis, scénariste et réalisateur oscarisé, quitte bruyamment la scientologie en 2009, Leah est parmi les rares scientologues à ne pas rompre les liens avec lui comme l’exigent les règlements de l’église. Elle s’en prend à Tommy Davis et lui fait savoir qu’elle est révoltée par la façon dont l’église torpille Haggis dans son organe de presse, Freedom.

Apparemment, la décision de Leah Remini de couper les ponts avec l’église a été mûrement réfléchie et planifiée. En effet, elle ne voulait surtout pas se retrouver dans une situation où sa famille et sa belle-famille (tous scientologues – la mère de Leah est OT 8 et Classe 6) auraient été forcées de rompre les liens (déconnecter) avec elle. Elle s’est donc assurée que ses proches seraient d’accord avec sa décision avant de la rendre publique. En agissant ainsi, elle a privé l’église de son arme préférée : détruire les familles avec la déconnexion.

La défection de Leah a suscité de violentes réactions chez certains scientologues, dont Kirstie Alley qui a aussitôt mis en ligne un tweet pas très subtil : « Quand je suis confrontée à des commérages malveillants, il me faut un moment pour absorber la perte d’une personne que je croyais mon amie… Et ensuite je dis : qu’elle aille se faire foutre. » (When faced w malicious gossip I take a moment to experience the loss of the person I thought was my friend… Then I say fuck em.)

La classe.

Dans un autre tweet, Alley tente ensuite de faire croire qu’elle ne parlait pas de Leah mais ne fait que jeter de l’huile sur le feu : « Tu es tellement imbue de toi-même… Tu crois probablement que mes tweets parlent de toi, pas vrai, pas vrai, pas vrai ?… C’est faux. » (you’re so vain..You probably think my tweets are about you ..don’t you don’t you don’t you ? …..they’re not) Avec ces tweets, Alley a réussi deux choses : elle s’est fait descendre en flammes dans les médias et elle a enfoncé un peu plus la scientologie.

Le plus drôle dans cette histoire, c’est que Leah Remini, maligne, n’avait, à ce moment-là, fait aucune déclaration officielle comme quoi elle quittait l’église. La nouvelle avait été répercutée par des amis, puis par sa sœur Nicole qui avait attaqué de front l’église sur la déconnexion et la disparition de Shelly Miscavige, dont personne n’a entendu parler depis 2006. La seule déclaration publique de Leah , suite à l’annonce de sa défection, avait été la suivante : « Je voudrais partager mon appréciation sincère du fond de mon coeur pour la réponse positive que j’ai reçue de la part des médias, de mes collègues et de mes fans de par le monde. Je suis vraiment reconnaissante de tout votre soutien »

Dans une interview avec Tony Ortega, Nicole raconte ce que Leah et elle ont vécu en scientologie. On apprend ainsi qu’elles ont fait partie de la Sea Org pendant un an alors qu’elles avaient respectivement 12 et 14 ans et qu’elles l’ont quittée lorsqu’on a voulu les envoyer au RPF (Rehabilitation Project Force – le camp de « réinsertion » de la Sea Org)  après avoir été faussement accusées d’avoir eu des relations sexuelles avec des garçons. Soit dit en passant, la fixation malsaine de la Sea Org sur le sexe ne connaît pas de limites et relève de la psychose.

Leah était ensuite devenue une bonne scientologue sans histoire qui n’hésitait pas à parler positivement de sa religion dans les médias – une porte-parole de luxe dont la crédibilité était renforcée par le fait qu’elle jouissait d’une très grande popularité.

Mais après l’incident de 2006 lors du mariage de Cruise, Leah avait commencé à se poser de plus en plus de questions sur la véritable nature de l’église et de ses dirigeants.

Début 2012, la lettre de Debbie Cook avait confirmé ses doutes. Leah avait alors demandé à joindre Cook pour pouvoir communiquer avec elle et l’église avait menacé de l’excommunier si elle elle le faisait. Toujours en 2012, Leah, qui s’inquiétait de plus en plus de la disparition de Shelly Miscavige, avait menacé de faire appel au FBI pour la retrouver. Une rencontre avec Miscavige en personne, destinée à la calmer, s’était très mal terminée lorsque le dictateur lui avait proposé de la rembourser pour toute la mauvaise audition qu’elle avait reçue à  Flag, faisant d’elle un « cas de remboursement » (se faire rembourser entraîne automatiquement l’excommunication).

Et voilà comment Leah Remini, excédée et dégoûtée, a fini par quitter l’église en compagnie de toute sa famille.

Trois semaine après l’annonce de son départ, Leah Remini a fait officiellement connaître sa position dans People :

« J’ai la conviction que les gens devraient pouvoir remettre les choses en question. Je crois fermement que les gens devraient chérir la famille et l’amitié, et les considérer comme sacro-saintes. (…) Personne ne me dictera ce que dois penser, personne ne me dira à qui je peux, ou non, parler. »

Il y a quelques jours, dans une lettre ouverte publiée par le Hollywood Reporter, Paul Haggis a félicité Leah pour son courage, vilipendé les ex-amis scientologues de Leah pour avoir coupé les pont avec elle au lieu de la soutenir, et il l’a mise en garde contre la campagne de dénigrement que l’église va sans doute lancer contre elle.

En effet, l’église est bien connue pour ses attaques vicieuses contre les ex-membres qui osent la critiquer. Elle a, par exemple, mis en ligne toute une série de sites abjects intitulés « whoismartyrathbun », « whoismikerinder », « whoispaulhaggis », etc (littéralement : qui est marty rathbun, qui est mike rinder, qui est paul haggis). Ces sites « qui est…? » ne sont qu’un ramassis de mensonges et de fiel qui contiennent, de surcroit, des infos tirées des dossiers d’audition des personnes concernées – une violation éhontée du devoir de confidentialité auquel est soumise l’église.

Il y a quelques jours, Karin Pouw, la porte-parole de l’église, a reconnu que l’église fournissait des infos à ces sites tout en niant qu’ils lui appartenait, une façon de dire aux VIP scientologues qui songeraient à quitter l’église qu’ils ont intérêt à se tenir à carreau s’ils ne veulent pas que leurs secrets les plus intimes soient révélés au public.

Un site « whoisleahremini » a été créé dernièrement et mis en ligne. Pour l’instant, il ne contient rien.

Un certain nombre de medias rapportent que Leah serait en train d’écrire un livre sur tout ce qu’elle a vécu et observé pendant ses quelque 35 années de scientologie.

De nouveaux faits intéressants devraient sans doute survenir dans cette étonnante affaire et cet article sera régulièrement mis à jour.

* * * * *

8 août 2013

Selon Tony Ortega, Leah Remini a officiellement signalé la disparition de Shelly Miscavige. Ce rapport envoyé par Leah va obliger la police de L.A. à lancer une enquête.

L’église et son dictateur vont être forcés de sortir Shelly de son placard, de l’épousseter et de l’exhiber publiquement. En attendant, la scientologie se retrouve évidemment à la une de tous les médias américains.

* * * * *

11 août 2013

Selon CNN, la police de L.A. a déclaré que Shelly allait bien et que l’affaire était classée. L’église a aussitôt publié un communiqué dans lequel elle accuse Leah Remini d’avoir voulu faire un coup de pub. Mais comme le font remarquer les présentateurs de CNN, même si l’affaire est classée, on ne sait toujours pas où est Shelly Miscavige.

 

La sœur jumelle de David Miscavige arrêtée pour possession de marijuana et conduite en état d’ivresse

Un article du Tampa Bay Times vient de révéler que Denise Gentile, 53 ans, OT VI, et sœur jumelle de David Miscavige, le chef ecclésiastique de l’église de scientologie, a été arrêtée pour possession de marijuana et conduite en état d’ivresse.

Fin janvier 2013, une Dodge Durango noire est garée à côté d’une maison que la police de St. Petersburg, Floride, a dans le collimateur depuis pluseurs années car elle abrite des trafiquants de drogues. A 19 heures, la Dodge sort en marche arrière et manque de percuter une ambulance. Terrence Nemeth, le flic qui surveille la maison, ordonne à la conductrice de se garer et lui demande s’il peut fouiller sa voiture. Elle accepte. Sous le siège de la conductrice, il trouve 9 cigarettes de marijuana. La femme lui dit qu’elle ne comprend pas comment ces joints ont atterri là et que quelqu’un a dû les y mettre à son insu. Elle des difficultés d’élocution, elle éructe, elle sent l’alcool et ses yeux sont vitreux et injecté de sang.

Cette femme, c’est Denise Gentile, la sœur jumelle de David Miscavige. Elle est emmenée au poste.

La maison qu’elle a visitée, ainsi que deux autres maisons situées juste derrière, ont été achetées par son mari, Gerald Gentile, en 2005. Elles sont divisées en appartements et  occupées par des locataires que Denise vient voir une fois par mois pour encaisser les loyers. Un certain nombre de ces locataires sont des dealers. La police a déjà effectué des raids sur ces maisons en 2011 et 2012 et prévenu le couple Gentile que leurs propriétés étaient occupées par des dealers.

En interrogeant quelques locataires, la police découvre rapidement que Denise se fournissait chez ces dealers et se faisait payer les charges (eau, électricité, etc), non pas en espèces, mais en marijuana.

Denise traînait déjà un certain nombre de casseroles qui sont décrites en détail dans l’article du Tampa Bay Times, dont une faute professionnelle grave dans la société hi-tech  d’un scientologue, mais elle s’en était toujours sortie grâce à son lien de parenté avec le dictateur.

Après le livre de sa nièce et les départs de son frère et de son père, voilà le dictateur à nouveau en fâcheuse posture. Nul doute qu’il fera « disparaître » cette nouvelle affaire. Après tout, il dispose de fonds illimités gracieusement fournis par les pauvres hères qui peuplent son église.

Les scientologues en guerre – Le documentaire de Channel 4

Diffusé hier soir sur la chaîne nationale anglaise Channel 4, le documentaire Scientologists at War mérite votre attention.

Si vous ne comprenez pas l’anglais, une partie des faits exposés dans ce documentaire ont été couverts dans ce blog. Cliquez ici et ici.

Dépêchez-vous de le regarder – il n’est pas certain qu’il reste longtemps sur YouTube.

Un petit bonus pour égayer ce blog.

La « justice » selon Miscavige – L’Âge d’Or de l’Excommunication

Il y a quelque jours, Mike Rinder a publié une enquête sur les excommunications de l’église au cours des dix dernières années. Les questions étaient les suivantes :

Comment avez-vous appris que vous étiez excommunié (déclaré) ?

–       Par un ami/une connaissance (rumeur circulant sur vous)

–       Verbalement, par un officiel de la scientologie

–       Par une lettre de l’église de scientologie

–       Par une déclaration officielle de l’église de scientologie comme quoi vous étiez suppressif (SP declare)

–       Autre

Nombre d’années en scientologie

Niveau d’audition

Niveau d’entraînement

Niveau d’entraînement administratif

Nombre d’années dans la Sea Org

Nombre d’années comme employé d’une org ou d’une mission

Mike Rinder a reçu 200 réponses et publié aujourd’hui les premiers résultats.

Voici donc le profil d’un excommunié de l’Âge d’Or des SP :

28 ans en scientologie : Actuellement, un SP excommunié a passé en moyenne 28 ans en scientologie. Il s’agit donc de quelqu’un qui savait ce qu’était la scientologie AVANT que Miscavige n’assoie son pouvoir. Si vous avez 28 ans de scientologie ou plus, vous êtes dans la catégorie de ceux qui ont le plus de chances d’être excommunié.

10 ans en tant que membre du personnel : C’est le nombre moyen d’années pour une personne excommuniée. Si vous travaillez comme membre du personnel depuis 10 ans ou plus, vous êtes probablement un SP « du nouvel âge ». Excommuniez-vous vous-même pour éviter au dictateur la tâche pénible d’avoir à le faire.

Clairs ou OT : Accrochez-vous, 71% des SPs excommuniés sont clairs et OT. 50% sont OT et 38% sont OT V ou au-dessus.

Auditeurs entraînés : 66% des SP déclarés sont des auditeurs entraînés, niveau 0 ou au-dessus. Si on inclut les personnes qui se sont co-auditées et celles qui ont audité avec un livre (Livre Un, Auto-analyse), on arrive à 72%. Parmi, ces auditeurs, il y a des Classe V grad’, des Classe VI et des Classe VIII. 21% sont Classe V Grad’ ou au-dessus.

Entraînement administratif : 72% des SP déclarés ont fait le Staff Statut II ou au-dessus. Sur les 200 réponses reçues, 14 SP déclarés ont fait l’OEC/FEBC et 13 autres le cours d’évaluateur des Data Series.

La statistique la plus parlante est celle du pourcentage de SP déclarés qui ont été membres du personnel : 83% d’entre eux ont travaillé dans une org, dans une mission ou dans la sea org, soit 167 personnes sur 200.

Sur les 200 personnes qui ont répondu à cette enquête, seules 32 ont reçu une déclaration SP officielle par écrit. Donc, si vous êtes excommunié, vous avez 16% de chances d’en être informé officiellement. Les 84% restants sont donc privés de tout recours et resteront excommuniés ad vitam æternam.

8,5% des personnes excommuniées en ont été informées par une lettre de l’église leur disant simplement qu’elles étaient déclarées et 11,5% en ont été informées verbalement par un officiel de l’église.

Autrement dit, 64% des personnes déclarées n’en ont jamais été informées par l’église et ont appris leur excommunication par un ami, un membre de la famille ou une connaissance (qui ont, bien sûr, immédiatement coupé les ponts).

Et dire que l’église se targue d’avoir le système de justice le plus avancé du monde…

Beaucoup de scientologues sont au courant de ces violations fondamentales des droits de l’homme au sein de leur église. Mais ils ne font rien. Ils ont trop peur des conséquences et, ce faisant, ils tuent la scientologie en tant que SUJET.

L’unique façon de mettre fin à cette pratique immonde, c’est de continuer à faire pression sur l’église et ses paroissiens pour qu’ils la bannissent à jamais car c’est la seule arme dont dispose le dictateur pour les contrôler.

Désarmons Miscavige !

____________________________________

Sur son blog, David St Lawrence a publié une lettre d’un membre du personnel d’une org américaine concernant les excommunications.

En voici un extrait :

Cette photo montre les ordres de déclaration (excommunication) reçus par mon org au cours des six derniers mois. Ce dossier fait plus de 300 pages.

Cela fait 4 ans que ça dure – au même rythme.

Grosso modo, ça fait 2500 personnes qui ont été excommuniées (déclarées) sur papier.

En admettant qu’il y a actuellement 40 000 scientologues actifs dans le monde, ça nous fait 6% de scientologues excommuniés perdus par l’église au cours des 4 dernières années.

J’ai remarqué que pour chaque scientologue déclaré dans mon org, 3 autres scientologues disparaissent dans la nature. (…)

Donc, ça fait 18% de scientologues supplémentaires qui ne sont plus là. (…)

A ce rythme, d’après mes calculs, si l’église perd 24% de ses paroissiens tous les 4 ans, il n’y aura plus personne dans 12 ans.

(…)

_____________________________________

Un article de Mike Rinder décrypte le nouveau système d’excommunication mis en place par le dictateur.

Avant, lorsque’un paroissien était excommunié, on affichait une feuille jaune (goldenrod) dans un endroit public de l’org ou de la mission afin de prévenir les paroissiens qu’un tel ou une telle avait commis des crimes qui avaient conduit à son exclusion. On y donnait tous les détails avec des preuves. Le paroissien excommunié recevait une copie de cette déclaration.

C’est désormais de l’histoire ancienne.

Comme le nombre de paroissiens mécontents qui quittent l’église augmente exponentiellement, il ne saurait être question d’afficher chaque semaine les excommunications car les paroissiens pourraient se demander pourquoi tant de gens sont soudain devenus « suppressifs ».

Donc, maintenant on excommunie en cachette. Si un paroissien demande pourquoi on ne voit plus un tel ou une telle depuis quelques mois, il lui est répondu que la personne a été excommuniée. Si le paroissien veut savoir pourquoi, on le convoque dans un bureau et on lui montre la feuille jaune du paroissien excommunié où sont énumérés tous ces « crimes » – souvent des généralités qui n’ont jamais été prouvées, du genre : « Il a rejoint un groupe d’apostats » ou « Il s’est ouvertement opposé au management en le dénigrant. » Ces déclarations se ressemblent toutes. C’est toujours plus ou moins le même texte. Seuls le nom de l’excommunié et la date changent.

Il arrive que le paroissien excommunié soit prévenu qu’il est désormais « suppressif », sous la forme d’une lettre avec l’en-tête : Senior Hubbard Communications Office. Dans cette lettre, le Justice Chief annonce à la personne qu’elle a été excommuniée pour les crimes surlignés dans la pièce jointe (HCOPL 7.3.1965RB I, republiée le 4.11.2001). Voir ci-dessous.

Là aussi, il s’agit juste de généralités. On surligne des crimes en jaune, mais on ne précise JAMAIS ce que la personne a vraiment fait, quand elle l’a fait, où elle l’a fait, etc, chose qu’Hubbard demande expressément dans la HCOPL du 2 juin 1965 – Comment rédiger un ordre d’éthique.

« When writing an Ethics Order, don’t ARC Break its readers by leaving out the data. Don’t create a mystery. Example of Wrong phrasing: “Woody McPheeters is declared a Suppressive Person. He stopped a student from coming on course.” That leaves out all the data. Leaves questions – Where did it happen? Is it in our area? What did he do? Who did he do it to? What’s the evidence? Correct Example: “WOODY McPHEETERS in Baltimore, U.S.A. is declared a Suppressive Person. On (date) he discouraged Fred Fairchild from taking the Saint Hill Course by writing to him lies about the course, well known by said McPheeters to be false statements. Evidence: Letter from McPheeters dated – – to – – now available in Ethics Files….

Don’t be unspecific or you leave people in a huge mystery. Ethics Orders are supposed to run group engrams out, not in!
Always put in what you know, nothing you don’t know, and only what you have evidence or witnesses for. Ethics Orders are issued on real data, not opinion. »

Dans la lettre ci-dessus envoyée à la personne excommuniée, on lui dit qu’elle peut faire les étapes de A à E pour réintégrer l’église et que la seule personne à qui elle peut s’adresser, c’est le International Justice Chief. Autrement dit, elle n’a plus le droit de communiquer avec les scientologues tant qu’elle n’a pas fait les étapes de A à E.

Cette façon de « rendre la justice » sans jamais exiber la moindre preuve nous renvoie aux heures glorieuses de mouvements totalitaires comme le stalinisme, le nazisme ou le maosime. On condamne arbitrairement sans aucune forme de procès.

Aux USA, cette pratique étant « religieuse », elle est difficilement attaquable.

En France, par contre, elle pourrait tomber sous le coup de la loi car ce n’est rien d’autre qu’une forme d’ostracisme. Qu’attend notre chère République, prétendu pays des droits de l’homme, pour mettre son nez là-dedans ?

Jenna Miscavige rejette la scientologie (et on la comprend)

Le mois dernier, devant la commission sénatoriale, concernant le livre de Jenna Miscavige-Hill, le « révérend » Eric Roux affirmait : « Dans ce que j’ai lu, il y a des choses absolument fausses, quand elle parle de son oncle. On est dans un contexte complètement américain, il n’y a qu’en France que ce livre a été traduit. Même aux Etats-Unis, il n’a pas le succès qu’il a en France. »

Faux. Le livre marche très bien aux USA. Et il a même été n°1 au Canada. Il a aussi été traduit en allemand.

Le 11 février dernier, un article de trois pages était publié dans le magazine américain People. Il faut savoir que ce magazine compte 46 millions de lecteurs. C’est le magazine américain le plus lu. C’est le genre de magazine qu’on trouve dans les salles d’attente des médecins et des dentistes, dans les salons de coiffure, etc. La durée de vie d’un numéro, après sa publication, se compte en mois.

Cet article est un véritable camouflet pour l’église de Miscavige car Jenna y est très claire : elle rejette la scientologie en bloc.

Sa seule source de bonheur, à l’heure actuelle, c’est d’avoir pu fonder une famille – chose qu’elle n’aurait jamais pu faire dans la Sea Org.

Miscavige a réussi l’exploit de transformer sa propre nièce en une ennemie féroce de la scientologie.

46 millions d’Américains sont désormais convaincus que la scientologie est un mouvement criminel et dangereux dirigé par un fou.

Nous souhaitons bien du plaisir aux body-routers (recruteurs qui font du prosélytisme dans la rue)  des églises américaines.

A part ça, tout va bien, Lors de la sauterie en Technicolor du 13 mars, le dictateur a affirmé sans sourciller que la scientologie ne s’est jamais aussi bien portée.

Combien de temps perpétuera-t-il le mensonge ?

Nous connaissons tous la réponse : tant que l’argent continuera d’affluer dans ses caisses.

Cliquez sur les images pour les agrandir.

* * * * * *

La vidéo de l’audition d’Eric Roux a été mise en ligne sur le site du Sénat. Les images donnent beaucoup plus de relief à la profonde bêtise du révérend. Il réussit parfaitement, à l’instar de son dieu, David Miscavige, à précipiter l’effondrement inéluctable de l’église. Qu’il en soit remercié.