Ça vous dit de travailler comme esclave pendant un milliard d’années ?

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

L’enthousiasme de ce sympathique jeune homme est touchant. Il ne le sait pas encore, mais de cruelles désillusions l’attendent. Pour l’instant, il semble persuadé qu’il travaille pour le bien du plus grand nombre. Il va vite déchanter.

Sa vie pleine « d’aventures » va consister à bosser 100 heures par semaine pour des cacahuètes, à être privé de sommeil, à être mal nourri, à devoir se confesser pour un oui ou pour un non chaque fois qu’il affichera des « contre-intentions » ou une attitude non conforme aux règlements, à se faire surveiller et dénoncer par ses camarades s’il s’écarte un tant soit peu du droit chemin, à se faire arracher la tête par ses supérieurs si ses statistiques hebdomadaires ne sont pas en hausse, à étudier, non pas les écrits de LRH, mais les incessants programmes de RTC et de CMO imaginés par Miscavige, j’en passe et des meilleures.

Il n’aura pas le droit de surfer sur Internet, de regarder la télé, de lire les journaux, d’avoir un smartphone (sauf si son poste le requiert), de s’asseoir à la même table que CMO et RTC pendant les repas (à moins d’en faire partie). Il sera totalement coupé du monde extérieur.

Comme beaucoup d’autres avant lui, il ne tiendra pas le coup.

Le jour où il décidera de sortir de la Sea Org, ce sera un chemin de croix. Il recevra moult vérifications de securité (confessions forcées), sera mis en quarantaine pour ne pas infecter ses camarades avec des idées « négatives » et traité comme un paria. Puis il fera une « routing form » de sortie, recevra une facture pour tous les cours et toute l’audition qu’il a suivis pendant le temps qu’il passé dans la Sea Org, avec obligation de les rembourser (au prix fort) avant de pouvoir réintégrer l’église et, finalement, il signera un document dans lequel il s’engage à ne jamais rien révéler de ce qu’il a fait ou observé pendant son séjour dans le groupe. Ce processus de sortie peut prendre plusieurs mois.

Ou bien il prendra la poudre d’escampette sans crier gare et sera immédiatement excommunié. C’est encore la meilleure solution. De nos jours, être excommunié équivaut à une victoire – une victoire sur la pensée fasciste, sur la pensée unique.

Je conseille à ce jeune homme de lire (en cachette) le livre de Jenna Miscavige-Hill. C’est un ouvrage fascinant. Nous en reparlerons en détail la semaine prochaine.

16 réflexions sur « Ça vous dit de travailler comme esclave pendant un milliard d’années ? »

  1. De plus, à Flag, il n’aura pas le droit de posséder une voiture, pas le droit de sortir dans la rue, de franchir la porte de Fort Harrisson. Il n’aura pas le droit également de manger avec un public, sauf famille très proche.
    Il sera donc prisonnier du Fort Harrisson, avec une probabilité proche de zéro de pouvoir communiquer avec un public ou avec l’extérieur.
    Il sera payé entre 25 et 50 dollars par semaine, et s’il possède un peu de fric ou s’il touche un héritage, il deviendra la cible privilégiée des regs qui ne le lâcheront pas tant qu’il n’aura pas tout donné à l’église.
    Finalement, le Club Med, c’est mieux…

    1. Merci d’avoir complété le tableau.

      Et n’oublions pas qu’il court, à tout moment, le risque de se retrouver en camp de redressement (au RPF) pendant quelques années si son travail est jugé insuffisant ou s’il avoue dans l’une de ses confessions hebdomadaires qu’il se masturbe (c’est vraiment arrivé). L’onanisme est le signe d’un esprit malade dans la Sea Org qui, par ailleurs, encourage l’avortement.

      1. La grande illusion.

        Aura-t-il seulement la possibilité d’être autodéterminé ou sera-t-il très vite « autodéterminé » par le groupe ? Nous connaissons déjà la réponse.

        Je lui souhaite, comme à Cendrillon, une bonne fée comme marraine. Il en aura bien besoin.

  2. Oui, mais tout cela est relatif. Les mecs qui s’engagent dans l’armée sont aussi sous la férule de supérieurs stupides quelquefois.
    Ce qui est incroyable surtout, c’est qu’une philosophie non conformiste comme la sciento ait pu attirer des jeunes qui ont une tronche à s’engager dans les pompiers. Le petit Luc a l’air d’un jeune homme bien sous tout rapport, tout à fait le genre de gars qui s’engage dans les pompiers.
    Il y a deux genres d’enfants de scientologues, les non conformes, artistes en général, rebelles qui pourraient vraiment être intéressés par le sujet et qui, après expériences de conformisation, fuient les lignes des orgs comme la peste. Et les « normaux », plutôt des manuels ou des fonctionnaires, qui ne comprennent généralement pas grand chose au sujet tout en prétendant haut et fort être scientologue et qui s’engagent dans la sea org. Ils vont dans la sea org comme, dans le passé, les jeunes joignaient l’armée avec enthousiasme (voir les films américains en tous genres).
    Etre scientologue au départ, c’est être non conforme. Ceux-là sont archi conformes. Et, à moins que j’aie d’horribles préjugés contre les jeunes gens propres sur eux, ce Luc a l’air d’un vrai brave garçon, mais je doute que qui que ce soit lui ait trouvé sa « ruine », et donc qu’il ait pu dépasser « peur d’empirer », condition sine qua non pour être un scientologue, sinon, pas d’intérêt dans tenter de changer.
    Il s’engage donc pour « aider la planète », et je suis sans doute trop SP pour comprendre cette idée qui me paraît complètement artificielle. C’est une idée pour les gens qui s’engagent dans la croix rouge. Mais vous aurez compris que je ne suis pas très « troisième dynamique », après tout je suis une royaliste (mais pas à la mode Ségolène !).
    Les nazis, les communistes et tous les autres du même style étaient dévoués à leur cause.
    Ils chantaient en défilant.
    Miscavige, tu devrais les faire défiler au pas en chantant.
    Hubbard, dans une des conférences des upper indoc (exercices de confrontation), dit que les gens qui veulent sauver la planète ne sont pas capables d’auditer le préclair qu’ils ont en face d’eux.
    Dans les temps révolus, être un scientologue, c’était auditer, pas donner du fric pour des buildings ou être un brave petit gars qui veut s’engager dans un « groupe thêta ».
    Mais peut-être que je me trompe complètement et m’en excuse auprès du jeune Luc. Que la force soit avec toi.

    1. Chère Marie-Antoinette,

      Rassurez-vous, Miscavige fait défiler ses troupes le jour du Sea Org Day, au mois d’août. Parade militaire et tout le tintouin. J’y ai assisté. C’est très spectaculaire et très flippant.

      J’aimerais quand même vous faire remarquer que la Sea Org, destinée à sauver le monde ou, plus exactement, à « mettre en place l’éthique sur la planète », a été créée par LRH lui-même.

      Historiquement, le début des grandes dérives de la scientologie coïncide avec la création de la sea org.

      C’est LRH qui a mis en place le totalitarisme qui est en train de tuer la sciento. Il dénonçait le fascisme et le communisme, mais il en a lui-même créé un. Sans doute qu’il n’était pas à une contradiction près. C’est peut-être ça le génie. Miscavige l’opportuniste n’a fait que renforcer ce qui existait déjà.

      1. Lrh a peut être pensé qu’en instaurant une discipline militaire il contrôlerait mieux le groupe et protégerait sa tech des dénaturations. Les militaires ont une réputation de dévouement et d’intégrité. Si vous regardez l’échelle des groupes dans le livre 0-8, vous verrez qu’au départ, un groupe a besoin d’être dirigé d’une main de fer (n’oublions pas que le mental réactif est le dénominateur commun des groupes) puis au fur et à mesure que ce mental réactif est allégé, la discipline peut s’assouplir puis, à terme disparaître entièrement pour laisser la place à un mental analytique efficace et bienveillant. Voilà ce que serait une org idéale : un groupe de personnes sans mental réactif ! Ce niveau idyllique n’a hélas jamais été atteint. Nombreux sont encore les staffs qui ne sont pas clairs ou auditeurs après 30 ans, voire plus, dans l’église et qui sont, ce qu’on appelle dans notre jargon, des « bank ambulants ». En d’autres termes, des mentaux réactifs sur pattes. LRH ne pouvait pas tout faire tout seul. Il a essayé de créer un groupe où les gens se co-auditeraient pour devenir le plus analytiques et efficaces possibles. Le groupe, mené par Miscavige, est hélas resté au bas de l’échelle.

      2. « C’est LRH qui a mis en place le totalitarisme qui est en train de tuer la sciento. Il dénonçait le fascisme et le communisme, mais il en a lui-même créé un. »

        Je vous invite à relire la conférence de Robertson au sujet des faux ponts et sur ce qu’il dit au niveau du statut et de l’argent.

        « LRH s’y attendait. Il savait que l’intention était de prendre le pouvoir de l’Eglise et de mettre un faux pont par dessus celui déjà en place. Alors, il a laissé une carotte pour les ânes….Eh bien, en réalité, il y en avait deux : l’argent et le statut. Oh, ils sont complètement tombés dans le panneau ! …Ils sont encore en train de se bagarrer à ce propos, et ce n’est même pas pour ce qu’il a laissé de valable ! Ils pensent également qu’ils ont la Tech mais ils ne l’ont pas. Ils ont un faux pont. Oui ! LRH s’est assuré que la Tech nécessaire soit distribuée à ceux qui pouvaient l’utiliser. »

        1. C’est une théorie fascinante. Malheureusement, elle ne repose que sur la parole d’un seul homme : Robertson.

          En gros, cela voudrait dire que LRH, voyant que c’était foutu, a permis que des dizaines de milliers de scientologues continuent d’utiliser un faux pont. Autrement dit, laissons l’église actuelle se décomposer de l’intérieur et opprimer ses paroissiens. Vous prêtez à LRH des intentions pour le moins tordues.

          1. Le captain Bill Robertson (1936 – 1991) est mort d’un cancer au cerveau à l’âge 55 ans… Il avait fondé la Rons’s Org. Sa disparition prématurée mérite qu’on se pose de sérieuses questions sur cette histoire de cancer chez les scientologues quand même…

  3. Je plains d’autant plus ce jeune homme que j’ai eu l’occasion il ya quelques années de me trouver en contact avec le C.O. CLO.EU. Il avait réuni à l’Org les membres du Comité O.T. et il nous a traités comme des moins que rien :
    ni bonjour, ni au revoir et des aboiements sur chacun d’entre nous,comme si nous étions des criminels (aucun d’entre nous ne s’est levé pour partir– honte à nous). Et quand nous avons demandé des explications sur ce comportement, on nous a répondu qu’il faisait chaud, qu’il était sur OT 7 et qu’il était fatigué !
    Je doute que L.R.H. se serait contenté de ces explications…

    1. S’agirait-il du charmant Walter Kotric ? Avant de rejoindre la sea org, il a été para dans l’armée autrichienne. Il a commencé sa carrière dans la division du Senior HCO. Chroniquement en colère, il fait étrangement penser à l’un de ses plus célèbres compatriotes – moins la moustache. Le jour où Miscavige dégagera, Kotric fera un excellent successeur.

  4. La sciento est un mouvement complètement schizo, d’une intelligence et d’une finesse remarquable quant à la connaissance de l’esprit et la capacité à restaurer l’espace, l’état émotionnel, la vitalité d’un individu d’un côté, et d’une débilité crasse avec le côté secte, incroyablement conformiste, borné et oppressif de l’autre.
    Mais, ce parcours, les chrétiens ne l’ont-ils pas déjà fait ? N’est-ce pas le chemin classique des religions : être altéré au point de devenir son contraire ? La religion d’amour devenant la sainte inquisition.
    Prenons une distance historique. Sera-t-il écrit que la scientologie était une secte stupide, une escroquerie qui a été finalement interdite ou que c’était une philosophie très controversée, qui a dérivé dans le totalitarisme sous le règne de l’usurpateur Miscavige ?
    Je le redis, il faut dénoncer l’usurpateur sans relâche pour tenter de sauver la réputation du sujet.

    1. Absolument d’accord avec le point de vue de Marie-Antoinette. Tour à tour bonne et mauvaise, stupide et brillante, constructive et destructive, la scientologie repose sur un ensemble de dichotomies. Nous sommes aplatis dans les rouleaux du bord de plage alors qu’on pourrait, une centaine de mètres plus au large, profiter du calme et de l’infini…

  5. LRH a toujours aimé l’armée et les uniformes. Il suffit d’écouter des conférences diverses, pour se rendre compte qu’il en parle tout le temps. Du scoutisme jusqu’à l’armée.
    Qu’il faille une certaine discipline pour faire avancer et produire les gens, c’est sûr. Malheureusement, les gens qui bossent tout seuls et correctement sans avoir besoin d’un garde-chiourme ne sont pas légion.
    Mais de là à créer une organisation para-militaire où l’on n’a pas le droit de « moufter », il y a une marge.
    Que LRH n’ait pas voulu une organisation aussi extrême, c’est possible. Que cela ait été déformé par les sea-orgs eux-mêmes, c’est certain. Le grand problème du staff et de la sea-org est de devoir supporter des « seniors cons comme la lune ». C’est pareil à l’armée d’ailleurs. Il y a des seniors intelligents, mais ils sont rares. La grande majorité est stupide et fonctionne le plus souvent sur des « circuits ».
    Mais voilà, l’uniforme tourne la tête à plus d’un.
    Bref, travailler dans un groupe trop laxiste n’amène rien. Travailler dans un groupe trop rigide et dictatorial n’amène rien non plus. Le juste milieu ??

    1. Le juste milieu ?

      Nous le connaissons :

      Affinité + réalité + communication = compréhesion.

      L’A.R.C., qui est pourtant l’un des principes de base de la scientologie, en est devenue l’une des denrées les plus rares. On pourrait aussi appeler l’A.R.C. amour, tolérance, bienveillance, altruisme, bonté, charité, humanité, mansuétude, au choix.

      Au mieux, l’ARC, dans l’église de Miscavige (et dans la sea org), se situe au niveau émotionnel de la peur. Peur de ne pas atteindre à l’immortalité (ce qui justifie les pires exactions et les pires trahisons), peur des détracteurs (ce qui justifie les mensonges), peur du scientologue qui éleve la voix (ce qui justifie la délation). L’église de scientologie actuelle est l’église de la peur.

      La peur engendre l’irrationalité.

      Le juste milieu est la voie conseillée par Bouddha ou Lao Tseu, dont la scientologie se réclame.

      Le juste milieu n’existe pas (ou plus) dans la scientologie d’aujourd’hui.

      Et c’est la raison pour laquelle la scientologie actuelle va mourir.

      Personne ne la regrettera. Pas moi, en tout cas.

      1. Vous avez hélas raison : le principal triangle de la scientologie (ARC) n’existe plus dans l’église actuelle et cette disparition a fait fuir la plupart d’entre nous. Fort heureusement, ce triangle existe et s’expand dans l’indépendance : aide désintéressée, amitié sincère et liberté de communication.

Laisser un commentaire