État des lieux

fanatisme

Le moment est venu de faire le point sur l’état actuel de la scientologie dans le monde.

La scientologie va mal, très mal.

L’église officielle s’est de plus en plus radicalisée ces trente dernières années sous le règne du dictateur David Miscavige qui a progressivement pris le pouvoir en éliminant tous les cadres supérieurs qui occupaient les postes clés. Officiellement, il est aujourd’hui le « chef ecclésiastique » de l’église.

Grâce à lui, la scientologie est devenue très riche, avec plusieurs milliards de dollars de réserves réparties dans divers comptes un peu partout dans le monde. La mise en place de l’IAS et du programme des orgs idéales, le recyclage de la tech et le repackaging des livres et des conférences de LRH ont rapporté à l’église des sommes colossales.

Mais derrière cette façade de prospérité et d’expansion, l’empire scientologue est en train de s’effondrer. Les missions, sources de nouveaux clients, ont quasiment disparu et les quelques-unes qui existent encore s’éteignent peu à peu, faute de public. Les orgs idéales et les orgs Classe V sont vides et n’arrivent pas à survivre. Les orgs avancées ont du mal à joindre les deux bouts, ne produisent plus que quelques clairs et OT par mois et certaines comme ASHO ont cessé de délivrer le Briefing Course depuis belle lurette. Quant à FSO (Flag Ship Org), elle a vu sa fréquentation et ses revenus baisser de façon catastrophique et a commencé à dépouiller les orgs Classe V et les orgs avancées de leur clientèle, ou du moins ce qu’il en reste.

A moyen terme, les missions et la plupart des orgs idéales et des orgs Classe V devront mettre la clé sous la porte. Dans certains pays, la scientologie disparaîtra purement et simplement – c’est juste une question de temps.

Les raisons de cet effondrement sont multiples et ont été amplement couvertes dans ce blog donc inutile de revenir dessus.

Venons-en maintenant aux « scientologues indépendants ». Étant donné la nature autoritariste de la scientologie, l’association de ces deux termes constitue un paradoxe. Je m’explique.

Celui ou celle qui a quitté le giron de la lourde machine scientologue qui prône l’obéissance aveugle et l’adhésion inconditionnelle aux écrits de son fondateur, se retrouve confronté à bon nombre de dilemmes philosophiques et existentiels. Son raisonnement logique est soumis à rude épreuve.

Vous avez des « scientologues indépendants » qui vont vous dire : « Je suis d’accord avec Ron sur tout, sauf la Sea Org – la Sea Org, ça a tout fichu en l’air ». D’autres vous disent : « A part la tech de l’éthique, il n’y a rien à jeter. » D’autres encore affirment : « Faut brûler tous les volumes verts et uniquement garder les volumes rouges. » Certains disent même : « Moi, personnellement, je n’auditerais que les grades et NED et j’oublierais complètement les niveaux d’OT car au-delà de Clair, c’est n’importe quoi. »

Autrement dit, beaucoup de « scientologues indépendants » choisissent ce qui les « branche ». Ils font le tri. Certain d’entre eux, avec le temps, à mesure qu’ils décompressent, finissent par se désintéresser du sujet et passent à autre chose.

Il y a aussi ceux qui, une fois sortis de l’église, rejettent tout en bloc et l’attaquent tout azimut. Ça devient pratiquement leur raison de vivre. Ils sont aussi fanatiques et intolérants que les scientologues radicaux.

Et puis, il y a les « scientologues indépendants » qui vous disent que « LRH n’était pas un saint, c’était juste un être humain faillible et imparfait, mais ça m’est égal car sa tech est parfaite et elle fonctionne. » Ceux-là ne supportent pas les critiques et les données négatives concernant LRH ou la tech (pour eux, c’est de l’enthêta) et s’enferment dans une bulle semblable à celle de l’église officielle.

Dans les blogs des « indépendants radicaux », on ne trouve que des commentaires « thêtas », « constructifs » et « positifs ». Les commentaires ou les points de vue jugés négatifs sont censurés et leurs auteurs sont invalidés, condamnés et ostracisés. Ils ne sont pas déclarés suppressifs, comme dans l’église, mais c’est tout comme. Ils sont accusés d’avoir des overts, des mots mal compris, d’être intolérants, d’être « out-list » ou PTS, j’en passe et des meilleurs.

Ces « scientologues indépendants radicaux » constituent une minorité et, assez bizarrement, ils ont chacun leur propre critère de ce qu’est la tech standard.

J’ai plusieurs fois soumis que, pour mettre fin à toutes ces querelles de clocher, il serait souhaitable d’évaluer scientifiquement la technologie de LRH. Cette proposition a été, c’est le moins qu’on puisse dire, fraîchement accueillie. Un ou deux excités ont été jusqu’à me qualifier de suppressif. Je les plains. Pourquoi tant de haine ?

Il semblerait que le mouvement des « Indépendants » suive le même chemin que l’église officielle en terme d’intolérance et de fanatisme. Chaque groupuscule a sa vision propre de ce qu’est la « tech standard » et rejette en bloc toute autre vision qui ne concorde pas à 100% avec la sienne. Mais ce n’est guère étonnant. C’est dans l’ADN même de la scientologie et dans les écrits de son fondateur.

Lorsqu’on a été formaté pendant des années, voire des dizaines d’années, à la pensée scientologue, il est très difficile de s’en libérer.

La scientologie tente de nous convaincre que l’être humain est implanté et sous l’emprise de son mental réactif et que la seule solution, c’est de s’en libérer. Pourquoi pas ? Mais une chose est sûre, la scientologie elle-même, avec son autoritarisme et son refus de tout système de pensée non scientologue, agit elle-même comme un implant. Et c’est là où le bât blesse.

Une org avancée « idéale » de 26 millions d’Euros

AO Australia

La scientologie vient d’acquérir, près de Sydney, une propriété sur laquelle s’érigera la base australienne de la Sea Org, laquelle abritera une nouvelle « org avancée idéale » et le QG local du management et ce, pour la bagatelle de 37 millions de dollars australiens (32 millions de dollars US – 26 millions d’Euro). Miscavige l’a annoncé avec tambours et trompettes lors de la grande fiesta annuelle de l’IAS en octobre dernier.

Au dernier recensement, l’Australie comptait un peu plus de 2000 scientologues.

Le gag, c’est que cette somme colossale est un investissement à perte. L’église elle-même a annoncé dans un communiqué que l’org avancée comptera 220 membres du personnel qui délivreront des services à 87 paroissiens, dans le meilleur des cas.

26 millions d’Euros pour 87 pékins ! Ça, c’est du business model !

Ce genre de « bonne nouvelle » est bien évidemment destinée aux scientologues qui n’ont pas encore quitté le navire pour leur montrer que l’argent qu’ils versent à l’IAS et aux orgs idéales est bien employé et contribue à l’expansion sans précédent de la scientologie.

La seule expansion visible de la scientologie, c’est son parc immobilier qui ne cesse de grandir, car pour le reste, les statistiques d’audition, de formation d’auditeurs, de ventes de livres et de « viande fraîche » (nouveaux publics) sont aussi plates que l’encéphalogramme du scientologue lambda.

Vous trouverez tous les détails de cette nouvelle avancée spectaculaire de l’église qui rétrécit le plus rapidement dans le monde ici et ici.

En bonus, une vidéo de la télé australienne :