Scientologie : une chute inéluctable

Voici un billet fort intéressant de l’un de nos plus anciens bloggers, aleajactaest. Bonne lecture.

* * * * *

Nous cherchons tous à comprendre l’incroyable déclin de l’empire scientologue. Certains y voient la pleine responsabilité de LRH, d’autres celle de David Miscavige, d’autres encore invoquent les complots de diverses entités gouvernementales suppressives.

Et si c’était simplement un déclin naturel et ce, conformément aux données de LRH lui-même dans une conférence de 1952 que je vous invite à découvrir ou redécouvrir : Force en tant qu’Homo Sapiens et en tant que thétan. Cette conférence se trouve dans le pack Les secrets de l’univers Mest.

Pour qu’un homme vive dans l’espace, il lui faut un équipement spécial car l’espace n’est pas son milieu naturel. Il semblerait que cela soit pareil pour l’être spirituel. L’univers physique n’étant pas son habitat naturel, il lui faut un équipement pour survivre. Beaucoup de philosophes et de chercheurs se sont penchés sur la confection du scaphandre idéal. LRH a appelé le sien « la Tech » et il a dit qu’il nous protégerait.

Toujours selon LRH, un thétan créé sa propre énergie. En d’autres termes, sa force. Quand il gère cette force au mieux, on dit de lui qu’il est autodéterminé.

Plongé dans l’univers physique, le thétan se retrouve soudain affublé de 8 gamins turbulents : les dynamiques. Le poids de la responsabilité tombe sur ses frêles épaules ! Il créait son petit business tranquilou dans sa bulle et le voilà parachuté en territoire hostile obligé de prendre soin de 8 gamins contre sa volonté. Soit il en prend responsabilité, soit il proteste. Et quand il proteste, il souffre. Mais l’ironie du sort veut que quand il décide d’en prendre responsabilité, il en bave tout autant.

La responsabilité, dans cet univers, mène fatalement au désastre parce que cet univers est fait pour nous la renvoyer un jour ou l’autre dans les dents.

LRH dit qu’être responsable, c’est donner de l’énergie à chaque dynamique pour les aider à survivre dans cet univers qui n’est, rappelons-le, pas l’habitat naturel de l’être spirituel.

Bref, le thétan se voit obligé de vivre dans cet univers avec un équipement plus ou moins adapté : le yoga, les méthodes de relaxation, la philosophie, la religion, la méthode Coué, la pensée positive, la psychologie, la sophrologie, la méditation et/ou… la tech de dianétique et de scientologie.

Mais voilà : que l’on soit responsable ou pas, l’univers MEST finit toujours par fissurer tous ces scaphandres protecteurs.

Mais revenons à la notion de responsabilité. Pour LRH, c’est le commandement de la force.

« La responsabilité est le commandement de la force. Ainsi être disposé à être responsable serait être disposé à assumer le commandement de la force,de travailler avec la dichotomie idée/force. Ce serait ça, sa responsabilité. »

Eh oui, à l’intérieur de sa bulle, notre petit être spirituel baignait dans les concepts et les idées mais dans l’univers physique, il baigne dans la force. Il ne peut plus seulement ÊTRE, il lui faut FAIRE et AVOIR. Chiotte !

Bon, ce thétan a donc 8 dynamiques et leur attribue une part de responsabilité, une part de sa force : toi tu te feras ça et tu obtiendras ça et toi tu feras ça et tu obtiendras ça.Voilà un peu d’énergie pour lancer vos activités et je compte sur vous pour me ramener de bons résultats. Voilà un peu comme on parle inconsciemment à ses dynamiques.

Et c’est là où, selon LRH, ça se corse. Un thétan est fondamentalement puissant. Dans son univers il peut tout faire tout seul mais dans cet univers MEST, il est obligé de déléguer des responsabilités. Prenez un chef d’entreprise ou un Président de la République. Il ne peut pas tout faire. Il délègue à des ministres qui à leur tour délégueront à leurs subordonnés. On distribue sa force et toute cette force déléguée devient une bombe à retardement car elle est sur un flux unique.

« Ce flux à sens unique ira loin simplement parce qu’il attribue de la force. Et s’il continue à attribuer de la force, de la force, de la force, ça aboutit à la contre-élasticité du flux et ça s’inverse. Et quand ça s’inverse, mon gars, nous avons un paranoïaque ! « C’est sûr, dit-il, ils sont tous contre moi ! » Ce qui est drôle, c’est qu’ils le sont, normalement. Et la force qu’il a envoyée au dehors est maintenant revenue et vient le percuter. Et il a réellement la sensation que les choses sont contre lui. C’est peut-être un peu difficile pour certains d’entre vous de concevoir cela, mais il a réellement la sensation que des choses font pression sur lui, que les choses sont en train de le pousser… Des choses qu’il ne voit pas sont en train  de le pousser.
Qu’a t-il fait ? Il a dit : « Vous prenez de la force et vous prenez de la force et vous prenez de la force et maintenant vous devez me donner de la force, vous devez me donner de la force, vous devez me donner de la force. (…) Et quand il a fait « vous prenez de la force » assez longtemps, il se retrouve à l’autre bout du flux à sens unique. Il n’a plus aucune force. Il faut qu’il la gère lui-même. Et ainsi vous avez ce gars qui parcourt le cycle de désigner la responsabilité, de déléguer la responsabilité. Le point suivant est de trouver qu’elle est mal assumée. »

LRH nous mettait en garde contre ce piège mais il y a lui-même mis le pied ! Il a délégué des responsabilités dans le monde entier, il a distribué toute sa force. Je ne vous rappelle pas comment tout cela s’est terminé. On pourrait dire, selon son propre raisonnement, que le flux s’est inversé et que toute la force distribuée lui est revenue dans la figure.

Et très violemment.

Miscavige a repris les rênes à l’endroit même du cycle où une personne pense que « la responsabilité est mal assumée ». Il a tout de suite accusé les cadres de la Sea Org d’être des nuls et leur a retiré toute responsabilité. Ils l’assumaient mal selon lui et ne méritaient que « le trou ».

… »Et le point qui suit immédiatement est : il doit le faire lui-même. »

Et nous avons donc un Miscavige seul à la barre de l’exécutif. Un Miscavige qui croit tout savoir, qui croit être le seul cadre compétent du groupe et qui est devenu totalement paranoïaque, tout comme LRH avant lui.

« Et le point qui suit « doit tout faire lui-même » est celui où il est dans un état d’effondrement. Que fait-il ? Il manipule de la force, il administre de la force.

Et nous avons un Miscavige au bout du rouleau qui sait juste imposer de la force à ses adeptes et en réclamer. Il n’y a plus que l’argent qui lui donne un sentiment de force car en tant qu’être, il est totalement exsangue. Il n’y a plus que les milliards de dollars accumulés pour lui donner l’illusion de la force.
L’argent, c’est de l’énergie. On aime tous en avoir – ça nous donne le sentiment d’être plus fort. Mais ceux qui en accumulent de façon compulsive n’ont plus une molécule de force personnelle et ces gens là plongent le monde dans les crises.

LRH poursuit un peu plus loin dans sa conférence en disant que quand on est dans un corps MEST, on distribue de la force et cette force nous revient et nous frappe avec une telle violence que, je cite « nous sommes probablement incapables d’y survivre ». Il n’y a pas survécu lui-même.

Au vu de ces données bien pessimistes, on voit que la Scientologie, en tant que groupe, ne pouvait de toute façon pas réussir.

La grande question est de savoir si l’on peut vraiment créer une nouvelle civilisation dans ce monde ? C’est comme se demander si on peut être libre en prison. Selon moi, on ne peut l’être qu’en recréant sa bulle et ses propres codes, comme l’avait fait Mandela pour tenir le coup pendant ses longues années d’emprisonnement. Il racontait avoir mis un écran autour de lui.

LRH a probablement voulu que l’être spirituel retrouve la sérénité et sa liberté créative dans l’univers MEST. Mais en créant un groupe très hiérarchisé, il est entré dans le piège du partage de la responsabilité et toute la force qu’il a distribuée est revenue, à terme, le frapper.

Miscavige, lui, ne distribue pas de responsabilités mais accuse les autres d’en manquer. En parallèle, il essaie de retrouver de la force uniquement par l’accumulation d’argent et il a lui aussi plongé son groupe dans la crise.

Comme le père Castor, LRH nous a raconté de belles histoires, il nous a fait rêver d’un monde meilleur et d’un état supérieur mais j’ai l’impression qu’il nous racontait toutes ces belles histoires avec une corde au cou que lui-même avait fabriquée… Cela me donne, avec le recul, un sentiment bien étrange.

Nous sommes dans un monde où les marges de manoeuvres sont faibles alors appréciez les bons moments et les belles histoires et tirez-en tout le bien-être que vous pouvez, mais ne les prenez pas pour argent comptant et gardez à l’esprit que le bonheur, dans ce monde, réside avant tout dans votre propre créativité.

aleajactaest