Récupérez votre argent durement gagné


La publication en ligne des déclarations de revenus et de patrimoine des diverses entités de la scientologie montrent que cette dernière est milliardaire.

Pourtant la secte continue de demander à ses adeptes de se ruiner, laissant entendre que sans leur soutien financier, elle ne pourra pas continuer à construire ses cathédrales high tech, financer multitudes de programmes « sociaux », envoyer des ministres volontaires aux quatre coins du monde chaque fois qu’il se produit une catastrophe humanitaire ou encore diffuser des spots publicitaires sur les chaînes de télé américaines ou britanniques.

C’est faux, archi faux. La scientologie et ses différentes entités (dont l’IAS)  sont immensément RICHES. Elles ont largement de quoi financer tout cela.

Ensuite, il y a le prix exorbitant que les adeptes doivent payer pour l’audition et les cours. Cela se chiffre, pour chaque adepte, en centaines de milliers d’euros.

Lorsque vous allez sur le site de l’IAS pour faire une donation en ligne, juste avant de donner votre numéro de carte de crédit, il y a un encadré contenant le texte suivant :

I understand that the purpose of the Association is to unite, advance, support and protect the Scientology religion and Scientologists in all parts of the world so as to achieve the Aims of Scientology as originated by L. Ron Hubbard.

I promise to abide by the rules, codes and policies of Scientology and I do not belong to or work for any hostile organization or group or any group that is dedicated to the harming of mankind.

I understand that all donations will be used towards the protection of the Scientology religion and the fight for freedom for all mankind.

I understand that donations to the IAS are not refundable.

I HEREBY GIVE MY PERMISSION FOR THE INFORMATION PROVIDED ON THIS FORM ALONG WITH ANY INFORMATION I MAY LATER PROVIDE TO THE INTERNATIONAL ASSOCIATION OF SCIENTOLOGISTS TO BE STORED IN A COMPUTER.

Traduction :

Je comprends que l’IAS a pour objectif d’unir, de faire progresser, de soutenir et de protéger la religion scientologique et tous les scientologues partout dans le monde afin de concrétiser les Buts de la Scientologie tels qu’ils ont été énoncés par L. Ron Hubbard.

Je promets de me conformer aux règles, codes et règlements de la Scientologie et je ne suis ni membre ni employé d’une organisation ou d’un groupe hostile, ou encore d’un groupe qui se consacre à nuire à l’humanité.

Je comprends que les donations à l’IAS ne sont pas remboursables.

PAR LA PRÉSENTE, JE DONNE LA PERMISSION QUE LES INFORMATIONS FOURNIES DANS CE FORMULAIRE AINSI QUE TOUTES LES INFORMATIONS QUE JE SERAIS AMENÉ À FOURNIR PLUS TARD À L’ASSOCIATION INTERNATIONALE DES SCIENTOLOGUES SOIENT CONSERVÉES DANS UN ORDINATEUR.

Le texte est très clair : tout l’argent que vous avez versé à l’IAS n’est pas remboursable.

Cela dit, quelques rares scientologues ont réussi, au cours des années, à se faire rembourser par l’IAS.

Comment et dans quelles circonstances, je l’ignore. Mais cela montre que c’est faisable.

Techniquement, on peut attaquer l’IAS pour mensonges et escroquerie. Chaque année, lors de la célébration annuelle de l’IAS, on nous montre les « résultats » et les « percées » obtenues grâce aux financements de l’IAS. Or, il est très facile de démontrer que ces « résultats » et ces « percées » ne sont que des mensonges éhontés. Par exemple, lorsque Miscavige annonce triomphalement que la criminalité a dégringolé en Colombie grâce à la distribution de dizaines de milliers d’exemplaires du Chemin du Bonheur, c’est de la pure fiction. Ou lorsqu’il claironne que grâce aux actions de l’IAS et de CCDH (Commission des Citoyens pour les Droits de l’Homme), l’objectif « annihilation de la psychiatrie » sera bientôt atteint, c’est totalement faux. La psychiatrie, sous toutes ses formes, n’a jamais été aussi florissante. (Et il existe de plus en plus de branches de la psychiatrie qui pronent des thérapies douces.)

Ce ne sont là que deux exemples des mensonges propagés par Miscavige pour inciter les adeptes à mettre la main au portefeuille. La vérité est que l’IAS dispose d’un trésor de guerre de plusieurs milliards de dollars. Le problème, c’est qu’aucun membre de l’IAS, quel que soit son statut, ne peut consulter les livres de compte ni savoir combien d’argent est dépensé chaque année pour les différents programmes « sponsorisés » par l’IAS. Ce qui est sûr, c’est que l’IAS amasse, amasse, amasse et ne dépense qu’une minuscule fraction de l’argent amassé.

Pour ce qui est « d’unir, de faire progresser, de soutenir et de protéger la religion scientologique et tous les scientologues partout dans le monde afin de concrétiser les Buts de la Scientologie tels qu’ils ont été énoncés par L. Ron Hubbard », l’IAS ne tient pas ses engagements et elle a lamentablement échoué. Jamais la scientologie n’a été aussi décriée et vilipendée qu’aujourd’hui. Il y a des centaines de milliers de pages anti-scientologie sur le Net. Quant à « concrétiser les Buts de la Scientologie énoncés par L. Ron Hubbard », l’IAS est très loin du compte. Elle ne fait RIEN pour concrétiser ces buts. Au contraire, elle ferme les yeux sur les violations de droits de l’homme perpétuées au sein même de la scientologie : Harcèlement d’ex-scientologues qui osent dénoncer ses dérives, déconnexions forcées, conditions de travail inhumaines dans la Sea Org, goulags (RPF), etc, etc.

Si l’on démontre que l’IAS ne tient pas ses engagements et qu’elle emploie son argent non pas pour faire avancer et connaître la scientologie, mais pour empêcher que ses crimes ne soient exposés au grand jour,  alors oui, on peut exiger son remboursement car il y a fraude et mensonge.

Mais là n’est pas le propos de ce billet.

Puisqu’il est difficile, pour l’instant, d’envisager un quelconque remboursement des sommes versées à l’IAS sous des prétextes frauduleux, nous devons récupérer l’argent là où c’est possible pendant qu’il en est encore temps.

Car le temps presse.

Concernant les services (audition et entraînement), il devient apparemment de plus en plus difficile de se faire rembourser. Flag et les orgs refusent même de rembourser les sommes inutilisées versées en accompte. C’est illégal car l’accord entre l’église de scientologie et le fisc américain (l’IRS) est très clair : les églises américaines DOIVENT rembourser les sommes non utilisées sinon elles sont en infraction et courent le risque de perdre le statut de religion accordé par l’IRS et donc l’exemption fiscale.

De plus, deux PL couvrent les remboursements : celle du 23 octobre 1963, Refunds, et celle du 9 novembre 1974R, Refunds and Repayments.

Un refund est un remboursement de services (audition et entraînement).

Un repayment est un remboursement d’argent inutilisé que vous avez versé comme avance.

La bonne nouvelle pour nous autres ex-scientologues gaulois, c’est qu’en France il est plus facile de se faire rembourser qu’aux Etats-Unis car chez nous la scientologie est à deux doigts de se faire interdire par la justice française. Encore une condamnation et couic, c’est terminé. Le précédent que cela créerait au niveau international et le PR déplorable qui s’ensuivrait font qu’en France, la scientologie rembourse beaucoup plus facilement que dans beaucoup d’autres pays. OSA France et OSA Int cherchent, dans la mesure du possible, à éviter que les procédures de remboursements aillent jusqu’au procès et privilégient les règlements à l’amiable. Ces dernières années, un certain nombre d’ex-scientologues français ont réussi à se faire rembourser l’intégralité ou une partie des sommes qu’ils avaient versées à Flag ou à l’org de Paris ou au CC, voire même à l’AOSHEU. Pour l’AOSH UK, c’est beaucoup plus dur.

Il faut en profiter !

Si vous estimez que les services que vous avez reçus ne vous ont pas apporté les résultats promis ou qu’ils vous ont causé des problèmes mentaux ou physiques, demandez votre remboursement.

Si vous avez encore de l’argent inutilisé qui végète sur un compte à Flag ou dans une org ou une mission quelconque et que vous savez que vous ne l’utiliserez plus jamais, demandez à récupérer cet argent.

Se faire rembourser des services est plus difficile que de se faire rembourser de l’argent inutilisé, mais c’est très loin d’être impossible.

Pour Flag, les demandes de remboursement doivent être adressées par email au KOT (Keeper of Tech). N’envoyez pas de lettres recommandées. A la réception, ils ont ordre de les refuser.

Pour les orgs, les demandes de remboursements doivent être adressées par email au Chaplain. Là non plus, n’envoyez pas de lettre recommandée car elle sera refusée. Pour la France, vous pouvez tenter la lettre recommandée mais ça marche une fois sur deux.

Le contenu de l’email doit être NEUTRE et surtout pas accusateur. Evitez les phrases du genre : « Si je demande mon remboursement, c’est parce que l’audition que j’ai reçue était out-tech. » Une demande de remboursement n’est pas un KR.

Dans le cas d’une demande de repayment, écrivez simplement que vous ne comptez plus jamais remettre les pieds dans une quelconque org de scientologie et qu’en conséquence, vous voulez récupérer l’argent inutilisé. Ne donnez aucune raison ou justification autre que le fait que vous avez décidé de ne plus jamais aller dans une org pour y recevoir des services. Bien sûr, on risque de vous appeler ou de vous écrire pour vous faire venir afin de vous donner une séance d’ARC Break ou de vous faire faire une routing form. Soyez ferme. Refusez. Vous n’avez pas fait de routing form quand vous avez versé l’argent sur votre compte alors pourquoi en feriez-vous une pour le récupérer ?

Dans le cas d’une demande de refund (remboursement de services payés), là aussi, restez le plus neutre possible. Dites simplement que l’audition et l’entraînement reçus, avec le recul, ne vous ont pas apporté les résultats promis et que vous estimez avoir été trompés. Précisez que vous préférez régler la chose à l’amiable plutôt que de devoir porter l’affaire devant un tribunal.

Certains scientologues français qui ont réussi à se faire rembourser ont monté un dossier médical en faisant valoir qu’il y avait eu un préjudice psychologique et/ou physique. C’est le genre de chose que l’église déteste car cela flirte avec l’exercice illégal de la médecine. En général, elle rembourse sans (beaucoup) discuter.

Si vous êtes un opinion leader ou que vous avez occupé un poste important dans une org française (et que vous êtes donc au courant de pas mal de dérives dont l’org s’est rendue coupable), vous serez en excellente position pour négocier un remboursement conséquent.

Si vous êtes un couple, demandez votre remboursement séparément. Pourquoi ?

C’est très simple : Lorsque vous serez parvenu à un accord, l’avocat de l’église, avant de vous remettre le chèque, vous fera signer un document dans lequel vous vous engagez à ne jamais critiquer ou poursuivre la scientologie, ses dirigeants et ses employés. Ce document est personnel et ne concerne que la personne remboursée. Si une épouse, par exemple, obtient son remboursement et que son mari n’en fait pas la demande tout de suite (pour une raison X), il n’y aura qu’une personne muselée dans ce couple.

En ce qui concerne l’IAS, c’est beaucoup plus compliqué, à cause des problèmes de juridiction mais c’est sans doute jouable. Il faudrait étudier la question.

En conclusion, que ceux d’entre vous qui aimeraient demander leur remboursement mais ne l’ont pas encore fait sautent le pas. C’est le moment où jamais.

Je connais quelques scientologues sous le radar qui n’osent pas demander leur remboursement car ils ont peur que leurs amis ou parents scientologues rompent les liens avec eux. Je comprends tout à fait leur dilemme. Mais il faut qu’ils sachent ceci : à l’heure actuelle, la scientologie croule sous les procès aux Etats-Unis. Elle commence à puiser dans ses réserves pour payer des hordes d’avocats. De plus, il n’est pas impossible que le fisc américain commence à examiner les comptes des diverses entités de l’église dans un avenir proche. Quand il constatera les nombreuses malversations commises par Miscavige & Co., il révoquera le statut religieux de la scientologie et réclamera des arriérés d’impôts qui se chiffreront en milliards de dollars. Du jour au lendemain, les caisses de l’église seront vides. Et ceux qui auront hésité à demander leur remboursement seront Gros-Jean comme devant.

Ne cédez pas à ce chantage immonde qu’est la déconnexion. Et surtout, sachez une chose : le jour viendra où vos amis et vos parents quitteront eux aussi la secte et vous recontacteront la queue entre les jambes en s’excusant d’avoir été aveugles et de ne pas vous avoir cru ou écouté. Ce jour-là, vous les accueillerez à bras ouverts et vos liens deviendront sans doute encore plus forts qu’avant.

Alors n’hésitez pas à demander votre remboursement si vous estimez avoir été grugés ou trompés – ou si vous avez de l’argent inutilisé qui traîne sur un ou plusieurs compte.

Retour en 1968

Le dernier billet de Mike Rinder nous ramène en 1968, alors que la tristement célèbre PL « Fair Game » vivait ses derniers jours.

J’en ai traduit l’essentiel, avec quelques commentaires personnels.

Commençons avec l’ED 1471 WW publiée le 31 mars 1968 par LRH. Le fondateur y sanctionne (par une baisse d’un cran de leur condition d’éthique) les responsables du dernier numéro (n° 35) du journal The Auditor pour avoir été « nuisiblement commerciaux » dans leurs articles et leurs annonces publicitaires, pour n’avoir pas mis suffisamment l’accent sur les publicités pour les livres, pour avoir mis l’accent sur la rapidité des cours au détriment de la valeur et de l’extrême précision de l’entraînement et, enfin, pour avoir été responsables de la baisse des ventes de livres. LRH prédit que si les choses continuent comme ça, les statistiques s’effondreront dans les six mois.

Ce texte est intéressant pour deux raisons. De nos jours, avec GAT II, l’accent est mis sur « la vitesse de l’entraînement » et la « vitesse à laquelle on progresse sur le Pont ». Quant à l’aspect commercial de la scientologie, il est PARTOUT. On demande de l’argent aux scientologues 24 heures sur 24.

Voici un scan de l’ED 1471 WW. Cliquez dessus pour l’agrandir.

Et voici maintenant un scan du n°35 de The Auditor publié au premier trimestre 1968.

On y parle effectivement beaucoup d’argent et de vitesse de l’entraînement et de l’audition. Quant aux livres, il n’y a qu’une seule annonce. Elle concerne Une nouvelle optique sur la vie.

Mais le plus intéressant, historiquement, est ailleurs. On découvre des choses fascinantes qui remettent certaines pendules à l’heure. Commençons avec la première page. (Pour agrandir chaque page, cliquez dessus.)

L’homme sur la photo n’est autre qu’Otto Roos qui, peu de temps après sera déclaré suppressif et vilipendé, tout comme la plupart des scientologues mentionnés sur cette page : Ray Kemp. Allan Walter. Baron Berez. D’ailleurs, tout au long des pages du journal, on retrouve des scientologues de la première époque qui ont connu le même sort. On ne compte plus les personnes qui étaient des « phares » de la scientologie et qui, brusquement tombées en disgrâce, ont été déclarées « suppressives » du jour au lendemain. Bref, il ne s’agit PAS d’un phénomène nouveau.

Sur la dernière page, la page 8, nous retrouvons à nouveau de nombreux scientologues qui sont devenus « suppressifs ». Parmi toutes ces personnes excommuniées, combien sont encore scientologues aujourd’hui ?

La page 3 est de loin la plus intéressante.

L’encadré « Racket Exposed » (littéralement, « trafic dévoilé ») choquera même les plus blasés d’entre vous. Cela commence avec une liste de scientologues déclarés suppressifs.

Au point 1, ils sont accusés d’avoir en leur possession, falsifié, altéré et distribué des « matériaux des niveaux supérieurs » qui en étaient encore au stade de la recherche et qui ne devaient pas être distribués. Ils auraient, sur l’instigation d’un psychiatre, volé ces matériaux dangereux dans le but de les utiliser pour semer la folie et la mort.

Au point 2, ils sont accusés d’avoir monnayé ces matériaux.

Au point 3, ils sont déclarés ennemis de l’humanité, de la planète et de toute vie.

Au point 4, ils sont déclarés « fair game » (« cible légitime » – également traduit parfois, éronnément, par « gibier de potence »).

Point 5 : Aucune amnistie ne pourra jamais être prononcée en leur faveur.

Point 6 : Si jamais ils mettent les pieds dans une division de qualifications, on devra leurs administrer des « reverse processes » (des procédés visant à les restimuler afin de les rendre fous ou malades).

Point 7: Tout membre de la Sea Org qui serait en contact avec ces personnes doit leur administrer le procédé d’audition R2-45.

Point 8 : Le Bureau des Poursuites Criminelles doit déterrer tous les crimes qu’elles ont commis dans le passé, les traîner devant la justice et les faire jeter en prison.

Signé : L. Ron Hubbard – Fondateur

C’est du lourd, du très lourd. Ici, nul second degré ou plaisanterie.

Ce qui paraît étrange, c’est que ces 12 personnes mises au pilori aient toutes commis le même « crime ». Quant au « crime » lui-même, il est plutôt vague. Falsification et distribution de matériaux « dangereux » ?… De quels matériaux s’agit-il ? En quoi sont-ils dangereux ? Ces personnes ont-elles été convoquées devant un comm-ev ? Ont-elles été entendues ou ont-elles été sommairement jugées coupables ? Ou avons-nous affaire à une chasse au sorcière initiée par un LRH revanchard ?

Les points 4, 6 et 7, en particulier, font froid dans le dos. A l’origine, R2-45 était une blague de LRH qui figurait dans « Création des aptitudes humaines ». Mais ici, le ton employé ne souffre d’aucune ambiguïté. LRH demande l’exécution pure et simple de ceux qu’il a déclarés suppressifs, ce qui s’aligne parfaitement avec la PL « La responsabilité des leaders », écrite l’année d’avant.

Certains vont rétorquer : Oui mais, il a annulé « Fair Game » un peu plus tard. Peut-être, mais la seule et unique raison pour laquelle il a officiellement annulé Fair Game, c’est parce que cela avait créé de mauvaises relations publiques. C’était juste pour calmer les esprits. Officieusement, la pratique de Fair Game s’est poursuivie avec l’aval de LRH.

Souvenez-vous de la fameuse devise : « Si ce n’est pas dans The Auditor, c’est que ça n’a pas eu lieu. » Eh bien, là, C’EST dans The Auditor et ça a VRAIMENT eu lieu.

Et pour ceux qui ont encore des doutes, voici l’ordre d’éthique qui a été reproduit mot pour mot dans The Auditor. Il y est précisé que cet ordre doit être diffusé à tous les scientologues (BPI – Broad Public Issue)  et publié dans The Auditor.

En page 4, il y a un article sur la tournée mondiale de John McMaster, le tout premier Clair. Lui aussi allait bientôt être déclaré « suppressif » bien qu’il ait été personnellement C/Sé et supervisé par LRH lorsqu’il a fait son Cours de Clearing. Etonnant, non ?

Les deux pages suivantes concernent la scientologie dans le monde et parlent de plusieurs scientologues éminents. Neville Potter est toujours scientologue et travaille comme espion pour Miscavige. Il a été la « ligne de comm » de Mary Sue Hubbard, de sa sortie de prison jusqu’à sa mort. De nos jours, il est chargé d’espionner Arthur et Suzette Hubbard, et Roanne, la fille de Diana qui s’est évadée de la Sea Org  il y a deux ans.

Quant à la show girl, Nikki Freedman, elle a été le bras droit de Mary Sue lorsqu’elle était Controller. Elle a quitté la Sea Org.

Un long article est consacré à l’écrivain américain William Burroughs qui a pratiqué la scientologie pendant une dizaine d’années. Burroughs était très impressionné par la tech mais a fini par claquer la porte en 1970 en fustigeant LRH dans plusieurs articles de journaux où il lui reprochait d’avoir mis sur pied une organisation totalitaire qui interdisait la liberté d’expression et de pensée.

Sur la page 6, nous trouvons d’autres noms de futurs « suppressifs ». Les 2,5% sont pulvérisés. Et ce n’est pas le régime Miscavige qui les a tous excommuniés.

Et, pour finir, voici la page 7. Comme le fait remarquer Mike Rinder, il serait intéressant, d’un point de vue historique, de mettre la main sur des numéros antérieurs de The Auditor. Peut-être en avez-vous conservé quelques-uns dans une vieille malle au fond de votre grenier.

Les nostalgiques de l’avant-Miscavige, quand la scientologie était « cool » et « thêta », risquent de ne pas beaucoup aimer ce qu’ils viennent de lire. Mais comme l’a dit si bien Georges Braque : « La vérité existe. On n’invente que le mensonge. »

Même à Taïwan, ils ne respectent rien !

En décembre dernier, notre psychopathe préféré, David Miscavige, inaugurait la cathédrale idéale de Kaohsiung, à Taïwan, en ces termes :

« C’est un grand honneur pour moi de me joindre à vous le jour où le rêve de tant de personnes se concrétise : votre rêve de réaliser ce qui se tient devant nous ; le rêve de tous les scientologues qui veulent apporter le legs de L. Ron Hubbard au monde chinois ; et le rêve de notre fondateur de revenir en Asie en esprit et d’y redonner la sagesse qu’il a entrevue à l’issue d’un long tunnel de temps. Tous ces rêves se concrétiseront, car nous sommes arrivés au grand jour où — comme dans un poème chinois — un ruban tombe telle de la soie portée par le vent, alors que nous présentons la Scientologie en Asie grâce à la première organisation idéale de Taiwan. »

Evidemment, c’est un peu pompeux et indigeste, mais on ne va pas chinoiser. Cette magnifique tirade du chef ecclésiastique de l’église qui rétrécit le plus rapidement dans le monde ne peut que nous inciter à écraser une larme fugace et à mettre une main tremblante d’émotion à notre portefeuille.

Et voilà que des petits plaisantins taïwannais tentent de briser le rêve d’une Asie scientologue avec une vidéo ouvertement irrévérencieuse.

Tss, tss, tss…

Scientologie : une chute inéluctable

Voici un billet fort intéressant de l’un de nos plus anciens bloggers, aleajactaest. Bonne lecture.

* * * * *

Nous cherchons tous à comprendre l’incroyable déclin de l’empire scientologue. Certains y voient la pleine responsabilité de LRH, d’autres celle de David Miscavige, d’autres encore invoquent les complots de diverses entités gouvernementales suppressives.

Et si c’était simplement un déclin naturel et ce, conformément aux données de LRH lui-même dans une conférence de 1952 que je vous invite à découvrir ou redécouvrir : Force en tant qu’Homo Sapiens et en tant que thétan. Cette conférence se trouve dans le pack Les secrets de l’univers Mest.

Pour qu’un homme vive dans l’espace, il lui faut un équipement spécial car l’espace n’est pas son milieu naturel. Il semblerait que cela soit pareil pour l’être spirituel. L’univers physique n’étant pas son habitat naturel, il lui faut un équipement pour survivre. Beaucoup de philosophes et de chercheurs se sont penchés sur la confection du scaphandre idéal. LRH a appelé le sien « la Tech » et il a dit qu’il nous protégerait.

Toujours selon LRH, un thétan créé sa propre énergie. En d’autres termes, sa force. Quand il gère cette force au mieux, on dit de lui qu’il est autodéterminé.

Plongé dans l’univers physique, le thétan se retrouve soudain affublé de 8 gamins turbulents : les dynamiques. Le poids de la responsabilité tombe sur ses frêles épaules ! Il créait son petit business tranquilou dans sa bulle et le voilà parachuté en territoire hostile obligé de prendre soin de 8 gamins contre sa volonté. Soit il en prend responsabilité, soit il proteste. Et quand il proteste, il souffre. Mais l’ironie du sort veut que quand il décide d’en prendre responsabilité, il en bave tout autant.

La responsabilité, dans cet univers, mène fatalement au désastre parce que cet univers est fait pour nous la renvoyer un jour ou l’autre dans les dents.

LRH dit qu’être responsable, c’est donner de l’énergie à chaque dynamique pour les aider à survivre dans cet univers qui n’est, rappelons-le, pas l’habitat naturel de l’être spirituel.

Bref, le thétan se voit obligé de vivre dans cet univers avec un équipement plus ou moins adapté : le yoga, les méthodes de relaxation, la philosophie, la religion, la méthode Coué, la pensée positive, la psychologie, la sophrologie, la méditation et/ou… la tech de dianétique et de scientologie.

Mais voilà : que l’on soit responsable ou pas, l’univers MEST finit toujours par fissurer tous ces scaphandres protecteurs.

Mais revenons à la notion de responsabilité. Pour LRH, c’est le commandement de la force.

« La responsabilité est le commandement de la force. Ainsi être disposé à être responsable serait être disposé à assumer le commandement de la force,de travailler avec la dichotomie idée/force. Ce serait ça, sa responsabilité. »

Eh oui, à l’intérieur de sa bulle, notre petit être spirituel baignait dans les concepts et les idées mais dans l’univers physique, il baigne dans la force. Il ne peut plus seulement ÊTRE, il lui faut FAIRE et AVOIR. Chiotte !

Bon, ce thétan a donc 8 dynamiques et leur attribue une part de responsabilité, une part de sa force : toi tu te feras ça et tu obtiendras ça et toi tu feras ça et tu obtiendras ça.Voilà un peu d’énergie pour lancer vos activités et je compte sur vous pour me ramener de bons résultats. Voilà un peu comme on parle inconsciemment à ses dynamiques.

Et c’est là où, selon LRH, ça se corse. Un thétan est fondamentalement puissant. Dans son univers il peut tout faire tout seul mais dans cet univers MEST, il est obligé de déléguer des responsabilités. Prenez un chef d’entreprise ou un Président de la République. Il ne peut pas tout faire. Il délègue à des ministres qui à leur tour délégueront à leurs subordonnés. On distribue sa force et toute cette force déléguée devient une bombe à retardement car elle est sur un flux unique.

« Ce flux à sens unique ira loin simplement parce qu’il attribue de la force. Et s’il continue à attribuer de la force, de la force, de la force, ça aboutit à la contre-élasticité du flux et ça s’inverse. Et quand ça s’inverse, mon gars, nous avons un paranoïaque ! « C’est sûr, dit-il, ils sont tous contre moi ! » Ce qui est drôle, c’est qu’ils le sont, normalement. Et la force qu’il a envoyée au dehors est maintenant revenue et vient le percuter. Et il a réellement la sensation que les choses sont contre lui. C’est peut-être un peu difficile pour certains d’entre vous de concevoir cela, mais il a réellement la sensation que des choses font pression sur lui, que les choses sont en train de le pousser… Des choses qu’il ne voit pas sont en train  de le pousser.
Qu’a t-il fait ? Il a dit : « Vous prenez de la force et vous prenez de la force et vous prenez de la force et maintenant vous devez me donner de la force, vous devez me donner de la force, vous devez me donner de la force. (…) Et quand il a fait « vous prenez de la force » assez longtemps, il se retrouve à l’autre bout du flux à sens unique. Il n’a plus aucune force. Il faut qu’il la gère lui-même. Et ainsi vous avez ce gars qui parcourt le cycle de désigner la responsabilité, de déléguer la responsabilité. Le point suivant est de trouver qu’elle est mal assumée. »

LRH nous mettait en garde contre ce piège mais il y a lui-même mis le pied ! Il a délégué des responsabilités dans le monde entier, il a distribué toute sa force. Je ne vous rappelle pas comment tout cela s’est terminé. On pourrait dire, selon son propre raisonnement, que le flux s’est inversé et que toute la force distribuée lui est revenue dans la figure.

Et très violemment.

Miscavige a repris les rênes à l’endroit même du cycle où une personne pense que « la responsabilité est mal assumée ». Il a tout de suite accusé les cadres de la Sea Org d’être des nuls et leur a retiré toute responsabilité. Ils l’assumaient mal selon lui et ne méritaient que « le trou ».

… »Et le point qui suit immédiatement est : il doit le faire lui-même. »

Et nous avons donc un Miscavige seul à la barre de l’exécutif. Un Miscavige qui croit tout savoir, qui croit être le seul cadre compétent du groupe et qui est devenu totalement paranoïaque, tout comme LRH avant lui.

« Et le point qui suit « doit tout faire lui-même » est celui où il est dans un état d’effondrement. Que fait-il ? Il manipule de la force, il administre de la force.

Et nous avons un Miscavige au bout du rouleau qui sait juste imposer de la force à ses adeptes et en réclamer. Il n’y a plus que l’argent qui lui donne un sentiment de force car en tant qu’être, il est totalement exsangue. Il n’y a plus que les milliards de dollars accumulés pour lui donner l’illusion de la force.
L’argent, c’est de l’énergie. On aime tous en avoir – ça nous donne le sentiment d’être plus fort. Mais ceux qui en accumulent de façon compulsive n’ont plus une molécule de force personnelle et ces gens là plongent le monde dans les crises.

LRH poursuit un peu plus loin dans sa conférence en disant que quand on est dans un corps MEST, on distribue de la force et cette force nous revient et nous frappe avec une telle violence que, je cite « nous sommes probablement incapables d’y survivre ». Il n’y a pas survécu lui-même.

Au vu de ces données bien pessimistes, on voit que la Scientologie, en tant que groupe, ne pouvait de toute façon pas réussir.

La grande question est de savoir si l’on peut vraiment créer une nouvelle civilisation dans ce monde ? C’est comme se demander si on peut être libre en prison. Selon moi, on ne peut l’être qu’en recréant sa bulle et ses propres codes, comme l’avait fait Mandela pour tenir le coup pendant ses longues années d’emprisonnement. Il racontait avoir mis un écran autour de lui.

LRH a probablement voulu que l’être spirituel retrouve la sérénité et sa liberté créative dans l’univers MEST. Mais en créant un groupe très hiérarchisé, il est entré dans le piège du partage de la responsabilité et toute la force qu’il a distribuée est revenue, à terme, le frapper.

Miscavige, lui, ne distribue pas de responsabilités mais accuse les autres d’en manquer. En parallèle, il essaie de retrouver de la force uniquement par l’accumulation d’argent et il a lui aussi plongé son groupe dans la crise.

Comme le père Castor, LRH nous a raconté de belles histoires, il nous a fait rêver d’un monde meilleur et d’un état supérieur mais j’ai l’impression qu’il nous racontait toutes ces belles histoires avec une corde au cou que lui-même avait fabriquée… Cela me donne, avec le recul, un sentiment bien étrange.

Nous sommes dans un monde où les marges de manoeuvres sont faibles alors appréciez les bons moments et les belles histoires et tirez-en tout le bien-être que vous pouvez, mais ne les prenez pas pour argent comptant et gardez à l’esprit que le bonheur, dans ce monde, réside avant tout dans votre propre créativité.

aleajactaest

A côté de la plaque !

Ces trois messages envoyés par l’org de Paris (Association Spirituelle de l’Eglise de Scientologie d’Île-de-France) en disent long sur l’état hallucinatoire dont souffrent  les scientologues radicaux. (Cliquez sur les images pour les agrandir.)

Une vie de couple heureuse en scientologie alors que l’on y détruit les familles ? Hum… Cherchez l’erreur.

« On peut y faire quelque chose. » (Traduction littérale de « Something can be done about it ».) Ce slogan à la syntaxe approximative encourage les scientologues à promouvoir la tech en appuyant sur des boutons « sociaux ».  Le problème, c’est que l’impact de la scientologie est proche du zéro absolu et que sa tech coûte la peau des fesses.

Et, pour finir, un message du médaillé de l’IAS, Frédéric Grossmann datant d’il y a deux ans.

« L’IAS constitue le seul vrai espoir d’apporter un changement sur cette planète. » Non, monsieur Grossmann, l’IAS ne fait RIEN pour cette planète. Depuis 30 ans que l’IAS existe, son impact sur la planète est nul. L’argent de l’IAS sert principalement à payer les avocats de l’église et à acheter le silence de ceux qui pourraient révéler les vilains secrets de la scientologie et de son chef suprême, David Miscavige. Réveillez-vous, monsieur Grossmann !