La paranoïa des scientologues français intégristes

Je devais publier un long billet sur la Sea Org mais l’actualité en a voulu autrement.

Sur le site de Tony Ortega, Jonny Jacobsen rapporte que, suite à leur condamnation pour escroquerie en bande organisée (entérinée par la Cour de Cassation), les scientologues français font feu de tout bois en prévision des procès auxquels ils vont devoir faire face dans un futur proche. Un article du Nouvel Obs (qui m’avait échappé) relate les démarches pour le moins surréalistes entreprises par Eric Roux et consorts. Le voici (cliquez dessus pour l’agrandir) :

Pourquoi tout ça ? Parce que chez les scientologues radicaux, la croyance (hélas largement prônée par LRH) selon laquelle la psychiatrie, la médecine, Big Pharma, les médias et les gouvernements veulent tous détruire la scientologie pour l’empêcher de sauver le monde, est profondément et fermement ancrée pour ne pas dire implantée. C’est les scientologues contre les « wogs ». La scientologie, c’est le bien et tout le reste, c’est le mal ou, du moins, l’inexorable « contagion de l’aberration », source de toutes les attaques dont sont victimes les scientologues, modèles de vertu et de rationalité.

Vous croyez que j’exagère ? Eh bien, essayez d’aborder le sujet avec les purs et durs et ils vous ressortiront la théorie du complot planétaire contre la scientologie en moins de temps qu’il n’en faut à un socialiste pour augmenter les impôts.

Le principal problème, c’est qu’il y a une incapacité chronique à observer et à raisonner chez le scientologue intégriste. Dans son église, tout va bien dans le meilleur des mondes. Les attaques et les procès contre elle sont le fait de suppressifs malveillants. Jamais il ne se demande POURQUOI ces attaques et ces procès ont lieu. Jamais il ne se pose de questions. Jamais il n’envisage que ces attaques et ces procès sont peut-être dus à des dysfonctionnements criminels et à des pratiques illicites punis par la loi.

Si l’on devait énumérer ici le nombre d’affaires sordides dans lesquelles des scientologues français ont été impliqués au cours des 20 dernières années et qu’OSA France a été obligée d’étouffer pour éviter que la justice ne s’en empare, il y aurait de quoi alimenter ce blog pendant des mois.

En fait, on peut affirmer que si OSA France n’avait pas à de nombreuses reprises fait son travail de « nettoyeur », cela ferait belle lurette que la scientologie n’existerait plus en France.

Eric Roux et ses congénères sont parfaitement conscients qu’un tusnami juridique va s’abattre sur la scientologie française et que ça va faire mal, très mal. Alors, ils essaient d’anticiper comme ils peuvent en criant à la persécution et au complot – leur seule ligne de défense depuis 40 ans.

Cher Révérend Roux, si la scientologie française avait les mains propres et qu’elle était un exemple de probité, de charité, d’altruisme et de compassion, personne ne l’attaquerait. Au contraire, elle serait peut-être même citée en exemple.

La justice française, contrairement à ce que vous essayez de nous faire croire, n’est pas toujours aveugle ou partiale. Il lui arrive (malheureusement pas assez souvent) de faire son travail.

Alain F. Rosenberg et Jean-François Valli vous le confirmeront, eux qui viennent d’être déboutés, tout comme Sabine Jacquart au mois de janvier, alors qu’ils réclamaient des dommages et intérêts à l’UNADFI et à son avocat, Maître Olivier Morice.

Au fait, tous ces cadres de la scientologie française qui ont été condamnés exercent-ils encore ou ont-ils été mis au placard ? Les règlements internes de la secte sont formels : nulle personne condamnée par la justice ou détentrice d’un casier judiciaire ne peut faire partie du personnel d’une organisation ou d’une mission de scientologie.

La scientologie, à l’heure actuelle, n’est plus qu’une organisation criminelle uniquement motivée par l’argent. L’audition et la formation des auditeurs ont été reléguées au second plan par le dictateur Miscavige depuis une vingtaine d’années car elles rapportent dix fois moins que les dons pour l’IAS ou pour les morgues idéales ou que les ventes d’une énième réédition des écrits et des conférences de LRH.

Lorsqu’on en vient à vendre les oeuvres complètes de L. Ron Hubbard à un non-voyant, faut-il s’étonner que la justice condamne ce genre de pratique ?

En tout cas, on ne peut pas dire que l’église de scientologie soit dans le besoin.

Depuis quelques jours, Tony Ortega et Jonathan Swift publient les déclarations d’impôts 2012 des différentes églises et entités de la scientologie.

CSI (Church of Scientology International) a déclaré $846,314,618 (‘valeur comptable).
CST (Church of Spiritual Technology) 2012 a déclaré $447,192,921 (valeur comptable).
FSO (Flag Service Org) a déclaré $209,655,686 (valeur comptable)

Total : $1,503,163,225 (Un peu plus d’un milliard et demi de dollars).

Il serait intéressant de connaître les réserves d’entités telles que l’IAS.

Avec tout cet argent, l’église de scientologie a de quoi financer la formation de dizaines de milliers d’auditeurs, et acheter et rénover une bonne centaine d’orgs idéales.

Alors pourquoi continue-t-elle de saigner ses paroissiens à blanc ?