La réédition de « Bare-Faced Messiah »

Hier, nous étions le 13 mars, jour de l’anniversaire de LRH, qui aurait eu 103 ans cette année. Cet anniversaire a été marqué par la réédition du livre de l’auteur anglais Russell Miller « Bare-Faced Messiah – the True Story Of L. Ron Hubbard ».

Lorsque le livre parut en 1987, l’église de scientologie poursuivit l’auteur en justice pour « violation de copyright », l’accusant d’avoir utilisé des écrits de l’église sans autorisation. L’objectif était bien entendu de faire interdire le livre. Le contenu lui-même du livre, les faits biographiques minutieusement documentés ne furent jamais remis en cause par l’église. L’angle d’attaque concernait uniquement les « violations de copyright ». Il ne s’agissait donc pas d’un procès en diffamation. Finalement, l’église obtint gain de cause aux Etats-Unis, et le livre y fut interdit.

Mais partout ailleurs dans le monde, l’église fut déboutée et le livre parut dans de nombreux pays, dont la France. Plon publia le livre en 1993 sous le titre « Le gourou démasqué ». Il est épuisé depuis belle lurette mais on en trouve encore des exemplaires d’occasion sur divers sites, dont celui d’Amazon France. On le trouve également en ligne au format pdf.

Dans la nouvelle édition de son livre, Russell Miller fait état du harcèlement et des attaques dont il a été victime. L’église de scientologie a même tenté de le faire accuser de meurtres non élucidés. Dans une interview donnée hier à Tony Ortega, Miller revient sur toutes les attaques auxquelles il a été soumis. C’est terrifiant.

Dans son blog, Marty Rathbun apporte quelques informations supplémentaires sur cette campagne de harcèlement et fait son mea culpa. Il dit, entre autres choses, qu’il avait éreinté le livre il y a quelque temps mais qu’en fait il ne l’avait jamais lu. Tout ce qu’il avait lu, c’était les « D.A. Packs » d’OSA à l’époque où il s’occupait de l’affaire. Mike Rinder, dans l’un des commentaires, avoue exactement la même chose.  A noter également que Karen de la Carriere apporte elle aussi, dans l’un des commentaires, quelques précisions troublantes sur cette affaire. A la fin de son article, Rathbun dit a Miller qu’il est sincèrement désolé d’avoir contribué à faire de sa vie un enfer.

Pour comprendre et disséquer le sujet de la scientologie, il est impératif de bien connaître son fondateur car les deux sont indissociables.

Ayant lu le livre, je puis affirmer qu’il s’agit d’un ouvrage très bien documenté. A vous de vous faire votre propre opinion.