La grande illusion ?

Cette lettre de succès (cliquez dessus pour l’agrandir) d’une paroissienne de la morgue idéale de Sacramento révèle deux choses : les « OT » confirmés semblent heureux de recommencer le Pont à zéro sans poser de questions et ils avouent, sans même s’en rendre compte, que le Pont ne leur a pas apporté les résultats escomptés. Jugez plutôt :

« Wow ! Quel rundown époustouflant. C’était cool de le refaire en qu’OT VIII. J’ai eu des gains et des cognitions (prises de conscience) qui m’ont vraiment étonnée. J’ai vaincu une vieille maladie que je traînais depuis l’âge de 15 ans. J’ai eu des cognitions sur les drogues, l’alcool et la confrontation. Je me sens en pleine forme et je suis tellement reconnaissante à LRH de nous avoir fait ce cadeau et à RTC d’avoir rétabli la source. (Source = intention et écrits orginels de LRH.) »

Voilà une personne qui a dépensé des centaines de milliers d’Euros pour atteindre OT VIII, qui a fait NED, attesté clair, traversé OT III, NOTs et Solo NOTs et qui a eu « la vérité révélée » sur OT VIII. Et pourtant elle traînait une maladie depuis l’âge de 15 ans !

Est-ce à dire que la scientologie ne fonctionne pas ?

Mieux encore, cette scientologue a également eu des prises de conscience sur la drogue, l’alcool et la confrontation. Mais alors à quoi cela lui a servi de faire les drug rundowns de scientologie, de NED et d’OT IV ? Et à quoi lui a servi le cours de TRs professionnel ?

Que devons-nous penser ? Bien qu’étant OT VIII, cette brave femme avait-elle tendance à caresser la bouteille ou à goûter aux paradis artificiels ?

Et concernant la confrontation, avait-elle du mal à être là, à l’aise, et à confronter les êtres et les choses ? Si tel était le cas, comment a-t-elle fait pour traverser des niveaux « chauds bouillants » tels que OT III, NOTs et Solo NOTs? A-t-elle attesté ces niveaux avec l’illusion d’avoir atteint des états supérieurs ?

Ces questions peuvent paraître cyniques mais elles sont pourtant légitimes. N’importe quel observateur extérieur qui connaît un tant soit peu les promesses faites par la scientologie et son fondateur et qui a étudié les définitions techniques de chaque état est en droit de se demander si tous ces OT ne se bercent pas d’illusions autogénérées, voire implantées.

Il est certain que les OT produits par la secte depuis une trentaine d’années ne diffèrent en rien des « wogs » (non scientologues) qu’ils méprisent tant. Ils tombent malades et continuent d’avoir des maux et des troubles chroniques dont ils ne parviennent pas à se débarrasser malgré des centaines d’heures d’audition. Quand on leur demande pourquoi ils continuent de souffrir de ces maux chroniques, ils trouvent toujours une explication « rationnelle » ou « logique » qui n’est rien d’autre qu’un monumental déni.

Dans l’indépendance, les OT qui cessent d’être opprimés par la secte ont moins tendance à tomber malades mais ce ne sont pas non plus des êtres supérieurs aux aptitudes surhumaines. En général, ce sont juste des personnes relativement équilibrées capables de différencier et d’éprouver de la compassion pour leur prochain. Ils ont réglé quelques-uns des problèmes qui leur gâchaient l’existence, mais ils savent qu’ils n’ont pas atteint le nirvana, loin s’en faut. D’ailleurs, la plupart du temps, ils se fichent pas mal d’être OT 3 ou OT 45, car, pour eux, un état spirituel ne se numérote pas – il se vit et se ressent. C’est quelque chose de personnel et de subjectif.

Peut-être la principale erreur du Pont est d’avoir mis les gens dans des cases avec des résultats censés être les mêmes pour tout le monde – une forme d’absolu qui est vouée à l’échec puisque les absolus sont impossibles à atteindre et que chaque individu est différent et réagira différemment à l’audition.

Après soixante ans d’existence, la scientologie, appliquée correctement ou non, peut-elle tenir sa promesse de fabriquer des êtres capables de contrôler, de façonner et de conquérir la matière, l’énergie, l’espace et le temps ?

Ou doit-elle revoir ses ambitions à la baisse ?