Un bordel idéal

Le blog sud-africain vient de publier un article du Daily News concernant deux orgs idéales au Zimbabwe (ex-Rhodésie).

Il y sept ou huit ans, Miscavige annonçait dans le n°120 du magazine Impact que l’IAS avait acheté deux bâtiments à Harare et à Bulawayo, les deux plus grandes villes du Zimbabwe – bâtiments destinés à devenir des « orgs idéales stratégiques ». Ce pays ne comptant qu’une poignée de scientologues, il n’y avait personne pour financer un tel projet, raison pour laquelle Miscavige, comme il l’a fait en Nouvelle-Zélande, avait puisé dans le trésor de guerre de l’IAS pour acheter les deux bâtiments et montrer à son fan club qu’il oeuvrait pour l’expansion de la scientologie.

Bien entendu, comme c’est le cas pour beaucoup d’orgs idéales, les bâtiments de Harare et de Bulawayo sont restés à l’abandon, faute d’argent pour les rénover.

Et voilà que le Daily News, journal zimbwabéen, publie un article qui raconte que l’org de Balawayo est squattée depuis sept ans par des poivrots, des SDF, des jeunes au chômage et des prostitué(e)s qui utilisent les lieux comme maison de passe.

L’org idéale de Bulawayo est devenu un lupanar idéal !

Malgré les tentatives de l’administrateur de l’org, un certain Chipere, de faire évacuer les lieux avec l’aide la police, les squatters, à peine chassés, revenaient s’installer. En dépit de plusieurs ultimatums, les occupants refusent toujours de s’en aller. Apparemment, la police traite cette affaire plutôt mollement et le porte-parole de la police locale affirme même ne pas être au courant mais qu’il va initier une enquête.

Chipere a fait savoir au Daily News qu’il se sentait impuissant et qu’il ne voyait pas comment régler cette affaire.

Chipere devrait être fou de joie. Voici enfin une org idéale qui accueille des personnes qui ont besoin d’aide. A moins qu’il ne s’agisse de pauvres hères qui, après avoir terminé GAT II, ont sombré dans l’alcoolisme et le stupre.

Chipere pourrait mettre les prostituées sur le cours de ministre volontaire et elles dispenseraient alors des « touch assists » et autres procédés de deuxième dynamique qui pourraient soulager de nombreux publics.

Le fait que les squatters réintègrent les lieux dès qu’ils en sont chassés démontre qu’ils sont heureux des services reçus et qu’ils en veulent davantage. La statistique des « personnes qui re-signent pour de nouveaux services » est un excellent indicateur de l’expansion d’une org.

Peut-être que Miscavige devrait utiliser ce modèle économique pour transformer toutes les orgs idéales à l’abandon en maisons closes. Cela permettrait de les rentabiliser.

Petite devinette : Quelle est la différence entre l’org de Bulawayo et le CC Paris ?

Aucune. Dans les deux, vous vous faites baiser, mais à Bulawayo, ça vous coûte moins cher.