Nouveau camouflet pour la scientologie française

Le 22 janvier dernier, nous apprenions que l’Etat français avait été condamné à verser €7000 à quatre scientologues et €3500 à deux personnes morales (le CC Paris et sa librairie), soit un total de €35 000. Motif : déni de justice. La scientologie estimait que la justice avait mis beaucoup trop de temps à traiter  l’affaire qui s’est soldée, en cassation, à la condamnation définitive de l’église l’an dernier. Vous trouverez tous les détails ici.

Ce qui semble être une victoire pour la scientologie est en fait un camouflet car elle réclamait €935 000 de dommages et intérêts et n’en a finalement obtenu que €35 000, ce qui n’a pas empêché Eric Roux de pavoiser.

Mais Eric Rounx a oublié de mentionner un petit détail : le même jour (le 22 janvier), une condamnation a été prononcée à l’encontre de Sabine Jacquart, ex-présidente du CC Paris.

Le 16 octobre dernier, lorsque la cour de cassation a confirmé la condamnation du CC Paris, de sa librairie et de cinq scientologues, dont AF Rosenberg et Sabine Jacquart, une autre affaire opposait cette dernière à Maître Morice et l’UNADFI.

Ce jour-là, Jacquart demandait des dommages et intérêts à L’UNADFI et à Morice en arguant que L’UNADFI, représentée par Morice, n’avait aucune raison légitime de faire partie des plaignants dans le procès qui venait d’être perdu et que, du coup, le procès n’avait pas été équitable. Mais dans son verdict, la Cour avait déjà rayé l’UNADFI de la liste des plaignants. Toujours est-il que Jacquart demandait à ce que la Cour condamne l’UNADFI et Morice à une amende conséquente et à ce que le procès soit révisé.

Morice a fait voler en éclats les arguments de Jacquart en faisant valoir qu’elle n’avait pas été présente au procès lors de l’appel et qu’il ne voyait donc pas en quoi son droit à être entendue et à bénéficier d’un procès équitable avait été violé. De plus, la Cour avait rayé l’UNADFI de la liste des plaignants, donc le problème de l’ingérence de l’UNADFI avait été réglé. Morice a ensuite demandé à la Cour de condamner Jacquart à une amende pour avoir l’attaqué, lui et l’UNADFI, sans raison légitime.

Le 22 janvier, la Cour a donné raison à Morice et l’UNADFI et condamné Jacquart a verser €15 000 de dommages et intérêts à Morice et €5000 à l’UNADFI. Elle a, en outre, reçu l’ordre de payer les frais de justice qui s’élèvent à €7000.

Bien entendu, Eric Roux n’en a pas parlé dans son communiqué de presse. Par honnêteté intellectuelle, sans doute…

Les quatre autres scientologues condamnés le 16 octobre dernier, dont AF Rosenberg, ont attaqué Morice et l’UNADFI sur la même base et il est fort à parier qu’ils écoperont de la même condamnation que Jacquart – à moins, bien sûr, qu’ils ne retirent leur plainte.

Plutôt que de se poser des questions sur l’honnêteté des dirigeants français de la scientologie (Rosenberg, Michaux et consort s’en sont mis plein les poches en commissions diverses au cours des quinze dernières années), les pauvres scientologues français doivent se dire que la France est sans doute le pays le plus suppressif du monde. Pourtant s’ils avaient le courage de regarder autour d’eux, ils s’apercevraient rapidement que le ver est dans le fruit.