La scientologie de Miscavige est une escroquerie

La scientolgie est probablement, à l’heure actuelle, le mouvement le plus malhonnête du monde. Elle escroque ses paroissiens sans le moindre scrupule.

L’accusation est grave mais ô combien fondée. Jugez plutôt.

Un superviseur des cas (personne qui supervise et programme les auditions) fait parvenir une estimation technique à un paroissien concernant le nombre d’intensives (une intensive = douze heures et demie d’audition) dont il va avoir besoin pour sa prochaine étape d’audition. Disons, par exemple, que la prochaine étape d’audition du paroissien est le niveau appelé Nouvel OT V (un niveau élevé – l’étape la plus élevée de l’église étant OT VIII). Le superviseur des cas examine les dossiers d’audition du paroissien et décrète que ce dernier aura besoin de 6 à 8 intensives, dont deux intensives de set-up et d’éligibilités. Les set-ups, ce sont des actions d’audition qui préparent le paroissien pour sa prochaine étape. Les éligibilités, ce sont des sec-checks (confessions) destinés à s’assurer que le paroissien ne traîne pas des casseroles susceptibles d’empêcher ses progrès spirituels. Chez les non-scientologues, on appelle ça des interrogatoires.

Donc, ce paroissien, muni de ces informations fournies par le superviseur des cas, va regarder l’état de ses finances. Il lui faut huit intensives. Il pourrait en acheter six, mais c’est risqué car il pourrait lui manquer une ou deux intensives si jamais l’audition ne se déroule pas comme prévu. (De nos jours, l’audition, totalement pervertie par Miscavige, se déroule RAREMENT comme prévu.) Donc, notre paroissien décide de se payer un « package » de huit intensives. En scientologie, on offre des « packages » pour attirer le client. Un package de huit intensives donne droit à 40% de réduction. En gros, ça fait huit intensives pour le prix de cinq. Une aubaine ! Sauf que même avec 40% de réduction, huit intensives, ça fait quand même la bagatelle de trente-cinq mille euros !

Le paroissien est plutôt embêté. Il a réussi au cours des 16 derniers mois à verser à Saint Hill (une église anglaise qui dispense OT V) un accompte de douze mille euros en vidant son compte épargne, en se privant de vacances et en ne remplaçant pas sa vieille voiture pourrie qui n’arrête pas de tomber en panne. Mais où va-t-il trouver les vingt-trois mille euros qui lui manquent ? Il attendrait bien encore un an ou deux pour rassembler la somme manquante, mais le registrar (VRP en poste dans les églises dont le travail est de faire cracher les paroisiens au bassinet) l’appelle dix fois par semaine à n’importe quelle heure du jour et de la nuit (souvent même au travail) pour l’exorter à payer la somme manquante et à venir faire OT V le plus vite possible. Le reg (registrar) est une espèce de morpion hyper coriace qui ne lâche jamais sa victime. Si le paroissien hésite ou se montre réticent ou annonce qu’il n’a pas l’argent, le reg lui envoie les arguments suivants à la figure :

– La vie du paroissien est en danger. Il faut faire OT V le plus vite possible car, techniquement, il court de gros risques à ne pas franchir cette étape dans les plus brefs délais.

– L’immortalité du paroissien est en jeu. Veut-il vraiment renoncer à la liberté totale ?

– Le paroissien doit « manier ». Cet emploi bizarre du verbe « manier » est une traduction littérale du verbe anglais « to handle ». En gros, le paroissien doit se débrouiller comme il veut, il faut qu’il trouve ces vingt-trois mille euros, point barre !

– Le paroissien, en faisant l’étape d’OT V, va acquérir des aptitudes fabuleuses qu’il n’aurait jamais imaginées possibles même dans ses rêves les plus fous. (Le reg ne dit pas quelles aptitudes car il n’en a aucune idée. Il a lui-même reçu très peu d’audition.)

Souvent le reg « aide » le paroissien à trouver l’argent en proposant un certain nombre de « solutions » : emprunter à un membre de la famille, faire un emprunt à la banque sous de faux prétextes (un grand classique), hypothéquer un bien immobilier, vendre sa voiture, etc.

Après avoir été harcelé pendant des mois, le paroissien réussit péniblement à rassembler les vingt-trois mille euros manquants. Il a emprunté une grosse partie de la somme à une soeur non scientologue qui gagne très bien sa vie. Le reste, il l’a obtenu en faisant un crédit revolving (grave erreur – les revolvings, c’est mortel si on ne les rembourse pas très vite.)

Le paroissien décide de venir faire OT V à Saint Hill en juillet pendant les vacances d’été. Il utilisera l’argent des congés payés pour le gîte et le couvert chez l’habitant. Durée estimée du séjour : trois semaines. Sa femme et ses enfants iront passer les vacances chez sa mère, à la campagne.

Une fois que le paroissien est sur place, les choses ne se passent absolument pas comme prévu.

Pendant les éligibilities, on découvre que que le beau-frère du paroissien, un non-scientologue, est journaliste. Alerte rouge ! Le paroissien se mange trois intensives de confessions. On découvre finalement que le beau-frère est journaliste sportif et qu’il est spécialisé dans le golf. Ouf ! Fausse alerte. On passe aux set-ups et là, ça va. A peine une demi-intensive. Restent quatre intensives et demie. Cela va être juste mais c’est jouable.

Notre paroissien est maintenant super stressé. Il a un problème permanent : va-t-il réussir à finir dans les temps ? Son audition se passe mal. L’auditeur ne respecte pas le code de l’auditeur et passe son temps à faire des listes de correction et à chercher les overts (actes nuisibles) et les retenues (overts non révélés) du paroissien.

Les huit intensives ont été utilisées et les trois semaines se sont presque écoulées. Le superviseur des cas décrète soudain qu’en examinant les dossiers du paroissien, il a découvert qu’il n’était pas « Clair », état indispensable pour faire les étapes d’OT. Il faut que le paroissien refasse toutes les étapes qui conduisent à l’état de Clair. Estimation : quatre intensives. Le paroissien proteste. Il n’est pas d’accord avec les conclusions du superviseur des cas et, de toute façon, il doit rentrer chez lui car il reprend le travail lundi, sans compter qu’il n’a pas le moindre sou sur son compte pour se payer les quatre intensives. Il annonce qu’il part le lendemain.

Impossible. Il n’aura le droit de partir que s’il a l’autorisation du superviseur des cas. De plus, il doit faire son « leaving sec-check » (confession de départ obligatoire lorsqu’on est sur les étapes d’OT). Ce leaving sec-check est payant, bien évidemment. N’ayant plus d’argent, le paroissien est obligé de signer des « open invoices » (des reconnaissances de dette où l’heure d’audition est facturée plein pot à 450-500 euros de l’heure). Le paroissien est tellement énervé qu’il met 22 heures à terminer son leaving sec-check. Blam ! 10 000 euros de dette.

Il réussit in extremis à attraper le ferry en roulant comme un malade  et en commettant moult infractions au code de la route.

Il reprend son travail.

Non seulement, il n’a pas terminé l’étape d’OT V, mais il a dix mille euros de dettes, il a un revolving qui lui coûte la peau des fesses et sa soeur n’arrête pas de l’appeler pour lui demander quand il la remboursera. En outre, tant qu’il n’aura pas remboursé les dix mille euros de ses open invoices, il ne pourra pas recevoir la moindre audition. De plus, il doit désormais refaire les étapes qui mènent à l’état de Clair.

Il s’est fait escroquer.

1) Toutes les confessions (inutiles) qu’il a reçues ne sont pas de l’audition et devraient donc être gratuites. Ce sont des « actions de justice » en jargon scientologique.

2) Si le superviseur des cas découvre que de l’audition passée a été ratée, elle devrait être remboursée ou recréditée sur le compte que le paroissien possède à l’église. Faire payer les erreurs des auditeurs et des superviseurs des cas est une escroquerie. Si vous achetez un ordinateur qui tombe en panne au bout de deux mois, on vous le rembourse ou on vous le remplace.

3) La pratique de l’open invoice est de l’extorsion pure et simple.

Dans cet exemple, le paroissien a dépensé trente cinq mille euros POUR RIEN et il est reparti avec une ardoise de dix mille euros. Merci la scientologie.

Mais il y a bien pire que ça.

En moyenne, un niveau comme OT V ne devrait pas prendre plus de quatre ou cinq intensives.

Nous connaissons pas mal de personnes qui ont payé 20, 30, voire 40 intensives pour finir OT V. Un paroissien est parvenu péniblement à la moitié d’OT V après plus de 30 intensives. Un autre n’a toujours pas terminé après 40 intensives (on a « découvert » qu’il devait refaire ses Objectifs). Un autre encore est mort après plus de 40 intensives.

Dépenser plusieurs centaines de milliers d’euros pour ne pas terminer un niveau d’audition, voilà ce qui attend le scientologue lambda.

Le pire dans tout ça, ce n’est pas que les paroissiens continuent bêtement de payer pour une audition pourrie, c’est que l’église continue de soutirer de l’argent aux paroissiens sans la moindre notion d’échange.

En général, quand on paye pour un produit, on obtient le produit.

En scientologie, quand on paye pour un produit, les chances de l’obtenir sont très maigres. En scientologie, quand on paye pour un produit et que l’on ne l’obtient pas, on paye à nouveau dans l’espoir de l’obtenir, et ainsi de suite.

En scientologie, on paye jsuqu’à ce qu’on soit ruiné, malade ou mort.

En scientologie, la seule façon d’atteindre la liberté totale, c’est de mourir ruiné et malade. Là, on est enfin délivré.

Scientologues, demandez votre remboursement. Vous avez été grugés et trahis.