OT VII – Piège à c… !

Voici un billet de notre ami Emile Louis-Marc. Publié brut de pomme, tel quel.

Comment Flag piège les OTs ?

Flag, la Mecque de l’imperfection technique……

En débarquant un beau jour à Flag, j’étais loin de me douter dans quel piège tordu j’allais me fourrer.

Atterrissage à Tampa, ville de Floride. De suite, on est séduit par le côté exotique des contrées tropicales. Beau temps, palmiers omniprésents, mer bleue sillonnée de pélicans,  température agréable….. Navette de Flag en retard mais bon… On a le temps d’admirer le trafic local de cet aéroport aux dimensions humaines.

Et puis on se retrouve à la base de Clearwater. La séquence séduction est vite oubliée, car la chambre retenue au Fort Harrison (Hôtel de Flag) ne m’attendait pas.  Après un questionnaire succinct mais fouillé du MLO (Médical Liaison Officer) pour voir si je n’avais  pas la fièvre aphteuse ou autres, commence un mini parcours du combattant. Comme d’autres venants de l’Europe, nous n’avions pas moins d’une quinzaine d’heures d’avion, sans compter quelques heures d’attentes en transit. On aspirait donc en arrivant à une bonne douche, et puis peut être un bon café. Que nenni.

Mystérieusement la réceptionniste ne trouve pas ma réservation, alors que ma venue a été au moins enregistrée par 5 personnes différentes bien avant. Pas de réservation, donc pas de chambre. Mais, il y a une solution. Miracle. Une suite est libre. Ah ….. Et le prix ?…. Pas de réponse, mais on va vous montrer la suite. Il faut la voir….

Un peu désagréable, mais bon. On visite. Ah oui, Ultra chic, mais bon, pas mieux qu’un hôtel 3 ou 4 étoiles standard. Vous vous dites : « C’est bien, il m’offre une suite en compensation de ma réservation non enregistrée ». Et bien non. Le mot « offrir » est un mot qui n’existe pas dans le groupe appelé « église de scientologie ».

La réceptionniste finit par vous cracher qu’il vous en coutera 200$ par jour. Evidemment je dis non, et cela devient compliqué. Pas de chambres. Ca commence à m’énerver, car j’aimerais poser mes fesses et être cool. Je monte un peu le ton, et finalement elle me trouve une chambre.

On a passé 1h30 à ce petit jeu débile. Tout ça pour me faire casquer 200$ par nuit.

Ce petit jeu se refera quasiment à chaque fois que je mettrai les pieds à Flag. Après bien sur, les choses iront plus vite, vu que je connais le modus operandi. Refus de visiter comme ça je coupe court au cinéma en 3D……

Enfin dans la piaule. Ouf.  Soit dit en passant, mettre 200$ dans une piaule ou vous n’y êtes jamais, je ne vois pas l’intérêt. En effet, le matin 9h30 sur le cours jusqu’à 22h. 23h dodo, et on recommence. Que l’on soit dans une suite ou une chambre normale, je ne vois pas la différence. Mais bon, ca doit flatter l’ego de certains.

Vous allez dire que j’insiste sur l’arrivée à FSO, ce qui peut paraître exagéré, mais finalement non, car cela donne le ton de ce qu’est la base de Flag et de ce qui s’y passe.

Le lendemain, c’est parti. Routing-form (Feuille de route décrivant les étapes à faire en arrivant) d’arrivée et on passe de services en services. On se retrouve assez vite en séance, encadré par des « pages » (Genre de nounou) qui surveille, entre autres, si vous mangez des œufs le matin, car sans protéines, séances moins bonnes. Un peu énervant mais bon…..

Les staffs, en général, prennent assez soins de vous. Quoique, l’ambiance est plus impersonnelle qu’à UK ou EU. Mais bon, c’est Flag.

Passage obligé chez le Registrar (celui qui encaisse l’argent). Là, les choses se gâtent. En effet, les estimations techniques sont tout le temps en dessous de la quantité d’intensives prévues, et le cauchemar commence. De carte visa, en passant par la Master Card, et finissant par l’Américan Express, on se retrouve endetté quasiment de suite. On a beau être « multicartes »……

La première semaine à FSO se passe en général pas trop mal, mais après, votre compte bancaire étant en négatif, le PTP (Problème de temps présent) s’installe.

Là commence l’out-tech. On m’a souvent demandé qu’elle était la première des out-tech ? Réponse : Celle-ci. En effet, comment pouvez-vous être en séance avec un PTP permanent ? Impossible.

Vous arrivez en séance, et bien sur l’aiguille ne flotte pas. Et pour cause, les quelques milliers de $ en négatif sur votre compte vous cause un tracas permanent. Après une séance de Ruds (Rudiments. Action pour mettre quelqu’un en séance), la question : As-tu un problème de temps présent ? réagit à chaque fois. Enervant. Oui j’ai un PTP, je n’ai plus de blé sur mon compte, je suis en découvert et mon banquier va me mettre en rouge et j’en ai plein le c….

Je ne sais même pas comment ça peut flotter au bout d’un moment, mais les séances arrivent à continuer. Sauf que l’audité pense quelque part à son trou bancaire et au temps qui passe. Une contrariété en séance et merde, perte de temps. Donc perte d’argent. Argggh…..

Enfin, un beau jour, le Saint Graal. La salle confidentielle ou on étudie OTVII. Après une pression énorme pour tout se farcir dans un temps record, commence aussi une autre galère. Celle des séances solo, car il faut passer à l’examinateur après et faire six séances par jour. La hantise car souvent, après la dernière séance, la fatigue arrive et si ca ne flotte pas… Hop en qual, revue, cramming et pognon, car la revue n’est pas gratuite.

Les six premiers mois sont très certainement les plus cools du solo Nots, car pas de six months checks.

Au bout de six mois d’audition à la maison, retour à FSO. Le sketch de la « suite royale » passé, direction le Registrar, on paye et hop en séance. Pour auditer quoi ? Rien de majeur. C’est un sec check sur la sécurité (Pour voir si vous n’êtes pas devenu journaliste entre temps, ou membre du KGB…). 1 intensive pour ça. A 7000$, ca a du mal à passer.

Ensuite un petit cramming. Pourquoi pas. Mais le tout sous pression. De fric, de temps, car les billets d’avion sont à dates bloqués, donc il faut que tout soit bien huilé. Un grain de sable et patatras.

Dans l’avion du retour, soupir de soulagement. Pas pour longtemps, car le compte bancaire est en rouge….Donc il faut une solution….Jusqu’au prochain Six months check… Cercle vicieux. Au fait, savez-vous combien d’argent faut-il par an pour s’auditer sur OTVII ? Pas moins de 20 000$ (Souvent hors donations)…..

En fait, j’ai demandé souvent de lire la référence de LRH sur les « six months check ». On ne me l’a jamais montré car elle n’existe pas. Et pour cause, LRH ne l’a jamais écrite. C’est pas beau ça ? Mais faire venir les OTS tous les six mois c’est le jackpot. Business is business…

De plus LRH est clair. On ne doit pas sec checker ceux qui s’auditent en solo. S’ils roulent bien, pas de sec checks. Si vraiment la personne manifeste des signes d’out-éthique, dans ce cas oui. Cela reste hyper marginal.

Pour résumer. OTVII est un vrai calvaire. Voici pourquoi :

–       PTPs financiers permanents

–       Six months check squirrels. Machine à cracher du pognon.

–       Redging infernal de toutes les sections de Flag. (Section de l’éthique, les auditeurs, les staffs du Président, les examinateurs (Ton aiguille flotte, combien tu donnes ? Réel, je l’ai vu), l’IAS, le building, etc….

–       Condition d’éthique acceptée que si vous donnez de l’argent. Oui, oui, c’est vrai.

–       Re définition de la FN, non écrite par LRH. Cela mets les auditeurs et les auditeurs solos dans la confusion.

–       Tech incomplète de NOTs. Et oui….

–       Obligation pour tous les OTs de refaire du NED. (Dianétique). LRH a dit qu’il ne fallait jamais le faire. Hormis la dépense de deux ou trois intensives non prévues (15 000€), ca vous met la tête à l’envers et ça peut vous tuer. Oui, oui.

–       Obligation pour certains de refaire le purif et les objectifs.

–       Refaire le cours PTS/SP. Oui on ne sait jamais…..Le « grand » Miscavige l’aurait étudié 5 fois. Alors vous pensez, le quidam moyen….

N’en jetez plus la cour est pleine. Des OTs sont morts, d’autres ne vont pas bien, et même quelques uns donnent des signes d’Alzheimer. Génial ……..

Flag, la Mecque de l’Imperfection Technique….Si vous cherchez l’enfer, il est là. Les Seniors C/S, les C/S, les auditeurs, les superviseurs de cours, ne savent plus ou ils en sont. Ils sont sous la coupe des staffs de RTC, jeunes minettes en chemises et pantalons noirs, (Ca vous rappelle pas une certaine époque ?) otalement inféodées à Miscavige.

Sous couvert de vous faire gravir le Pont vers la liberté totale, à coup sur cela risque de vous diriger tout droit vers des contrées maudites, ou la lumière s’est éteinte à tout jamais.

Trahison totale. Du grand chantage à l’éternité. Tu payes cher, tu montes ton pont, mais en plus c’est un pont de pacotille. Du grand vide.

Vous voulez un vrai Pont ? Dirigez vous vers les scientologues indépendants, ou ce que vous voulez, mais pas la pseudo « église de scientologie » actuelle, totalement corrompu par le sieur Miscavige. Oubliez- le, oubliez les.

Ouvrez les yeux. C’est un piège incroyable, tellement perverti que pas mal ne le voit pas. C’est tellement fin comme piège que ce n’est pas évident de l’appréhender.

Heureusement nous pouvons le montrer du doigt aujourd’hui et le dénoncer, pour le bien de tous, pour notre survie et, bien sûr, pour tous ceux qui voudraient se lancer dans l’aventure.